Le Manuscrit du Purgatoire du Sanctuaire de Montligeon *Extrait – Questions-Réponses d’une Religieuse avec l’âme d’une autre religieuse qui se trouve au Purgatoire.*


Le Manuscrit du Purgatoire…

le-manuscrit-du-purgatoire.net

Une Religieuse d’un couvent de V., Soeur M .d. l. C., décédée à C. le 11 mai 1917, perçut tout à coup, près d’elle, en novembre 1873, des gémissements prolongés… Épouvantée, elle s’écria : « Oh ! Qui êtes-vous donc ?… Vous me faites peur… Surtout ne vous montrez pas !…

Mais dites-moi qui vous êtes. » A cette sommation, aucune réponse ne fut faite, mais les plaintes continuèrent… en se rapprochant d’elle de plus en plus. En vain, la pauvre Soeur multipliait prières, communions, chemins de croix et rosaires, les gémissements ne cessaient pas et restaient toujours aussi mystérieux… Enfin, le dimanche 15 février 1874, une voix bien connue se fit entendre :

 

« N’ayez pas peur ! Vous ne me verrez pas dans mes souffrances ! Je suis Soeur M. G.» Et l’âme en peine fit savoir à son ancienne compagne, dont elle avait jadis trop souvent méprisé les conseils, qu’elle lui multiplierait ses visites pour l’aider à se sanctifier, car il entrait dans le plan divin que ce fût elle, Soeur M. d. la. C., qui, par la sainteté de sa vie, dût soulager et finalement délivrer celle qui avait naguère tant exercé sa patience. La réponse était donnée… Eut-elle pour effet de calmer celle qui l’avait reçue ? Nullement…

Ce fut plutôt le contraire. La Soeur M. d. l. C. supplia sa visiteuse de disparaître et de ne plus jamais revenir… Mais ce fut peine perdue. Il lui fut répondu, qu’elle devrait subir – tout le temps voulu par Dieu – ce qu’elle redoutait au plus haut point.

Et c’est ainsi que, plusieurs années durant, s’établirent entre l’âme de Soeur M. G. et la Soeur M. d. 1. C. les mystérieuses relations que Soeur M. d. 1. C. consigna elle-même, de 1874 à 1890, dans le précieux manuscrit dont nous entreprenons la publication.

BARRE JAUNE BRUN

Voici donc quelques extraits…

 

Quelle distance y a-t-il entre la terre que nous habitons

et le Purgatoire ? –

terremalade8

 

R Le Purgatoire est au centre du globe. La terre elle-même n’est-elle pas un Purgatoire ? Parmi les personnes qui l’habitent, les unes l’y font entièrement par la pénitence volontaire ou acceptée : celles-là vont, après leur mort, immédiatement au Ciel ; les autres l’y commencent, car la terre est bien un lieu de souffrance, mais ces âmes, n’ayant pas assez de générosité, vont finir leur Purgatoire de la terre dans le Purgatoire réel.

BARRE JAUNE BRUN


Les morts subites et imprévues sont-elles une justice

ou une miséricorde du bon Dieu ? –

 

R Ces sortes de morts sont quelquefois une justice et quelquefois une miséricorde. Quand une âme est craintive et que Dieu sait qu’elle est préparée et prête à paraître devant lui, pour lui épargner les frayeurs qu’elle pourrait avoir au dernier moment, il la retire de ce monde par une mort subite. Quelquefois aussi le bon Dieu prend les âmes dans sa justice. Elles ne sont pas pour cela toutes perdues, mais privées des derniers Sacrements ou les recevant à la hâte, sans s’être préparées au dernier passage, leur Purgatoire est bien plus douloureux et se prolonge davantage.

D’autres, ayant comblé la mesure de leurs crimes et étant restées sourdes à toutes les grâces divines, le bon Dieu les enlève de la terre afin qu’elles n’y excitent pas davantage sa vengeance.

BARRE JAUNE BRUN


Le feu du Purgatoire est-il un feu comme celui de la terre ? –

 

R Oui, avec cette différence que le feu du Purgatoire est un purificateur de la justice de Dieu et que celui de la terre est bien doux, comparé à celui du Purgatoire. C’est une ombre auprès des grands brasiers de la justice divine.


Comment donc une âme peut-elle brûler ? –

R Par une juste permission du bon Dieu ; l’âme qui a été la vraie coupable, puisque le corps n’a fait que lui obéir (car quelle malice voyez-vous faire à un corps mort ?), l’âme souffre comme si c’était le corps qui souffrît.


 Dites-moi, que se passe-t-il à l’agonie et après ?

L’âme se trouve-t-elle à la lumière ou dans les ténèbres ?

Sous quelle forme se prononce la sentence ? –

purgator soul

R Je n’ai pas eu d’agonie, vous le savez, mais je puis vous dire qu’à ce dernier moment décisif le démon déploie toute sa rage autour des mourants.

Le bon Dieu, pour donner plus de mérite aux âmes, permet qu’elles subissent ces dernières épreuves, ces derniers combats : les âmes fortes et généreuses, afin d’avoir encore une plus belle place au Ciel, ont souvent, à la fin de leur vie et dans les transes de la mort, de ces luttes terribles contre l’ange des ténèbres (vous en avez été témoin), mais elles sortent victorieuses.

Le bon Dieu ne souffre pas qu’une âme qui lui a été dévouée pendant sa vie périsse en ces derniers moments. Les personnes qui ont aimé la Sainte Vierge, qui l’ont invoquée toute leur vie, reçoivent d’elle beaucoup de grâces dans les dernières luttes.

 

Il en est encore de même pour celles qui ont été dévouées à saint Joseph, à saint Michel ou à quelque autre Saint. C’est alors surtout, comme je vous l’ai dit déjà, qu’on est heureux d’avoir un intercesseur près de Dieu dans ce pénible moment.

 

Il y a des âmes qui meurent tranquilles, sans rien éprouver de ce que je viens de dire. Le bon Dieu a ses desseins en tout : il fait ou permet tout pour le bien particulier de chacun.

BARRE JAUNE BRUN


Comment vous dire et vous décrire

ce qui arrive après l’agonie ?

PURGATOIRE Jacopo_vignali,_san_michele_arcangelo_libera_le_anime_del_purgatorio

II n’est pas possible de le bien comprendre sans y avoir passé. Je vais essayer pourtant de vous l’expliquer de mon mieux. L’âme, en quittant son corps, se trouve toute perdue, tout investie (si je puis ainsi parler) par Dieu. Elle se trouve dans une telle clarté qu’en un clin d’oeil elle aperçoit sa vie entière et, d’après cela, ce qu’elle mérite. C’est elle-même au milieu de cette vue si claire qui prononce sa sentence.

L’âme ne voit pas le bon Dieu, mais elle est anéantie par sa présence. Si c’est une âme coupable comme je l’étais et, par conséquent, qui a mérité le Purgatoire, elle est tellement écrasée sous le poids de ses fautes qui restent à effacer qu’elle se plonge d’elle-même dans le Purgatoire.

