*De Merveilleuses Apparitions*Qu’est-ce que Les Âmes du Purgatoire ont à nous dire ? Partie (9)*Les âmes du purgatoire sont protégées par les saints, auxquels elles ont eu de la dévotion, pendant leur vie.*


pretre et homme mourant

67e, 68e et 69e Apparitions

 Comprenons la grande valeur des indulgences, par le trait que rapporte le bienheureux Berthold, franciscain.

Par un privilège du pape, ce bienheureux accordait dix jours d’indulgences à tous ceux qui assistaient à ses sermons. Comme il finissait un jour de prêcher, une pauvre femme vint lui demander l’aumône. “ Je n’ai rien, dit le saint, mais je vous renouvelle l’assurance que vous venez de gagner dix jours d’indulgences.

Allez chez tel banquier, qui ne s’est guère occupé des indulgences, et offrez-lui celles que vous venez de gagner, en retour de son aumône, afin que les souffrances qui l’attendent dans l’autre vie soient diminuées» Et le P. Berthold pria afin que le banquier ait pitié de cette pauvre femme.

Elle s’y rendit simplement et avec foi. Dieu permit que cet homme l’accueillit avec bonté. “ Combien désirez-vous avoir, en échange de ces dix jours d’indulgences, lui demanda-t-il ? Autant, répondit-elle, qu’ils pèseront dans votre balance.

barrebleufcbba3

Eh bien ! répondit le banquier, voici une balance : écrivez vos dix jours sur un papier et mettez-le sur l’un des plateaux: je pose un réal sur l’autre, (environ six sous). O prodige ! Le petit papier entraîne l’argent.

Le banquier, étonné, ajoute un autre réal, puis cinq, dix, trente, mais rien ne change ; enfin, après qu’il en eût mis autant qu’en avait besoin la suppliante, les plateaux s’équilibrèrent. Ce fut une leçon salutaire pour le banquier : il comprit enfin la valeur des intérêts célestes.

Mais les pauvres âmes du purgatoire la comprennent mieux encore : pour la plus légère indulgence, elles donneraient tout l’or du monde.

C’est pourquoi elles désirent tant que nous leur en appliquions, nous qui pouvons en tant gagner. ——– La bienheureuse Marie de Quito fut ravie un jour en extase, et elle vit une grande table chargée d’or, d’argent, de perles et de diamants ; en même temps, elle entendit une voix qui disait : “ Ces richesses sont publiques : chacun peut s’approcher et en prendre autant qu’il lui convient.

barrebleufcbba3

” Dieu fit connaître que c’était là une image des indulgences. Combien donc ne sommes-nous pas coupables de ne pas nous emparer de ces richesses, pour nous-mêmes et pour tant de pauvres âmes tourmentées dans les flammes du purgatoire !

 

Pas n’est besoin de jeûnes, de disciplines, pour cela ; une prière, un chapelet, une aumône, une communion, la visite d’une église, etc., suffisent pour l’acquisition de tant de trésors, qui soulageraient si efficacement les malheureux qui gémissent dans les flammes. Sainte Madeleine de Pazzi avait, dans son couvent de Florence, une religieuse de grande vertu. Elle l’assista dans sa dernière maladie et pria beaucoup pour elle.

Sainte Marie-Madeleine de Pazzi

Elle aperçut l’âme de cette religieuse s’élever au ciel plus brillante que le soleil.  “ Adrienne, ma soeur, s’écria Madeleine, de quelle admirable gloire vous êtes revêtue ! Comme vous êtes belle ! Adieu, âme bienheureuse!

Vous vous en allez en paradis et me laissez dans cette vallée de larmes !

