†L’Église en pleine tempête†….Extrait du Blog Chrétien Web…


religion

L’Église en pleine tempête !

 

Surtout, le climat ambiant – et particulièrement le climat ecclésial et médiatique ambiant – nous éprouve, comme beaucoup d’entre vous. Cette litanie de drames et de crimes pédophiles nous donne véritablement la nausée, même s’il faut souligner qu’on ouvre là des archives parfois vieilles de 60 ans… et que les mesures prises depuis semblent porter du fruit. Il n’empêche. Pendant des années, dans l’Église comme ailleurs (mais donc aussi dans l’Église), on n’a pas su, pas pu, pas voulu entendre ou comprendre la souffrance des enfants victimes, tout occupés que nous étions à protéger l’Institution.

 

Les « affaires » vaticanes, les accusations graves étalées sur la place publique, les affrontements entre prélats et cardinaux, nous font aussi mal. L’évangile qui nous rapporte les disputes entre apôtres nous prouve que tout cela n’est pas nouveau.

 

L’histoire de l’Église nous l’enseigne aussi, parfois dramatiquement. Depuis 2000 ans, à chaque époque, l’Église a été composée de saints et de minables, de héros et de lâches. Sans doute chaque catholique peut être tour à tour l’un et l’autre ! L’Église est surtout composée de chacun de nous, et nous sommes les premiers à lui être reconnaissants de nous accepter tels que nous sommes, y compris avec nos péchés. Les débats dans l’Église n’ont jamais manqué, parfois résolus dans le sang. Les désaccords non plus, les Actes des Apôtres en témoignent. Tout en sachant cela, il n’est quand même jamais facile de voir sa famille afficher ses disputes ou être prise dans la tempête.

L’ère du soupçon

Au milieu de tout cela, nous ne sommes pas dupes devant le jeu de certains. Comment ne pas être amers en les observant, eux qui ne sont pas vraiment connus pour être des grands amis de l’Église, alors qu’ils profitent de ces tragédies pour essayer de lui porter un coup fatal ou pour se refaire une notoriété à coup de commission d’enquête parlementaire, de pétitions et de tribunes ?

La vérité rend libre, et tout ce qui pourra aider à la faire est précieux, si et seulement si l’intention reste droite : il s’agit bien d’aider l’Église à être pleinement fidèle à sa mission, et non de la faire taire pour toujours.

Nous lisons aussi l’empressement d’autres « amis » qui, sous prétexte de lutter contre un cléricalisme dont personne ne s’accorde vraiment sur la définition ou la réalité, rêvent à nouveau du « grand soir », remettant sur la table des débats empreints d’une idéologie qu’on pensait pourtant enfin dépassée.

Et ne parlons même pas de tous ceux qui refusent désormais à tout prêtre le droit de s’exprimer sur un seul débat de société, nous renvoyant à la figure les fautes de nos frères. Le « pas d’amalgame » qu’ils brandissaient si souvent n’existe plus, la présomption d’innocence encore moins. L’Église serait « disqualifiée ». Tant pis si l’immense majorité des fidèles et des clercs n’ont rien à se reprocher. La nuance est devenue rare en ce monde, elle s’accorde mal avec le rythme médiatique, encore moins avec la violence des réseaux sociaux.

 

Ce climat, ce silence passé, cette confusion entretenue nourrissent le soupçon, ce poison qui vient miner la confiance et assombrir notre joie d’être prêtres. Tout geste d’affection paternelle devient un risque, toute proximité fraternelle inquiète. Le Christ qui console, relève, encourage et bénit se retrouverait aujourd’hui cantonné derrière une vitre, si on en croit les recommandations de certains « experts ». Ce n’est pourtant qu’en approfondissant cette « paternité spirituelle » du prêtre qu’on l’aidera à vivre son célibat de façon la plus juste.

La prudence est légitime et nécessaire, le bon sens aussi. La confiance sera longue à reconstruire. Sachez que la vôtre est infiniment précieuse pour les prêtres que nous sommes. Le doute et le soupçon nous fragilisent et minent toute relation. Votre confiance lucide nous encourage.

 

Une seule urgence : la sainteté…..ICI


https://chretienweb.wordpress.com/2018/10/13/leglise-en-pleine-tempete/

 

*Le jour où Joseph Ratzinger a prédit l’avenir de l’Église*


Cardinal Joseph Ratzinger

Lors de l’enregistrement d’une émission à la radio allemande en 1969…

« Je pense, non, je suis sûr, que le futur de l’Église viendra de personnes profondément ancrées dans la foi, qui en vivent pleinement et purement. Il ne viendra pas de ceux qui s’accommodent sans réfléchir du temps qui passe, ou de ceux qui ne font que critiquer en partant du principe qu’eux-mêmes sont des jalons infaillibles. Il ne viendra pas non plus de ceux qui empruntent la voie de la facilité, qui cherchent à échapper à la passion de la foi, considérant comme faux ou obsolète, tyrannique ou légaliste, tout ce qui est un peu exigeant, qui blesse, ou qui demande des sacrifices.
Formulons cela de manière plus positive : le futur de l’Église, encore une fois, sera comme toujours remodelé par des saints, c’est-à-dire par des hommes dont les esprits cherchent à aller au-delà des simples slogans à la mode, qui ont une vision plus large que les autres, du fait de leur vie qui englobe une réalité plus large.
Il n’y a qu’une seule manière d’atteindre le véritable altruisme, celui qui rend l’homme libre : par la patience acquise en faisant tous les jours des petits gestes désintéressés. Par cette attitude quotidienne d’abnégation, qui suffit à révéler à un homme à quel point il est esclave de son égo, par cette attitude uniquement, les yeux de l’homme peuvent s’ouvrir lentement. L’homme voit uniquement dans la mesure où il a vécu et souffert.

eglise-basilique-notre-dame-credit-photo-tourisme-montreal-stephane-poulin

Si de nos jours nous sommes à peine encore capables de prendre conscience de la présence de Dieu, c’est parce qu’il nous est tellement plus facile de nous évader de nous-mêmes, d’échapper à la profondeur de notre être par le biais des narcotiques, du plaisir etc. Ainsi, nos propres profondeurs intérieures nous restent fermées. S’il est vrai qu’un homme ne voit bien qu’avec le cœur, alors à quel point sommes-nous aveugles ?