 

C’est alors seulement qu’on comprend le bon Dieu, son amour pour les âmes et quel malheur est le péché aux yeux de sa Majesté divine. Saint Michel se trouve là quand l’âme quitte son corps ; c’est lui seul que j’ai vu et que voient toutes les âmes. Il est comme le témoin et l’exécuteur de la justice divine. J’ai vu aussi mon ange gardien.

 

C’est afin de vous faire comprendre comment on peut dire que saint Michel porte les âmes au Purgatoire… car une âme ne se porte pas, mais pourtant c’est vrai, en ce sens qu’il est là, présent à l’exécution de la sentence. Tout ce qui se passe en l’autre monde est un mystère pour le vôtre.

BARRE JAUNE BRUN


Et quand c’est une âme qui va droit au Ciel ? –

CIEL PURGATOIRE ENFER

R Pour cette âme, son union commencée avec Jésus se continue à la mort : voilà le Ciel, mais l’union du Ciel est bien plus intime que celle de la terre.

 

Pourquoi avez-vous agi ainsi avec le bon Dieu aujourd’hui ? Il n’est pas content de votre conduite, lui qui est si bon pour vous ; c’est de l’ingratitude de votre part. Et pourquoi examinez-vous la conduite des autres ? Occupez-vous seulement de la vôtre : cela suffit. Tout le monde n’a pas la même tête et, si vous eussiez dû la perdre depuis sept ans que je vous parle, après toutes les peurs que vous avez eues, il y a longtemps que ce serait arrivé. Rassurez-vous donc et ne recommencez jamais à agir comme aujourd’hui !

 

Vous avez bien raison de ne pas aimer les extases. Il faut bien les accepter quand le bon Dieu les envoie, mais il ne veut pas qu’on les désire. Ce ne sont pas ces choses-là qui conduiront au Ciel. Une vie mortifiée, humble, est plus à désirer et est beaucoup plus sûre. Il est vrai que plusieurs Saints ont eu des révélations et des extases, mais c’était une récompense que le bon Dieu leur donnait après de longs combats et une vie de renoncement, ou encore parce qu’il voulait se servir d’eux pour de grandes choses en vue de sa gloire ; et tout cela se faisait sans bruit, sans éclat, dans le silence de l’oraison, et, quand ils étaient découverts, ils étaient tout honteux et n’en parlaient que par obéissance.

 

Le bon Dieu vous a broyée par le passé, mais prenez patience et soyez bien courageuse car il vous broiera encore dans l’avenir.

BARRE JAUNE BRUN


Voici comment on peut connaître

qu’une grâce vous est donnée par le bon Dieu.

Ces grâces vous arrivent et fondent sur vous comme une ondée d’eau qui vous surprend au milieu d’un beau jour, alors que le Ciel paraît presque serein. On ne doit pas craindre alors de les avoir recherchées, on n’y pensait pas. Vous avez remarqué cela plusieurs fois. C’est bien différent des grâces que l’on croit données par Jésus et qui ne sont que le fruit d’une imagination qui a beaucoup travaillé pour les produire.

 

Celles-là seraient à craindre, parce que le démon se met souvent de la partie et profite d’un cerveau faible, d’un tempérament mou, d’un jugement pas trop sain ; alors, il illusionne ces pauvres âmes qui, du reste, ne pèchent pas, pourvu qu’elles se soumettent aux avis des personnes qui les dirigent, et je puis vous dire qu’il y en a beaucoup dans le monde de ce temps-ci.

Le démon  agit de la sorte afin de faire tourner la religion en ridicule ! Peu de personnes aiment le bon Dieu comme il l’entend. Elles se recherchent en croyant chercher le bon Dieu et rêvent d’une sainteté qui n’est pas la vraie !

 


Dites-moi donc en quoi consiste la vraie sainteté ? –

purgatoir8

R Vous le savez bien ; mais, puisque vous le désirez, je vais vous le répéter, car je vous l’ai déjà dit plusieurs fois : la vraie sainteté consiste à se renoncer du matin au soir, à vivre de sacrifice, à savoir mettre constamment de côté le moi humain, à se laisser travailler par le bon Dieu comme il l’entend, à recevoir les grâces qui nous viennent de sa bonté avec une profonde humilité, s’en reconnaissant indigne, à se tenir le plus possible en la sainte présence du bon Dieu, à faire toutes ses actions sous son regard divin, ne cherchant que lui pour témoin de ses efforts et pour son unique récompense, et toutes les autres choses que je vous ai déjà dites. C’est la sainteté voulue et exigée par Jésus des âmes qui veulent être uniquement à lui et vivre de sa vie. Le reste n’est qu’illusion.

 

Certaines âmes font leur Purgatoire sur la terre par la souffrance, d’autres par l’amour, car l’amour a bien aussi son martyre. L’âme qui cherche véritablement à aimer Jésus trouve, malgré ses efforts, qu’elle ne l’aime pas au gré de ses désirs, et c’est pour cette âme un martyre perpétuel, causé uniquement par l’amour et qui n’est pas sans grandes douleurs ! C’est, comme je vous l’ai dit, un peu l’état d’une âme du Purgatoire qui s’élance sans cesse vers Celui qui est son unique désir et qui s’en trouve en même temps repoussée, parce que son expiation n’est pas achevée.

 


Si je n’avais parlé à personne de ce que vous me dites depuis que je vous entends, qu’en serait-il résulté ?

Vous savez que j’avais grande envie de garder tout pour moi seule ! –

 

 R Vous étiez libre de tout garder pour vous seule, mais si vous n’en eussiez pas parlé, je vous aurais conseillé de le faire, parce que le bon Dieu n’a jamais permis que la perfection de personne vienne directement du Ciel. Comme elle habite la terre, il veut que ce soit sur la terre qu’elle achève de se perfectionner d’après les conseils qu’il permet qu’on lui donne à cet effet. Vous avez donc bien fait de confier ce qui vous coûtait tant à dire. Du reste, tout cela ne vient pas de vous et le bon Dieu, qui dirige tout pour le bien de ceux qu’il aime, sait en même temps en tirer sa gloire.

 


Le jour et l’octave des Morts apportent-ils dans le Purgatoire une joie et de nombreuses délivrances ? –

noel-rois-mages

R Le jour des Morts, beaucoup d’âmes quittent le lieu d’expiation pour le Ciel et, par une grande grâce du bon Dieu, ce jour-là seul, toutes les âmes souffrantes, sans exception, ont part aux prières publiques de la sainte Église, même celles du grand Purgatoire. Cependant, le soulagement de chaque âme est proportionné à son mérite. Les unes reçoivent plus, les autres moins

Pourtant toutes se ressentent de cette grâce exceptionnelle. Beaucoup de pauvres âmes souffrantes ne reçoivent, par une justice de Dieu, que ce seul soulagement pendant les longues années qu’elles passent dans le Purgatoire. Ce n’est pourtant pas le jour des Morts qu’il monte le plus d’âmes au Ciel, c’est la nuit de Noël.

