Reprise d’une prière du Père Emilien Tardif , avec quelques ajouts complémentaires, à dire après la communion….* Pour la guérison physique *


emiliano_tardif_orando_por_los_enfermos

stsacrement

Seigneur Jésus,

Nous croyons que Vous êtes vivant et ressuscité. Nous croyons que Vous êtes réellement présent dans le Saint Sacrement de l’autel et (d’une manière autre cependant) en tous ceux qui sont ici et qui croient en Vous. Nous vous louons et nous Vous adorons.

 

Vous qui êtes le Pain vivant descendu du ciel, nous Vous remercions Seigneur, d’être venu en chacun de nous. C’est en Vous qu’habite la plénitude de l’être. Vous êtes la résurrection et la vie, Vous êtes Seigneur, la santé des malades.

Nous voulons aujourd’hui Vous offrir tous nos maux, parce que Vous êtes le même, hier, aujourd’hui et toujours, et que Vous êtes toujours et partout avec nous. Vous êtes l’Éternel Présent et Vous nous connaissez.

stsacrement

Nous Vous demandons donc d’avoir pitié de nous. Visitez-nous par votre Bonne Nouvelle, afin que tous reconnaissent que Vous vivez dans votre Église. Faites aussi que notre foi et notre confiance en Vous se renouvellent, Nous Vous en supplions, Seigneur Jésus.

Ayez pitié des souffrances que nous endurons dans notre corps, dans notre cœur et dans notre âme. Ayez pitié de nous, Seigneur, bénissez-nous, et faites que nous recouvrions la santé. Que la Foi grandisse en nous, et qu’elle nous ouvre aux merveilles de votre Amour afin qu’elle-même rende aussi témoignage à votre puissance et à votre compassion.

 

Jésus, Nous Vous le demandons par le pouvoir de vos saintes Plaies, par votre sainte Croix et par votre Très Précieux Sang: guérissez-nous, Seigneur, guérissez notre corps, guérissez notre cœur, guérissez notre âme.

Donnez-nous la vie, la vie en abondance. Nous Vous le demandons par l’intercession de la Très Sainte Vierge Marie, notre Mère, Notre-Dame des Sept Douleurs, qui se tenait debout auprès de votre Croix, elle qui fut la première à contempler vos saintes Plaies, elle que Vous nous avez donnée pour Mère.

stsacrement

N’est-ce pas Vous qui nous avez révélé que Vous avez pris sur Vous toutes nos douleurs, et que c’est par vos Plaies très saintes que nous avons été guéris ?

Seigneur, c’est dans la foi qu’en cet instant nous déposons tous nos maux devant Vous et que nous Vous demandons de nous guérir complètement.

 

Seigneur Jésus Par la puissance de votre Sainte Eucharistie, et l’Amour de votre très Saint Cœur, daignez guérir notre esprit de tout les maux spirituels et de toutes les conséquences des agissements de l’Adversaire.

Daignez guérir Notre âme de tout trouble psychique. Daignez visiter et guérir notre intelligence, notre imagination, notre mémoire, notre volonté et notre cerveau. Défaites toute cause maligne de blocage et de maladie. Daignez descendre en nous et visiter notre cœur, guérir toute blessure, faire disparaître tout sentiment ne venant pas de vous.

stsacrement

Seigneur Jésus Par la puissance de votre Sainte Eucharistie, et l’Amour de votre très Saint Cœur, Daignez visiter et guérir notre corps, nos organes internes, notre système neurologique, respiratoire, glandulaire, métabolique, cardio-vasculaire, génital, musculaire, osseux, nos yeux, nos oreilles, notre nez, notre bouche, nos dents et toutes les cellules cancéreuses ou malades de notre corps.

 

Pour la gloire de notre Père céleste, nous Vous prions aussi de guérir les maladies de notre famille et de nos amis. Faites-les grandir dans la foi et dans l’espérance; faites qu’ils retrouvent la santé pour la gloire de votre Nom, afin que votre Royaume continue de s’étendre toujours davantage dans les cœurs, grâce aux signes et aux prodiges de votre amour.

stsacrement

Tout ceci, Seigneur, Nous Vous le demandons parce que Vous êtes Jésus. Parce que Vous êtes le Bon Pasteur et que nous sommes les brebis de votre pâturage.

