Un lecteur réagit à la diffusion de l’article de L’abbé Bertrand Monnier*HELLFEST..


question

J’avoue n’avoir pas été très à l’aise de diffuser cet article,https://myriamir.wordpress.com/2016/06/18/labbe-bertrand-monnier-cure-du-diocese-de-verdun-se-fait-lavocat-du-diabolique-festival-de-musique-metal/ peut-être que la confiance que j’ai envers les prêtres a tendance à me tromper ! Grace

enveloppe

Voici la lettre reçue:

Bonjour Grace,

Je lisais l’avis de l’abbé Bertrand Monnier sur la musique Heavy Metal. Je ne partage pas entièrement son point de vue. Il est vrai qu’il faille éviter l’hypocrisie et le jugement facile, des citoyens paraissant très biens sont parfois bien loin de l’Amour véritable tel qu’enseigné par notre Seigneur Jésus et en un sens aussi loin de la vraie Foi que certains adeptes de musique Metal.  Les paroles de certains groupes sont extrêmement troublantes, on ne peut y acquiescer, d’aucune façon.

Cependant, il ne faut pas condamner les participants, il faut condamner le phénomène. On ne peut servir à la fois Dieu et le Diable. Ce phénomène est bien plus qu’un simple phénomène d’art ou de culture, comme on semble vouloir nous le faire croire. 

 J’ai un petit livre écrit en 1967 s’intitulant « Bientôt un Gouvervenement Mondial, une Super et Contre Église« . On y est presque. La philosophie du relativisme tente de nous convaincre que toutes les religions se valent, incluant celle du Bouddhisme (réincarnation) et de Baal (Lucifer). C’est une erreur fondamentale. Il n’y a vraiment qu’un seul Dieu et c’est celui Trinitaire de Jésus Christ. Le Rock Metal est imprégné de Lucifer, c’est une évidence, et pas seulement le Rock Metal. Je te laisse juger à la lumière de l’esprit Saint.

Ton frère en Jésus et Marie

barrenoir


hellfest 2016

Ici la lettre de pétition qui a été envoyée à M. Xavier Bonnet, Maire de Clisson

Exigez plus de respect pour les catholiques ! 

Hellfest : Non à la promotion de l’antichristianisme ! 

Stop au soutien scandaleux envers le Hellfest !

Demandez au Maire de Clisson qu’il retire son soutien “sans équivoque” au Hellfest et qu’il ne renouvelle plus la convention de partenariat qui lie sa mairie à l’organisation de ce festival.

barrenoir

Monsieur le Maire,

Je suis scandalisé(e) d’apprendre qu’au Hellfest – qui se réalisera sur votre commune les 17, 18 et 19 juin 2016 – certains groupes invités ont conçu des chansons versant sur le satanisme et employant des paroles haineuses envers les chrétiens. En voici des exemples :

Dans le morceau « Ancien monumental hymne de guerre », le groupe Inquisition s’exclame : « La chair des chrétiens lacérée / Le sang des faibles tombe goutte à goutte / Leurs os sont brûlés en cendres / Tout au nom de Satan / Le royaume du Christ va tomber. »

Le groupe Dark Funeral, invité lui aussi au festival, psalmodie dans « The Arrival of Empire of Satan » : « Seigneur des Enfers, père impie / Votre souhait est mon commandement / Je vais couper la gorge menteuse / le sang chrétien va tomber au sol. »

Or ce qu’on lit dans votre communiqué de presse publié par Presse Océan le 10/02/16 est inconcevable : « Le maire de Clisson soutient le festival Hellfest sans équivoque.

stop

barrenoir

(…) Avant, pendant et après le festival, la ville met à disposition du personnel pour que l’événement annuel se déroule dans les meilleures conditions, et met également à disposition une petite parcelle de terrain dont elle est propriétaire sur le site même du festival. »

Vous y avez déclaré aussi qu’« une convention de partenariat lie l’organisation du festival à la mairie de Clisson » et que « cette convention arrive à échéance pour l’édition 2016 (durée de 5 ans) et sera renouvelée après cette édition ».

Votre soutien à un festival qui invite des groupes musicaux à un caractère anti-chrétien sans équivoque est intolérable ! Il s’agit d’une manifestation de plus du climat d’anti christianisme qui se développe en France, sans aucun respect pour la religion catholique.

Voici ma protestation indignée et ma demande urgente pour que la convention de partenariat ne soit plus renouvelée et que ce festival soit carrément supprimé de votre commune.

Veuillez agréer l’expression de ma vigilante considération.


stop


Publicités

*APPROCHER DE LA MORT AVEC LE CHRIST..*Lettre pastorale Mgr Paul Lortie évêque de Mont-Laurier(Québec-Canada)


 christ-mort - veronèse

APPROCHER DE LA MORT AVEC LE CHRIST

barre étoile mauve

Pour les nombreux catholiques de chez nous, comme pour bien d’autres Québécois et Québécoises(ou autre ville ou Pays de toutes croyances et convictions, le débat des dernières années sur les soins à donner aux personnes qui sont en phase terminale et sur les conditions nécessaires pour «mourir dans la dignité» à être une occasion d’une profonde réflexion et d’un douloureux questionnement.

