Nouvelle du Père Bob Dingman-Lettre circulaire du mois de Février 2019*


ADAM EVE william-blake-adam-et-eve-chassés-du-paradis

TÉMOIGNAGE D’UNE DONATRICE

 « Tout d’abord, j’ai un beau témoignage :

« J’avais demandé au père Bob de célébrer des Messes pour mon hôtel qui était très attaqué (accidents à répétition), et maintenant cela va mieux.

« Et surtout pour la guérison d’un des employés de l’Hôtel victime d’un accident sur son lieu de travail. Il est resté 3 semaines dans le coma entre la vie et la mort. L’accident a eu lieu le 3 avril, il est sorti guéri de l’hôpital le 30 juillet (il lui a fallu 4 mois). Je demande 3 messes d’actions de grâce pour remercier le Seigneur pour tant de grâces… »

Monique

Reçu le 7 août 2018


FERNANDO NE CROYAIT PAS

62804-jesus2b10

Le père Bob Dingman écrit : Voici ma conversation avec un jeune de 14 ans qui se prépare à sa première communion. C’est notre première rencontre.

« Mon père, c’est pour faire plaisir à ma mère que j’ai suivi le cours pour faire ma première communion. Mais je ne crois rien en tout cela. Je sens que je dois vous le dire car je ne peux pas le dire à ma mère. Je ne me sens pas bien de faire semblant.

— Toi tu ne crois pas en Dieu mais Lui croit en toi.

— S’il existait, comment me connaîtrait il ? Il y a tant de monde.

— Mais Il sait tout de toi.

— Non Père, je ne peux pas croire ça. »

 

Au même moment, je fus béni par la présence de l’Esprit Saint, envahi d’une force d’amour indescriptible. Conscient de cette Présence qui réjouissait tout mon être, je me mis à dire :

« Tu t’appelles Fernando. Dieu te connaît par ton nom. Tu as 14 ans, tu viens de les célébrer la semaine dernière. Ton père est décédé quand tu avais 6 ans et tu as des frères et une sœur plus jeunes que toi. »

barre or

— Ahhhhh… Vous avez surement accès à ces informations par notre inscription pour le cours et pour notre bulletin de première communion.

— Je n’ai pas personnellement à ma disposition de telles informations. Je ne te connais pas du tout. Je te parle au Nom de Jésus, non pas de mes connaissances. Ce que je te dis en ce moment je le dis par inspiration de l’Esprit Saint au nom du Père et de Jésus.

— Pardonnez-moi, Père, mais mon raisonnement ne me permet pas de le croire même si vous le dites.

— Tu as toujours été bien préoccupé de la situation de ta famille et la misère que ta maman passe pour gagner quelques sous pour vous nourrir. Vous avez parfois des besoins scolaires ou de vêtements qu’elle ne peut pas couvrir. Vous cherchez, toi et ton petit frère, la façon de gagner quelques sous supplémentaires pour lui venir en aide.

— C’est vrai mon Père, mais nous ne sommes pas seuls à vivre de telles choses. Alors vous êtes perspicace.

 

— Écoute Fernando, c’est un fait que je ne te connais pas. Je ne me souviens pas de t’avoir même entrevu, jamais.

— Moi non plus je ne vous connais pas. Je ne suis pas venu ici avec les autres. J’ai suivi mon cours de catéchisme en privé à cause de mon âge.

— Bon Fernando, ferme tes yeux. Dieu habite dans ton cœur. Il t’aime infiniment. Il y a trois semaines tu as rencontré quelqu’un plus grand que toi. Tu lui as demandé si tu pouvais lui rendre service parce que tu avais besoin d’argent.