Oh ! Que grande est votre gloire ! Et comme les supplices du purgatoire ont été courts pour vous ! Votre corps n’est pas même inhumé et déjà vous entrez dans l’éternelle patrie !

barrebleufcbba3

Vous voyez maintenant la vérité de ce que je vous disais : que les misères de cette vie ne sont rien en comparaison avec le bonheur du ciel.” Notre-Seigneur révéla à sainte Madeleine que l’âme de cette religieuse n’était restée que quinze heures en purgatoire, et que c’étaient les indulgences, qui lui avaient été appliquées, qui l’en avaient retirée si promptement. Gagnons donc le plus d’indulgences possible pour les défunts et soyons certains que ces saintes âmes feront cent et mille fois plus pour nous que nous aurons fait pour elles.

barrebleufcbba3


âme purgatoire

70e, 71e et 72e Apparitions

 

Le P. Mancinelli était très dévot envers les âmes du purgatoire, lesquelles le visitaient très souvent.

César Costa, son oncle, le voyant mal vêtu, et jugeant qu’il devait souffrir du froid, lui donna un manteau plus chaud. Un jour, après la mort de César, ce père voit venir le défunt, environné de flammes, qui le supplie de lui prêter un moment ce manteau. Le père, tout étonné, le lui donne ; et le prélat s’en entoure comme s’il voulait s’y cacher, comme s’il y trouvait un rafraîchissement délicieux.

Mancinelli comprit que cette âme souffrait dans le purgatoire, et qu’elle voulait montrer qu’elle était soulagée par l’acte de charité qu’elle avait autrefois accompli envers lui. C’est pourquoi il lui promit de prier pour elle avec toute la piété qu’il pourrait.

Un autre jour, c’est le baron de Montfort qui, ayant été lié d’amitié avec ce père, lui apparut quelque temps après sa mort, et se recommanda à lui avec une confiance tout amicale. Il revint plusieurs fois pour le même motif, jusqu’à ce que, après une messe qu’il lui avait demandée, il s’envola glorieux au paradis.

Mancinelli avait eu pour maître Antoine Ugolino, qui lui apparut après sa mort, avec un visage pâle et défait, tout entouré de flammes, accablé de chaînes de feu, etc. Il le pria d’intercéder et de dire des messes pour lui dans l’extrémité où il se trouvait. Le pieu Jésuite s’empressa de le faire.

purgatoire-messe

De grand matin, le jour suivant, il dit la messe pour lui. A peine avait-il achevé, que cette âme lui apparut dans la plus belle gloire, respirant une félicité ineffable, et lui témoigna, pour sa charité, une reconnaissance très vive. Bien des âmes lui apparaissaient souvent pour lui demander la grâce même d’une seule messe.

 On assure qu’on a souvent vu de nombreuses âmes assister à ses messes dans la posture de la plus ardente confiance. Un autre de ses oncles, Camille Costa, parut, deux ans après sa mort, sortir de son tombeau et venir assister à la messe de son neveu, avec une très grande piété, à la vue de tous les assistants. Faisons dire des messes pour les défunts, puisque c’est le meilleur moyen de les soulager, et de nous attirer leur protection.

 


purgatoire

73e APPARITION

Les âmes du purgatoire sont protégées par les saints, auxquels elles ont eu de la dévotion, pendant leur vie. Une vision de la bienheureuse Jeanne-de-la-Croix nous en est une preuve.

Un évêque avait eu du respect et de l’estime pour elle, mais il ne voulut plus la voir, après qu’elle lui eût fait, par inspiration d’en haut, de charitables remontrances. Cet évêque négligeait parfois ses devoirs et était trop orgueilleux. Il mourut bientôt.

A peine Jeanne Peut-elle appris que, voulant rendre le bien pour le mal, elle fit son possible pour soulager cette âme. Une nuit, qu’elle priait encore avec plus de ferveur pour ce défunt, il lui apparut avec un visage abattu et dans un état lamentable.

Il avait des chaînes de feu à la bouche ; ses vêtements n’étaient que de misérables haillons ; il était humilié au-delà de toute expression, et comme il ne pouvait parler, ses soupirs manifestaient ses tourments. On voyait sur son front et sur sa tête des taches, indices des péchés qu’il avait commis. Derrière lui suivaient des âmes qu’il avait portées au péché par ses exemples de relâchement.

purgatoire1

Les démons l’environnaient et le tourmentaient aussi, de mille façons douloureuses et humiliantes. La bienheureuse Jeanne en fut consternée à l’excès, d’autant plus qu’elle ignorait si ce prélat était damné ou seulement en purgatoire.

