Quelques extraits * Du Mystère de l’Incarnation et de la Noël selon Maria Valtorta*…(4)


angemariejesus

barrebleufcbba3

Marie dit à Élisabeth ;

(….) « Oh ! Élisabeth ! » Marie devient triste, triste et elle saisit les mains que sa parente tient croisées sur son sein gonflé. « Dis-moi, toi, qui à mon arrivée as été remplie de l’Esprit du Seigneur et qui as prophétisé ce que le monde ignore. Dis-moi : que devra faire pour sauver le monde, ma Créature ? Les Prophètes… Oh ! les Prophètes qui parlent du Sauveur ! Isaïe… tu te rappelles Isaïe ?

 

« C’est l’Homme des douleurs. C’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris. Il a été percé et blessé à cause de nos crimes… Le Seigneur veut le consumer dans les souffrances… Après la condamnation on l’a élevé… »

 

De quelle élévation parle-t-il ? On l’appelle Agneau et moi, je pense… à l’agneau pascal, à l’agneau de Moïse et je le rapproche du serpent que Moïse éleva sur une croix, Élisabeth !… Élisabeth !… Que feront-ils à ma Créature ? Que devra-t-il souffrir pour sauver le monde ? » Marie pleure.

madonne12barrebleufcbba3

Élisabeth la console. « Marie ne pleure pas. C’est ton Fils, mais c’est aussi le Fils de Dieu. Dieu pensera à son Fils et à toi qui es sa Mère. Et s’il y en a tant qui se montreront cruels envers Lui, il yen aura tant qui l’aimeront. Tant !… Pendant des siècles et des siècles. Le monde regardera vers ton Enfant et te bénira avec Lui. Toi:

Source d’où jaillit la rédemption. Le sort de ton Fils ! Élevé à la royauté sur toute la création, Penses-y Marie. Roi: parce qu’il aura racheté tout ce qui a été créé, et comme tel, il en sera le Roi universel. Et aussi sur la terre, au cours des temps, il sera aimé. Mon fils précédera le tien et l’aimera. L’ange l’a dit à Zacharie et lui me l’a écrit…

 

Ah ! quelle douleur que de le voir muet mon Zacharie ! Mais j’espère que, quand l’enfant sera né; le père aussi sera libéré du, châtiment qui l’a frappé. Prie, toi qui es le Siège de la Puissance de Dieu et la Cause de la joie du monde. Pour l’obtenir, j’offre, comme je puis, ma créature au Seigneur. Elle est à Lui, en effet, Il l’a prêtée à sa servante pour lui donner la joie de s’entendre appeler « mère ». C’est le témoignage de ce que Dieu a fait pour moi. Je veux qu’on l’appelle « Jean ».

jean-baptiste-et-herodebarrebleufcbba3

Est-ce que par hasard ce n’est pas une grâce, mon petit ? Et n’est-ce pas Dieu qui me l’a faite ? »

« Et Dieu, j’en suis bien convaincue, te fera cette grâce.

Je prierai avec toi. »

barrebleufcbba3

« J’ai tant de peine de le voir muet !... » Élisabeth pleure. « Quand il écrit, puisqu’il ne peut plus parler, il me semble qu’il y ait des monts et mers entre moi et mon Zacharie. Après tant d’années de douces paroles, maintenant sa bouche reste silencieuse. Et maintenant spécialement, où il serait si beau de parler de ce qui va arriver. Je me retiens même de parler pour ne pas le voir se fatiguer. à faire des gestes pour me répondre.

barrebleufcbba3

(….) Je vois Marie qui file, vite, vite, sous la tonnelle où le raisin grossit. Il a dû passer un certain temps parce que les pommes commencent à rougir sur les arbres et les abeilles ronronnent près des fleurs du figuier déjà mûres.

Élisabeth est tout à fait grosse et marche lourdement. Marie la regarde avec une attention affectueuse. Marie, elle-même quand elle se lève pour ramasser le fuseau tombé trop loin, paraît s’arrondir sur les côtés et l’expression du visage est changée. Elle est plus mûre. C’était une jeune fille. Maintenant c’est une femme.

vierge_marie_45_029barrebleufcbba3

Les femmes entrent dans la maison parce que le jour baisse et à l’intérieur on allume les lampes. En attendant le souper, Marie tisse.

 

« Mais ne te fatigue-t-il pas réellement ? » demande Élisabeth en montrant du doigt le métier à tisser.

« Non, sois tranquille. »

« Pour moi, cette chaleur me fatigue. J’ai été sans souffrir, mais maintenant le poids est lourd pour mes reins vieillis. »

« Prends courage, tu seras bientôt libérée. Comme tu seras heureuse, alors ! Pour moi, je ne vois pas l’heure de ma maternité. Mon Enfant ! Mon Jésus ! Comment sera-t-il ? »

barrebleufcbba3

« Beau, comme toi, Marie. »

stefam10photomiraculeuse« Oh ! non ! Plus beau ! Lui est Dieu, je suis sa servante.

Mais j’ai voulu dire: sera-t-il blond ou brun ? Aura-t-il les yeux comme un ciel tranquille ou comme les cerfs de montagnes ?