Il t’a dit : “Lave mon véhicule !” Ce que tu as fait et il t’aida, tout en parlant avec toi. Il a gagné ton amitié et t’a payé 50 pesos. Puis il t’a demandé de revenir le voir le lendemain, ce que tu as fait. Il t’a proposé un travail très dangereux pour toi. Tu gardes ce secret dans ton cœur et personne que toi et cet individu le sait. Comment saurais-je, moi, une telle chose par moi-même ? Tu dois prendre la décision de renoncer à ses propos et à t’éloigner de tout cela avant de te mettre, toi et ta famille, en danger. »

 

barre or

Des larmes coulaient sur ses joues. Puis il ouvrit les yeux :

« Père, non seulement j’entendais vos paroles mais elles résonnaient au-dedans de moi. Ce que vous dites est vrai et je suis certain que vous ne pouvez pas le savoir car c’est bien secret. Ce que je ressens dans mon être à ce moment-ci, je ne l’ai jamais vécu. Je ressens une grande paix en moi et comme une chaleur et je vois bien que même si mon intention d’aider ma mère est bonne, ceci n’est pas un bon moyen. »

 

Et il se confessa. Puis il ajouta :

« Demain je veux faire ma première communion. Pardonnez-moi mes péchés. Je demande à Jésus de m’aider à croire. Je veux croire maintenant. Je veux Lui faire confiance. Dites-le Lui, père.

 

— Fernando, Il le sait déjà. Il le savait avant même que tu entres ici pour me parler. Sois sincère et Il t’enseignera Son chemin. Confie-Lui ta vie entière et tu verras ses airs d’amour dans ta vie. »

 

Et je lui donnai l’absolution.


LA VEUVE

Le père Bob raconte : J’entrais à l’église pour célébrer une Messe de funérailles lorsqu’une dame en pleurs me parla privément.

« Mon père je suis désespéré. Mon mari est décédé et je n’ai pas un sou. Je ne peux pas pourvoir pour ma famille de 5 enfants. Le plus jeune a un an et mon aîné à peine 11 ans. »

Et elle éclata de nouveau en pleurs. Mettant une main sur son épaule, je me mis à prier pour elle à voix haute et elle retrouva un peu de calme.

« Je suis perdue. Je ne sais vraiment pas ce que je vais faire.

 

— Tu vas faire confiance au Seigneur. Crois qu’Il est bon et qu’Il t’aime. Accepte que Ses voies ne soient pas les nôtres. Même quand nous ne comprenons pas ce qui nous arrive, Lui sait ce qu’Il fait et qu’Il a pour chacun de nous un plan spécial.

— C’est de ma faute, c’est de ma faute…

— Comment cela ? Pourquoi dis-tu cela ?

— J’ai demandé au Seigneur de m’en libérer. Mon mari était policier. Il buvait beaucoup. Et quand il arrivait ivre à la maison, il était violent. Il me battait et maltraitait mes enfants. Et maintenant il est mort. Ce n’est pas ce que je demandais : seulement que Dieu me libère de lui…

 

— Et c’est ce qu’Il a fait. Mais tu n’es pas coupable de cela. Le Seigneur a décidé de répondre comme ça à la prière que tu Lui as faite. Maintenant tu vas accepter que ce même Dieu qui t’aime et qui exauce ta prière ne t’abandonne pas et qu’Il a pour toi un plan d’amour. Fais confiance en sa Sainte Providence. »

 

Je l’invitai donc à prier à ma suite : « Seigneur, je m’abandonne à Toi. Prends-moi comme je suis avec ma peine, ma souffrance, mes doutes, mes peurs, mon insécurité, mes erreurs et mes péchés.

Donne-moi ta grâce et la force pour traverser ces moments difficiles. Donne-moi ta grâce pour que cette prière vienne du fond de mon cœur en toute sincérité et abandon. AMEN. »

 

Puis elle s’est confessée et je lui ai donné l’absolution. Et nous avons célébré la Messe pour son défunt.

 

Une semaine plus tard, alors que je me préparais à célébrer la Sainte Eucharistie, cette même dame me demanda un moment pour parler avec moi. « Cher père Bob, je vous demande de célébrer cette Messe en action de grâce.