Nous sommes tellement certain de votre amour, qu’avant même de connaître le fruit de notre prière, Nous Vous disons avec confiance: merci Jésus, pour tout ce que Vous ferez pour chacun de nous et pour chacun d’eux. Merci pour les malades que Vous guérissez en ce moment, merci pour ceux que Vous ne manquez pas de visiter avec miséricorde. Amen.

pere émilien tardif

source: http://www.archangededieu.org/prieres-2/prieres-liberation-guerison/#_PR5

Entretien avec Mgr Schneider – « Le tabernacle est plus que le Buisson ardent » 10 janvier 2015 *La communion dans la main au coeur de la crise de l’Église* C’est à nous les petits que revient cette responsabilité de recevoir notre Jésus-Eucharistie à genoux et sur la langue…Soyons courageux et faisons-le…C’est Dieu qui nous regarde !


schneider_present_150110

Mgr Athanasius Schneider, Corpus Christi, la communion dans la
main au coeur de la crise de l’Église
, éd. Contretemps, 13 euros.

barreétoile

— Monseigneur, on entend souvent, pour justifier la communion dans la main, l’argument du retour aux sources. Cet argument est-il fondé ?

Cet argument est un mythe, ou peut-être une tromperie intentionnelle, parce que la réalité est assez différente. En vérité, le rite de la communion dans la main pratiqué de nos jours nous vient des communautés calvinistes et n’a rien à voir avec la coutume des premiers siècles.

Les documents littéraires et iconographiques nous révèlent que, pendant les premiers siècles, dans certains endroits, la sainte communion était déposée dans la paume de la main droite, et non dans la main gauche comme on le fait aujourd’hui.

comm-d1a

Ensuite, le fidèle inclinait profondément la tête jusqu’à la paume de la main et prenait la sainte hostie directement avec ses lèvres puis, éventuellement, avec la langue, les parcelles eucharistiques qui avaient pu rester dans la paume. Les hommes se lavaient les mains avant la communion.

La paume des femmes devait être recouverte d’un linge blanc et ce linge était purifié après la communion. Il y a une autre différence de poids, c’est qu’à partir du IVe siècle, aussi bien en Orient qu’en Occident, les fidèles ont communié généralement une ou deux fois par an. Une certaine loi psychologique fait que l’on accomplit une action rare et sacrée avec plus de soin et d’attention que les actions fréquentes ou quotidiennes.

Si donc l’on réalise souvent une action sacrée, les gestes doivent être d’autant plus attentifs et révérencieux, afin d’éviter la routine.

barre-separation-celtique

Enfin, reste cet important aspect théologique qui dit : la liturgie connaît par nature une croissance organique tendant à la profondeur et à une plus grande perfection, parallèle à la croissance de la foi.

Le retour aux expressions de la liturgie ou de la foi dans leur état embryonnaire est une erreur théologique, c’était d’ailleurs une prétention typique des hérétiques. Dans son encyclique classique sur la liturgie Mediator Dei, le pape Pie XII a condamné une telle attitude, l’appelant « archéologisme liturgique ».

pie 12

barre-separation-celtique

— Vous montrez que c’est aux temps de persécution que la conscience du respect dû au saint sacrement est la plus grande. L’absence de persécution dans nos pays occidentaux explique t-elle à elle seule un certain manque de respect ?

L’absence de persécution n’explique pas en elle-même le manque de respect. Avant le concile Vatican II, il y eut en Europe une longue période sans aucune persécution, néanmoins le respect envers le Très Saint Sacrement était très profond et général. La cause médiate, à mon avis, réside dans la réforme liturgique en général, qui a réduit les gestes et les paroles claires de la sacralité à un minimum, et en particulier dans le style de la liturgie de la messe, devenu imprécis, laissant place à la créativité ou à la subjectivité du célébrant et des autres participants.

La cause immédiate du manque de respect est sans aucun doute le rite moderne de la communion dans la main lui-même, un rite du point de vue objectif et phénoménologique assez banal et de caractère profane, inventé par les calvinistes pour lesquels l’Eucharistie est un pur symbole.

barre-separation-celtique

Comme cause général du manque de respect, on peut indiquer une catéchèse et une prédication doctrinalement très défectueuses, et même quelquefois purement protestantes. Il faut effectuer des gestes liturgiques comme on croit sinon, tôt ou tard, on finit par croire selon les gestes que l’on a accomplis.

communion

barre-separation-celtique

— Comment, d’un point de vue catéchétique, pourrait-on mieux former les enfants au respect dû au saint sacrement ?

Il faut dispenser une doctrine eucharistique simple et très claire, avec des exemples émouvants de la vie des saints ou de celle d’enfants aimant l’Eucharistie. Très utiles seraient aussi des histoires sur les miracles eucharistiques ou sur les conversions grâce à l’effet du mystère eucharistique.

