Amen Fiat / Sixième jour (28 Décembre) de la Neuvaine à l’Esprit Saint – En audio avec So’


Viens, Esprit Saint (Veni Sancte Spiritus)

CHANT D’ENTRÉE

 Emmanuel Music – Sujet


Sixième jour de la Neuvaine à l’Esprit Saint

Durée : 35:42

Intention du jour : 

« Paraclet, Toi, le Dispensateur de tous les dons et notre Défenseur, en présence de notre Céleste Mère ton épouse je prends possession de l’intercession des trois Cœurs Sacrés de Jésus, Marie et Joseph et je te prie au nom de toutes les créatures de toutes les générations humaines pour :

  • toutes les âmes qui chutent dans le péché et salissent leur âme : que sous ta protection et tes Divines Inspirations, elles puissent retrouver le chemin de la Vérité et de la Vie. Qu’elles puissent se jeter dans les bras de notre Père miséricordieux et qu’elles reçoivent comme cadeau même, si leur péché est rouge écarlate, de se jeter dans le Brasier Ardent d’Amour et dissoudre tout leur péché par la grâce de la Miséricorde du Père. 

Paraclet, Flamme d’Amour de l’humanité dans le Cœur Immaculé de Marie ton épouse et notre Mère, je prends possession de l’amour des trois Cœurs Sacrés, auquel j’y ajoute mon petit amour, afin que Tu puisses recevoir pleinement tout l’amour que les Créatures Te doivent. Ainsi, ensemble nous pouvons gémir et soupirer cette prière en offrande et en réparation pour tous les outrages, les insultes, les blasphèmes et les indifférences dont Toi le Père des pauvres souffre suite à la misère de mon âme. Permets que cette offrande soit un réconfort pour Toi et que dans notre possession mutuelle je sois fortifié(e) et que je grandisse dans mon amour pour Toi, afin de ne plus T’offenser ni Te contrister et cela au nom de toutes les créatures de toutes les générations humaines.

En ta présence Paraclet, je joins mon offrande de réparation à celle des trois Sacrés Cœurs pour toutes les fois où je n’ai pas promptement répondu à tes Divines Inspirations. Que sous tes ailes et par notre intimité grandissante, j’y obéisse, au nom de toutes les créatures de toutes les générations humaines. Amen. FIAT. »

Prière du chapelet : 

https://hozana.org/publication/107952-priere-du-chapelet


Prier cette Neuvaine avec Hozana: https://hozana.org/communaute/9603-ne…


Amen Fiat


28 déc 2020 – Les saints Innocents -la Fuite en Égypte – la Vierge Marie – Jour 24 / Un cruel tyran. Le petit Roi Jésus, sa Maman et saint Joseph s’enfuient dans un pays étranger comme de pauvres exilés.(28 Décembre 2020)


Au Coeur de Jésus et Marie...Dans la Divine Volonté *Viens boire à la Source*

Guido Reni, Le massacre des saints Innocents, 1611, Bologne, Pinacoteca Nazionale, Autre photographie.

La venue des Rois Mages provoqua beaucoup de curiosité à Jérusalem,  
surtout parce qu’il était question d’un “nouveau roi”.   
Le cruel Hérode, par peur de se voir détrôné, donna l’ordre de tuer mon doux Jésus,  
ma chère vie, avec tous les autres bébés.  

Ma fille, quelle souffrance !   
 
On veut tuer Celui qui est venu  
– pour donner la Vie à tous et  
– apporter sur la terre une Ère nouvelle de Paix, de Bonheur et de Grâces !   
 
Ah !  ma fille, quelle ingratitude, quelle perfidie !   
Où donc s’arrêtera l’aveuglement de la volonté humaine ?   
Elle devient féroce, elle veut dominer son Créateur lui-même.  

Compatis avec moi, ma fille, et essaie d’apaiser les sanglots du doux Bébé.  