Après l’enterrement de mon mari, l’autre jour, je me suis endormie en pleurant et j’ai fait un rêve. Un être d’une lumière extraordinaire est venu à moi. Tout de suite j’ai reconnu que c’était un ange envoyé du ciel. Il prononce mon nom et me dit : “Sois en paix.

Ton époux est au purgatoire. Il regrette beaucoup tout ce qu’il vous a fait souffrir et désire que tu saches qu’il vous a toujours profondément aimés, toi et les enfants. Il était prisonnier de sa maladie qui le contrôlait et le dominait. Ne crains pas pour lui, notre Père s’en occupe.

« “J’ai un message à te transmettre. Comme policier il a bien des fois abusé de son pouvoir. Il était très bon à soustraire des pourboires même à des innocents que son travail de policier lui permettait d’accoster.

Son intention cependant n’était pas mauvaise. Il le faisait en pensant à toi et sa famille en vue de vous soutenir s’il se retrouvait dans l’incapacité. Depuis quelques années il a réussi à mettre de côté un bon montant qui te sera en ce moment d’une grande aide. Il a caché cet argent sous la statue de saint François au coin du petit jardin derrière la maison.”

barre or

« Je me suis réveillée là-dessus. C’était déjà le matin. Immédiatement je me suis rendue au jardin, mais impossible de lever la lourde statue de Saint François. J’ai appelé mon beau-frère qui est venu avec un ami pour déplacer la statue.

Et quelle surprise ! Une boîte en métal ! Mon mari aimait fumer des cigares qui venaient dans les boîtes de métal. Dans cette boîte il y avait une bonne somme d’argent. C’est vraiment pour moi un miracle. Jamais je n’aurais espéré telle chose. Jamais même imaginé possible ce que je vous raconte.

J’ai mis en vente notre petite maison et notre propriété. Je vais retourner dans mon village m’installer auprès de ma famille paternelle. 

J’aurai assez pour un petit commerce et nous pourrons vivre et couvrir nos besoins financiers. Dieu soit loué. Ma reconnaissance envers Lui est éternelle : Il peut, même d’un mal (et de plusieurs !), engendrer un bien…

Quel grand Dieu nous avons ! »



L’AUDACE D’UN JEUNE ÉVANGÉLISATEUR

Voici une histoire qui est arrivée pour vrai quand j’allais mieux l’an dernier et j’ai accepté d’appuyer quelques mois un prêtre malade a Quesería a 40 minutes d’ici…

 

Un jeune garçon enleva ses vêtements d’acolyte après la Messe que j’ai présidée, mit ses vêtements les plus chauds et me dit : « OK, mon père, je suis prêt.

— Prêt pour quoi ?

— Père, il est temps de sortir et de distribuer nos tracts !

— Mon fils, il fait très froid et il pleut des cordes… »

Le garçon me regarda avec surprise et dit :

« Mais Père, les gens ont besoin de connaître Dieu, même les jours de pluie !

— Mon fils, je ne sors pas par ce temps-là. »

De fait, ma santé ne me permet guère d’excentricités.

Avec un peu d’anxiété, l’acolyte me dit : « PÈRE, je peux y aller seul ? S’il-te-plaît… »

Après une légère hésitation, je lui dis :

« C’est bon, tu peux partir. Voici les dépliants, mais prends soin de toi !

— Merci, mon père ! »

 

barre or

Puis l’acolyte est sorti sous la pluie. Le garçon de 11 ans a parcouru toutes les rues du village, distribuant des tracts aux gens qu’il rencontrait.

 

Après 2 heures de marche dans le froid sous la pluie et avec son dernier volant, il s’est arrêté dans un coin en attendant de voir quelqu’un à qui donner le dernier volant mais les rues étaient complètement désertes.

Puis il s’est rendu à la première maison qu’il a vue, s’est dirigé vers la porte d’entrée, a sonné plusieurs fois à la porte et a attendu, mais personne ne répondait.