Elle s’adressa à son ange gardien, qu’elle voyait toujours, mais il répondit que Dieu le lui ferait savoir en temps utile. Elle continua donc à prier de plus en plus pour cette âme infortunée. “ Seigneur, disait-elle, vous savez avec quelle dévotion ce défunt priait son patron, qu’il avait fait peindre son image, qu’il implorait ses suffrages.

Ayez égard, je vous en conjure, à ses bonnes pratiques et délivrez-le des supplices où vous me l’avez fait voir ”.

Pendant plusieurs jours, elle redit cette prière. Tout à coup, la porte de sa chambre s’ouvre, l’image du saint patron apparaît et l’âme du prélat est derrière elle.

Après avoir salué Jeanne, elle lui dit, “ Je suis l’âme de celui pour lequel vous avez tant prié. Grâce à vos prières et à celles de mon saint patron, Dieu a usé de miséricorde envers moi. Cette image m’a défendu des assauts du démon. Le Seigneur allège mes tourments; mon épreuve touche à sa fin et j’espère que vous travaillerez encore à l’abréger ! —Qu’il en soit ainsi, s’écria Jeanne, et béni soit Dieu qui vous a préservé de l’enfer ! ” Jeanne continua à prier pour lui jusqu’au moment où Dieu lui révéla qu’il était sorti du purgatoire.

C’est Jeanne elle-même qui fit le récit de ces choses à ses religieuses, afin de leur inspirer la crainte des jugements de Dieu, la dévotion aux saints, et le zèle pour le soulagement des âmes du purgatoire. Ayons, nous aussi, la crainte des jugements de Dieu, la dévotion aux saints et un grand dévouement pour les défunts.

sainte-veronique-par-mattia-preti


74e APPARITION

 Combien de prières, de mérites et de grâces, s’assure à lui-même, celui qui offre ses bonnes œuvres pour le soulagement des âmes du purgatoire. Il se prépare des avocates dévouées, qui lui obtiendront ce qui lui est nécessaire ici-bas, et le salut dans l’autre vie.

 Les anges gardiens de ces âmes lui rendront au centuple ce qu’il aura fait pour leurs protégées. Les saints du ciel feront aussi la même chose pour lui.

Quelle récompense ne donnera pas Notre-Seigneur lui-même, à celui qui lui aide à faire entrer plus tôt au ciel, ces âmes qu’il a rachetées et qu’il aime tant.

Denis-le-Chartreux raconte que sainte Gertrude offrait toutes ses journées à Dieu, multipliait ses prières, bonnes oeuvres, aumônes, mortifications, etc., pour le soulagement des âmes du purgatoire.

Ste Gertrude the Great

Jésus-Christ lui fit plusieurs fois connaître les âmes qui en avaient le plus besoin. Alors, elle redoublait, pour elles, de prières et de pénitences. Souvent ces âmes lui apparaissaient, en quittant le purgatoire, et la comblaient de bénédictions.

Elle arriva ainsi à la vieillesse. Couchée sur son lit de mort, le démon chercha à lui faire croire qu’elle n’avait pas délivré tant d’âmes du purgatoire, que pour aller prendre leurs place, puisqu’elle leur avait donné tous ses mériter satisfactoires et n’avait rien gardé pour elle. Elle commença à se lamenter : “ Oh ! que je suis malheureuse, se disait-elle !

Dieu peu d’instants, je vais mourir, je vais rendre de toute ma vie le compte le plus rigoureux. Comment pourrais-je être délivrée du purgatoire, puisque je n’ai rien gardé de tous mes mérites ?

Mon Dieu, permettrez-vous que j’aie un long et terrible purgatoire, parce que j’aurai été trop généreuse envers les défunts ? ” Au même moment, elle voit Notre-Seigneur qui lui demande : “ Pourquoi donc es-tu si triste ?