Il pleure à cause de l’ingratitude des hommes : à peine né, on veut le tuer.  

Dans…

Voir l’article original 249 mots de plus

Réflexions de Christian Dachy(du site au Souffle de l’Esprit) sur le Notre Père avec en cadre de fond la fête de Noël…Je vous présente un extrait de ce texte. Le Mystère du Père Éternel en Jésus pour nous est si grand.


Enseignement du 18 décembre 2014

Réflexions à partir du Notre Père

Christian Dachy

trinité

Comme j’aurais voulu vous proposer ce qui suit avant la fête de Noël, mais je n’arrivais pas à remettre la main sur cet enseignement. Il a été donné il y a quelques années déjà, comme le temps passe vite, dans un groupe de prières de Bruxelles au sein duquel la louange prenait une place importante. Je viens de le retrouver après moultes recherches. Faisons bon cœur contre mauvaise fortune. Comme nous sommes encore tout proche de la fête de Noël que nous continuons à fêter dans les sept jours qui suivent, il n’est pas trop tard. Si je voulais le publier avant Noël, c’est qu’une partie de l’enseignement se rapporte à la fête de Noël.

Préliminaires :

  • Jésus priait un jour en un certain lieu. Lorsqu’il eut achevé un de ses disciples lui dit : « Seigneur, apprends-nous à prier, comme Jean l’a fait à ses disciples. » Il leur dit : « Quand vous priez dites : Père, que votre nom soit sanctifié, que votre règne arrive ; donnez-nous aujourd’hui notre pain nécessaire à chaque jour. Pardonnez-nous nos fautes, puisque nous pardonnons nous aussi à ceux qui nous ont offensé ; et ne nous induisez pas à la tentation. » Luc 11, 1-4

Notre Père,

  • Ceux qui ont eu le bonheur d’avoir un père selon le Cœur de Dieu peuvent avoir plus facile à prononcer ces deux mots. Pour ma part, je suis de ceux-là.
  • S’il est certes plus facile dans ce cas d’être dans la joie, l’amour et la confiance de prononcer ce nom, Notre Père, il n’en demeure pas moins que tout un chacun peut y trouver son compte au travers de la parabole du fils prodigue.
  • Dans la prière, on s’adresse à quelqu’un qui est au-dessus de nous. Ayez aussi à l’esprit que la prière est le mouvement de l’âme vers son Dieu. Alors avant toute chose, mettons-nous dans la sainte présence de Dieu quand nous commençons à prier.

Notre Père qui êtes aux Cieux,

  • Les cieux, que représentent-ils pour nous ?
  • « A ces mots, sous leurs yeux il s’éleva [de terre], puis un nuage le déroba à leurs regards. Or, tandis qu’ils le suivaient des yeux s’éloignant dans le ciel, voici que leurs apparurent deux hommes vêtus de blanc… » (Ac 1, 9-10)

Les Cieux existent bien, en suivant ce court récit de St Paul

  • Bien que ce soit un état, c’est aussi véritablement un lieu puisque le corps vivant du Christ ressuscité y monte et que nos corps s’y retrouveront
  • La Tradition et Saint Jean nous parlent de la montée de la Vierge Marie quand elle s’est endormie dans la mort. On parle bien de la dormition de la Mère de Jésus
  • Dans le Credo, ne proclamons-nous pas attendre la Résurrection des corps ?
  • Il est utile de rappeler cette réalité essentielle, les cieux, notre véritable patrie puisque c’est là où se trouve le Père, dans ce lieu de notre bonheur éternel. Rappelons, que pour nous les femmes et les hommes de la terre, quand nous entamons une prière, nous élevons notre âme vers le Ciel. Nous sommes alors dans la paix et l’espérance. Car Celui qui nous invite à l’aimer de tout notre cœur, de toute notre âme, de tout notre esprit, de toutes nos forces nous attend dans ce lieu intemporel d’Amour.