D’une part beaucoup partagent avec l’Église la conviction que la vie humaine doit être protégée et respectée jusqu’à sa fin naturelle sans intervention, médicale ou autre. pour provoquer directement la mort: l’euthanasie, même sous l’appellation d’«aide médicale à mourir», ne doit pas être considérée comme une option.


Mais d’autre part, on reste toujours bouleversé par les souffrances physiques et psychologiques de personnes qui vivent une longue et difficile agonie et qui,
si elles n’ont pas accès à de véritables soins palliatifs, demandent parfois qu’on mette fin à leur vie.

barre étoile mauve

Les soins palliatifs sont selon les termes de la loi:


« Les soins actifs et globaux dispensés par une équipe interdisciplinaire aux personnes atteintes d’une maladie avec pronostic réservé dans le but de soulager leurs souffrances, sans hâter ni retarder la mort de les aider à conserver la meilleure qualité de vie possible et d’offrir à ces personnes et à leurs proches le soutien nécessaire;»

 

«L’aide médicale à mourir»

barre étoile mauve

Consiste toujours d’après la loi en…«Un soin consistant en l’administration de médicaments ou de substances par un médecin à une personne en fin de vie, à la demande de celle-ci, dans le but de soulager ses souffrances en entraînant son décès.»

 

La différence entre les deux pratiques saute aux yeux «Les soins palliatifs sont vraiment comme leur nom l’indique, des soins: ils sont dispensés «dans le but de soulager les souffrances,  sans hâter ni retarder la mort».



L’aide médicale à mourir, c’est le contraire: elle consiste à renoncer aux soins palliatifs à cesser en fait tout soins au malade et à provoquer directement sa mort.

 

En termes clairs, donc (La loi concernant les soins de fin de vie permet à une personne qui est en phase terminale de demander et d’obtenir l’euthanasie par un médecin.)

L’assemblée des évêques tient à redire aujourd’hui ce qu’elle a affirmé tout au long des débats et consultations des dernières années: ce que la nouvelle loi désigne sous le nom d’«aide médicale à mourir» est, en vérité l’euthanasie sur demande.

 

Ce n’est pas un soin et ne devrait jamais être associé, de quelque façon que ce soit, aux véritables soins de fin de vie que sont les soins palliatifs.

 

Aider les mourants, c’est d’abord en prendre soin

barre étoile mauve

mort accompagner


C’est les accompagner, les soulager, les consoler, les soutenir moralement et spirituellement, en leur offrant tous les soins, médicament et humainement possible, y compris le temps voulu, les soins palliatifs, qui doivent être absolument accessibles à tous.

 

Aider les mourants, c’est également les aider à se préparer à la mort et au passage dans la vie éternelle, en particulier par la prière pour eux et s’ils le souhaitent, par les sacrements et la prière avec eux.

barre étoile mauve

Aider les mourants, c’est les aider à bien mourir, en prenant bien soins d’eux et non pas les faire mourir.

jésus mort trepas

Tous ceux et celles qui accompagnent et soignent des personnes âgées ou gravement malades peuvent témoigner des difficultés psychologiques ainsi que des hauts et des bas dont ces malades font l’expérience.

On le sait:


« La maladie peut conduire à l’angoisse, au repliement sur soi parfois même au désespoir et à la révolte contre Dieu»

Mais il est également vrai que la maladie peut aussi «rendre la personne plus mûre, l’aider à discerner dans sa vie ce qui n’est pas essentiel pour se tourner vers ce qui l’est. Très souvent la maladie provoque une recherche de Dieu, un retour à Lui»

barre étoile mauve

Le sacrement de l’Onction des malades pourra sans aucun doute contribuer à un tel retournement intérieur.


Il a aussi pour effet « Le pardon des péchés si le malade n’a pas pu l’obtenir par le sacrement de Pénitence
»

malade onction


L’Onction des malades peut être un secours très précieux et une étape décisive de la vie de foi. «Lorsque le fidèle commence à se trouver en danger de mort pour cause de maladie ou de vieillesse»


La grâce reçue par ce sacrement est un «don du Saint Esprit qui renouvelle la confiance et la foi en Dieu et fortifie contre les tentations du malin, tentation de découragement et d’angoisse de la mort».

barre étoile mauve


Elle pourra être déterminante pour donner la lucidité et le courage pour vivre cette étape ultime et cruciale de la vie et même pour refuser la possibilité de s’enlever la vie ou de demander de l’aide à le faire.

 

C’est pour aider à devenir de véritables témoins du Christ et de l’Évangile –des témoins dont notre Québec (ou autre ville ou pays) aura sûrement besoin quand il sera confronté à la réalité de multiplication de l’euthanasie—

Que les évêques proposent aujourd’hui à ceux et celles qui voudront bien s’y engager un parcours de réflexion sur les soins de fin de vie à la lumière de la Parole de Dieu.

C’est une invitation à prendre du temps pour se laisser imprégner et travailler intérieurement par la Parole de Dieu et, si on le désire, pour en discuter avec d’autres, en famille, entre amis ou membre d’une communauté chrétienne.