Quel rapport tout cela a-t-il avec notre problématique ? Eh bien, cela signifie que les grands discours de ceux qui prônent une Église sans Dieu et sans foi ne sont que des bavardages vides de sens. Nous n’avons que faire d’une Église qui célèbre le culte de l’action dans des prières politiques. Tout ceci est complètement superflu. Cette Église ne tiendra pas.herbe-aubepine

Ce qui restera, c’est l’Église du Christ, l’Église qui croit en un Dieu devenu Homme et qui nous promet la vie éternelle. Un prêtre qui n’est rien de plus qu’un travailleur social peut être remplacé par un psychologue ou un autre spécialiste. Un prêtre qui n’est pas un spécialiste, qui ne reste pas sur la touche à regarder le jeu et à distribuer des conseils, mais qui, au nom de Dieu, se met à la disposition des Hommes, est à leurs côtés dans leurs peines, dans leurs joies, dans leurs espoirs et dans leurs peurs, oui, ce genre de prêtres, nous en aurons besoin à l’avenir.

Allons encore un peu plus loin. De la crise actuelle émergera l’Église de demain – une Église qui aura beaucoup perdu. Elle sera de taille réduite et devra quasiment repartir de zéro. Elle ne sera plus à même de remplir tous les édifices construits pendant sa période prospère. Le nombre de fidèles se réduisant, elle perdra nombre de ses privilèges.

Contrairement à une période antérieure, l’Église sera véritablement perçue comme une société de personnes volontaires, que l’on intègre librement et par choix. En tant que petite société, elle sera amenée à faire beaucoup plus souvent appel à l’initiative de ses membres.

   Elle va sans aucun doute découvrir des nouvelles formes de ministère, et ordonnera à la prêtrise des chrétiens aptes, et pouvant exercer une profession. Dans de nombreuses petites congrégations ou des groupes indépendants, la pastorale sera gérée de cette manière. Parallèlement, le ministère du prêtre à plein temps restera indispensable, comme avant.herbe-aubepine

Mais dans tous ces changements que l’on devine, l’essence de l’Église sera à la fois renouvelée et confirmée dans ce qui a toujours été son point d’ancrage : la foi en un Dieu trinitaire, en Jésus Christ, le Fils de Dieu fait Homme, en l’Esprit-Saint présent jusqu’à la fin du monde. Dans la foi et la prière, elle considérera à nouveau les sacrements comme étant une louange à Dieu et non un thème d’ergotages liturgiques.

   L’Église sera une Église plus spirituelle, ne gageant pas sur des mandats politiques, ne courtisant ni la droite ni la gauche. Cela sera difficile pour elle, car cette période d’ajustements et de clarification va lui coûter beaucoup d’énergie. Cela va la rendre pauvre et fera d’elle l’Église des doux. Le processus sera d’autant plus ardu qu’il faudra se débarrasser d’une étroitesse d’esprit sectaire et d’une affirmation de soi trop pompeuse.

On peut raisonnablement penser que tout cela va prendre du temps. Le processus va être long et fastidieux, comme l’a été la voie menant du faux progressisme à l’aube de la Révolution française – quand un évêque pouvait être bien vu quand il se moquait des dogmes et même quand il insinuait que l’existence de Dieu n’était absolument pas certaine – au renouveau du XIXe siècle.

eglise-campagne

Mais quand les épreuves de cette période d’assainissement auront été surmontées, cette Église simplifiée et plus riche spirituellement en ressortira grandie et affermie. Les hommes évoluant dans un monde complètement planifié vont se retrouver extrêmement seuls. S’ils perdent totalement de vue Dieu, ils vont réellement ressentir l’horreur de leur pauvreté.
Alors, ils verront le petit troupeau des croyants avec un regard nouveau. Ils le verront comme un espoir de quelque chose qui leur est aussi destiné, une réponse qu’ils avaient toujours secrètement cherchée.herbe-aubepine

   Pour moi, il est certain que l’Église va devoir affronter des périodes très difficiles. La véritable crise vient à peine de commencer. Il faudra s’attendre à de grands bouleversements. Mais je suis tout aussi certain de ce qu’il va rester à la fin : une Église, non du culte politique car celle-ci est déjà morte, mais une Église de la foi.

Il est fort possible qu’elle n’ait plus le pouvoir dominant qu’elle avait jusqu’à maintenant, mais elle va vivre un renouveau et redevenir la maison des hommes, où ils trouveront la vie et l’espoir en la vie éternelle. »jesus-rameaux-en-croix


L’Église catholique survivra en dépit des hommes et des femmes, et pas forcément grâce à eux. Et pourtant, nous avons notre rôle à jouer. Nous devons prier et cultiver l’amour de l’autre, l’abnégation, la fidélité, la dévotion aux sacrements et une vie centrée sur le Christ.



http://fr.aleteia.org/2016/07/15/le-jour-ou-joseph-ratzinger-a-predit-lavenir-de-leglise/

*Ces erreurs que l’on commet le plus fréquemment à la messe*


messe afrique

Ce qui est obligatoire, permis ou conseillé

au cours de la célébration liturgique.

Participer à la messe est une des manières privilégiées de vivre une relation vivante à Dieu, grâce à Jésus et avec Jésus. Le mot vient du latin missa : « renvoi ». Ite, missa est, la for­mule prononcée par le prêtre à la fin de la liturgie tridentine veut dire : « Allez, le congé vous est donné » (ou, dans sa forme dite ordinaire : « Allez dans la paix du Christ »). À compter du IVe siècle, le mot missa vint à désigner, non plus le simple renvoi, mais tout l’office qui le précède.

Le mot « messe » désigne donc l’ensemble des rites par lesquels on célèbre l’« Eucharistie », le mystère des mystères, d’institution divine, qui est immuable. Mais l’Ordo missae, manière de célébrer la messe, est réformable.

L’Eucharistie est « source et sommet de toute la vie chrétienne » résume le concile Vatican II (constitution Lumen Gentium, 11). Par la célébration eucharistique nous nous unissons déjà à la liturgie du ciel et nous anticipons la vie éternelle quand Dieu sera tout en tous (1 Co 15, 28).