Que votre nom soit sanctifié,

  • Dans plus d’un de nos champs de louange, nous rendons gloire à notre Dieu trois fois saints. Dieu est saint, digne de nos louanges et de notre adoration, au-dessus de tout, lui le Créateur de toutes choses, de tout l’univers, de notre terre et de tout ce qu’elle contient. Toute la création est là pour chanter la gloire de Dieu, les anges du ciel et nous tous, les enfants du Père. Tous nos actes, toutes nos paroles, devraient proclamer combien Dieu est saint. Si peu sur cette terre le font et pourtant, c’est à cela que nous sommes appelés dans cette vie éternelle à laquelle nous convie le Père. Notre passage sur terre, ce court voyage pour nous préparer à cette vie où c’est l’amour qui règnera dans les cœurs et les âmes, ne dure finalement que peu de temps.
  • Par la faute originelle, celle d’Adam et Eve, l’homme a été coupé de la vraie vie en Dieu, entraîné par l’action séductrice du démon. Il s’est véritablement coupé de cette vie en pensant pouvoir être comme Dieu, c’est bien ce que le serpent a fait miroiter à Eve, et elle s’est laissée entraîner, emportant avec elle Adam qui n’a pas fait mieux qu’elle. Dans sa colère, Dieu a chassé ses deux enfants du Paradis terrestre et l’homme s’est retrouvé livré à lui-même, en restant sous l’influence pernicieuse de Satan. Combien cette décision a dû coûter au Père d’éloigner de lui Adam et Eve ? Combien il avait dû les mettre en garde pour les punir ainsi. Sa recommandation devait avoir été à la fois ferme et douce, emprunte de beaucoup d’amour, tout en sachant que malgré toutes les précautions qu’Il prendrait, cela arriverait, lui qui sait tout. Notre Père, en créant l’homme lui a donné la liberté, la liberté d’accepter son amour ou de le rejeter, c’est le libre arbitre laissé à chacun. Tout au long de notre vie nous avons à répondre positivement ou non à son appel, un appel répété au fil des ans, jusqu’à notre mort même, où quelques instants encore avant de quitter ce monde nous avons encore la possibilité de dire oui, pour ceux qui ne l’ont pas encore donné.
  • C’est l’amour miséricordieux du Père qui n’a de cesse de nous rappeler vers Lui quand nous avons le malheur de nous éloigner de Lui, préférant nous écouter. L’exemple du bon larron à côté de Jésus, tous deux en croix, est là pour nous montrer combien la patience de Dieu est grande à notre égard. Mais attention, on ne trompe pas Dieu. Cette demande doit venir du plus profond de notre être et être tout empreinte de sincérité. Ce fut bien le cas de Saint Dismas !
  • Nous sommes à quelques jours de Noël !… Depuis plusieurs millénaires, la compagnie de Dieu auprès des hommes n’était plus celle du Paradis, loin s’en faut. Mais ayez en mémoire ce qui s’est passé à l’origine. Dieu a fait part à ses anges de son projet de créer l’homme, mais que son projet serait vite contrecarré. Pour racheter la faute de l’homme, le Père devrait envoyer son Fils sur terre et qu’il prendrait chair par le biais d’une femme qui deviendrait la Reine du Ciel. Lucifer, l’ange de lumière, la plus belle créature de Dieu, doté de pouvoir que nous avons du mal à imaginer, ne pouvait l’accepter. Il y aurait une autre créature qui le concurrencerait ! Dans son orgueil, il ne l’a pas supporté, s’est révolté contre Dieu, entraînant à sa suite un tiers des anges.
  • Ce rachat de l’humanité a commencé par l’Incarnation de Jésus dans une Vierge d’Israël, Marie très sainte, fille de Joachim et d’Anne.
  • Pour recevoir l’Agneau de Dieu, il fallait un réceptacle aussi pur que celui qu’elle allait enfanter. Immaculée conception de Marie, fêtée le 8 décembre dernier.
  • Dans sa puissance, Dieu aurait pu envoyer son fils, en grande pompe, à l’âge adulte, magnifique dans sa puissance, mais non, Jésus a été conçu, s’est développé comme tous les enfants de la terre, est né sans les douleurs de l’enfantement pour sa mère, a grandi, a appris à parler, a été assujetti aux contraintes inhérentes à la nature humaine, pour devenir le Jésus qui s’est manifesté comme le fils du Père, a enseigné pendant trois ans, pour donner finalement sa vie pour le rachat de tous.
  • Dans la nuit de Noël, nuit merveilleuse, le sauveur de l’humanité nous a été donné. Ce petit enfant de la crèche dont la venue fut annoncée aux bergers des environs par les anges s’est contenté d’apparaître aux hommes dans une pauvre étable, lui si grand dans ce petit être, apparaissant dénué de tout. Sans se poser de question, les anges sont venus le vénérer, l’adorer.

