2ème Dimanche de l’Avent…Dimanche 4 Décembre 2016*Préparez le chemin du Seigneur*


chemin de croix

Préparez le chemin du Seigneur !!

L’évangéliste Luc est un écrivain soigneux et son but est de souligner ainsi l’importance de la mission de Jean le Baptiste. Pour ce qui est de l’espace géographique, il s’agit, nous l’avons vu, de la Palestine et, plus précisément, de la région du Jourdain. C’est là que Jean le solitaire crie et dénonce.

saint-jean-baptista-cropped

A ce propos, il ne faut pas que nous oublions, nous, hommes et femmes du XXI siècle, qu’aujourd’hui encore, cette région-là est meurtrie par des injustices criantes (bien qu’étouffées) et par la violation des droits humains les plus élémentaires.

chemin_de_la_parole005009

Aujourd’hui encore ! Que pouvons-nous faire pour ne pas être complices de l’injustice ? Vraiment rien ? Les injustices méconnues, ignorées, ce sont les pires des injustices ; elles se caractérisent par le fait qu’on n’a même pas le droit d’en signaler l’existence : personne ne doit rien savoir et ceux qui les dénoncent seront blâmés comme s’ils étaient des fous ou des imposteurs. Bienheureux ceux qui ont le courage d’aller contre-courant et de les nommer !

chemin_de_la_parole005009

C’est dans ce contexte précis que Jean, crie pour se faire entendre. Il crie : « Préparez les chemins du Seigneur ! ». Le Seigneur vient à nous sur des chemins et il nous faut les préparer. Jean ne murmure pas, non, il lève la voix, il crie. Il le fait, remarquons-le, au risque de sa vie… car, nous connaissons la suite de son histoire: il va payer cher ses dénonciations. Pourquoi cette voix retentissante, envers et contre tout ?

saint-jean-baptiste-mort

D’abord, ce cri est étrangement solitaire : il se lève dans le désert ». Nous pouvons en effet remarquer que, tout en étant lié à Jésus par la parenté et par d’autres raisons encore, Jean non seulement est privé de la consolation d’être avec le Christ, mais il manque aussi d’un autre soutien important :

Il a un doute « est-ce vraiment lui, Jésus, le Christ qu’on attend ? » Doute redoutable. Il n’en est pas sûr.

Nous ne sommes jamais sûrs à l’avance de la réussite de nos projets. On dirait que sa seule tâche, sa mission est d’anticiper celui qui doit venir: il précède, il est, littéralement, le précurseur de quelqu’un. C’est ainsi qu’il remplit cette étrange tâche de crier dans le désert. Ascète solitaire, il assume jusqu’au bout ce rôle d’être en retrait pour conduire les autres au Christ, pour les orienter vers lui. « Il faut –dira-t-il – qu’il (le Christ) augmente et que moi je diminue ». Son style et son message non plus, ne sont pas tout-à-fait les mêmes que ceux de Jésus. Jésus choisit d’aller vers les autres, d’être avec les autres. Ce n’est pas le cas de Jean, qui a toutefois conscience que c’est le Christ qui doit être annoncé, glorifié.

chemin_de_la_parole005009

C’est pour ce Christ (qui doit arriver) que les sentiers doivent être rendu droits, les collines abaissées, les ravins comblés et non pas pour lui-même. Voilà la grandeur de cet homme, de ce prophète. Bel exemple de gratuité, de liberté, de service. Jean-Baptiste ne nous dit pas : « les amis, c’est moi qui vais résoudre vos problèmes, venez à moi, laissez-moi faire !». Non, il nous invite à la conversion, à la prise de conscience, à être responsables.

jesus-bapteme

Histoire de Jean-Baptiste, histoire de Jésus… Et la nôtre ?

Nous, qui sommes ici ce matin, comment pourrions-nous « préparer les chemins du Seigneur » ? Cette invitation peut être très concrète. Il me semble que, d’abord, cela demande de se compromettre, de s’exposer et de résister face aux injustices de tout genre ; de se dresser contre les opinions toutes faites, les promesses faciles, face aux messages de peur qui voudraient nous manipuler, nous intimider. Nous pouvons y arriver !

chemin_de_la_parole005009

Car si nous sommes timides, si nous évitons d’exprimer notre avis, nous voilà alors rangés à côté de ceux qui profitent de leur force pour imposer leur vouloir, leur loi sur nous et sur ceux qui n’ont aucun droit, aucune possibilité de se faire entendre.

saint-jean-baptiste

Préparer le chemin du Seigneur autour de nous et en nous,

Aujourd’hui, dimanche 4 décembre 2016.