 

Finalement, le garçon s’est retourné pour partir, mais quelque chose l’a arrêté. Le garçon se retourna de nouveau vers la maison et commença à sonner à la porte et à frapper fort avec ses poings. Il attendait, quelque chose le retenait devant la porte. Il sonna à nouveau à la porte et cette fois, la porte s’ouvrit doucement.

Une dame à l’air très triste ouvre la porte et lui demande gentiment : « Que puis-je faire pour toi, fiston ? »

 

Avec des yeux radieux et un sourire qui coupait ses mots, le garçon répondit : « Madame, je suis désolé si je vous dérange mais je veux juste vous dire que DIEU VOUS AIME VRAIMENT ! Et je suis venu vous donner mon dernier livret qui parle de DIEU et de SON GRAND AMOUR. »

Le garçon lui a donné le tract et est parti.Elle lui dit : « Merci mon fils, et que Dieu te bénisse ! »

Le dimanche matin suivant, j’étais en chaire et comme j’avais l’habitude de faire, avant de célébrer la Messe, j’ai demandé :

« Quelqu’un a-t-il un témoignage ou une anecdote à nous raconter ? »

 

Doucement, dans la dernière rangée de l’église, une vieille dame se leva. Son regard était radieux, des larmes coulaient doucement de s es yeux :

église

« Personne dans cette église ne me connaît. Je n’étais jamais venue ici. Dimanche dernier, je ne croyais toujours pas en Dieu.

« Mon mari est mort il y a peu de temps et m’a laissée toute seule dans ce monde. Dimanche dernier a été une journée particulièrement froide et pluvieuse, tout comme mon cœur. Ce jour-là, j’arrivai au bout du chemin, car je n’avais aucun espoir et aucun désir de vivre.

« Puis j’ai pris une chaise et une corde et je suis monté au grenier de ma maison. En montant sur la chaise, j’ai attaché et fixé une extrémité de la corde à l’une des poutres du toit, puis j’ai mis l’autre extrémité autour de mon cou. Debout sur la chaise, si seule et le cœur brisé, j’étais sur le point de me jeter quand soudain j’ai entendu sonner à la porte avec insistance.

« Je me suis dit : “Je vais attendre une minute et qui que ce soit, il partira.” J’ai attendu et attendu, mais la sonnette de la porte sonnait de plus en plus fort, puis la personne a commencé à frapper à la porte avec force.

« Alors je me suis demandé : QUI PEUT-IL ÊTRE ? Personne ne frappe à ma porte ou ne vient me voir !

« J’ai enlevé la corde de mon cou et je suis descendue pour voir, tandis que la sonnette de la porte sonnait de plus en plus fort.

« Quand j’ai ouvert la porte, je n’en croyais pas mes yeux : devant ma porte se trouvait l’enfant le plus radieux et le plus angélique que j’aie jamais vu. Son sourire, ooooh, je ne pourrai jamais le décrire ! Les paroles qui sortaient de sa bouche ont fait renaître mon cœur, mort depuis si longtemps, quand il m’a dit d’une voix chérubine : “Madame, je veux juste vous dire que DIEU vous aime vraiment !”

« Quand ce petit ange a disparu dans le froid et la pluie, j’ai fermé ma porte et lu chaque mot sur le tract.

« Puis je suis monté au grenier pour ranger la chaise et la corde. Je n’en aurais plus besoin. Comme vous le voyez, je suis maintenant heureuse du Seigneur ! »

« Comme l’adresse de l’église était écrite au dos du tract, aujourd’hui je suis venu personnellement dire MERCI à ce petit ANGE DE DIEU qui est arrivé juste à temps et pour sauver ma vie d’une éternité en enfer… »

Dans l’église, tout le monde pleurait.

Je descendis de la chaire jusqu’au premier banc où était assis mon acolyte, le pris dans mes bras et pleurai.

Probablement que cette église n’a jamais eu

un moment plus glorieux.

 

PÈRE BOB DINGMAN 1

Le p. Bob avec le jeune acolyte de l’histoire à droite sur la photo


UN PETIT MOT DU PÈRE BOB

Un gros et chaleureux bonjour du Mexique. Que le Seigneur soit toujours avec vous et que sa joie vous console en toutes vos peines et difficultés !