Parlons un peu si vous le voulez bien de cette naissance de Jésus, moment tellement merveilleux dans l’histoire de l’humanité.

  • Le moment est bien choisi, dans quelques jours ce sera Noël. Noël, tout le monde connaît, est-il besoin d’en parler ? Il serait assez facile de faire des analogies avec la pauvreté de toutes les époques, ou s’étendre plus logiquement sur la pauvreté bien réelle dans notre monde d’aujourd’hui.
  • Je voudrai vous en parler autrement même si le tableau que je pourrais en faire est imparfait. Réfléchissons ensemble avec notre cœur, voulez-vous, et reportons-nous à cette nuit qui sera le début d’un changement radical de l’histoire humaine. Oui, que votre imagination dans ce qu’elle a de bon à nous donner, nous conduise par l’esprit au cœur de l’action car je vous demande en m’écoutant de vous représenter la scène de la Nativité.
  • Alors que Marie était proche de mettre au monde l’Enfant Jésus, ayant répondu à l’édit du recensement, Joseph et Marie arrivent à Bethléem, mais ils sont rejetés de partout. Le brave Joseph tout attristé de la situation, reste rempli de dignité mais aussi de tristesse pour Marie. Joseph se renseigne et on finit par lui indiquer qu’il pourrait peut-être trouver refuge plus loin. Il y a une grotte, un trou dans la montagne, une ancienne construction, quelque chose qui permettrait à Marie et Joseph d’y trouver un refuge. Il arrive à l’endroit indiqué où il trouve un bœuf.
  • Ils y entrent tous les deux. Aucun luxe, de la terre battue avec des trous, des cailloux et comme il y a un bœuf, il y a de la paille et du foin, de quoi le nourrir, mais aussi des déjections animales, odeur assurée ! Marie a froid, heureusement le bœuf dégage de la chaleur et il se laisse faire. Joseph prépare une couche pour Marie, qu’il installe avec délicatesse. Il donne également à manger à l’âne qui leur a rendu tant de services. Pour que tout soit plus net, Joseph fait un peu de nettoyage avec des branches, il fait du feu. Marie regarde Joseph et admire son travail, elle lui sourit. Pour reprendre des forces, Joseph prépare les petites réserves qu’il a dans une besace.
  • Remarquer combien cette scène est pleine d’humilité, de charité et de pureté
  • Joseph somnole, Marie se redresse, s’assied, regarde Joseph assoupi, et se met en prières. Elle s’adresse au Père, elle sait que le moment est proche, son visage doit être radieux, comme un soleil dans la pénombre de l’étable. Joseph se réveille, le feu baisse, il le rallume avec des petites branches puis des plus grosses et se réchauffe comme il peut. Il voit Marie. A-t-elle besoin de quelque chose ? Joseph prie lui aussi.
  • La lune monte dans le ciel, finit par pénétrer dans l’étable et éclaire Marie, son visage apparaît plus lumineux encore. Illuminé par cette lumière, son vêtement apparaît dans une couleur magnifique, sûrement bleu, sa couleur. La lumière devient de plus en plus vive autour de Marie qui resplendit de beauté. Tout s’illumine progressivement dans la grotte, tout prend une dimension incomparable de splendeur. Les pierres brillent comme des saphirs, les cailloux sont comme des diamants. Le foin et la paille prennent des apparences d’or, le sol est comme un cristal pur.
  • La lumière devient de plus en plus vive, Marie est enveloppée d’une boule de lumière vive et disparaît dans cette lumière. On ne la voit plus. Rayonnant dans toute l’étable, la lumière absorbe tout. Un cri de bébé retentit, Marie apparaît alors avec l’enfant Jésus. Jésus est là, le Sauveur est né.
  • Marie qui a Jésus dans les bras, se penche vers lui. Elle adore son Dieu et parce qu’elle est une maman, elle lui donne un tendre baiser, sur le front peut-être mais sûrement sur son petit cœur qui bat pour nous, ce cœur qui un jour sera transpercé par la lance d’où coulera du sang et de l’eau, ce cœur qui va tant aimer le monde, le cœur de Jésus qui donnera sa vie pour chacun de nous, afin que nous soyons nous aussi des fils du Père… L’Enfant-Dieu a faim, Marie lui donne le sein et le petit doit sourire à sa Mère.
  • Dans cette étable, les animaux participent à leur manière à ce prodige qu’est la Naissance de Jésus !…
  • Et Joseph, qui a assisté à ce spectacle et devait prier Dieu avec une intensité que l’on peut imaginer ou plutôt non que l’on ne saurait imaginer tant il doit être pris par l’évènement. Lui aussi bien vite, doit se prosterner devant l’enfant-Dieu.
  • Que fait une maman quand son enfant est né, elle le serre tout contre elle. La Vierge Marie doit faire pareil et puis bien vite, comme une maman, elle doit vouloir faire partager son bonheur avec Joseph, elle se redresse, va vers lui. Je vois Joseph, hésitant, tellement plein de respect et d’admiration. Avec une tendresse infinie, Joseph s’approche de Marie, ils doivent se regarder l’un l’autre les yeux mouillés de bonheur. Cet instant a dû être d’une rare et prenante intensité pour les deux parents. Les anges présents devaient être eux aussi dans une grande admiration de la scène, eux aussi en adoration devant la naissance du Sauveur.