La messe est une occasion de grande communion des fidèles, avec le Christ comme entre eux. Chacun est toujours libre d’y exprimer sa foi comme il l’entend mais elle ne peut se départir – pour sa validité et sa pérennité – d’un certain formalisme. Voici quelques unes de ces entorses à la célébration liturgique que nous commettons tous un jour ou l’autre…

calice-celebrer-messe

Dire les prières réservées au prêtre

Les fidèles dévots tombent dans l’un des petits travers les plus courants en matière de liturgie. Certaines prières sont exclusivement réservées au prêtre. Combien de fois entendons nous nos voisins dire à l’unisson du célébrant le « Par Lui, avec Lui et en Lui » (« Per christum cum christo  in christo ») ? Il s’agit de la doxologie, par laquelle le prêtre conclut l’anaphore (partie centrale de la messe). Seul le prêtre peut la prononcer (Présentation générale du Missel romain, 151).

De même, les laïcs n’ont pas à prononcer la prière pour la paix (« Seigneur Jésus-Christ, qui avez dit à vos apôtres ; Je vous laisse la paix, Je vous donne ma paix… »). Seul le prêtre l’exprime à voix haute.

 

Il ne s’agit pas ici de cornaquer les fidèles mais de distinguer les rôles du prêtre et du laïc à la messe : « Il faut éviter le danger d’obscurcir la complémentarité entre l’action des clercs et celle des laïcs, afin que le rôle des laïcs ne subisse pas, comme on dit, une sorte de “cléricalisation”, et que, de leur côté, les ministres sacrés n’assument pas indûment ce qui relève en propre de la vie et de l’action des fidèles laïcs » (Redemptionis Sacramentum).

messe

Comportement incorrect des fidèles

Conversations, brouhaha, bavardages… pas génial pour prier. À l’église prévaut la « règle d’or »: ce que tu ne ferais pas au Calvaire, ne le fais pas à la messe. Nous sommes devant le sacrifice du Fils de Dieu ! À l’autel, Jésus lui-même s’offre au Père comme victime pour nos péchés. Parler au voisin, répondre à des appels téléphoniques n’apparaît pas fort à propos.

Abus commis par le célébrant

La photo ci-contre a été prise sur Internet,pretre-abuse_3 Lors des JMJ de Toronto en 2002. On pourrait penser de prime abord que le prêtre a tout faux : il ne porte pas la chasuble mais un chapeau et des lunettes de soleil. L’autel de fortune se résume à une boîte. La dignité et la sainteté du mystère célébré sont elles en cause ?

Non, nous répond un prêtre, délégué épiscopal à l’information d’un diocèse du Sud-Ouest : « Porter un couvre-chef ou des lunettes de soleil n’est pas une atteinte liturgique. Il est regrettable peut-être d’avoir un bob Ricard sur le crâne, mais que celui qui n’a jamais célébré sous le cagnard nous jette la première pierre ! Le carton me rappelle le Kayak de Saint Jean-Paul II sur lequel il célébrait, pendant ses randonnées de jeunesse. La Chasuble pour sa part, n’est pas obligatoire : aux JMJ où la photo a été prise, les prêtres sont autorisés à célébrer en étole. Cette autorisation dépend des évêques, chacun pour son diocèse, où ils sont les liturges. »

barre or

« Dans la célébration eucharistique », la grande responsabilité incombe « surtout aux prêtres, auxquels il revient de la présider in persona Christi (en la personne du Christ), assurant un témoignage et un service de la communion, non seulement pour la communauté qui participe directement à la célébration, mais aussi pour l’Église universelle, qui est toujours concernée par l’Eucharistie. » (Redemptionis Sacramentum : 30).

À côté des avantages de la réforme liturgique, nous vivons ici ou là un certain « protagonisme » dans le rôle du ministre. Certains prêtres ressentent une forme de pression, une attente des fidèles, à proposer du « nouveau  » dans les messes dominicales. D’où les expérimentations, les abus parfois ou les improvisations, jusqu’au Babel liturgique.

bible1

Modifier les textes liturgiques

« L’usage suivant, qui est expressément réprouvé, doit cesser : ici ou là, il arrive que les prêtres, les diacres ou les fidèles introduisent, de leur propre initiative, des changements ou des variations dans les textes de la sainte Liturgie, qu’ils sont chargés de prononcer. En effet, cette manière d’agir a pour conséquence de rendre instable la célébration de la sainte Liturgie, et il n’est pas rare qu’elle aille jusqu’à altérer le sens authentique de la Liturgie » (R.S. : 59).

CrossBibleLine-empty

Accompagner le prêtre dans la Prière eucharistique

« La proclamation de la Prière eucharistique, qui, par nature, est le sommet de toute la célébration, est réservée au prêtre en vertu de son ordination. Ainsi, c’est un abus de faire dire certaines parties de la Prière eucharistique par un diacre, par un ministre laïc, ou bien par un fidèle ou par tous les fidèles ensemble. C’est pourquoi la Prière eucharistique doit être dite entièrement par le prêtre, et par lui seul » (R.S. : 52).

Interrompre le rite de la messe pour intercaler des prières non prévues

Ajouter des prières de guérison ou de libération autres que celles prévues dans le missel, des intentions libres après la consécration, etc.

+++++++++++++++++++

Confier l’homélie à des laïcs

L’homélie pourra être supprimée aux messes de semaine, mais est de rigueur aux messes dominicales : elle « est faite habituellement par le prêtre célébrant lui-même ou par un prêtre concélébrant à qui il l’aura demandé, ou parfois, si cela est opportun, aussi par le diacre, mais jamais par un laïc » (R.S. : 64). Sont également des pratiques abusives : les représentations théâtrales ou les témoignages de particuliers (sauf mariages et enterrements cela va de soi). À noter, la messe muette est désormais permise !

 

srhomadaquin

Profiter de l’homélie pour parler politique

Important : ne soyez pas surpris si l’homélie n’a aucun rapport avec les lectures du jour. Cela n’a rien d’obligatoire mais tombe tout de même sous le sens. Il est d’ailleurs interdit de se servir de la chaire comme d’une tribune politique, devoir de réserve oblige ! « Celui qui prononce l’homélie doit veiller à projeter la lumière du Christ sur les événements de la vie. Il ne doit pas pour autant priver la parole de Dieu de son sens authentique et véritable, par exemple, en se référant uniquement à des considérations d’ordre politique ou à des arguments profanes » (R.S. : 67).