Dans ma prière de ce matin, mon cœur était rempli de reconnaissance envers Dieu et envers vous tous. Je me suis senti inspiré de vous écrire ce message, à vous, mes anges de la Providence.

Après le traitement pour soigner mon glaucome, ma vue s’est grandement améliorée. Grâce à Dieu et à votre charité. La pression dans mes yeux était si grande que j’avais cru avoir perdu la vue complètement. Après une semaine de traitement, même si ce n’est pas encore parfait, je vois de nouveau assez pour lire et célébrer les messes qui me sont demandées. Vous ne pouvez imaginer la joie que cela me donne !

Ce mois-ci, comme dépenses imprévues, j’ai dû payer une taxe d’habitation, l’entretien de mon auto qui coûte de plus en plus cher car elle a maintenant 8 ans et pose des soucis. J’ai aussi dû réparer mon imprimante, des appareils ménagers et le renouvellement de mes médicaments pour les yeux. Les traitements médicaux de ces derniers mois ont largement dépassés ce que je reçois du Canada. J’ai dû, pour survivre, encourir une dette de 13,000 $ canadiens.

 

Soyez bénis, toujours. Mes prières vous accompagnent chaque jour. Soyons unis dans l’Esprit Saint ; et surtout, totalement abandonnés à ce qu’Il nous inspire et nous demande. Je vous aime de l’amour de Jésus. Béni soit le Seigneur pour tant de merveilles ! Comme j’apprécie encore davantage ce grand cadeau qu’Il nous fait de la vue !

Père Bob

barre or



AIMER DIEU, AIMER SON PROCHAIN

ange-amour

Chers anges de la Providence,

Béni soit Dieu, Père, Fils et Esprit-Saint, aujourd’hui et à jamais.

« Tout ce que vous faites aux plus petits d’entre les miens, c’est à Moi que vous le faites. »

Au nom de Dieu, je viens vous remercier de tout cœur pour votre charité et votre grande bonté envers moi. Ma reconnaissance vous est acquise. Et même si elle remplit mon cœur, elle reste minime par rapport à sa reconnaissance à Lui, notre Seigneur.

Il est un Dieu plein d’amour et de bonté envers ses enfants. Il est un Dieu puissant et agissant. C’est un Dieu merveilleux qui se réjouit de manifester ses merveilles à ceux qui L’aiment. Il rend au centuple tout geste de foi, d’amour et de charité de notre part. De ce que je vous dis là, j’en suis témoin tous les jours de ma vie. Nos moindres gestes de charité envers qui que ce soit nous reviennent au centuple.

 

Il est fidèle à sa promesse si nous croyons vraiment en Lui. Notre foi en Lui est essentielle dans la relation que nous entretenons avec Lui et Lui avec nous. Plus nous croyons, plus Il peut agir ; plus nous L’aimons, plus nous ressentons sa Présence et son amour pour nous. Et comment pouvons-nous Lui manifester notre amour ?

En le manifestant à tous ceux qui nous entourent, concrètement, par nos gestes, nos paroles, notre respect, notre présence, notre charité. Saint François d’Assise est un bon modèle d’amour pour Dieu. Il le dit si bien dans cette belle prière :

saint françois d'assise

SEIGNEUR, fais de moi un instrument de ta paix !

Là où est la haine, que je mette l’amour.

Là où est l’offense, que je mette le pardon.

Là où est le doute, que je mette la foi.

Là où est le désespoir, que je mette l’espérance.

Là où sont les ténèbres, que je mette ta lumière.

Là où est la tristesse, que je mette la joie.

Là où est la discorde, que je mette l’union.

Là où est l’erreur, que je mette la vérité.

 

Fais, SEIGNEUR, que je ne cherche pas tant

D’être consolé, que de consoler.

D’être compris, que de comprendre.