Cela suppose la volonté de réfléchir et de se questionner sérieusement avant de choisir ; afin de se convertir, pour employer le mot mêmes de Jean le Baptiste ; c’est-à-dire pour pouvoir, dans la foi, changer nos regards, nos habitudes, en vue de changer de cap.

C’est le plus important. Faire résistance face aux injustices autour de nous et savoir payer le prix de nos choix, comme le font ceux qui dénoncent corruption et imposture, qui s’opposent à l’intolérance répandue autour d’eux ; même lorsque l’injustice semble faire l’unanimité et passer comme la procédure normale.

chandelles-avent

À chacun d’entre nous de trouver – concrètement – sa manière à lui d’aplanir les ravins du parcours, de déblayer les sols rocailleux sur les chemins de nos vies, aujourd’hui.

chemin_de_la_parole005009


source: http://www.abbaye-tamie.com/communaute-tamie/homelies-2016/avent_2

 

Premier Dimanche de l’Avent, 27 Novembre 2016..Par Frère Jean-Christian Lévêque, o.c.d.*Si le Christ est déjà venu, pourquoi devons-nous l’attendre encore ?


jesusnuée

Avent, les trois avènements…

Avec ce premier dimanche de l’Avent, nous entrons dans le cycle liturgique de la préparation à Noël. Une question nous vient spontanément à l’esprit : si le Christ est déjà venu, pourquoi devons-nous l’attendre encore ? C’est qu’en réalité il y a trois avènements du Christ.

colombe3

  1. 1) L’avènement historique, celui que nous fêterons à Noël : Dieu le Fils, deuxième Personne de la Trinité, a voulu prendre notre chair, partager notre vie de labeur et de souffrances, et enfin mourir pour nous donner la vie. Tout cela, l’histoire humaine l’a enregistré, sous le roi Hérode et sous l’empereur Tibère.

 

  1. 2) Le deuxième avènement aura lieu à la fin des temps, quand le Christ viendra dans sa gloire pour juger les vivants et les morts, pour transformer notre corps de misère en le faisant participer à l’éclat de sa propre résurrection, et pour récompenser chacun selon ses œuvres.

colorful sunset

  1. L’Évangile d’aujourd’hui, en style apocalyptique, nous l’annonce :« Il y aura des signes dans le ciel. Et alors on verra le Fils de l’Homme venant sur la nuée, avec une grande puissance et une grande gloire ». Ce que nous proclamons nous-mêmes dans le Credo :« J’attends la résurrection des morts et la vie éternelle ».
  1. 3) Le troisième avènement, celui qu’on est toujours tenté d’oublier, est celui par lequel le Christ vient chaque jour dans son Église et dans notre âme, par son amitié :« Si quelqu’un m’aime, je me manifesterai à lui » ; « Si quelqu’un m’aime, mon Père l’aimera, et nous viendrons, et nous ferons en lui notre demeure ».

L’attente du Christ n’est donc pas finie, parce que sa venue n’est pas une pure chose du passé : le Seigneur est venu, oui ; mais il doit encore venir, et il vient tous les jours.

colombe3

La vie chrétienne est justement l’attente et l’accueil de Jésus comme le Sauveur, comme celui qui vient nous arracher à nos ténèbres et à nos passions pour nous transplanter dans son Royaume de lumière. La vie chrétienne est donc une sorte d’Avent qui ne finira que lorsqu’il n’y aura plus rien à attendre, c’est-à-dire quand le Christ sera pleinement advenu, quand Dieu sera devenu tout en tous.

C’est pourquoi le christianisme est d’un bout à l’autre, et inséparablement, foi et attente, dans la fidélité aux tâches du présent. Nous célébrons par la foi les événements passés de l’histoire du salut ; nous attendons ardemment l’achèvement de toutes choses et de nous-mêmes dans la vie éternelle ; et nous vivons chaque jour notre destin d’hommes, dans le Christ Jésus et au compte du Père.