CrossBibleLine-empty


Les « ministres de l’Eucharistie »………….La suite à lire sur le lien en bas

Ces erreurs que l’on commet le plus fréquemment à la messe

http://fr.aleteia.org/2016/10/05/ces-erreurs-que-lon-commet-le-plus-frequemment-a-la-messe/?utm_campaign=NL_fr&utm_source=daily_newsletter&utm_medium=mail&utm_content=NL_fr

 

Quelques photos-clips de l’ouverture de la Porte Sainte..par le Pape François…de ce Grand Jubilé de la Miséricorde qui vient de s’ouvrir à Rome & dans tous les pays du monde


mediafile-Rak5A3rqgfk-190

mediafile-Rak5A3rqgfk-148

mediafile-rNu6NFiQRUV-14

Pape François-8 décembre 2015

mediafile-rNu6NFiQRUV-12

Le Pape Émérite Benoît XVI qui s’approche de la Porte Sainte

pape benoit porte sainte

mediafile-rNu6NFiQRUV-155

Pape François & Pape Benoît XVI

stanley jésus miséricordemarie belle12316289_1005706919495932_8717364866586221726_n

barre flash49c5f252

Le Père Joseph Ballong nous introduit à la méditation avec les lectures du premier dimanche du Temps de l’Avent -29 Novembre 2015*Ne restons pas endormis !* Aussi en audio *


gethsemani.vasari..le.jardin.de

Ne restons pas endormis !

gifchandelle

Pendant quatre semaines, l’Église nous invite à regarder vers l’avenir, ce futur que nous espérons ; parce que ça sera mieux qu’aujourd’hui, ou que nous redoutons, parce qu’il nous fait peur.

Et voici qu’en ce Temps de l’Avent, la Parole de Dieu vient nous rappeler l’événement essentiel de demain : Jésus va venir. Les premiers chrétiens attendaient avec impatience le retour du Seigneur, c’était leur espérance, et ils souhaitaient que ce jour vienne très vite, à tel point que dans certaines lettres de l’Apôtre Paul, on a l’impression que c’est une question de quelques mois ou de quelques années tout au plus.

 

gifchandelle

Aujourd’hui, cela ne semble pas être notre préoccupation dominante. Nous y croyons certes, nous le disons chaque dimanche dans le Crédo : Il reviendra dans la Gloire. Nous le chantons au cours de la prière eucharistique : nous attendons ton retour Seigneur Jésus. Pourtant, nous vivons comme des endormis.

C’est pourquoi, en ce début de la nouvelle année liturgique, l’Église nous invite à nous préparer à ce retour du Christ. Pourquoi vivons-nous comme des endormis ? C’est tout d’abord une certaine manière de vivre dans nos sociétés qui risque de nous laisser installer dans un bonheur qui se limite au confort, à la satisfaction de nos besoins matériels, les considérant comme le but ultime de notre existence.

C’est cela dont parle Jésus, quand il nous dit que notre cœur s’est alourdi. Quand nous nous sommes habitués à trouver notre bonheur seulement dans la recherche de ces biens terrestres : peut-on espérer le retour du Christ, ou la venue d’un monde nouveau ? Le Seigneur nous invite aujourd’hui à changer certaines de nos habitudes de vie. C’est à chacun de voir dans sa vie ce qui alourdi son cœur et qui l’éloigne du Seigneur.

 

gifchandelle

Certaines manières de vivre arrivent à rendre notre prière difficile : nous commençons par ne plus trouver de temps pour prier ; puis nous n’y trouvons plus goût, puis nous abandonnons. Notre prière est une rencontre avec le Seigneur qui prépare le moment où nous serons face à face avec Lui. L’Avent devrait marquer un nouveau départ pour nous. La deuxième raison de notre peu d’intérêt pour le retour du Seigneur est peut-être dans notre manque d’espérance.

apotresendormis2

Aujourd’hui, Jésus nous remet face à la promesse de son retour. C’est comme si Il était un peu triste de nous voir baisser le bras devant les difficultés que nous éprouvons à construire un monde de Paix et de Justice, comme s’Il était déçu de voir ses disciples se contenter du monde présent.

Pour le Seigneur, annoncer son retour c’est annoncer en même temps un monde nouveau qui a déjà commencé. C’est redire cette promesse à tout homme, pour qu’il puisse se relever, reprendre confiance et se remettre au travail. Quand on manque foi dans l’avenir, on ne se sent pas motivé pour travailler à changer ce qui ne va pas dans le monde.

 

gifchandelle

C’est donc en écoutant les conseils et les appels des prophètes, qui ont tenu le Peuple d’Israël en éveil, c’est en suivant la prédication de Jean-Baptiste, comme en ce dimanche l’enseignement de saint Paul à progresser dans l’amour envers les autres, c’est en faisant cela que nous nous mettons dans la disposition de veilleur.

 

barre3

 

Vous trouverez l’audio sur ce site:source: http://fr.radiovaticana.va/news/2015/11/28/m%C3%A9ditation_du_premier_dimanche_du_temps_de_l%E2%80%99avent/1190479

 

 

 

Vidéo-Comme vous ne l’avez jamais entendu.. 23 Minutes de communion avec le Saint Pape Jean-Paul II*…par l’Abbé Fabrice Loiseau *


jeanpaul2_3

Jean Paul II, mystique et ascétique

 

PROPOS DE MGR ATHANASIUS SCHNEIDER !*la blessure la plus profonde de la crise actuelle de l’Église est la blessure eucharistique, les abus au Saint-Sacrement.*


schneider

barrrose

ANNONCE D’UN POSSIBLE SCHISME

DANS L’ÉGLISE CATHOLIQUE

(30 mai 2014) – Mgr Schneider (MS):

 barrrose

«À ma connaissance et selon mon expérience, la blessure la plus profonde de la crise actuelle de l’Église est la blessure eucharistique, les abus au Saint-Sacrement.«

 

Plusieurs gens reçoivent la Sainte Communion dans un état de péché mortel objectif…Ceci se répand dans l’Église surtout dans le monde occidental.