Poursuivre la lecture sur le lien ici-bas

Marie et Joseph, qui étaient tous les deux en prière au moment de la naissance de Jésus, ont certainement leur cœur et leur âme qui montent vers le Ciel.


Peut-on lire Maria Valtorta ? L’enquête. Audio: 6:13


Peut-on lire Maria Valtorta ?

L’enquête.

Peut-on lire Maria Valtorta ? Une enquête objective sur les éléments troublants concernant cette mystique qui a vu, en 1943, depuis son lit, la vie de Jésus, dans son contexte. Paralysée dans son lit, Maria Valtorta a reçu des centaines de visions de la vie de Jésus, avec des détails troublants.

Durée : 6:13

Petite vidéo sur Maria Valtorta

Association Maria Valtorta


Pour découvrir l’œuvre : http://www.asonimage.fr


  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 7 053 autres abonnés

  • ❤️

  • Traduire un Message du Ciel dans votre langue*

  • Ceci est un Menu Déroulant Clikez sur Sélectionner une *catégorie*

  • Articles récents

  • Radio Maria France

    Une radio de prière, d’enseignements et de témoignages. Un rendez-vous  d’amour ! ♥ ♥ ♥     

  • Articles que J’aime

  • Pour me joindre

  • Calendrier pour une recherche d’Articles

    décembre 2020
    L M M J V S D
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archive de précédents Articles

  • Follow *Messages-Prophéties-Par les Saints et les Prophètes ……Myriamir(1) on WordPress.com
  • Suivez-nous

%d blogueurs aiment cette page :