 

Dans le Purgatoire on ne reçoit des prières de la terre que ce que Dieu veut que chaque âme, suivant sa disposition, en reçoive. C’est une douleur ajoutée aux autres pour les pauvres âmes de voir que les prières qu’on fait pour leur délivrance propre servent, non pas à elles, mais à d’autres. Bien peu d’âmes reçoivent des prières ; la plupart sont abandonnées, sans un seul souvenir ni une seule prière de la terre.

 

Pour le temps de notre délivrance, nous n’en savons rien. Si nous connaissions le terme de nos souffrances, ce serait un soulagement, une joie pour nous, mais non ! Nous voyons bien que nos douleurs diminuent, que notre union devient plus intime, mais quel jour (d’après la terre, car ici il n’y a pas de jours) lui serons-nous réunis, nous n’en savons rien ; c’est le secret du bon Dieu.

 

Les âmes du Purgatoire n’ont de connaissances sur l’avenir que ce que Dieu permet et veut leur en donner. Certaines âmes, d’après leurs mérites, en ont plus les unes que les autres ; mais, qu’est-ce que toutes ces choses de l’avenir peuvent nous faire, à moins qu’il n’y aille de la gloire du bon Dieu et du bien pour quelques âmes ? Il ne faut pas s’étonner si le démon et ses suppôts donnent quelquefois des connaissances sur l’avenir qui se réalisent.

Le diable, c’est un esprit ; par conséquent, il a bien plus de ruses et de connaissances que n’importe quelle personne de la terre, excepté quelques Saints que le bon Dieu éclaire de sa lumière. Il rôde partout, cherchant à faire mal ; il voit ce qui se passe par le monde et, d’après sa sagacité, il peut prévoir bien des choses qui se réalisent : voilà la seule explication. Malheur à ceux qui se rendent ses esclaves en le consultant ; c’est un péché qui déplaît bien au bon Dieu.

BARRE JAUNE BRUN


Les âmes peuvent-elles quelquefois se tromper ?

Dieu peut-il le permettre ? –

 

R Oui…, non pour les choses qui existent, mais pour les choses à venir, mais il n’y a en cela pour elles aucune imperfection. Dieu lui-même ne paraît-il pas changer souvent l’ordre de ses desseins (3) ? Voici comment : il peut arriver que Dieu, dans sa justice, veuille châtier un royaume, une province, une personne : c’est l’intention qu’il manifeste, mais si quelques personnes de ce royaume, de cette province, par la prière ou par d’autres moyens, désarment sa justice, Dieu fera grâce entièrement ou amoindrira la peine, selon les prévisions de sa sagesse infinie.

 

Souvent même, il permet que les grands événements soient prédits d’avance, ou bien il en donne connaissance à quelques âmes, afin qu’elles préviennent et arrêtent sa vengeance : sa miséricorde est si grande qu’il ne punit qu’à la dernière extrémité. Ainsi pour la personne dont vous m’avez parlé un jour, je ne vous dis pas, dans le moment, les choses telles qu’elles sont arrivées.

 

 Pourtant c’était bien ce que le bon Dieu m’en faisait connaître alors ; mais, parce qu’elle changea un peu sa conduite, le bon Dieu ne lui infligea que la moitié du châtiment qui lui était réservé, si elle était demeurée dans les mêmes dispositions. Voilà comme on peut quelquefois paraître se tromper.

BARRE JAUNE BRUN


Y a-t-il beaucoup de protestants sauvés ?

 

Il y a, par la miséricorde du bon Dieu, un certain nombre de protestants qui sont sauvés, mais leur Purgatoire est long et rigoureux pour plusieurs. Ils n’ont pas, il est vrai, abusé des grâces comme beaucoup de catholiques, mais ils n’ont pas eu non plus les grâces insignes des Sacrements et les autres secours de la vraie religion, ce qui fait que leur expiation se prolonge longtemps dans le Purgatoire. Je parle plus bas qu’à l’ordinaire, parce que vous-même, depuis huit jours, vous parlez trop bas au bon Dieu en psalmodiant. Quand vous parlerez plus haut, je ferai de même.

 


Connaissez-vous, dans le Purgatoire,

la persécution dont l’Église est l’objet ?

En connaissez-vous le terme ? –

Résultats de recherche d'images pour « nous savons que l'Église est persécutée »

R Nous savons que l’Église est persécutée et nous prions pour son triomphe, mais quand aura-t-il lieu ? Je l’ignore… Peut-être que quelques âmes le savent ! Moi, je ne sais pas.

Dans le Purgatoire, les âmes ne restent pas uniquement occupées de leurs douleurs ; elles prient beaucoup pour les grands intérêts du bon Dieu, pour les personnes qui abrègent leurs souffrances. Elles louent et remercient Notre-Seigneur pour ses miséricordes infinies à leur égard, car la limite du Purgatoire et de l’enfer a été pour certaines âmes bien étroite et peu s’en est fallu quelles ne soient tombées dans l’abîme. Jugez alors quelle est la reconnaissance de ces pauvres âmes arrachées ainsi à Satan.

 

Je ne puis vous expliquer comment nous ne voyons plus la terre comme vous ; ceci ne peut se comprendre que quand l’âme a quitté son corps, car alors la terre qu’elle vient de laisser, en lui abandonnant son corps, ne lui paraît plus qu’un point comparé aux horizons sans fin de l’éternité qui s’ouvre pour elle.

 

Il ne faut pas faire attention aux « qu’en dira-t-on ». Le vrai mérite pour une âme ne consiste pas à recevoir avec patience des reproches qu’elle mérite un peu, mais bien à recevoir patiemment ceux qu’elle ne mérite pas, surtout quand elle a fait tout ce qui était en son pouvoir pour faire de son mieux ce qu’on lui reproche.

 

Je reçois plus de soulagement d’une de vos actions faite avec une grande union à Jésus que d’une prière vocale, car qu’est-ce que le bon Dieu exauce ? Tout ce qui est fait avec un esprit intérieur. Plus l’union d’une âme avec lui est intime et plus il exauce tout ce qu’elle demande ; une âme intimement unie à Jésus est maîtresse de son Coeur. Tendez donc à cette union que Jésus attend de vous depuis si longtemps.

Vous voulez lui faire plaisir, voilà l’unique moyen : vous approcher toujours davantage de son Coeur par une grande attention aux moindres désirs de sa divine volonté. Il faut qu’il puisse vous tourner et vous retourner comme il l’entendra et que, jamais, il ne trouve de résistance de votre part. Alors, vous verrez et comprendrez sa bonté, quand vous serez arrivée là.

 

Faites une sérieuse attention à travailler pour Dieu seul. Ne cherchez jamais que lui pour témoin de vos actions. Ainsi, gardez-vous de penser en vous-même avant n’importe quelle action, des choses telles que celle-ci : « Je vais faire ceci pour plaire à telle personne ; si je fais cette chose-là de cette manière, je vais être agréable à telle autre. » Le bon Dieu n’aime pas ces raisonnements humains pour personne et pour vous encore moins. Dirigez uniquement votre intention dans la vue de plaire à votre Jésus, à lui seul. Si, en agissant ainsi, vous plaisez à quelques personnes, tant mieux. Si le contraire arrive, tant pis ! Le bon Dieu sera content ; ce doit être tout pour vous.

