*Détruisez ce Temple, je le reconstruirai en trois jours!* (Lc 21, 5-11) ..Méditer les Écritures 25 novembre 2014 ..Sanctuaire Marie-Reine-des-Cœurs


Jesus-Transfiguration1

barre-separation-celtique

 

Évangile :

Certains disciples de Jésus parlaient du Temple, admirant la beauté des pierres et les dons des fidèles. Jésus leur dit : « Ce que vous contemplez, des jours viendront où il n’en restera pas pierre sur pierre; tout sera détruit. » Ils lui demandèrent : « Maître, quand cela arrivera-t-il, et quel sera le signe que cela va se réaliser? »
Jésus répondit : « Prenez garde de ne pas vous laisser égarer, car beaucoup viendront sous mon nom en disant : , ou encore : Ne marchez pas derrière eux! Quand vous entendrez parler de guerres et de soulèvements, ne vous effrayez pas : il faut que cela arrive d’abord, mais ce ne sera pas tout de suite la fin. »
Alors Jésus ajouta : « On se dressera nation contre nation, royaume contre royaume. Il y aura de grands tremblements de terre, et ça et là des épidémies de peste et des famines; des faits terrifiants surviendront, et de grands signes dans le ciel. »

signecielmaindieu

barrefeuille

Commentaires de Normand Décary :

Il y a dans le monde actuellement plus de souffrants que de bien-portant. Il n’y a qu’à compter le nombre de sous-alimentés, de déplacés par les séismes, sans oublier les chômeurs de nos pays favorisés, les exclus, les malades de la naissance à la vieillesse, les dépressifs et nous sommes bien vite au-dessus du nombre des bien-portant. Il ne faut pas oublier que la plupart des gens en santé basculeront tôt ou tard dans le monde des souffrants. La santé économique de plusieurs pays présentement est gravement atteinte et c’est le désarroi chez des milliers de personnes qui se considéraient à l’abri du malheur de ce côté.

 

Les plus fortunés n’échappent pas non plus à la vulnérabilité de la condition humaine. Ils ont assurément des richesses pour leur garantir la prospérité pour des milliers d’années, mais comme nous le savons, la vie est brève, elle ne s’étire pas sur des milliers de jours. Nous découvrons des pharaons ensevelis dans leurs trésors intacts tandis qu’eux ne sont que cendre.

barrose

La frénésie peut être grande sur la terre lors des grands festivals, la jeunesse semble briller et pourtant il y a beaucoup plus de monde sous terre que sur terre. Des milliers de Michel-Ange, de sages, de savants dorment dans l’attente du réveil.

 

Alors, il faut être bien aveugle pour ne pas voir avec Jésus que tout sera détruit, car déjà la mort couvre de son linceul l’ensemble de notre galaxie. Il y a comme un voile sur nos yeux qui nous empêche de voir notre fragilité et notre besoin d’être sauvés de cette terrible situation.

 

La fin du monde est déjà arrivée pour tous ceux qui gisent sous terre, la mort a fait son œuvre en silence. Tous ceux-là sont dans l’attente du grand moment de l’anéantissement complet, qui sera le temps du début du monde nouveau que Jésus vient inaugurer par sa mort avec nous, comme nous pour faire lever l’aube nouvelle. Le temps de l’accomplissement sera le moment de l’anéantissement complet.

barrose

Devant la beauté et la splendeur du monde qui nous entoure, nous n’arrivons pas à nous convaincre de notre fin et de la fin de cet univers de beauté dans le grand univers. Nous sommes éblouis par les splendeurs du monde, ces grandes constructions de pierres, ces immenses cathédrales, ces œuvres d’art gigantesques qui parsèment le monde et pourtant : « Ce que vous contemplez, des jours viendront où il n’en restera pas pierre sur pierre; tout sera détruit. »

 

Nous ne parvenons pas à nous convaincre et pourtant nous savons bien que notre planète a une fin, que le soleil a une fin, nous savons bien que notre comportement avec la nature peut devancer le temps de la destruction de tout. Malgré cette connaissance de notre fin, nous voulons l’ignorer et nous embarquons dans la ronde sans nous poser de questions.

barrose

Un empire disparaît, en voilà un autre qui se lève pour prendre la relève et avec le nouveau, l’ancien qui disparaît s’efface des mémoires et c’est le nouveau qui devient vieux et un autre se lève, comme ces milliers de morts chaque jour et ces milliers de naissances qui font que la main-d’œuvre ne manque pas. Pourtant aujourd’hui des milliers de corbillards sillonnent la planète, des milliers de cris d’enfantement se font entendre sous le soleil.
Pendant ce temps, ceux qui ne sont ni dans le deuil, ni dans la joie de la naissance se croient toujours ignorés par la mort et le malheur. Les puissants continuent de faire sentir leur pouvoir et précipitent dans la mort ceux qui leur résistent.