 

Que l’Esprit Saint nous guide, chacun, chacune et tous ensemble, dans la découverte et l’approfondissement, à l’écoute et à l’exemple de Jésus-Christ, de l’authentique humanisme, seule voie pour vivre et mourir en toute dignité dans l’amour et la miséricorde de Dieu, Père, Fils et Esprit Saint.

 Mrg Paul Lortie Homélie1

barre étoile mauve

Mgr Paul Lortie
Évêque de Mont-Laurier
Et président de L’assemblée des évêques catholique du Québec.


 

L’abbé Bertrand Monnier, curé du diocèse de Verdun, se fait l’avocat du diabolique festival de musique métal..*


musique metal-e1465830705283

Heavy metal : synonyme de drogue, dépravation morale, en un mot : satanismede quoi faire réagir les milieux catholiques, non ? D’autant plus que (soyons honnêtes !) cela redonne un motif de croisade à certains idéalistes en manque. Mais la croisade religieuse contre le métal n’est certainement pas une bonne réaction.

De quoi s’agit-il ?

La bonne question est celle-ci : devons-nous nous engoncer dans la réaction épidermique ou viscérale, signer des pétitions et écrire des articles sans rien connaître de ce dont on parle ? Ne pourrions-nous pas plutôt profiter de cette engouement pour le métal pour réfléchir à l’évolution de notre société ?

Pour ma part, j’opte pour la seconde solution. Alors j’observe. La musique métal est une musique riche et complexe. Et surtout, c’est une musique contemporaine. Or, le principe de l’art contemporain n’est pas de rechercher ce qui est beau, mais de s’exprimer. Le « satanisme » déployé dans le métal n’est pas antireligieux, mais anti-convenances.

barrenoir

Le milieu métal est un milieu athée, mais paradoxalement pourvu d’une grande culture religieuse. Dans le métal, Satan est perçu comme un diable anti-Nabilla, et non l’adversaire de Jésus. Pour la simple raison que nous vivons dans un monde qui connaît beaucoup mieux Nabilla (starlette pailletée de la téléréalité) que Jésus-Christ. Le diable devient alors une bannière, un registre iconographique déployé pour exprimer un mal-être, et dénoncer les niaiseries manipulatrices diffusées par la télévision.

« Trois décennies de catéchèse « rose bonbon » ont contribué au fait que j’écoute du métal tous les jours

La première chose à faire, c’est certainement de prier. Prier pour cette jeunesse qui trouve dans la musique métal une manière d’exprimer son mal-être. Mais prier aussi pour des générations dépourvues de culture religieuse, ce qui inclut des générations plus anciennes, d’ailleurs.

barrenoir

question

La seconde chose à faire, c’est de réfléchir : comment en est-on arrivé là ?

Et pourquoi pas nous remettre en question : les chrétiens ont-ils une responsabilité dans les multiples causes qui ont engendré ce mouvement musical et culturel ? Si oui, force est de reconnaître une certaine hypocrisie de la part de ceux qui hurlent au scandale… Personnellement, je dirais que trois décennies de catéchèse « rose bonbon » ont bel et bien contribué au fait que j’écoute du metal tous les jours. Mais surtout, avant de prier et de réfléchir, il est urgent de décrisper ! Décrisper pour prier paisiblement, et décrisper pour réfléchir efficacement.

Nous avons le devoir, en tant que chrétiens, de prendre du recul et d’essayer de comprendre la société actuelle. La musique metal fait partie des phénomènes de société à comprendre, pour faire avancer les choses. Et à contrario, je constate trop souvent combien les chrétiens sont vivement réactifs vis-à-vis de beaucoup phénomènes actuels, réactivité due à la peur, peur due à la méconnaissance quasi-totale de la culture contemporaine.

Il faut donc prendre conscience que, dans la musique metal, satan est une bannière, un mode d’expression. Le père Robert Culat, du diocèse d’Avigon, a écrit un essai sociologique sur le metal.

Il y dit très clairement : « Dans nos sociétés occidentales postmodernes, c’est le satanisme implicite qui est roi. Ce qui signifie que dans les choix de vie quotidiens, dans les actes, beaucoup de nos contemporains, indifférents ou athées, adoptent des « valeurs » sataniques sans même le savoir : individualisme, égoïsme, esprit de compétition, consumérisme, hédonisme, orgueil, avarice, mensonge et tromperies, etc. La liste serait trop longue ! Bref, entre un jeune métalleux qui se dit et s’affiche « sataniste » et un citoyen « normal » qui agit de manière égocentrique et hédoniste, nous avons à opérer un discernement. Le plus sataniste n’est peut-être pas celui auquel nous pensons spontanément… »

barrenoir

Alors décrispons, prions et réfléchissons, bref, agissons en chrétiens, et non en pantins articulés par la société actuelle.


source: http://fr.aleteia.org/2016/06/15/tous-au-hellfest/?utm_campaign=NL_fr&utm_source=daily_newsletter&utm_medium=mail&utm_content=NL_fr-Jun%2015,%202016%2011:30%20am

 

%d blogueurs aiment cette page :