 


8 DÉCEMBRE, 2 heures. – Immaculée Conception

https://reinformation1.files.wordpress.com/2017/12/1200px-0_limmaculc3a9e_conception_-_p-p-_rubens_-_prado_-_p1627_-_21.jpg?w=840

Si vous saviez que peu de personnes agissent pour Dieu seul, font toutes leurs actions pour Dieu seul… Hélas ! À la mort, alors qu’on n’est plus aveuglé, que de regrets on se prépare, hélas ! Si on réfléchissait quelquefois à l’éternité ! Qu’est-ce que la vie comparée à ce jour qui n’aura pas de soir pour les élus, à ce soir qui n’aura pas de jour pour les réprouvés !

On aime tout sur la terre, on s’attache à tout excepté à Celui qui devrait avoir notre affection uniquement et auquel nous la refusons. Le Jésus du tabernacle attend des coeurs qui l’aiment et n’en trouve pas. A peine un sur mille qui l’aime comme on devrait l’aimer ! Aimez-le, vous ; dédommagez-le de cette indifférence si coupable qui existe par le monde !

 


Mais, dans le Purgatoire, on l’aime ? –

R Oui, mais c’est un amour de réparation, et si nous l’avions aimé comme nous aurions dû sur la terre, nous ne serions pas si nombreuses, il n’y aurait pas tant d’âmes dans le lieu de l’expiation.

 


Au Ciel Jésus y est bien aimé ? –

tabernacle_clip_image001

R Au Ciel, on l’aime beaucoup. Là, il est dédommagé, mais ce n’est pas encore cela que Jésus désire. Il voudrait qu’on l’aimât sur la terre, sur cette terre où il s’anéantit dans chaque tabernacle, afin que son abord soit plus facile, et on ne le fait pas. On passe devant une église avec plus d’indifférence que devant un monument public.

Si parfois on entre dans le lieu saint, c’est plus pour outrager le divin Captif qui y réside, par sa froideur, sa mauvaise tenue, par des prières faites à la hâte, sans attention, que pour lui dire un mot du coeur, un mot d’amitié et de reconnaissance pour sa bonté envers nous.

 

Je vous ai dit qu’il y a des âmes qui font leur Purgatoire au pied des autels. Elles ne sont pas là pour les fautes qu’elles ont commises dans l’église ; ces fautes, qui attaquent directement Jésus présent dans le tabernacle, sont punies très sévèrement dans le Purgatoire.

Donc, les âmes qui sont là en adoration y sont plutôt comme en récompense de leur dévotion au Saint Sacrement et de leur respect dans le saint lieu. Elles souffrent moins que si elles étaient dans le Purgatoire même, et Jésus qu’elles contemplent des yeux de l’âme et de la foi tout ensemble leur adoucit par sa présence invisible les peines qu’elles endurent.

 


JANVIER 1880. –

Noel_MC_11b

La nuit de Noël, des milliers d’âmes ont quitté le lieu d’expiation pour le Ciel ; mais beaucoup sont restées et je suis du nombre. Vous me dites quelquefois que la perfection d’une âme est bien longue, c’est vrai ; vous êtes aussi étonnée que, malgré tant de prières, je reste si longtemps sans jouir de la vue du bon Dieu.

Hélas ! La perfection d’une âme dans le Purgatoire ne va pas plus vite que sur la terre ; il y a certaines âmes et c’est le petit nombre, qui n’ont que quelques péchés véniels à expier ; celles-là ne restent pas longtemps en Purgatoire. Quelques prières bien faites, quelques sacrifices les délivrent en peu de temps.

 

Mais quand ce sont des âmes comme moi – et c’est le cas de presque toutes ! – qui ont passé une vie à peu près nulle, s’occupant peu ou presque pas de leur salut, il faut, dans ce cas, recommencer sa vie dans le lieu de l’expiation, il faut perfectionner son âme de nouveau, aimé, désirer Celui que nous n’aimions pas assez sur terre.

Voilà pourquoi la délivrance des âmes se fait attendre quelquefois si longtemps. Le bon Dieu m’a encore fait une grande grâce de me permettre de pouvoir réclamer des prières. Je ne le méritais pas ; sans cela, je serais comme la plupart ici, des années et des années !

 


Peut-on recevoir une prière, une pensée d’un ami défunt et lui faire connaître le souvenir qu’on garde de lui ? –

st michel archange

R On peut faire parvenir ici des souvenirs de la terre, mais ce n’est pas bien utile, car je vous ai déjà dit que les âmes du Purgatoire savaient et connaissaient les personnes qui s’intéressent à elles sur terre. Dieu permet quelquefois aussi que l’on puisse recevoir une prière, un avertissement, un conseil… Ainsi, ce que je vous ai dit plusieurs fois au sujet de saint Michel, c’était de sa part ; ce que je vous ai dit pour votre père, c’était de la part du bon Dieu. Toutes les commissions que vous m’avez données bien des fois pour l’autre monde, je les ai faites toujours ; mais toutes ces choses sont subordonnées à la volonté divine.

 


Les fautes sont-elles connues de tous dans le Purgatoire,

comme elles le seront au jugement dernier ? –

 

R Nous ne connaissons pas en général, dans le Purgatoire, les fautes des autres, exceptés pourtant quand le bon Dieu le permet, envers certaines âmes, pour ses desseins ; mais c’est envers le petit nombre qu’il agit de la sorte.

 


Avez-vous du bon Dieu une connaissance plus parfaite que nous ? –

Ames_du_Purgatoire-g

R Oh ! Quelle question ! Mais oui, nous le connaissons beaucoup mieux et l’aimons aussi beaucoup plus ! Hélas ! C’est bien ce qui cause ici notre plus grand tourment. On ignore, sur la terre, ce qu’est le bon Dieu. On s’en fait une idée d’après ses vues bornées ; mais nous, en quittant notre enveloppe de boue, alors que rien n’entrave plus la liberté de notre âme, oh ! C’est alors seulement que nous avons connu Dieu, ses bontés, ses miséricordes, son amour !

Après cette vue si claire, ce besoin si grand de l’union, l’âme tend toujours vers lui, c’est sa vie et, toujours, elle est repoussée, parce qu’elle n’est pas assez pure, voilà notre souffrance : la plus dure, la plus amère. Oh ! S’il nous était donné de retourner sur la terre, après que nous connaissons le bon Dieu, quelle vie mènerait-on ! Mais regrets inutiles… et pourtant, sur la terre, on ne pense pas à ces choses, on vit en aveugle.

L’éternité n’est comptée pour rien. La terre, qui n’est qu’un passage et qui reçoit seulement les corps qui, à leur tour, deviennent terre eux-mêmes, est le seul objet où tendent presque tous les désirs, et le Ciel, on n’y pense pas ! Et Jésus et son amour sont oubliés !