Moi, je me le représente plus beau qu’un chérubin, avec une chevelure couleur d’or avec les yeux de la couleur de notre mer de Galilée quand les étoiles commencent à se lever sur l’horizon du ciel, une bouche petite et rouge comme une tranche de grenade quand elle s’ouvre à maturité, et les joues, et bien voilà comme le teint rosé de cette rose pâle, et deux petites mains qui tiendraient dans le calice d’un lys, tant elles sont petites et belles, et deux pieds petits au point de remplir le creux de la main et gracieux et veloutés plus qu’un pétale de fleur.

marie-et-l-enfant-jesus

Vois. J’emprunte l’idée que je me fais de Lui à toutes les beautés que me suggère la terre. Et j’entends sa voix. En pleurant – il pleurera un peu, de faim ou de lassitude, mon Petit et ce sera toujours grande douleur pour sa Maman qui ne pourra… oh ! non, elle ne pourra le voir pleurer sans avoir le cœur transpercé – son cri sera comme le bêlement qui nous arrive de ce petit agneau qui vient de naître et qui cherche la mamelle de sa mère et pour dormir la chaleur de sa toison.

barrebleufcbba3

Son rire emplira de ciel mon cœur épris de ma Créature. Je puis être énamourée de Lui, parce qu’il est mon Dieu et mon amour d’amante ne s’oppose pas à ma consécration virginale. Son rire sera comme le roucoulement joyeux d’une petite colombe rassasiée et satisfaite dans la tiédeur de son nid. Je pense à ses premiers pas… un oiseau sautillant sur un pré fleuri. Le pré sera le cœur de sa Maman qui soutiendra ses petits pieds roses avec tout son amour pour qu’il ne rencontre rien qui le fasse souffrir. Comme je l’aimerai mon Enfant ! Mon Fils ! Joseph aussi l’aimera ! »

saintefamille

barrebleufcbba3

« Mais tu devras le lui dire à Joseph ! »

Marie s’assombrit et soupire, « Je devrais pourtant le lui dire… J’aurais voulu que le Ciel le lui fasse savoir car c’est très difficile d’en parler. »

« Veux-tu que je lui en parle ?

Que je le fasse venir pour la circoncision de Jean ? … »
« Non. J’ai remis à Dieu le soin de l’instruire de son heureux sort de nourricier du Fils de Dieu. Il s’en chargera. L’Esprit m’a dit ce soir : « Tais-toi, laisse-Moi le soin, je te justifierai ». Et Il le fera. Dieu ne ment jamais. C’est une grande épreuve, mais avec l’aide de l’Éternel elle sera surmontée. En dehors de toi à qui l’Esprit l’a révélé, personne ne doit connaître par ma bouche la bienveillance du Seigneur à l’égard de sa servante. »

barrebleufcbba3

Élisabeth soupire et garde le silence. Zacharie entre. Il présente des rouleaux à Marie. C’est l’heure de la prière avant le souper. C’est Marie qui prie à haute voix à la place de Zacharie. Puis ils prennent place à table.

« Quand tu ne seras plus ici, comme nous pleurerons de n’avoir personne qui nous dise les prières. » dit Élisabeth en regardant son mari muet.

« Tu prieras alors, Zacharie » dit Marie.

barrebleufcbba3

Il secoue la tête et écrit : « Je ne pourrai plus jamais prier pour les autres. J’en suis devenu indigne, du moment où j’ai douté de Dieu. »
« Zacharie: tu prieras. Dieu pardonne. » Le vieillard essuie une larme et soupire.

Après le repas, Marie retourne au métier à tisser. « C’est assez ! » dit Élisabeth. « Tu te fatigues trop. »

« Le temps est très proche, Élisabeth. Je veux faire à ton enfant un trousseau digne de celui qui précède le Roi de la race de David. »

Zacharie écrit : « De qui naîtra-t-il ? Et où ? »

 

Marie répond : « Là où les Prophètes l’ont dit et de qui l’Éternel fera choix. Tout est bien fait de ce que fait notre Seigneur, le Très-Haut. »

Zacharie écrit : « À Bethléem, donc ! En Judée. Nous irons le vénérer, femme. Toi aussi, tu viendras à Bethléem avec Joseph. »

Et Marie baissant la tête sur son métier : « Je viendrai. »

christmas-nativity

C’est la fin de la vision.

barrebleufcbba3

Marie dit :

« La première manifestation de l’amour du prochain s’exerce envers le prochain. Que cela ne te semble pas un jeu de mots.

La charité a un double objet : Dieu et le prochain. Dans la charité à l’égard du prochain est comprise celle qui s’exerce envers nous mêmes. Mais si nous nous aimons plus que les autres, nous ne sommes plus charitables, nous sommes égoïstes.