 

Où est Pilate aujourd’hui avec son César qui se prenait pour un dieu? Où est Pilate qui prévenait Jésus de trafiquer avec lui un compromis pour épargner sa vie? « Tu ne me parles pas? Ne sais-tu pas que j’ai pouvoir de te relâcher et que j’ai pouvoir de te crucifier? » Jésus lui répondit : « Tu n’aurais aucun pouvoir sur moi, si cela ne t’avait été donné d’en haut; c’est pourquoi celui qui m’a livré à toi a un plus grand péché. » (Jn 19, 10-11) Ma vie dit Jésus : « Personne ne me l’enlève; mais je la donne de moi-même. J’ai pouvoir de la donner et j’ai pouvoir de la reprendre; tel est le commandement que j’ai reçu de mon Père. » (Jn 10, 18)

barrose

Où est Pilate aujourd’hui, lui qui a fait flageller Jésus, couronner d’épines celui qui a tout pouvoir au ciel et sur la terre? Où est celui qui exerce le pouvoir avec cruauté et sans justice et où est Celui qui a tout pouvoir et qui se livre librement à la mort pour nous en libérer? « Le Prince de ce monde; sur moi il n’a aucun pouvoir, » (Jn 14, 30) Le monde qui va vers sa fin n’a aucun pouvoir sur celui qui n’a ni commencement, ni fin. « Je suis l’Alpha et l’Oméga, le premier et le dernier, le Principe et la fin. » (Ap 22,13) Jésus sera le premier-né d’entre les morts, celui qui mettra fin à cette danse funèbre dont nous prenons le pas sans vouloir admettre que nous portons des vêtements de deuil dès notre naissance.

barrose

Le condamné, celui qui a tout pouvoir et qui s’est laissé condamner par les pouvoirs de ce monde sans pouvoir, le perdant aux yeux des autorités, le charpentier cloué sur le bois de sa propre création, mettra fin à cette destruction pour nous reconstruire de l’intérieur par sa grâce et dans l’Esprit.

Il faut sortir de la danse macabre et danser de joie avec les arbres des forêts, il faut sortir de la fête qui voile notre fin et entrer dans la fête du festin que Jésus prépare sur la table de la croix, s’enivrer de l’amour qui coule de son cœur transpercé et ne plus craindre tous ces malheurs inévitables de ce monde provisoire.
« Que votre cœur ne se trouble pas! vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi. » (Jn 14:2) Croyez en celui qui s’en remet aux pouvoirs de ce monde pour les renverser et inaugurer le pouvoir du Père. « Comme le Père en effet a la vie en lui-même, de même a-t-il donné au Fils d’avoir aussi la vie en lui-même et il lui a donné pouvoir d’exercer le jugement parce qu’il est Fils d’homme. » (Jn 5, 26-27)

barrose

« Prenez garde de ne pas vous laisser égarer », Dieu est amour, il n’est qu’amour et c’est dans l’amour qu’il faut demeurer pour demeurer en Dieu et ne pas craindre la destruction et demeurer dans la paix et l’amour. « Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé. Celui qui croit en lui échappe au Jugement, celui qui ne veut pas croire est déjà jugé, parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.

 

Et le Jugement, le voici : quand la lumière est venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs oeuvres étaient mauvaises. » (Jn 3, 17-19)
Dieu a envoyé son Fils dans le monde non pour détruire le monde mais pour le relever de son tombeau inévitable, pour lui retirer le linceul qui le recouvre.

barrose

Prenez garde à ceux qui annoncent la destruction et qui ne montent pas sur la croix avec Jésus pour mourir avec lui pour les autres.

Prenez garde à ceux qui font peur et qui jugent plutôt que d’aimer jusqu’à mourir.

christ-croix-lourdes

barrose

« La crainte n’est pas dans l’amour, mais l’amour parfait bannit la crainte; car la crainte suppose un châtiment, et celui qui craint n’est pas parfait dans l’amour.
 Pour nous, nous l’aimons, parce qu’il nous a aimés le premier. » (1 Jn 4, 18-19)

 

Ce n’est pas la destruction du monde qu’il faut craindre, il est déjà depuis sa chute dans cette voie. Ce qu’il faut craindre, c’est de ne pas demeurer dans l’amour, la joie, la paix, la lumière de celui qui est mort pour nous sur la croix dans ce monde.
Ceux qui ont détruit Jésus croyaient bien mettre fin à sa vie et se maintenir au pouvoir, pourtant c’est le monde qui était détruit et vaincu dans sa mort et l’amour reprenait ses droits sur la haine, la vie sur la mort, le bien sur le mal, la lumière sur les ténèbres.

barrose

Voilà tout ce qu’il faut entendre de la fin du monde : demeurer dans l’amour, car ainsi Dieu demeure en nous et c’est cette lumière que nous devons porter tel un feu dévorant dans ce monde de destruction.
« Et nous, nous avons connu l’amour que Dieu a pour nous, et nous y avons cru. Dieu est amour; et celui qui demeure dans l’amour demeure en Dieu, et Dieu demeure en lui.
 Tel il est, tels nous sommes aussi dans ce monde : c’est en cela que l’amour est parfait en nous, afin que nous ayons de l’assurance au jour du jugement. » (1 Jn 4, 16-17)

barrose

NDC

source : http://blog.smrdc.com/25-nov-lc-21-5-11-detruisez-ce-temple-je-le-reconstruirai-en-trois-jours/
Publicités
Les commentaires sont fermés.
%d blogueurs aiment cette page :