 


Dans le Purgatoire, les âmes se consolent-elles mutuellement dans l’amour du bon Dieu ou chacune est-elle complètement isolée dans sa douleur ? –

jesus purgatoire

R Dans le Purgatoire, notre seule consolation, notre seule espérance est Dieu seul. Sur la terre, le bon Dieu permet qu’on puisse quelquefois être consolé dans ses peines de corps et d’esprit par un coeur ami ; et encore, si, dans ce coeur, l’amour de Jésus ne s’y trouve pas, les consolations sont vaines, mais ici les âmes sont perdues, abîmées dans la volonté divine, et Dieu seul peut adoucir leur douleur.

Toutes les âmes sont torturées, chacune d’après sa culpabilité, mais toutes ont une douleur commune qui surpasse toutes les autres : l’absence de Jésus qui est notre élément, notre vie, notre tout. Et nous en sommes séparées par notre faute !

 

Après une action, il ne faut pas passer votre temps à revenir en arrière pour examiner si vous avez bien agi ou non ! Certainement, il faut examiner vos actions chaque jour afin de les faire mieux, mais il ne faut pas que ce soit aux dépens de la tranquillité de l’âme.

 

Le bon Dieu aime les âmes simples. Il faut donc que vous alliez à lui avec une grande bonne volonté, toujours prête à vous sacrifier et à lui faire plaisir. Vous devez agir avec Jésus comme le petit enfant avec sa mère, vous confiant en sa bonté, remettant tous vos intérêts spirituels et corporels entre ses mains divines ; puis, après, chercher à le contenter en tout, sans vous occuper d’autre chose.

Le bon Dieu ne regarde pas tant les grandes actions, les actes héroïques, qu’une action simple, un petit sacrifice, pourvu que ces choses soient faites par amour. Quelquefois même un petit sacrifice qui n’a été connu que de Dieu seul et de l’âme sera plus méritoire qu’un grand qui aura été applaudi. Il faut être bien intérieur, pour ne rien prendre pour soi des louanges qu’on nous donne.

Le bon Dieu cherche des âmes vides d’elles-mêmes pour les remplir de son amour. Il en trouve peu. L’amour de soi ne laisse point de place pour Jésus. Ne laissez passer aucune occasion de vous mortifier, intérieurement surtout.

Jésus a des grâces à vous accorder pendant le carême ; préparez-vous-y par un redoublement de ferveur et surtout d’amour. Aimez surtout Jésus. Hélas ! Il est si peu aimé par le monde et tant outragé !

 


La Sainte Vierge vous aime beaucoup….

PURGATOIRE2

Vous, de votre côté, aimez-la aussi de tout votre coeur et procurez sa gloire le plus que vous pourrez. Vous ne comprendrez jamais assez la bonté du bon Dieu. Si on se donnait la peine d’y réfléchir quelquefois, ce serait suffisant pour devenir un Saint, mais on ne connaît pas assez la miséricordieuse bonté du Coeur de Jésus dans le monde.

Chacun la mesure d’après sa manière de voir, et cette manière est défectueuse. Il suit de là qu’on prie mal. Oui, peu de personnes savent prier comme Jésus le voudrait. On manque de confiance et pourtant Jésus

N’exauce que d’après l’ardeur de nos désirs et la mesure de notre amour. Voilà pourquoi souvent les grâces qu’on sollicite restent sans effet. Pour être heureux en religion, il faut être sourd, aveugle et muet, c’est-à-dire qu’il faut entendre bien des choses qu’on pourrait répéter, mais souvent il vaut mieux les garder pour soi. On ne se repent jamais de s’être tu.

On est obligé également de voir et d’entendre, comme si on n’avait rien vu ni rien compris. Oh ! Si vous saviez que c’est peu de chose que tous ces riens dont on fait grand cas ! Le démon se sert de ces petits foetus pour arrêter une âme et entraver tout le bien qu’elle était appelée à faire. Ne vous y laissez pas prendre.

Ayez le coeur grand et passez sur ces petites misères, sans y faire attention. Jésus doit avoir assez d’attraits pour vous, sans que vous vous arrêtiez à quoi que ce soit en dehors de lui.

Résultats de recherche d'images pour « jésus au purgatoire »

Voyez tout venir de sa bonté ; qu’il afflige ou qu’il console, c’est son amour qui ménage tout pour le bien de ses amis. Ne vous découragez jamais, quoi qu’il vous arrive :

Si Jésus voulait, il pourrait vous faire parvenir au sommet de la perfection où il vous veut en quelques heures, en un clin d’oeil ; mais non ! Il aime mieux voir vos efforts et il désire que vous connaissiez et voyiez par vous-même combien est âpre et rude le chemin de la perfection. Soyez bien généreuse.

Jésus vous a accordé plus de grâces et vous en accordera plus qu’à bien d’autres ; mais en retour, il espère trouver en vous une âme de sacrifice, dévouée. Il veut de vous surtout beaucoup d’amour, et quand vous aurez lutté ainsi contre vous-même, contre vos penchants, que vous aurez agi avec grand esprit de foi, eh bien !

La foi fera place à la réalité ; mais avant, il faut que vous agissiez comme si Jésus vous était toujours présent et que ce soit pour vous presque naturel, tout en étant surnaturel.

Les prédicateurs et les directeurs ne font de bien aux âmes qu’à proportion de leur union avec Jésus, c’est-à-dire de leur esprit d’oraison et de la vigilance qu’ils mettent à garder leur intérieur calme, à tenir toujours les yeux de l’âme ouverts sur Jésus, prêts à tout faire et à tout sacrifier pour le salut des personnes qui leur sont confiées.

 


Les promesses faites pour ceux qui récitent

le chapelet de saint Michel sont-elles vraies ? –

Image associée

R Les promesses sont réelles ; seulement, il ne faut pas croire que les personnes qui le récitent par routine et sans se mettre en peine de leur perfection soient tirées immédiatement du Purgatoire. Ce serait faux. Saint Michel fait encore plus qu’il ne promet, mais pour ceux qui sont condamnés à un long Purgatoire, il ne les en retire pas si vite.

Certainement qu’en souvenir de leur dévotion envers le saint Archange leurs peines sont abrégées ; mais pour être entièrement délivrées, non ! Moi qui le disais, je puis vous servir d’exemple. La délivrance immédiate n’a lieu que pour les personnes qui ont travaillé avec courage à leur perfection et qui ont peu de chose à expier dans le Purgatoire.

 


La France est bien coupable ; malheureusement, elle n’est pas seule.

jésus frappe à la porte

En ce moment, il n’y a pas un seul royaume chrétien qui ne cherche ouvertement ou sourdement à chasser le bon Dieu de son sein. Ce sont toutes les sociétés secrètes et le diable leur chef qui mettent ainsi tout en émoi et fomentent tous leurs complots. C’est maintenant l’heure du prince des ténèbres, mais ils ont beau faire tous, tant qu’ils sont : Dieu leur fera voir que c’est lui qui est le Maître et non pas eux.