 

Là-bas, les gens vont rarement à la Sainte Communion avec une préparation suffisante. Certains gens qui vont à la Sainte Communion vivent dans des situations morales irrégulières qui ne correspondent pas à l’Évangile. Sans être mariés, ils vont à la Sainte Communion.

 

Ils peuvent être divorcés et vivent dans un nouveau mariage, un mariage civil et ils vont néanmoins à la Sainte Communion. Je crois que cela est une situation, très, très grave. Il y a aussi la question de la réception objectivement irrévérente de la Sainte Communion.

barrrose 2-garçons-première-communion

La soi-disant manière nouvelle et moderne de recevoir la Sainte Communion directement dans la main est très sérieuse, car cela expose le Christ à une énorme banalité.


Il y a le fait grave de perdre des fragments eucharistiques
. Personne ne peut le nier. Et les fragments de l’hostie consacrée sont écrasés par des pieds. Cela est horrible! Notre Dieu, dans nos églises, est foulé par des pieds! Personne ne peut nier cela. Et cela ce produit à grande échelle. Cela doit être, pour une personne qui a la foi et qui aime Dieu, un phénomène très grave.

 Nous ne pouvons pas continuer comme si, Jésus comme Dieu n’existait pas; comme si seulement le pain existait. Cette pratique moderne de Communion dans la main n’a rien à voir avec la pratique de l’Église primitive.

barrrose

La pratique moderne de recevoir la Communion dans la main contribue graduellement à une perte de la foi catholique en la présence réelle et en la transsubstantiation.


Un prêtre et un évêque ne peuvent pas dire que cette pratique est »okay ». Ce qui est en jeu ici est le très saint, le très divin et le très concret sur Terre.»

 

 barrrose

Q: Sur ce sujet, vous vous démarquez comme étant tout seul [à tenir une telle position]?

MS:«Je suis très attristé de me sentir comme quelqu’un qui crie dans le désert. La crise eucharistique due à l’usage moderne de la Communion dans la main est si évidente. Ce n’est pas une exagération. Il est temps que les évêques élèvent leurs voix pour le Jésus eucharistique qui n’a pas de voix pour se défendre lui-même. Ici nous avons une attaque sur le Très Saint, une attaque sur la foi eucharistique.

 

Bien sûr, il y a des gens qui reçoivent la Communion dans la main avec beaucoup de dévotion et de foi, mais ils sont une minorité. La vaste multitude elle perd la foi par l’intermédiaire de cette manière très banale de prendre la Sainte Communion comme si l’on prenait de la simple nourriture comme une frite ou du gâteau.

 

Une telle manière de recevoir le Très Saint ici sur Terre n’est pas sacrée et avec le temps, elle détruit la profonde conscience et la foi catholique en la présence réelle et en la transsubstantiation.»

barrrose


Q: L’Église ne se dirige-t-elle pas dans la direction opposée à celle que vous proposez?

MS: «Il semble que la majorité du clergé et des évêques sont satisfaits de cette pratique moderne de la Communion dans la main et ne réalisent pas les vrais dangers reliés à une telle pratique. Pour moi, c’est incroyable. Comment cela est-il possible, alors que Jésus est présent dans les petites hosties? Un prêtre et un évêque devraient dire: »Je dois faire quelque chose, au moins pour graduellement réduire ceci. Tout ce que je peux faire, je dois le faire. »

 Malheureusement, il y a des membres du clergé qui font de la propagande pour l’usage moderne de la Communion dans la main et parfois interdisent la réception de la Communion sur la langue et à genoux.

 barre

Il y a même des prêtres qui discriminent ceux qui s’agenouillent pour la Sainte Communion. Cela est très, très triste.

 8_up_First_Communion_Keepsake_sacred-20boy

Il y a aussi le nombre croissant de vols d’hosties à cause de la distribution de la Communion directement dans la main. Il y a un réseau, un commerce de vol de Saintes Hosties et ceci est grandement facilité par la Communion dans la main. Pourquoi voudrais-je comme prêtre et évêque, exposer Notre Seigneur à un tel danger, à un tel risque?

 barre

Quand ces évêques et ces prêtres [qui sont favorables à la Communion dans la main] ont quelque objet de valeur, ils ne l’exposerait  jamais à un si grand danger d’être perdu ou volé. Ils protègent leurs maisons, mais ils ne protègent pas Jésus et le permettre d’être volé très facilement.»

barrrose


Q: En ce qui concerne le questionnaire sur la question de la famille, les gens attendent de grands changements.

MS: «Il y a sur cette question beaucoup de propagande de la part des médias de masse. Nous devons être très prudents.

 Il y a les médias anti-chrétiens officiels à travers le monde. Dans presque tous les pays, c’est le même contenu de nouvelles à l’exception peut-être des pays d’Afrique, d’Asie et d’Europe de l’Est.

 Seulement sur l’internet peut-on répandre ses propres idées. Rendons grâces à Dieu, l’internet existe. L’idée de changement du mariage et des lois morales lors du prochain synode des évêques à Rome provient en majeure partie des médias anti-chrétiens.

 

Et certains membres du clergé et des catholiques collaborent avec eux en répandant les attentes du monde anti-chrétien de changement de la loi de Dieu concernant le mariage et la sexualité.


Ceci est une attaque par le monde anti-chrétien
et il est vraiment tragique et triste que certains membres du clergé collaborent avec eux. Pour plaider en faveur d’un changement de la loi de Dieu, ils utilisent une espèce de sophisme, le concept de miséricorde. Mais en réalité, ce n’est pas de la miséricorde, c’est être cruel. Ce n’est pas de la miséricorde, si par exemple, quelqu’un a une maladie et qu’on le laisse dans son état misérable. C’est être cruel. Je ne donnerais pas, par exemple, du sucre à un diabétique; cela serait cruel de ma part. J’essaierais de sortir cette personne de cette situation et lui donnerais un autre repas.

 barre

Peut-être ne l’aimera-t-il pas au début, mais ce sera mieux pour lui. Ceux parmi le clergé qui veulent admettre les divorcés-remariés à la Sainte Communion opèrent avec une fausse conception de la miséricorde. Cela est comparable à un docteur qui donne du sucre à un patient, bien qu’il sache que cela le tuera. Mais l’âme est plus importante que le corps.