D’être aimé, que d’aimer.

 

Parce que

C’est en se donnant que l’on reçoit.

C’est en pardonnant que l’on obtient le pardon.

C’est en s’oubliant soi-même que l’on se trouve soi-même.

C’est en mourant que l’on ressuscite à l’éternelle Vie !

barre or

De plus, aimer Dieu de tout son cœur, c’est aussi reconnaître dans la création sa présence, sa signature, sa beauté, sa grandeur, sa profondeur infinie. Comme le faisait saint François face à la nature et aux animaux. Plus on aime Dieu, plus on devient conscient de toutes ses merveilles, de toutes ses délicatesses. Tout autour de nous et en nous résonne de Lui.

 

Je veux vous dire que c’est dans cet amour que je découvre de plus en plus la grande vérité que je vous livre aujourd’hui. Cela me rend d’autant plus conscient de ma reconnaissance envers Lui, comme envers vous qui Lui permettez de passer par vous pour nous bénir de toute votre générosité envers moi, un tout-petit devant sa Splendeur, sa Majesté, sa Grandeur.

 

Ma foi me dit et m’assure que ce que vous faites pour moi a une grande valeur dans son cœur de Père, et qu’Il vous bénit en conséquence quand vous partagez. Soyez aussi conscients de ce message que je vous livre en ce moment :

 

 « Père d’AMOUR, mes partages fraternels – que ce soit envers le père Bob ou qui que ce soit d’autre – sont des gestes d’amour envers Toi. Car c’est à Toi que je donne, c’est à Toi que je fais ce bien. Bénis-moi, SEIGNEUR. Toi qui connais tout ce que je vis, par où je passe pour le moment. Je crois en Toi et je sais que tout ce qui m’arrive, tout ce qui nous arrive, est permis par Toi.

Remplis-moi de ton Esprit-Saint pour que j’aie la force, le courage, l’abandon, l’espérance et la foi. Et surtout, fais que je comprenne ce que Tu m’enseignes par cette épreuve et que je Te fasse pleinement confiance. Mon offrande bien concrète envers mes frères et sœurs, reçois-la comme le signe de ma sincérité à ton égard. Je T’abandonne le tout de ma vie, libère-moi de tout mal, bénis-moi. »

 

Chers frères et sœurs, ce n’est pas moi mais Jésus Lui-même qui promet que d’agir et de Lui parler de cette façon pleine de foi, active sa miséricorde et sa puissance infinie envers nous.

Pour confirmer SES PAROLES, je vous invite à Lui rendre grâce en nous partageant vos témoignages du résultat qu’Il vous manifestera dans votre vie en réponse de votre geste et de votre prière du cœur. Le témoignage est le signe de notre reconnaissance envers Lui et aide à augmenter la foi de ceux qui doutent encore de SA VÉRITÉ. Vous pouvez ensuite partager votre témoignage en l’envoyant à FONDS GRAN AMIGO à l’adresse courriel fondsgranamigo@gmail.com ou par courrier.

 

Toujours pour sa plus GRANDE GLOIRE et le bienfait des âmes.

Soyez bénis en tout et toujours. Amen.

Père Bob

barre or



POUR AIDER LE PÈRE BOB

 

Chers Amis,

La situation financière du père Bob est précaire. Nous avons assez d’argent dans le compte de banque pour ses besoins ordinaires des mois de février et mars mais pas tellement plus que ça.

Pourtant, le père Bob a accumulé une dette de 13 000 $ durant l’année 2018 à cause de ses dépenses médicales imprévues. Nous ne pouvons pas à ce moment couvrir ou éponger cette dette.

 

Depuis 2013, le père Bob Dingman demeure à Colima, au Mexique, où il est en convalescence. Depuis plus de dix ans, le père Bob passe par un temps de maladies. Il nous invite à prier pour lui, pour sa santé qui connaît des hauts et des bas.

Il est courageux et continue à faire son ministère sacerdotal. Il fait beaucoup d’apostolat avec les gens du coin mais selon ses forces.