Mais l’exemple des adultes est lui aussi pédagogiquement indispensable : l’enfant devrait voir comment le prêtre, comment son père, sa mère, son ou sa catéchiste font une génuflexion respectueuse devant le Très Saint Sacrement ou s’agenouillent en recevant la sainte communion, avec un grand recueillement, ou restent agenouillés et absorbés dans l’action de grâce après la sainte communion. Exempla trahunt !

barre-separation-celtique

— Que pensez-vous du fait de diffuser des ouvrages sur les miracles eucharistiques ?

La diffusion d’ouvrages sur les miracles eucharistiques a une force apologétique très particulière. Ces miracles sont un témoignage éloquent de la vérité de la présence réelle et de la transsubstantiation. Mais accepter un tel témoignage et se laisser convaincre demande une grande honnêteté intellectuelle et une recherche sincère de la vérité, sans préjugés. Notre-Seigneur Jésus-Christ révélera dans sa miséricorde sa présence eucharistique à de telles âmes.

Le -miracle-de-lanciano.

barre-separation-celtique

— A quelle place dans l’église qui l’abrite pensez-vous que l’on doit mettre le saint sacrement ?

Le tabernacle contient la présence réelle du corps et du sang de notre Dieu incarné, avec son âme humaine et avec la plénitude de sa divinité. Nulle part ailleurs, dans tout l’univers visible, notre Dieu n’est aussi réel et proche de nous, avec son infini feu d’amour rédempteur, que dans le tabernacle.

Le tabernacle est plus que le Buisson ardent, est plus que le temple de Salomon.

moisebuissonardent

barre-separation-celtique

Le tabernacle est déjà une présence mystérieuse de la Jérusalem céleste, avec l’Agneau immolé placé au centre de la ville céleste elle-même. Donc ce qui est logique, et même impérativement nécessaire du point de vue de la foi catholique, est de placer le Christ eucharistique, c’est à dire notre Agneau immolé et vivant dans le tabernacle, au centre de nos églises.

— Vous assurez que revenir à la communion à genoux et dans la bouche vaudra un grand nombre de grâces à l’Église militante. Mais que préconisez-vous pour généraliser ce retour : la suppression de l’indult, déjà ancien (1969), autorisant la communion dans la main ?

Qu’entendez-vous par « norme liturgique à instaurer aboutissant à la disparition de la communion dans la main » ?

Il faut, bien sûr, procéder par étapes.

Parmi les fidèles qui reçoivent la sainte communion dans la main, la plupart le font avec une totale bonne foi. Les uns agissent par docilité, par obéissance, parce que le curé ou même l’évêque l’ont conseillé ou imposé. Il existe cependant probablement aussi des personnes qui communient ainsi parce qu’elles ne croient pas en la présence réelle.

barre-separation-celtique

Notons enfin que certaines personnes communient dans la main avec une foi et une dévotion profondes et sont motivées par des préférences subjectives, oubliant malheureusement les conséquences objectives nocives de cette pratique liturgique.

Il faudrait tout d’abord, fréquemment, donner aux enfants et aux adultes une catéchèse et une prédication intégrales et précises sur l’Eucharistie, et spécialement sur la grandeur et la sublimité de la sainte communion.

Ensuite, il faudrait expliquer concrètement les dangers réels et fréquents de la perte et du vol des parcelles eucharistiques, mettant en évidence surtout le fait horrible que Notre-Seigneur présent dans la sainte Eucharistie, en d’innombrables églises, est piétiné par les fidèles.

Eucharist-stomp

barre-separation-celtique

Puis il faut informer les fidèles que la communion dans la main est une exception à la loi liturgique, dite indult, insistant en même temps sur le fait que la communion sur la langue et à genoux est la règle.

Ceci exige logiquement de mettre un prie-Dieu, un banc de communion ou, mieux encore, une balustrade à disposition des fidèles, afin de ne pas discriminer ceux qui ont le droit de recevoir la sainte communion sur la langue et à genoux.

Une autre mesure utile serait que l’évêque diocésain publie une lettre pastorale spécifique sur l’Eucharistie et la sainte communion, invitant instamment et de manière argumentée les fidèles à recevoir le Seigneur Eucharistique sur la langue et à genoux.

pope-john-paul-communion-e1353044494795-445x181

barre-separation-celtique

Le Saint-Siège devrait faire la même chose vis-à-vis de tous les évêques et de tous les diocèses du monde. Le dernier pas dans un tel processus serait la prohibition formelle de la pratique de la communion dans la main.

barre-separation-celtique

— Vous rappelez des vérités fort oubliées par beaucoup. Sentez-vous des oppositions à vos analyses, à vos conclusions, au sein même de l’Église ? Recevez-vous des soutiens ?

