Des dizaines de jeunes morts dans un attentat à Manchester le 22 Mai 2017 « pauvres fils de la société qui ne reconnaît pas le mal »Le deuil d’un vieil évêque qui croit en Dieu..


negri-messe-15-aout_540

Luigi Negri (archevêque de Ferrara-Comacchio)
23/05/2017
www.lanuovabq.it

La bouleversante méditation funèbre de Mgr Negri après le tragique attentat de Manchester et ses nombreuses très jeunes victimes (23/5/2017)


Mes très chers enfants (/fils),

J’ai envie de vous appeler ainsi même si je ne vous connais pas. Mais dans les longues heures d’insomnie qui ont suivi l’annonce de ce terrible attentat, où beaucoup d’entre vous ont perdu la vie et beaucoup ont été blessés, je vous ai sentis liés à moi d’une manière particulière.

Vous êtes venus au monde, souvent même pas désirés, et personne ne vous a donné de «raisons appropriées pour vivre», comme le demandait le grand Bernanos à la génération de ses adultes. Ils vous ont mis dans la société avec deux grands principes: que vous pouvez faire ce que vous voulez parce que chacun de vos désirs est un droit; et l’importance d’avoir le plus grand nombre de biens de consommation.

Vous avez grandi ainsi, considérant comme évident que vous ayez tout. Et quand vous aviez un quelconque problème existentiel – autrefois, c’est comme cela qu’on disait – et le communiquiez à vos parents, à vos adultes, la séance de psychanalyse était déjà prête pour résoudre ce problème.

Ils ont juste oublié de vous dire qu’il y a le Mal. Et le Mal est une personne, pas une série de forces ou d’énergies. C’est une personne. Cette personne s’est tapie là, pendant votre concert. Et l’aile terrible de la mort qu’elle porte avec elle vous a saisis.

Mes enfants, vous êtes morts ainsi, presque sans raison, comme vous aviez vécu. Ne vous inquiétez pas, ils ne vous ont pas aidé à vivre, mais ils vont vous faire de «très belles» funérailles dans lesquelles s’exprimera au maximum cette rhétorique laïcise ampoulée, avec toutes les autorités laïques présentes – et malheureusement aussi celles religieuses – debout, silencieuses. Bien sûr, vos funérailles seront faites à l’extérieur, même pour ceux qui croient, parce que désormais, le seul temple est la nature.

Robespierre rirait parce que même lui n’est pas parvenu à réaliser ce fantasme. Du reste, dans les églises, on ne fait plus de funérailles parce que, comme le dit avec perspicacité le cardinal Sarah, désormais, dans les églises catholiques, on célèbre les funérailles de Dieu.

Ils n’oublieront pas de mettre sur les trottoirs vos peluches, les souvenirs de votre enfance, de votre première jeunesse. Et puis tout sera archivé dans la rhétorique de ceux qui n’ont rien à dire face aux tragédies parce qu’il n’ont rien à dire face à la vie.

J’espère qu’au moins dans cette situation, l’un de ces gourous – culturels, politiques et religieux – retiendra sa langue et ne nous envahira pas avec les discours habituels pour dire que «ce n’est pas une guerre de religion», que « la religion est par nature ouverte au dialogue et à la compréhension». Voilà, j’espère qu’il y aura un moment silencieux de respect.

Tout d’abord, pour vos vies, fauchées par la haine du démon, mais aussi pour la vérité.

Parce que les adultes devraient avant tout avoir le respect de la vérité. Ils peuvent ne pas la servir , mais ils doivent en avoir le respect.

Moi, de toute façon, qui suis un vieil évêque qui croit encore en Dieu , dans le Christ et dans l’Église, je célébrerai la messe pour vous tous le jour de vos funérailles…

Pour que de l’autre côté – quelles que soient vos pratiques religieuses – vous rencontriez le cher visage de la Vierge qui, en vous serrant dans ses bras, vous consolera de cette vie gâchée, non par votre faute, mais par la faute de vos adultes.


http://benoit-et-moi.fr/2017/actualite/le-deuil-dun-vieil-eveque-qui-croit-en-dieu.html

Attentat à Manchester. Les deux SDF qui ont soigné des enfants sont devenus des héros


attentat-manchester-les-deux-sdf-qui-ont-soigne-des-enfants-sont-devenus-de-heros

Stephen Jones et Chris Parker étaient juste à côté de la Manchester Arena quand l’attentat a eu lieu. Les deux SDF ont accouru pour apporter leur aide. Et sont devenus des héros. | Capture écran ITV

Un SDF dormait tout près de la Manchester Arena et un autre faisait la manche non loin lorsque le terroriste Salman Abedi a fait exploser sa bombe, tuant 22 personnes dont des enfants, et en blessant 59 autres. Réveillés par la détonation, Stephen et Chris ont accouru pour apporter leur aide aux blessés, et aux enfants notamment. Sont devenus des héros sur les réseaux sociaux. Et ont même suscité des opérations de crowdfunding sur la toile.

Stephen Jones et Chris Parker étaient là, juste à côté de la Manchester Arena, lundi soir. La détonation de l’attentat de Salman Abedi a réveillé le premier, qui dormait sur le trottoir, et fait sursauter le second, qui faisait la manche. Tous deux se sont précipités pour voir ce qui se passait. Et, une fois arrivés sur les lieux, pour aider les victimes.

« C’était des enfants, beaucoup d’enfants avec du sang partout et qui criaient et pleuraient », a raconté Stephen Jones, SDF de 35 ans au visage émacié, sur ITV

« J’ai entendu un boum et une seconde, après j’ai vu un éclair blanc puis de la fumée et j’ai entendu crier », a de son côté raconté Chris Parker.

« Je l’ai enveloppée dans un t-shirt »

Leur récit a fait le tour des réseaux sociaux et des médias britanniques, faisant d’eux des héros.

Les deux hommes ont été témoins du chaos juste après l’explosion, à l’issue du concert de la chanteuse Ariana Grande. « Nous avons dû les soigner, leurs blessures aux bras et au visage étaient terribles à cause des clous et des boulons », a décrit Stephen Jones. Ajoutant : « C’est pas parce que je suis sans-abri que je n’ai pas de coeur. Ils avaient besoin d’aide (…), c’est juste l’instinct d’aller aider ».

Chris Carter, 33 ans, a bien du mal à retenir ses larmes quand il décrit la scène qu’il a vécue : « J’ai vu une petite fille… elle n’avait plus de jambes. Je l’ai enveloppée dans un t-shirt et je lui ai demandé : « Où est ta maman et ton papa ? ». Elle a répondu : « Mon papa est au travail et ma maman est dans la salle » ».

« Une femme est morte dans mes bras »

Lui qui est SDF à Manchester depuis près d’un an traîne souvent près de la salle de concert de la Manchester Arena pour faire la manche. Son pire souvenir de cette nuit horrible : « Une femme qui est morte dans mes bras. Elle avait une soixantaine d’années et m’a dit qu’elle était venue avec sa famille ».

Stephen Jones, lui, n’oubliera jamais les cris. Et les corps « sans vie » d’enfants allongés à même le sol et leurs mères « hystériques ».

manchester-fleur-hommage-victimes


http://www.ouest-france.fr/faits-divers/attentat/attentat-manchester/attentat-manchester-les-deux-sdf-qui-ont-soigne-des-enfants-sont-devenus-de-heros-5014829

 

Publicités
Les commentaires sont fermés.
%d blogueurs aiment cette page :