Peut-être que ce ne sera pas avec douceur qu’il leur fera sentir sa puissance, mais, dans ses châtiments mêmes, Jésus est miséricordieux. Nous connaissons en Purgatoire, par la permission du bon Dieu, ce qui se passe en ce moment sur la terre, afin que nous priions pour ces grandes nécessités ; mais notre prière seule ne suffit pas.

Si Jésus trouvait quelques âmes de bonne volonté qui voulussent bien réparer, fléchir sa Majesté, sa bonté divine outragée, elles feraient plaisir à son Coeur offensé de tant d’amertumes, et elles pourraient fléchir sa miséricorde qui ne demande qu’à pardonner à celui qui s’humilie. Dites cela à Mère Supérieure.

 


Saint Michel interviendra dans la lutte personnelle de l’Église.

saint MichelLFFA

C’est lui qui est le chef de cette Église si persécutée, mais non bientôt anéantie, comme le pensent les méchants. C’est lui qui, également, est le Protecteur spécial de la France et qui l’aidera à se replacer à son rang de Fille aînée de l’Église, car, malgré toutes les offenses qui se commettent en France, il y a encore bien du bon, il y a des âmes bien dévouées.

 


Quand saint Michel interviendra-t-il ?

saint michel

Je ne le sais pas ! Il faut beaucoup prier à ces intentions, invoquer l’Archange, en lui rappelant ses titres, et le supplier d’intercéder auprès de Celui sur le Coeur duquel il a un si grand pouvoir. Que la Sainte Vierge ne soit pas oubliée : la France est son Royaume privilégié entre tous ; elle la sauvera. On fait bien de demander partout des Rosaires et des chapelets : c’est cette prière qui est la plus efficace dans les besoins présents.

Le vœu  héroïque est une chose très agréable au bon Dieu et d’un grand secours aux âmes du Purgatoire et bien profitable aux âmes généreuses qui veulent bien le faire. Du reste, en cédant ainsi une partie de leurs mérites, au lieu de perdre, elles ne font que gagner.


Pour les indulgences plénières

BARRE JAUNE BRUN

je puis vous dire que peu, très peu de personnes les gagnent entièrement. Il faut une si grande disposition de coeur et de volonté que c’est rare, plus rare qu’on ne pense, d’avoir toutes les dispositions voulues pour avoir ainsi la remise entière de ses fautes. Dans le Purgatoire, nous ne recevons les indulgences qu’on nous applique que par manière de suffrage et comme le bras de Dieu le permet, suivant nos dispositions.

Il est vrai que nous n’avons pas d’attache au péché, mais nous ne sommes plus sous le règne de la miséricorde, mais bien sous celui de la justice divine ; donc, nous ne recevons que ce que le bon Dieu veut qui nous soit appliqué. Quand l’âme est proche du terme de tous ses désirs, du Ciel, elle peut être délivrée et admise aux joies éternelles par l’efficacité d’une indulgence plénière bien gagnée ou même à moitié gagnée à son intention ; mais pour les autres âmes, il n’en est pas ainsi.

 

Elles ont, pendant leur vie, souvent méprisé ou du moins fait peu de cas des indulgences et le bon Dieu, toujours juste, leur rend selon leurs oeuvres. Elles peuvent gagner quelque chose suivant la volonté divine, mais rarement l’indulgence dans son entier.

 


MAI 1880. –

BARRE JAUNE BRUN

Travaillez sans relâche et de toutes vos forces à votre perfection. Vous avez, quand vous le voulez, assez de fermeté de caractère pour surmonter toutes les difficultés qui s’opposent à votre union avec Jésus, jusqu’à ce que vous soyez arrivée où il vous veut. Votre vie sera un martyre perpétuel.

 

Il en coûte pour se renoncer à chaque instant, c’est un martyre perpétuel ; mais, dans ce martyre, on goûte quand même les plus douces joies. L’âme souffre, mais Celui pour qui elle souffre lui accorde à chaque sacrifice, à chaque renoncement, une grâce qui l’encourage à marcher toujours de l’avant, à se dévouer. Rien ne fait plus de plaisir à Jésus que de voir une âme qui s’efforce, malgré tous les obstacles qui se rencontrent sur son chemin, de se dévouer toujours de plus en plus pour sa gloire et pour son amour.

 

Vous êtes affligée de voir que le bon Dieu est insulté à Paris, mais ces personnes ne savent pas ce qu’elles font et, malgré leurs blasphèmes, Jésus est plus offensé des péchés que commettent les âmes qui lui sont dévouées ou qui devraient l’être, que des sanglantes injures de ceux qui ne sont pas ses amis.

Que d’âmes que Jésus appelle à une haute perfection et qui restent misérables, parce qu’elles n’ont pas correspondu aux grâces divines ! Il faut se gêner, se reprendre et se demander beaucoup chaque jour pour être heureux au service du bon Dieu ! Qu’il y a peu d’esprit intérieur dans le monde !…

Même dans les Communautés !… On recherche trop ses aises, on ne veut se contraindre en quoi que ce soit, et pourtant le bon Dieu serait si heureux (si on peut ainsi parler) qu’on l’aimât, mais sans contrainte et de bon coeur.

 


S’il pouvait trouver ce contentement dans la Communauté,

que de grâces il répandrait sur elle !

BARRE JAUNE BRUN

Pour vous, travaillez de tout votre pouvoir à vous vaincre, à aimer Jésus comme il l’attend de vous, il y a si longtemps ! Jésus voudrait que vous l’aimassiez d’un amour d’enfant, c’est-à-dire avec la tendresse d’un enfant qui cherche à faire plaisir à des parents chéris, et pourtant vous êtes bien froide avec Jésus. Ce n’est pourtant pas ce qu’il attend de vous, lui qui vous aime tant !

 


AOÛT 1880.

BARRE JAUNE BRUN

Vous ne dirigez pas votre pureté d’intention comme le bon Dieu voudrait. Ainsi, au lieu d’offrir vaguement vos actions vous pourriez le faire avec plus de fruit, en ayant vos intentions mieux déterminées. Par exemple, quand vous prenez vos repas, dites : « Mon Jésus, nourrissez mon âme de votre sainte grâce, comme je nourris maintenant mon corps » ; quand vous donnez vos leçons :

« Mon Jésus, instruisez mon âme, comme j’instruis mes enfants » ; quand vous lavez votre visage, vos mains : « Mon Jésus, purifiez mon âme comme je le fais pour mon corps » et de même pour chacune de vos bonnes actions. Habituez-vous à parler à Jésus de coeur toujours ; qu’il soit le mobile de tout ce que vous faites ou dites…

Vous me comprenez ?

 

Il ne faut jamais vous excuser. Qu’est-ce que cela peut vous faire qu’on vous croie coupable quand vous ne l’êtes pas ? Et si vous reconnaissez avoir manqué, humiliez-vous et taisez-vous. Ne vous excusez même pas en pensée.

 

Qu’est-ce que le peu d’instants que nous avons à passer sur la terre comparé aux joies sans fin de l’éternité ? A la mort, vous ne trouverez jamais avoir trop fait ! Soyez bien généreuse, ne vous écoutez pas. Voyez toujours le but auquel Jésus vous appelle : la sainteté, le pur amour… et puis allez toujours sans jamais regarder en arrière !