Et même, dans les choses permises, il faut être assez saint pour faire passer en premier lieu les besoins du prochain. Soyez tranquilles, mes enfants : Dieu, pour les âmes généreuses supplée avec les moyens de sa toute puissante Bonté.

barrebleufcbba3

Cette certitude m’a fait venir à Hébron pour aider ma parente dans la situation où elle se trouvait. Et à mon dessein de secours humain, en donnant au-delà de toute mesure, comme c’est son habitude, Dieu a ajouté le don d’un secours surnaturel auquel je ne pensais pas.

oiseau15barrebleufcbba3

Je vais pour porter un secours matériel, et Dieu sanctifie la droiture de ma démarche opérant la sanctification du fruit du sein d’Élisabeth et, avec cette sanctification qui présanctifia le Baptiste, soulage la souffrance physique d’une fille d’Ève âgée et concevant à un âge inhabituel.

barrebleufcbba3

Élisabeth, femme de foi intrépide et abandonnée avec confiance à la volonté de Dieu, mérita de comprendre le mystère renfermé en moi. L’Esprit lui parla par le bondissement de l’enfant en son sein. Le Baptiste a prononcé son premier discours d’Annonciateur du Verbe à travers les voiles des veines et de la chair qui à la fois le séparaient de sa sainte mère et en même temps l’unissaient à elle.

étoileUxuY

Et je ne refuse pas de dire, à elle qui en est digne et à qui la Lumière se révèle, ma qualité de Mère du Seigneur. Le refus de ma part aurait eu pour effet de refuser à Dieu la louange qui Lui était due, la louange que je portais en moi et que ne pouvant dire à personne, je confiais aux plantes, aux fleurs, aux étoiles, au soleil, au chant mélodieux des oiseaux, aux brebis patientes et à la lumière d’or qui me donnait un baiser en descendant du ciel et au murmure des ruisseaux.

marie7

barrebleufcbba3

Mais prier à deux est plus doux que de dire seules notre prière.

J’aurais voulu que le monde entier connaisse ma destinée, pas pour moi, mais pour qu’il s’unisse à moi pour la louange de mon Seigneur.

 

136- La prudence m’a défendu de révéler à Zacharie la vérité. Ç’aurait été outrepasser l’œuvre de Dieu. Si j’étais pour Lui Épouse et Mère, je serai toujours sa servante et je ne devais pas, à cause de son grand amour pour moi, me permettre de me substituer à Lui et de prendre une décision qui m’aurait mise au-dessus de Lui.

barrebleufcbba3

Élisabeth, en sa sainteté se rend compte et se tait, car qui est saint est toujours soumis et humble.

 

Un don de Dieu doit toujours nous rendre meilleur. Plus nous recevons de Lui, et plus nous devons donner, car plus nous recevons et plus Il est en nous et avec nous, et plus nous devons nous efforcer de nous rapprocher de sa perfection, Voilà pourquoi en faisant passer au second plan mon travail personnel, je travaille pour Élisabeth.

 

Je ne me laisse pas dominer par la crainte de n’avoir pas le temps. Dieu est le Maître du temps. Quand on espère en Lui, on profite de sa providence même pour les choses matérielles. L’égoïsme n’avance à rien: il retarde tout. La charité ne retarde rien : elle avance les réalisations. Retenez bien toujours cela.

barrebleufcbba3

Quelle paix dans la maison d’Élisabeth ! Si je n’avais pas eu la pensée de Joseph et celle, celle, celle de mon Enfant qui devait racheter le monde, j’aurais été heureuse. Mais déjà la croix projetait son ombre sur ma vie et comme une sonnerie funèbre, j’entendais la voix des Prophètes…

nativite-stjean

barrebleufcbba3

Je m’appelais Marie, L’amertume se mélangeait toujours aux douceurs que Dieu versait en mon cœur. Et elle a toujours été, en augmentant jusqu’à la mort de mon Fils.

 

Mais quand Dieu nous appelle, Marie, à la destinée de victimes pour son honneur, oh ! il est doux d’être moulues comme le grain sous la meule pour faire de notre douleur le pain qui fortifie les faibles et les rend capables de gagner le Ciel !

oiseau15

Maintenant c’est assez. Tu es fatiguée et heureuse.

Repose avec ma bénédiction. »

barrebleufcbba3


Pape François * Une discipline rigide est le signe d’un coeur faible *


Celui qui a un cœur faible parce qu’il n’est pas fondé sur le Christ est rigide dans la discipline extérieure, et hypocrite et opportuniste à l’intérieur.

  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 6 219 autres abonnés

  • ❤️ Eucharistie et Guérison – Père Emiliano Tardif -Cet enseignement est MAGNIFIQUE, si plein d’amour ! Durée 40 Minutes

  • Traduire un Message du Ciel dans votre langue*

  • Ceci est un Menu Déroulant Clikez sur Sélectionner une *catégorie*

  • Articles récents

  • Radio Maria France

    Une radio de prière, d’enseignements et de témoignages. Un rendez-vous  d’amour ! ♥ ♥ ♥     

  • Articles que J’aime

  • Pour me joindre

  • Calendrier pour une recherche d’Articles

    décembre 2014
    L M M J V S D
    « Nov   Jan »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archive de précédents Articles

  • Follow *Messages-Prophéties-Par les Saints et les Prophètes ……Myriamir(1) on WordPress.com
  • Suivez-nous

%d blogueurs aiment cette page :