(Jour-15) Extrait LE MANUSCRIT DU PURGATOIRE… Nous ne connaissons pas en général, dans le Purgatoire, les fautes des autres, exceptés pourtant quand le bon Dieu le permet…On ne se repent jamais de s’être tu..




le-manuscrit-du-purgatoire.net

Les Religieuses et les autres de même famille ont-elles des relations ?

-R… Dans le Purgatoire, comme dans le Ciel, les Religieuses de même famille ne sont pas toujours ensemble ; les âmes ne méritent pas toutes la même pénitence ni la même récompense. Cependant on se reconnaît dans le Purgatoire. On peut aussi, quand le bon Dieu le permet, communiquer ensemble.

Peut-on recevoir une prière, une pensée d’un ami défunt et lui faire connaître le souvenir qu’on garde de lui ?

-R… On peut faire parvenir ici des souvenirs de la terre, mais ce n’est pas bien utile, car je vous ai déjà dit que les âmes du Purgatoire savaient et connaissaient les personnes qui s’intéressent à elles sur terre. Dieu permet quelquefois aussi que l’on puisse recevoir une prière, un avertissement, un conseil… Ainsi, ce que je vous ai dit plusieurs fois au sujet de saint Michel, c’était de sa part ; ce que je vous ai dit pour votre père, c’était de la part du bon Dieu. Toutes les commissions que vous m’avez données bien des fois pour l’autre monde, je les ai faites toujours ; mais toutes ces choses sont subordonnées à la Volonté Divine.

 

Les fautes sont-elles connues de tous dans le Purgatoire, comme elles le seront au jugement dernier ?

R… -Nous ne connaissons pas en général, dans le Purgatoire, les fautes des autres, exceptés pourtant quand le bon Dieu le permet, envers certaines âmes, pour ses desseins ; mais c’est envers le petit nombre qu’il agit de la sorte.

 

Avez-vous du bon Dieu une connaissance plus parfaite que nous ?

R… Oh ! Quelle question ! Mais oui, nous le connaissons beaucoup mieux et l’aimons aussi beaucoup plus ! Hélas ! C’est bien ce qui cause ici notre plus grand tourment. On ignore, sur la terre, ce qu’est le bon Dieu. On s’en fait une idée d’après ses vues bornées ; mais nous, en quittant notre enveloppe de boue, alors que rien n’entrave plus la liberté de notre âme, oh !

C’est alors seulement que nous avons connu Dieu, ses bontés, ses miséricordes, son amour ! Après cette vue si claire, ce besoin si grand de l’union, l’âme tend toujours vers lui, c’est sa vie et, toujours, elle est repoussée, parce qu’elle n’est pas assez pure, voilà notre souffrance : la plus dure, la plus amère.

Oh ! S’il nous était donné de retourner sur la terre, après que nous connaissons le bon Dieu, quelle vie mènerait-on ! Mais regrets inutiles… et pourtant, sur la terre, on ne pense pas à ces choses, on vit en aveugle. L’éternité n’est comptée pour rien.

La terre, qui n’est qu’un passage et qui reçoit seulement les corps qui, à leur tour, deviennent terre eux-mêmes, est le seul objet où tendent presque tous les désirs, et le Ciel, on n’y pense pas ! Et Jésus et son Amour sont oubliés !

 

Dans le Purgatoire, les âmes se consolent-elles mutuellement dans l’amour du bon Dieu ou chacune est-elle complètement isolée dans sa douleur ?

-R… Dans le Purgatoire, notre seule consolation, notre seule espérance est Dieu seul. Sur la terre, le bon Dieu permet qu’on puisse quelquefois être consolé dans ses peines de corps et d’esprit par un cœur ami ; et encore, si, dans ce cœur, l’amour de Jésus ne s’y trouve pas, les consolations sont vaines, mais ici les âmes sont perdues, abîmées dans la Volonté Divine, et Dieu seul peut adoucir leur douleur.

Toutes les âmes sont torturées, chacune d’après sa culpabilité, mais toutes ont une douleur commune qui surpasse toutes les autres : l’absence de Jésus qui est notre élément, notre vie, notre tout. Et nous en sommes séparées par notre faute !

Après une action, il ne faut pas passer votre temps à revenir en arrière pour examiner si vous avez bien agi ou non ! Certainement, il faut examiner vos actions chaque jour afin de les faire mieux, mais il ne faut pas que ce soit aux dépens de la tranquillité de l’âme.

  • Le bon Dieu aime les âmes simples. Il faut donc que vous alliez à lui avec une grande bonne volonté, toujours prête à vous sacrifier et à lui faire plaisir. Vous devez agir avec Jésus comme le petit enfant avec sa mère, vous confiant en sa bonté, remettant tous vos intérêts spirituels et corporels entre ses mains divines ; puis, après, chercher à le contenter en tout, sans vous occuper d’autre chose.

 

  • Le bon Dieu ne regarde pas tant les grandes actions, les actes héroïques, qu’une action simple, un petit sacrifice, pourvu que ces choses soient faites par amour. Quelquefois même un petit sacrifice qui n’a été connu que de Dieu seul et de l’âme sera plus méritoire qu’un grand qui aura été applaudi. Il faut être bien intérieur, pour ne rien prendre pour soi des louanges qu’on nous donne.