 

Les croix, les grandes croix, celles qui brisent le coeur sont le partage des amis du bon Dieu. Vous vous plaigniez ces jours à Jésus, qu’il vous avait envoyé bien des peines cette année ? C’est vrai, mais pourquoi trouvez-vous ces croix si lourdes ? C’est que vous n’aimez pas assez ! Oh ! Vous n’avez pas fini avec les croix. Ce que vous avez eu jusqu’ici n’est que le prélude de ce qui vous attend.

 

Ne vous ai-je pas dit que vous souffrirez toujours de corps ou d’esprit et souvent des deux ensembles ? Pas de sainteté sans souffrances ! Mais quand vous laisserez agir librement la grâce en vous, quand Jésus possédera votre volonté et que vous le laisserez Maître absolu, les croix, si lourdes qu’elles soient, ne pèseront plus. L’amour absorbera tout.

 

D’ici là, vous souffrirez et vous souffrirez beaucoup, car ce n’est pas en un instant que l’âme arrive à se dégager ainsi de toutes choses pour n’agir plus que par le pur amour. Il voit avec plaisir vos efforts. Oh ! Si on le connaissait mieux sur la terre ! Non, on l’oublie ! Vous, au moins, aimez-le ! Dédommagez-le ! Que vos efforts aillent toujours en grandissant, afin de lui faire plaisir. Travaillez sans relâche pour arriver vite comme il veut vous voir !

 


DIMANCHE 3 OCTOBRE. –

snapshotjésus luz 5 sept

S’il vous était donné de comprendre comme Jésus est traité avec indifférence et mépris sur la terre, non seulement par le monde ordinaire, comme il est insulté, moqué, tourné en dérision, même par ceux qui devraient l’aimer ! Ainsi l’indifférence se trouve dans les Communautés, parmi les Religieux et les Religieuses, son peuple choisi ; là où il devrait être traité en Ami, en Père, en Époux, on ne l’y considère bientôt plus que comme un étranger.

 

Elle se trouve aussi, cette indifférence, parmi le clergé. A présent, plus que jamais, Jésus y est traité d’égal à égal. Ceux qui devraient trembler, en pensant à l’auguste mission dont ils sont chargés, le plus souvent s’en acquittent avec froideur, avec ennui ! Combien y en a-t-il qui possèdent l’esprit intérieur ?

Le nombre en est petit. Ici, en Purgatoire, les prêtres qui expient leur indifférence et leur vie sans amour sont nombreux. Il faut que leurs coupables négligences s’expient par le feu et par les tortures de toutes sortes. Jugez d’après cela ce que le bon Dieu, si bon, si aimable pour ses créatures, en trouve qui l’aiment et qui le dédommagent. Hélas ! Qu’il y en a peu !

 

Voilà la grande souffrance du Coeur de Jésus : l’ingratitude parmi les siens ; et pourtant son Sacré-Coeur est tout rempli, tout débordant d’amour et il ne cherche qu’à le répandre. Il voudrait trouver quelques âmes mortes à elles-mêmes ; Jésus y verserait son amour à flots, plus qu’il ne l’a encore fait pour personne jusqu’ici. Oh ! Que Jésus, que sa miséricorde, que son amour est donc peu compris sur la terre !

 

On cherche à connaître, à approfondir tout, excepté ce qui fait le bonheur véritable. Quelle tristesse ! Jamais il ne faut vous mécontenter, ni extérieurement, ni intérieurement. Faites ce que vous pourrez pour éviter toute espèce de contrariété. Si, malgré cela, il arrive que, par maladresse ou par malice, je suppose, on ne fasse pas ce qu’on devrait, eh bien ! Restez calme ; une fois la faute faite, à quoi bon s’en contrarier, puisqu’il n’y a plus de remède. Ce serait presque deux fautes pour une.

 


1881.

Les souffrances du corps et du coeur sont le partage des amis de Jésus pendant qu’ils séjournent sur la terre.

ciel bleu de Dieu

Plus Jésus aime une âme, plus il lui donne une large part aux douleurs qu’il a endurées pour notre amour. Heureuse l’âme ainsi privilégiée ! Que de mérites elle peut acquérir ! C’est le plus court chemin pour arriver au Ciel.

N’ayez donc pas peur de la souffrance ; au contraire, aimez-la, parce qu’elle vous approche plus près de Celui que vous aimez.

Ne vous ai-je pas dit un jour que l’amour vous rendra doux ce qui vous paraît encore bien amer, parce que vous n’aimez pas assez ? Le moyen infaillible d’arriver vite à une union intime avec Jésus, c’est l’amour, mais l’amour uni à la souffrance.

 

Vous avez eu jusqu’ici passablement de croix, et pourtant vous ne les aimez pas encore comme Jésus le voudrait. Si vous saviez combien la souffrance est bonne à l’âme ! Ce sont les plus douces caresses que le divin Époux peut faire à celle qu’il veut s’unir intimement. Il lui envoie, à cette âme privilégiée, souffrances sur souffrances, peines sur peines, afin de la détacher de tout ce qui l’entoure.

Alors, il peut lui parler au coeur. Que se passe-t-il dans ces entretiens divins ? Vous le saurez, si vous le voulez. Jésus tient en suspens des grâces qu’il répandra à flots sur vous, quand il vous verra préparée comme il l’entend et capable de les recevoir.

 

Jésus veut que vous agissiez purement pour lui, que vous rapportiez toutes vos actions à sa gloire, que vous le preniez pour confident de toutes vos joies et de toutes vos peines, que vous ne fassiez aucune chose, si petite soit-elle, sans lui demander avis et lumières, que vous ne vouliez que lui seul pour récompense de tout ce que vous ferez. Vous vous y êtes engagée, il y a déjà plusieurs années ! « Mon Jésus, lui dites-vous alors, que jamais je n’aie aucune reconnaissance sur la terre pour le peu de bien que j’y ferai ! Vous seul me suffisez ! » Que pensez-vous de cette demande ? S’est-elle bien réalisée ? Jésus ne se laisse pas vaincre en générosité, vous le verrez.

 

Pensez également que ce n’est pas tant vos prières qui me mettront en possession de l’éternel séjour que vos actions parfaites, que votre union intime avec Jésus. Croyez bien qu’il a eu de grands desseins sur votre âme en m’envoyant ainsi vers vous ; si je pouvais vous dire ce que je sais à ce sujet !… Qu’il est grand l’amour de Jésus pour vous ! Que d’amabilités, que de prévenances il a eues à votre endroit.

 


Comme vos indifférences ne le rebutent pas !

paysage-nature-eau-riviere-et-un-arc-en-ciel-images-photos-gratuites-1560x1166

Par moments, que vous êtes froide, insouciante pour un Dieu si bon ! Demandez-lui pardon pour toutes ces fautes et agissez envers lui comme un enfant agit avec le meilleur des pères. N’ayez pas peur de l’importuner. J’aime à voir la confiance dans votre coeur. Cherchez toujours à lui faire plaisir, depuis votre réveil jusqu’au soir, sans jamais écouter les mouvements de votre nature.