Donc, en ce premier dimanche de l’Avent, le Christ attend de nous que nous renouvelions notre espérance. Mais comment faire ?

Mary-Pregnant-with-Jesus-Color-170x300

  1. Il faut d’abord accepter de nous convertir. « L’heure est venue de sortir de notre sommeil », car le salut est proche, pour tous ceux qui veulent vraiment le saisir. Il nous faut secouer notre léthargie spirituelle, cet engourdissement des réflexes chrétiens, que le péché ne fait qu’accélérer. Chaque chrétien doit rejeter ses œuvres de ténèbres, et saint Paul ne mâche pas ses mots :« Pas de bombances, pas d’orgies, pas de luxure ni de débauche, pas de querelles ni de jalousies ». Autrement dit : c’est toute la morale personnelle, familiale et communautaire, qui doit être replacée dans la lumière du Christ. Le chrétien doit se revêtir du Seigneur Jésus, et cela, c’est tout un programme !

COLOMBE-dove-animated

2) Nous devons aussi accepter une rencontre décisive avec le Christ :« Voici que je me tiens à la porte, et je frappe ; si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui pour souper, moi près de lui et lui près de moi » (Apoc 3,20). C’est donc une intimité à la fois très forte et très douce que le Christ nous offre. Mais il respecte notre liberté, et n’entrera pas sans frapper. Il frappe doucement, sûr d’être entendu chez ceux qui lui restent fidèles. Parfois, hélas, il doit frapper fort et longtemps.

COLOMBE-dove-animated

Comme nous disons souvent :« Il n’est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre ». Faire la sourde oreille quand le Christ frappe, ce peut être une tragédie dans l’existence. Si, en cet Avent, nous entendons sa voix, n’allons pas« endurcir notre cœur ».

marie enceinte

Nous pouvons demander à Marie le secret de son espérance. Elle a vécu cette attente que toutes les mères connaissent bien, faite de rêves heureux et d’inquiétudes, d’allégresse continue et de soucis quotidiens. Mais Marie n’a pas attendu son enfant pour elle seule : elle l’a porté et attendu au nom de l’humanité tout entière.

Elle récapitulait dans son cœur de Mère l’espérance de tous les siècles, et spécialement celle des prophètes et des sages du peuple élu. Dieu l’avait déléguée et préparée pour accueillir d’avance en notre nom celui qui venait ôter le péché du monde, et pour être spécialement la Mère de tous les membres du Christ.

Le modèle de notre espérance chrétienne en ce temps de l’Avent, c’est le dialogue silencieux de Marie et de son Enfant-Dieu.

COLOMBE-dove-animated

Comme Marie, nous, les chrétiens, nous devons espérer le Sauveur au nom de tous ceux qui n’ont pas d’espérance, l’accueillir chaque jour en nous pour le donner chaque jour au monde.

Alors, fiers de notre foi et sûrs de celui en qui nous avons cru, nous présenterons tous ensemble à nos contemporains le visage d’une communauté libre et accueillante, et nous pourrons sans rougir proclamer à tous le message d’espoir du Christ :« Relevez la tête, car votre délivrance approche ».


Fr. Jean-Christian Lévêque, o.c.d.
http://www.carmel.asso.fr/1er-Dimanche-de-l-Avent-Mt-24-37-40.html

 

  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 6 246 autres abonnés

  • ❤️ « Les Chérubins » par la chorale Gaudete…La Douceur du Ciel sans interférence..

  • Traduire un Message du Ciel dans votre langue*

  • Ceci est un Menu Déroulant Clikez sur Sélectionner une *catégorie*

  • Articles récents

  • Radio Maria France

    Une radio de prière, d’enseignements et de témoignages. Un rendez-vous  d’amour ! ♥ ♥ ♥     

  • Articles que J’aime

  • Pour me joindre

  • Calendrier pour une recherche d’Articles

    décembre 2016
    L M M J V S D
    « Nov   Jan »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archive de précédents Articles

  • Follow *Messages-Prophéties-Par les Saints et les Prophètes ……Myriamir(1) on WordPress.com
  • Suivez-nous

%d blogueurs aiment cette page :