Il est bien suivi par les médecins. Nous rendons grâces au SEIGNEUR de le garder encore parmi nous, pour son amitié et pour les nombreux fruits de ses prières.

 

La générosité par des dons et par des offrandes de Messes et la fidélité de ses bienfaiteurs ont permis à Fonds Gran Amigo de remettre chaque mois au père Bob assez d’argent pour couvrir ses dépenses ordinaires. Le SEIGNEUR se sert de gens comme vous et moi pour pourvoir aux besoins matériels du père Bob.

Grâce à votre générosité, Fonds Gran Amigo envoie au père Bob, chaque mois, 1 800 $ pour défrayer ses coûts habituels : loyer mensuel, coûts de nourriture, de vêtements, de déplacements, etc. La vie au Mexique est onéreuse, et augmente à cause de l’inflation.

Les mêmes dépenses coûtent toujours plus cher d’année en année. Plusieurs mois, le père Bob a des dépenses imprévues (coûts médicaux, auto, etc.) que nous défrayons aussi en surplus chaque fois que nous le pouvons. Ensemble, nous jouons un rôle indispensable dans la vie de ce missionnaire canadien au Mexique.

 

Le père Bob continue de célébrer la Messe tous les jours. À cause des grands besoins, parfois il célèbre jusqu’à six messes dans une journée. Une façon de l’appuyer et de recevoir pour vous et les vôtres les faveurs divines, c’est de confier des intentions de Messe au père Bob.

Nous transférons au p. Bob vos intentions de Messes dès que nous les recevons. Tout l’argent reçu est envoyé au père Bob. Nous ne pouvons pas émettre un reçu pour fin d’impôts pour les offrandes de Messe. Nous vous recommandons 10 $ (ou 7 €) par Messe.

 

Nous profitons de l’envoi de ce message du père Bob pour faire parvenir trois copies du reçu pour fins d’impôt à tous ceux et celles qui ont fait des dons pour aider Bob en l’an 2018. Au nom du père Bob et au nom du Seigneur JÉSUS, je vous remercie pour votre générosité providentielle.

 

Si vous avez des témoignages d’exaucements de prières du p. Bob, nous serions heureux de les recevoir. Merci à toutes les personnes qui nous ont donné leur adresse courriel pour l’envoi de la circulaire, cela nous simplifie l’envoi et réduit les frais de fonctionnement. Pour ceux qui ne l’ont pas fait et souhaiteraient le faire, merci de nous en informer : fondsgranamigo@gmail.com

 

Pour faire un don ou une offrande de Messe, libellez votre chèque à l’ordre de « FONDS GRAN AMIGO ». Nous acceptons les chèques en dollars ou en euros. Merci.

Vous pouvez également envoyer de l’argent par PayPal (en $ CAD ou en €) : le lien est en bas de la page Web bobdingman.com


Fonds Gran Amigo

1433 Promenade Leblanc

Orléans ON    K1C 3W7

          CANADA

Henri-Lemay-2-e1407767630505

Votre frère en Jésus, notre SEIGNEUR,

Henri Lemay

Président de « Fonds Gran Amigo »

(Une œuvre de « Jésus Rassemble Son Peuple »)



 

Publicités
  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 6 143 autres abonnés

  • Traduire un Message du Ciel dans votre langue*

  • Ceci est un Menu Déroulant Clikez sur Sélectionner une *catégorie*

  • Articles récents

  • Radio Maria France

    Une radio de prière, d’enseignements et de témoignages. Un rendez-vous  d’amour ! ♥ ♥ ♥     

  • Articles que J’aime

  • Pour me joindre

  • Calendrier pour une recherche d’Articles

    février 2019
    L M M J V S D
    « Jan   Mar »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728  
  • Archive de précédents Articles

  • Follow *Messages-Prophéties-Par les Saints et les Prophètes ……Myriamir(1) on WordPress.com
  • Suivez-nous

  • Publicités
%d blogueurs aiment cette page :