 

Si les évêques admettent les divorcés-remariés à la Sainte Communion, alors ils les confirmeront dans leur erreur aux yeux de Dieu. Les évêques fermeront même la voix de leur conscience.

 

Ils les pousseront encore plus profondément dans leur situation irrégulière avec pour seule perspective que cette vie temporelle; oubliant qu’après cette vie, il y a le jugement de Dieu.


Cette question sera discutée lors du Synode. C’est à l’agenda. Mais j’espère qu’une majorité des évêques ait encore assez d’esprit catholique et de foi pour rejeter la proposition mentionnée plus haut et ne pas l’accepter.»

barrrose


Q: Quelle est la crise que vous mentionnez?

MS: «Il y a une crise plus large que celle de la réception du Saint-Sacrement. Je crois que la question de la réception de la Sainte Communion par les remariés explosera et elle exposera la vraie crise au sein de l’Église. La vraie crise de l’Église est l’anthropocentrisme et l’oubli du christocentrisme.

 

En effet, ceci est le mal le plus profond; quand l’homme ou le clergé se mettent de l’avant lors de la célébration de la liturgie et quand ils changent les vérités révélées par Dieu, ex. concernant le VIe commandement et la sexualité humaine.

 

La crise se révèle aussi de la manière dont le Seigneur eucharistique est traité. L’Eucharistie est au cœur de l’Église. Quand le cœur est faible, le corps entier est faible. Alors quand la pratique entourant l’Eucharistie est faible de même le cœur et la vie de l’Église sont faibles. 

Et quand les gens n’ont plus de vision surnaturelle de Dieu dans l’Eucharistie, alors ils commenceront à rendre un culte à l’homme et la doctrine changera aussi selon les désirs des hommes.


Cette crise est quand nous nous plaçons
, incluant les prêtres, au centre et quand Dieu est remisé dans un coin et cela se produit même matériellement.

 

Le Saint-Sacrement est parfois dans une armoire éloignée du centre et la chaise du prêtre est au centre. Nous sommes déjà dans cette situation depuis plus de 40 ou 50 ans et il y a un réel danger que Dieu et ses Commandements et lois seront remisés sur le côté et les désirs naturels des hommes seront mis au centre.

 l y a un lien causal entre la crise eucharistique et la crise doctrinale.

barre


Notre premier devoir comme êtres humains est d’adorer Dieu, pas nous, mais Lui. Malheureusement, la pratique liturgique des 40 dernières années a été très anthropocentrique.

 barrrose


Premièrement, participer à la liturgie n’est pas de faire des choses, mais bien de prier et de rendre un culte; d’aimer Dieu avec toute son âme.

 Ceci est la vraie participation, être uni à Dieu dans votre âme. La participation extérieure n’est pas essentielle.

 La crise est vraiment ceci: nous n’avons pas placé le Christ ou Dieu au centre. Et le Christ est Dieu incarné. Notre problème aujourd’hui est que nous avons mis de côté l’incarnation.

 Nous l’avons éclipsée. Si dans mon esprit, Dieu reste seulement comme une idée, alors c’est gnostique. Dans d’autres religions, ex. les Juifs, les Musulmans, Dieu n’est pas incarné. Pour eux, Dieu est dans le livre, mais il n’est pas concret.

 Seulement au sein du christianisme, et en fait seulement au sein de l’Église catholique, avons-nous l’incarnation pleinement réalisée et cela doit être mis de l’avant à chaque moment de la liturgie. Dieu est ici et vraiment présent. Alors chaque détail a un sens.

 barrrose

Nous vivons dans une société non-chrétienne, dans un nouveau paganisme. Aujourd’hui, la tentation pour le clergé est de s’adapter au nouveau monde, au nouveau paganisme, d’être des collaborateurs.

 

Nous sommes dans une situation similaire aux premiers siècles de l’Église, alors que la majorité de la société était païenne et que le christianisme était discriminé.»

barre


Q: Croyez-vous voir cela de par votre expérience dans l’Union soviétique?

MS: «
Oui, je sais ce que c’est que d’être persécuté, de donner un témoignage que vous êtes chrétien. Nous sommes une minorité. Nous sommes entourés par un monde païen très cruel. La tentation et les défis d’aujourd’hui peuvent être comparés avec les premiers siècles.

 

On demandait aux chrétiens d’accepter le monde païen et de le démontrer en mettant un grain d’encens dans un feu en avant de la statue de l’Empereur ou d’une idole païenne. Mais ceci était de l’idolâtrie et aucun bon chrétien n’y a mis de grain d’encens. Ils préférèrent donner leurs vies; même des enfants, des laïques qui étaient persécutés donnèrent leurs vies.

 

Malheureusement, il y eut des membres du clergé et des évêques qui mirent des grains d’encens devant la statue de l’Empereur ou d’une idole païenne ou qui remirent les livres des Saintes Écritures pour être brûlés. De tels chrétiens et clercs collaborateurs étaient appelés dans ces temps-là »thurificati » ou »traditores ».

 

Maintenant, de nos jours la persécution est plus sophistiquée. On ne demande pas aux catholiques ou au clergé de mettre un peu d’encens devant une idole. Ce ne serait que matériel.

 

Maintenant, le monde néo-païen veut que nous adoptions leurs idées telle la dissolution du VIe commandement de Dieu sous le prétexte de la miséricorde.

 

Si certains membres du clergé et des évêques commencent à collaborer avec le monde païen d’aujourd’hui dans cette dissolution du VIe commandement et dans la révision de la manière dont Dieu créa l’homme et la femme, alors ils sont des traîtres de la Foi, ultimement ils participent à ce sacrifice païen.»

barrrose

Q: Entrevoyez-vous une scission au sein de l’Église?

Mgr Schneider (MS): «Malheureusement, depuis quelques décennies, certains membres du clergé ont accepté ces idées du monde. Toutefois, ils les suivent maintenant publiquement.

 Alors que ces choses continuent, je crois qu’il y aura une scission intérieure au sein de l’Église de ceux qui sont fidèles à la foi de leur baptême et de l’intégrité de la foi catholique.

 schneider-in-west-grinstead-2

barrebarre

Il y aura une scission avec ceux qui endossent l’esprit de ce monde et il y aura une scission claire, je crois. On peut imaginer que les catholiques, ceux qui restent fidèles à la vérité catholique immuable, pourraient faire l’objet, pour un temps, de persécution ou de discrimination même de la part de ceux qui ont du pouvoir dans les structures extérieures de l’Église.