De nos jours, on pense souvent que l’Église, c’est le clergé, et plus concrètement l’épiscopat, et encore plus concrètement le pape. Certainement, jamais le pape ne pourra dire : « L’Église, c’est moi. » Une telle attitude révélerait une vision très unilatérale du mystère et de la réalité de l’Église.

C’est le concile Vatican II qui a élargi la compréhension du mystère de l’Église selon l’enseignement des Pères de l’Église (en particulier saint Cyprien, saint Augustin, saint Jean Damascène) en précisant : « L’Église universelle apparaît comme un peuple qui tire son unité de l’unité du Père et du Fils et de l’Esprit Saint » (Lumen gentium, 4).

1955_c10

Le baptême, la véritable foi et la communion visible avec le successeur de l’apôtre Pierre sont des éléments indispensables pour être un vrai membre de l’Église.

Il semble que, de nos jours, la véritable foi est vécue plus purement et défendue plus courageusement, non tant par les membres du clergé et de l’épiscopat…

Mais plutôt par les simples fidèles, parfois même par des enfants et des jeunes gens, par l’ecclesia docta.

communion2

En effet, le concile Vatican II a enseigné : « La collectivité des fidèles, ayant l’onction qui vient du Saint (cf. 1 Jn 2, 20. 27), ne peut se tromper dans la foi.

Ce don particulier qu’elle possède, elle le manifeste moyennant le sens surnaturel de foi qui est celui du peuple tout entier, « des évêques jusqu’aux derniers des fidèles laïcs » [Saint Augustin, De Praed. Sanct. 14, 27]. Il s’attache indéfectiblement à la foi transmise aux saints une fois pour toutes (cf. Jude 3), il y pénètre plus profondément par un jugement droit et la met plus parfaitement en oeuvre dans sa vie » (Lumen gentium, 12).

barre-separation-celtique

Or, dans mes efforts pour promouvoir la vérité sur l’Eucharistie et le respect singulier dû à cet ineffable mystère, je reçois plus de soutien de la part des simples fidèles que de la part des évêques.

Récemment, j’ai rencontré une famille catholique exemplaire en Allemagne. Le petit garçon, Johannes (neuf ans), a une foi pure et un amour intense pour Jésus Eucharistique, irradiant une candide innocence. Chaque fois qu’il est confronté à la communion dans la main, il sent une tristesse et un malaise dans son âme et s’apitoie sur le pauvre Jésus présent dans la sainte Eucharistie. Un jour, il a dit à sa mère : « Maman, si un jour je deviens pape, j’interdirai la communion dans la main. »

First.communion

barre-separation-celtique

Ces paroles ont touché profondément mon âme et m’ont rappelé spontanément ce qu’a dit Notre-Seigneur des pharisiens et des scribes : « Je te loue, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, et de ce que tu les as révélées aux enfants (Matt 11,25).»

Parfois, j’ai l’impression que la vraie mesure de l’incroyable misère dans laquelle se trouve de nos jours Notre-Seigneur pendant la distribution de la sainte communion est paradoxalement caché à un grand nombre d’évêques et de prêtres, et révélée aux petits dans l’Église.

8_up_First_Communion_Keepsake_sacred-20boy

barre-separation-celtique

Propos recueillis par Anne Le Pape anne-le-pape@present.fr
Source : Présent du samedi 10 janvier 2015
Site : http://laportelatine.org/vatican/sanctions_indults_discussions/020_dec2014/10_01_2015_entretien_mgr_schneider_present.php
  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 7 068 autres abonnés

  • ❤️

  • Traduire un Message du Ciel dans votre langue*

  • Ceci est un Menu Déroulant Clikez sur Sélectionner une *catégorie*

  • Articles récents

  • Radio Maria France

    Une radio de prière, d’enseignements et de témoignages. Un rendez-vous  d’amour ! ♥ ♥ ♥     

  • Articles que J’aime

  • Pour me joindre

  • Calendrier pour une recherche d’Articles

    janvier 2015
    L M M J V S D
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archive de précédents Articles

  • Follow *Messages-Prophéties-Par les Saints et les Prophètes ……Myriamir(1) on WordPress.com
  • Suivez-nous

%d blogueurs aiment cette page :