† La Grandeur De La Dignité Et Des Pouvoirs Du Prêtre †


pretrejesus

barre or

Ô vous, mes compatriotes, considérez la grandeur du caractère sacré dont est revêtu celui que vous appelez votre curé. Jugez-en, non pas par mes réflexions, mais par ce qu’en ont écrit les saints.
St Ignace, martyr, dit que le sacerdoce est la dignité suprême entre toutes les dignités. St Ephrem l’appelait une dignité infinie. St Jean Chrysostome prétend que le sacerdoce, bien qu’il s’exerce sur la terre, doit néanmoins être compté parmi les choses célestes. Le prêtre, dit Cassien, est au-dessus de toutes les puissances de la terre et de toutes les grandeurs du ciel; il n’est inférieur qu’à Dieu seul.

Le pape Innocent III assure que le prêtre est placé entre Dieu et l’homme, plus petit que Dieu, mais plus grand que l’homme. St Denis l’appelle un homme divin... Jésus-Christ nous apprend que le prêtre doit être regardé comme un autre lui-même, lorsqu’il nous déclare que « celui qui écoute le prêtre, l’écoute lui-même, et que quiconque méprise le prêtre, le méprise lui-même. »

Ce qui fait dire à saint Jean Chrysostome que celui qui honore le prêtre, honore Jésus-Christ, et que celui qui insulte un prêtre, insulte Jésus-Christ.

pretre11

barre mauve

Quiconque considère les sublimes fonctions du prêtre, ne s’étonnera pas de ce qu’il vient de lire. Les prêtres dit saint Paul, sont les hommes de Dieu, et sont les ambassadeurs de Jésus-Christ. »

confession-avec-jesus

« Comme mon père m’a envoyé, dit Jésus-Christ, aux prêtres, ainsi je vous envoie; les péchés seront pardonnés à ceux à qui vous les pardonnerez, et ils seront retenus à ceux à qui vous les retiendrez; je vous donnerai les clefs du royaume des cieux. Je vous appellerai plus dorénavant mes serviteurs…, mais mes amis. » Je viens d’opérer le prodige le plus étonnant, en changeant le pain en mon corps et le vin en mon sang: « Faites ceci en mémoire de moi. »

Saint Augustin ne peut contenir son admiration à la pensée des grands mystères qui s’opèrent par les mains du prêtre. Ô prêtres, s’écrit-il, que votre dignité est vénérable ! Le Fils de Dieu est tous les jours incarné entre vos mains, comme il l’a été une fois dans le sein de la Vierge. Le Christ tient le Christ, c’est-à-dire, le prêtre touche et tient dans ses mains le Fils de Dieu qui met ses délices à êtres avec les enfants des hommes: aussi a-t-il donné aux hommes ce qui n’a jamais été donné aux anges; car le prêtre offre ce sacrifice ineffable, et pendant qu’il sacrifie, les anges n’y assistent que pour le servir.

barre mauve

Tout le ciel est dans l’étonnement de voir tant de grandeur et d’autorité dans un homme mortel; la terre en est frappée d’admiration, les hommes en ont de la frayeur, l’enfer en est épouvanté, les démons en tremblent de crainte, et toutes les puissances du ciel en sont pénétrées d’admiration. » (…)

messe-av-marie

De plus, Saint Augustin nous dit : « Justifier un pécheur est une oeuvre plus grande que de créer le ciel et la terre. » De là , aussi, ces comparaisons de saint Alphonse : « Marie, l’auguste mère de Dieu, peut bien, en priant pour une âme, lui obtenir de connaître ses péchés et de s’en repentir; mais il faut, pour la purifier de ses péchés, qu’elle la conduise au prêtre revêtu du pouvoir de Dieu. (…)

Lorsque Jésus-Christ, après avoir commencé par pardonner les péchés du paralytique dont parle saint Matthieu, eût répondu, à ceux qui se scandalisaient de ce pardon, en guérissant cet infirme et lui disant de se lever et marcher: « le peuple fut rempli de crainte, et rendit gloire à Dieu de ce qu’il avait donné aux hommes un tel pouvoir. »

Tels sont les sentiments que tout bon chrétien devrait éprouver à la vue d’un prêtre.

Ces pouvoirs de commander à Dieu même, et de purifier les âmes, ont , de tout temps, rempli les vrais fidèles de respect et de vénération pour les prêtres. L’histoire ecclésiastique et les vies des saints en citent une foule d’exemples.

L’empereur Constantin, assistant au Concile de Nicée, ne consentit à se placer qu’à la suite des prêtres.

pretre-derriere-un-lutrin

Saint François de Sales avait conféré la prêtrise à un jeune homme qu’il affectionnait beaucoup à cause de sa rare piété. Il le vit un jour s’arrêter au moment où il allait entrer dans une salle, et échanger quelques paroles avec une autre personne comme pour lui céder le pas. Le prêtre interrogé par le saint évêque de Genève, lui répondit que Dieu avait daigné l’honorer de la présence visible de son ange gardien, qui marchait toujours à sa droite et le précédait, avant qu’il fût prêtre; mais que maintenant cet ange se tenait à sa gauche et ne voulait plus marcher devant lui, depuis qu’il était prêtre.(…)

Comprenez maintenant, la grandeur de la dignité et des pouvoirs du prêtre qui est aujourd’hui ce qu’il était hier, et ce qu’il sera toujours.

barre mauve


Le manuel des parents chrétiens
l’abbé Alexis Mailloux
1909 p 230 à 235


Publicités
Les commentaires sont fermés.
%d blogueurs aiment cette page :