 Mais les portes de l’enfer, i.e. l’hérésie, ne prévaudront pas contre l’Église et le Magistère suprême promulguera certainement une déclaration doctrinale sans équivoque, rejetant toute collaboration avec les idées néo-païennes de changer le VIe commandement, le sens de la sexualité et de la famille.

 

Alors certains »libéraux » et plusieurs collaborateurs avec l’esprit du monde, plusieurs »thurificati et traditores » modernes quitteront l’Église. Car la Vérité divine apportera irrésistiblement la clarification et elle nous rendra libres et séparera au sein de l’Église les fils de la Lumière divine et les fils de la pseudo-lumière du monde païen et anti-chrétien.

 barre

Je peux présumer qu’une telle séparation affectera chaque niveau de catholiques: laïques et sans exclure même des membres de haut rang au sein du clergé. Ces membres du clergé qui acceptent aujourd’hui l’esprit du monde païen sur les questions morales et de la famille se déclarent catholiques et même fidèles au Pape.

 

Ils déclarent même comme extrémistes ceux qui sont fidèles à la foi catholique ou ceux qui promeuvent la gloire du Christ dans la liturgie

 barrrose

Q: Sentez-vous que vous avez été déclaré comme extrémiste?

MS: «On ne m’a pas déclaré ainsi formellement. Je vous dirai que de tels membres du clergé ne sont pas de la majorité, mais ils ont acquis beaucoup d’influence dans l’Église.
Ils réussirent à occuper quelques postes clés dans l’administration de l’Église. Toutefois, cela ne représente pas du pouvoir aux yeux de Dieu.

 

Vraiment puissants sont-ils les petits qui conservent la foi au sein de l’Église. Ces petits dans l’Église ont été abandonnés et négligés. Ils ont gardé la pureté de leur foi et ils représentent le vrai pouvoir de l’Église aux yeux de Dieu et non ceux qui sont dans l’administration.

 Rendons grâces à Dieu, le nombre de ces petits est en croissance.

 

Par exemple, j’ai discuté avec de jeunes étudiants d’Oxford et je fus si impressionné par ces étudiants. J’étais si content de voir la pureté de leur foi et de leurs convictions et leur esprit catholique clair. De tels exemples et groupes sont en croissance dans l’Église et cela est le travail de l’Esprit-Saint. Ceci va renouveler l’Église. Alors je suis confiant et optimiste en ce qui concerne la crise dans l’Église.

 L’Esprit-Saint va gagner cette crise avec cette petite armée.

 

Je ne suis pas inquiet à propos du futur. L’Église est l’Église du Christ et Il est la vraie Tête de l’Église, le Pape n’est seulement que le vicaire du Christ.

 L’âme de l’Église est l’Esprit-Saint et Il est puissant. Toutefois, nous faisons l’expérience d’une profonde crise dans l’Église comme cela se produisit à plusieurs reprises en deux mille ans.»

barrrose


mgr_schneider

barre

Q: La situation va-t-elle empirer avant de s’améliorer?

MS: «C’est mon impression que la situation va empirer. Parfois, les choses doivent aller dans l’abîme et alors vous verrez l’effondrement de ce système clérical anthropocentrique qui abuse de l’administration de l’Église, abuse de la liturgie, abuse des concepts de Dieu, abuse de la foi et de la piété des petits au sein de l’Église.

 

Alors nous verrons l’ascension d’une Église renouvelée. Ceci est déjà en préparation. Alors cet édifice clérical libéral s’écrasera, car ils n’ont pas de racines ni de fruits.»

barrrose

 Q: Certaines personnes disent que vous vous inquiétez de choses non-importantes. Qu’en est-il des pauvres?

MS: «Cela est erroné. Le premier commandement que le Christ nous donna était d’adorer Dieu seul.

 

La liturgie n’est pas une réunion entre amis. C’est notre tâche première que d’adorer et glorifier Dieu dans la liturgie et aussi avec notre manière de vivre.

 

D’un vrai amour et d’une vraie adoration de Dieu grandissent un amour pour les pauvres et notre prochain. Cela en est une conséquence. Les saints en deux mille ans d’histoire de l’Église, tous ces saints qui étaient si priants et pieux, ils étaient tous extrêmement miséricordieux avec les pauvres et se préoccupaient d’eux.

 Dans ces deux commandements sont [contenus] tous les autres. Mais le premier commandement est d’aimer et d’adorer Dieu et cela est réalisé suprêmement dans la liturgie sacrée.

 

Quand vous négligez le premier commandement, vous ne faîtes pas la volonté de Dieu, vous vous plaisez. Le bonheur est de réaliser la volonté de Dieu, pas de réaliser notre volonté.»

barrrose

Q: Combien de temps avant que l’Église ne soit renouvelée?

MS: «Je ne suis pas prophète. On ne peut que présumer. Mais si vous regardez l’histoire de l’Église, la crise la plus profonde était celle du IVe siècle; c’était l’arianisme. Ce fut une terrible crise; tout l’épiscopat, ou presque, collabora avec l’hérésie. Seulement quelques évêques restèrent fidèles; vous pouvez les compter sur les doigts d’une main. Cette crise dura environ 60 ans.


Ensuite la terrible crise du soi-disant siècle obscure, le Xe siècle, quand la papauté était occupée par des familles romaines très mauvaises et immorales. Ils occupèrent la chaire papale avec leurs fils corrompus et ce fut une terrible crise. 

 La prochaine période de dommages fut le soi-disant exile d’Avignon, très dommageable pour l’Église, causant le Grand schisme d’Occident. Toutes ces crises durèrent 70-80 ans et furent très mauvaises pour l’Église.

Maintenant, nous sommes, je dirais, dans la quatrième grande crise, dans une terrible confusion sur la doctrine et la liturgie. Nous sommes dans cette crise depuis 50 ans. Peut-être Dieu nous sera-t-il miséricordieux dans 20 ou 30 ans? Néanmoins, nous avons toute la beauté des vérités divines, de l’amour et de la grâce divins dans l’Église.

 barrrose

Personne ne peut nous enlever cela, aucun synode, aucun évêque, même un Pape ne peut nous enlever le trésor et la beauté de la foi catholique, du Jésus Eucharistique, des Sacrements. La doctrine immuable, les principes liturgiques immuables et la sainteté de vie constituent le vrai pouvoir de l’Église.»

barre

Q: Notre période contemporaine est perçue comme une ère très libérale dans l’Église.