 


20 MAI.

Sur la terre, on s’arrange à sa manière, mais dans l’autre monde,

le bon Dieu nous arrange à la sienne !

AMOUR DU PERE

Il y a peu de vraies amitiés sur la terre ! On s’aime souvent par caprice, par intérêt. Un petit froissement, une parole, un manque d’égards désunit quelquefois des amis qui semblaient inséparables. C’est que Dieu ne possédait pas assez bien leur coeur, car il n’y a que les coeurs où surabonde l’amour de Jésus qui peuvent donner de leur trop plein à leurs amis. Toute amitié qui n’est pas ainsi fondée en Dieu est fausse, elle n’est pas durable.

 

Mais quand Jésus possède un coeur, alors ce coeur peut aimer et faire du bien à ses amis, parce qu’il y a là la source de l’amitié pure et sans mélange. C’est un petit écoulement de l’amitié du Ciel. Tout le reste, c’est de la nature et pas autre chose. Ayez toujours des vues plus hautes que la terre.

Ne recherchez jamais ni l’estime, ni l’amitié de personne. Jésus seul est vôtre et il vous veut sienne aussi pour toujours. Vous n’avez pas trop de votre coeur tout entier à lui donner. Aimez… mais pour lui seulement…

 


SOURCE : Le Manuscrit du Purgatoire

http://www.spiritualite-chretienne.com/ciel/purgatoire-05.html

Notes :

le-manuscrit-du-purgatoire.net

1. Ce manuscrit a été révisé et approuvé par plusieurs savants théologiens comme ne contenant rien de contraire aux données de la doctrine catholique. Nous le publions d’ailleurs comme un document purement historique et avec toutes les réserves prescrites par l’Église, selon le Décret d’Urbain-VIII.

2. Plusieurs saints et savants théologiens rapportent que, par une faveur divine, la Sainte Vierge se montre parfois aux âmes du Purgatoire, pour leur soulagement et leur consolation, notamment aux jours de ses grandes fêtes.

3. Cette manière de parler s’adapte au langage humain qui ne perçoit dans le temps que successions et changements… Mais il n’y a pas de temps pour Dieu et par conséquent aucune succession et aucun changement : ses décrets, prévus et arrêtés de toute éternité, sont immuables et éternels comme lui-même.


Imprimerie Saint-Paul Bar-le-Duc Le Gérant: A. SIMON Dépôt légal, 4° trim. 1953. N° 1791


© 1998-2015 JClaudePrieto
St Hippolyte du Fort, France
Tous droits de reproduction réservés


 

Soeur Emmanuel de Medjugorje, s’adresse à Notre Mère du Ciel *Tu es triste ? Laisse-moi te dire ma prière…


marie mere des pretres

BARRE DOUCE ROSE

« Chère maman ! Tu es triste en voyant la situation de tes fils prêtres et de l’Église battue par les vents. Triste au point de pleurer.

 

Comme tu l’as dit « Priez pour vos bergers, afin qu’ils aient la force et l’amour pour être des ponts de salut. » (2 déc. 2015)

 

 Ces ponts nous font passer de notre aujourd’hui à un « temps nouveau » que tu prépares, un temps de paix que ton Cœur attend avec impatience (voir PS1). Or si ces ponts viennent à manquer, ou pire, à s’écrouler, que fera le peuple de Dieu ? Sera-t-il abandonné à un chaos sans fin ?

 

Je t’en supplie, intercède encore plus fort pour tes fils de prédilection, avec cette véhémence maternelle à laquelle ton Fils Jésus ne peut résister. Aide-moi à collaborer avec toi de façon plus intense et aimante pour le salut de nombreux prêtres qui aujourd’hui se fourvoient dans des chemins de mort, au risque de se perdre éternellement ! (Voir PS2). 

 

Certains mystiques comme Marthe Robin ou Sr Faustine ont vu la place horrible que Satan réserve aux prêtres quand ils se mettent entre ses mains sur la terre et s’obstinent dans le péché. 

BARRE DOUCE ROSE

Mère de Miséricorde, ne permets pas qu’un seul prêtre se laisse piéger, ni ne se rendre esclave de l’ennemi ! Comment pourrais-tu supporter ce dommage qui blesse si profondément le Cœur doux et humble de ton Fils ?

 

 Tu sais que les prêtres sont d’autres Christ lorsqu’ils exercent leur ministère dans les sacrements (Persona Christi), si bien que ton Fils, qui s’identifie à eux (et eux à Lui ?), vit une agonie particulière lorsque ses prêtres ne prient pas et se séparent de Lui en vivant selon les mœurs de ce monde. 

 

L’Église aujourd’hui souffre dans ses prêtres. Satan veut les détruire. Alors je t’en prie, présente-toi à chaque prêtre du monde et accorde-leur à tous une injection de ton propre amour pour Jésus afin que, fascinés par la beauté et la grandeur de cet amour, ils « craquent pour Jésus » et reviennent à Lui de tout leur cœur. Tout t’est possible, ô Vierge puissante ! 

gospa marie-med

BARRE DOUCE ROSE

Je te remercie pour les nombreux prêtres qui, invités par toi à Medjugorje, reçoivent la grâce d’un profond changement intérieur. Tu les encourages, tu les accompagnes de ta sollicitude maternelle et tu les précèdes dans leur ministère. Ils ne sont plus seuls dans le dur combat qui est le leur. 

 

 Je te remercie aussi pour les nombreux prêtres qui respirent la sainteté et qui reflètent le Cœur doux et humble de ton Fils. Quelle splendeur ! Quel baume sur nos cœurs de brebis !

 

Toi la Mère des prêtres, écoute nos pauvres prières et daigne parler à ton Fils en leur faveur. N’a-t-il pas dit : « Lorsque vous demandez quelque chose au Père en mon Nom, croyez que vous l’avez déjà reçu, et cela vous sera accordé ! » ? Mt 11,24

 

barre rose1

Sœur Emmanuel +


http://www.enfantsdemedjugorje.fr/nouvelles-de-medjugorje-janvier-2019-par-soeur-emmanuel-maillard/

 

  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 6 246 autres abonnés

  • ❤️ « Les Chérubins » par la chorale Gaudete…La Douceur du Ciel sans interférence..

  • Traduire un Message du Ciel dans votre langue*

  • Ceci est un Menu Déroulant Clikez sur Sélectionner une *catégorie*

  • Articles récents

  • Radio Maria France

    Une radio de prière, d’enseignements et de témoignages. Un rendez-vous  d’amour ! ♥ ♥ ♥     

  • Articles que J’aime

  • Pour me joindre

  • Calendrier pour une recherche d’Articles

    janvier 2019
    L M M J V S D
    « Déc   Fév »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archive de précédents Articles

  • Follow *Messages-Prophéties-Par les Saints et les Prophètes ……Myriamir(1) on WordPress.com
  • Suivez-nous

%d blogueurs aiment cette page :