— Seigneur, répond-elle, je crains de mourir et d’aller longtemps au lieu de l’expiation, parce que j’ai donné tous mes mérites satisfactoires aux âmes du purgatoire, comme vous le savez bien. — Ma fille, lui dit Notre-Seigneur, en souriant, afin que tu saches combien ta charité envers ces âmes m’a été agréable, je t’annonce que tu ne passeras pas par le purgatoire.

ste gertrudesilence7

De plus, comme j’ai promis cent pour un à tous ceux qui me servent, j’augmenterai d’autant ta gloire au ciel que tu as secouru les défunts. Toutes les âmes que tu as soulagées viendront à ta rencontre et t’introduiront dans le paradis, au milieu de leurs cantiques de joie.”

La sainte ne pouvait se contenir de joie à cette divine assurance. Elle eut à peine le temps de faire connaître cette heureuse nouvelle à ses soeurs, qu’elle expira le sourire sur les lèvres, les yeux animés d’une clarté merveilleuse, comme une prédestinée qui ne doute point de son salut.

Si donc nous voulons mourir en prédestinés et être grandement soulagés en purgatoire, prions pour les pauvres défunts. C’est si facile de le faire: nous n’avons qu’à le vouloir.


purgatoire-messe

75e APPARITION

De tout ce qu’on peut faire pour les âmes du purgatoire, il n’y a rien de plus efficace que la messe.

C’est la doctrine expresse de l’Église, que bien des faits miraculeux authentiques confirment. Il y avait, à Cologne, deux dominicains dont l’un était le bienheureux Suzo. Leur même goût pour la piété leur avait fait contracter une amitié intime, et ils se faisaient part des faveurs qu’ils recevaient du ciel.

C’est ainsi que le bienheureux Suzo dévoila à son ami un fait qu’il tenait caché. Un jour, il lui fit voir le nom de Jésus, qu’il avait gravé sur son coeur, avec une pointe de fer rougie au feu.

Quand ils se séparèrent, ils se promirent que le premier qui mourrait serait secouru par l’autre, une année entière, de deux messes par semaine.

Pendant plusieurs années, ils continuèrent, chacun de son côté, à servir Dieu avec la plus édifiante ferveur. Enfin, le bienheureux Suzo apprit que son ami était mort. Il avait oublié sa promesse au sujet des messes ; mais il priait beaucoup, s’imposait de grandes pénitences, sans toutefois dire ces messes promises.

Un matin, qu’il priait à la chapelle, il vit tout à coup paraître son cher ami qui, le regardant tendrement, lui reprocha son infidélité.

Le bienheureux, surpris, chercha à s’excuser de son oubli sur les nombreuses prières et bonnes œuvres qu’il avait faites pour lui. “ Oh ! non, non, mon frère, reprit le défunt; non, cela n’est rien comparé à la messe, pour éteindre les flammes qui me consument.

ange a la messe05_o

Je vous conjure de tenir votre promesse.

Suzo lui promit d’en dire plus qu’il n’en avait promis afin de réparer son oubli. Dès le lendemain, Suzo et plusieurs prêtres dirent la messe pour l’ami défunt et continuèrent plusieurs jours cet acte de charité. Le défunt revint, après ce temps.

La joie brillait sur son visage, une vive lumière l’environnait et il paraissait parfaitement heureux. “ Je vous remercie, mon fidèle ami, lui dit-il, de la délivrance que je vous dois. Grâce aux messes qui ont été dites pour moi, me voici sorti du purgatoire et je monte au ciel, où je verrai face à face le Dieu que nous avons adoré si souvent ensemble.

” Suzo se prosterna pour remercier Dieu de lui avoir fait comprendre l’inestimable valeur du saint sacrifice de la messe. Ayons donc une grande dévotion pour la messe, et faisons-en dire le plus souvent possible pour les pauvres âmes du purgatoire.

Nous en serons si bien récompensés.


Lire la Partie 8 : ICI

À SUIVRE….


 

Advertisements
%d blogueurs aiment cette page :