 

  • Le bon Dieu cherche des âmes vides d’elles-mêmes pour les remplir de son amour. Il en trouve peu. L’amour de soi ne laisse point de place pour Jésus. Ne laissez passer aucune occasion de vous mortifier, intérieurement surtout. Jésus a des grâces à vous accorder pendant le carême ; préparez-vous-y par un redoublement de ferveur et surtout d’amour. Aimez surtout Jésus. Hélas ! Il est si peu aimé par le monde et tant outragé !

 

La Sainte Vierge vous aime beaucoup ; vous, de votre côté, aimez-la aussi de tout votre cœur et procurez sa gloire le plus que vous pourrez.

 

Vous ne comprendrez jamais assez la bonté du bon Dieu. Si on se donnait la peine d’y réfléchir quelquefois, ce serait suffisant pour devenir un Saint, mais on ne connaît pas assez la miséricordieuse bonté du Cœur de Jésus dans le monde.

Chacun la mesure d’après sa manière de voir, et cette manière est défectueuse. Il suit de là qu’on prie mal. Oui, peu de personnes savent prier comme Jésus le voudrait.

  • On manque de confiance et pourtant Jésus n’exauce que d’après l’ardeur de nos désirs et la mesure de notre amour. Voilà pourquoi souvent les grâces qu’on sollicite restent sans effet.

 

Pour être heureux en religion, il faut être sourd, aveugle et muet, c’est-à-dire qu’il faut entendre bien des choses qu’on pourrait répéter, mais souvent il vaut mieux les garder pour soi.

On ne se repent jamais de s’être tu.

On est obligé également de voir et d’entendre, comme si on n’avait rien vu ni rien compris. Oh ! Si vous saviez que c’est peu de chose que tous ces riens dont on fait grand cas !

  •  Le démon se sert de ces petits fœtus pour arrêter une âme et entraver tout le bien qu’elle était appelée à faire.

FOETUS

 Ne vous y laissez pas prendre. Ayez le cœur grand et passez sur ces petites misères, sans y faire attention.

  • Jésus doit avoir assez d’attraits pour vous, sans que vous vous arrêtiez à quoi que ce soit en dehors de lui.
  •  Voyez tout venir de sa bonté ; qu’il afflige ou qu’il console, c’est son amour qui ménage tout pour le bien de ses amis.

 

Ne vous découragez jamais, quoi qu’il vous arrive : Si Jésus voulait, il pourrait vous faire parvenir au sommet de la perfection où il vous veut en quelques heures, en un clin d’œil ; mais non ! Il aime mieux voir vos efforts et il désire que vous connaissiez et voyiez par vous-même combien est âpre et rude le chemin de la perfection.

  •  Soyez bien généreuse. Jésus vous a accordé plus de grâces et vous en accordera plus qu’à bien d’autres ; mais en retour, il espère trouver en vous une âme de sacrifice, dévouée. Il veut de vous surtout beaucoup d’amour, et quand vous aurez lutté ainsi contre vous-même, contre vos penchants, que vous aurez agi avec grand esprit de foi, eh bien ! La foi fera place à la réalité ; mais avant, il faut que vous agissiez comme si Jésus vous était toujours présent et que ce soit pour vous presque naturel, tout en étant surnaturel.

 

Les prédicateurs et les directeurs ne font de bien aux âmes qu’à proportion de leur union avec Jésus, c’est-à-dire de leur esprit d’oraison et de la vigilance qu’ils mettent à garder leur intérieur calme, à tenir toujours les yeux de l’âme ouverts sur Jésus, prêts à tout faire et à tout sacrifier pour le salut des personnes qui leur sont confiées.

4743f643dfdc471d93063cf92d88031f

Les promesses faites pour ceux qui récitent le chapelet de saint Michel sont-elles vraies ? –

-R… Les promesses sont réelles ; seulement, il ne faut pas croire que les personnes qui le récitent par routine et sans se mettre en peine de leur perfection soient tirées immédiatement du Purgatoire. Ce serait faux.

  • Saint Michel fait encore plus qu’il ne promet, mais pour ceux qui sont condamnés à un long Purgatoire, il ne les en retire pas si vite. Certainement qu’en souvenir de leur dévotion envers le Saint Archange leurs peines sont abrégées ; mais pour être entièrement délivrées, non ! Moi qui le disais, je puis vous servir d’exemple.
  • La délivrance immédiate n’a lieu que pour les personnes qui ont travaillé avec courage à leur perfection et qui ont peu de chose à expier dans le Purgatoire.

À Suivre…


 

Les commentaires sont fermés.
  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 6 243 autres abonnés

  • ❤️ UN CHANT POUR TOI MAMAN MARIE…..(Immaculée Conception)

  • Traduire un Message du Ciel dans votre langue*

  • Ceci est un Menu Déroulant Clikez sur Sélectionner une *catégorie*

  • Articles récents

  • Radio Maria France

    Une radio de prière, d’enseignements et de témoignages. Un rendez-vous  d’amour ! ♥ ♥ ♥     

  • Articles que J’aime

  • Pour me joindre

  • Calendrier pour une recherche d’Articles

    novembre 2019
    L M M J V S D
    « Oct   Déc »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930  
  • Archive de précédents Articles

  • Follow *Messages-Prophéties-Par les Saints et les Prophètes ……Myriamir(1) on WordPress.com
  • Suivez-nous

%d blogueurs aiment cette page :