MS: «Nous devons prier Dieu de guider son Église loin de cette crise et de donner à son Église des apôtres qui soient courageux et saints. Nous avons besoin de défenseurs de la vérité et de défenseurs du Jésus Eucharistique

 

Quand un évêque défend son troupeau et défend Jésus dans l’Eucharistie, alors cet évêque défend les petits de l’Église, pas les puissants.»

barre

Q: Alors vous ne vous en faîtes pas d’être impopulaire?

MS: «Cela n’a pas d’importance d’être populaire ou impopulaire. Pour tout membre du clergé, la première préoccupation est d’être populaire aux yeux de Dieu et non aux yeux d’aujourd’hui ou des puissants.

 

Jésus a lancé cet avertissement:»Malheur à vous quand les gens parlent en bien de vous ».

barre

La popularité est fausse. Jésus et les apôtres rejetèrent la popularité. Les grands saints de l’Église, ex. SS Thomas More et John Fisher, rejetèrent la popularité et ils sont de grands héros. Et ceux qui aujourd’hui se préoccupent de la popularité des médias de masse et de l’opinion publique, personne ne se rappellera d’eux dans l’histoire.

On se souviendra d’eux comme des lâches et non comme des héros de la Foi.»

barre


Q: Les médias ont de grandes attentes du pape François. 

MS: «Rendons grâces à Dieu, le pape François ne s’est pas exprimé de la manière dont s’attendent les médias. Jusqu’à maintenant, il a exprimé dans ses homélies officielles une très belle doctrine catholique. J’espère qu’il va continuer à enseigner la doctrine catholique de manière claire.»pape-francois-1er-colombe

BARECOEURjpg

 

Q: À propos de partager la Sainte Communion avec les anglicans et les autres?

MS: «Cela n’est pas possible. Ils sont des fois différentes. La Sainte Communion n’est pas un moyen d’accomplir l’unité. C’est la dernière étape, pas la première. Ce serait une profanation du Très Saint. Bien sûr, nous devons être un. Toutefois, nous avons des différences de croyances, certaines assez substantielles.

 

L’Eucharistie est un signe de la plus profonde unité. Ce serait un mensonge, ce serait contraire à toute logique que de partager la Sainte Communion avec des non-catholiques.

L’œcuménisme est nécessaire pour être en contact avec nos frères séparés, pour les aimer.

Au sein du défi posé par le nouveau paganisme, nous pouvons et devons collaborer avec des non-catholiques sérieux pour défendre la vérité divine révélée et la loi naturelle crée par Dieu.

Il serait mieux de ne pas avoir une telle structure quand l’État gouverne la vie de l’Église comme par exemple pour la nomination du clergé ou des évêques. Une telle pratique d’une église d’État serait dommageable pour l’Église elle-même.

En Angleterre, ex. l’État gouverne l’Église d’Angleterre. Une telle influence de l’État peut corrompre l’église spirituellement et théologiquement, alors il est mieux de ne pas être une église d’État.»

 barre


Q: Sur la question des femmes dans l’Église.

MS: «Les femmes sont appelées le sexe faible, car elles sont physiquement plus faibles; toutefois, elles sont spirituellement plus fortes et plus courageuses que les hommes.

C’est courageux de donner naissance. Ainsi Dieu donna à la femme un courage que l’homme n’a pas. Bien sûr, il y avait des hommes courageux lors des persécutions.

Cependant, Dieu adore choisir les plus faibles pour confondre les puissants. Par exemple, les femmes eucharistiques dont j’ai parlé dans mon livre « Dominus est«  travaillaient dans leurs familles et désiraient aider les prêtres persécutés d’une manière toute exceptionnelle.

Elles n’osèrent jamais toucher les Saintes Hosties avec leurs doigts. Elles refusèrent aussi de lire une lecture pendant la Messe. Ma mère par exemple, qui vit en Allemagne et a 82 ans, quand elle alla en Occident fut choquée et scandalisée de voir des femmes dans le sanctuaire pendant la Sainte Messe.

Le vrai pouvoir de la femme chrétienne et catholique est le pouvoir d’être le cœur de la famille, de l’Église domestique et d’avoir le privilège d’être la première à nourrir son enfant et aussi à être la première à nourrir spirituellement l’âme de son enfant, lui enseigner sa première prière et les premières vérités de la foi catholique.

 femme_qui_travaille

La plus belle et prestigieuse profession d’une femme est d’être une mère et surtout une mère catholique.» 

 

 Voici l’entrevue intégrale de Mgr Athanasius Schneider  avec Mme Sarah Atkinson, journaliste indépendante et éditrice du magasine Mass of Ages. L’intégrale de l’entrevue, qui est une transcription, a été publiée originellement en anglais sur le site de la Latin Mass Society of England and Wales (Société pour la messe traditionnelle d’Angleterre et du Pays de Galles).

 

Photos: Joseph Shaw

 

 

Source :https://laportelatine.org/vatican/sanctions_indults_discussions/30_mai_2014/30_05_2014_scission_dans_l_Eglise_schneider.php 

 

Source :

http://www.lms.org.uk/news-and-events/interview-with-bishop-athanasius-schneider

 

Sources : Latin Mass Society/Traduction de Notions Romaines

 

Bonne nouvelle*Le Vatican reconnaît l’Association internationale des exorcistes-3 Juillet 2014 *


topic

La Congrégation pour le clergé vient tout juste d’approuver les statuts juridiques de l’association.

Un décret émanant de la Congrégation pour le clergé datant du 13 juin dernier vient de reconnaître juridiquement l’Association internationale des exorcistes (AIE), conformément au canon 322, alinéa 1 du Code de Droit Canonique, qui prévoit qu’une association privée de fidèles puisse acquérir la personnalité juridique « par décret formel de l’autorité ecclésiastique compétente », en lui attribuant le statut de personnalité juridique privée, encadré par le canon 116, alinéa 2 du Code.
 
Comme le rapporte l’Osservatore Romano du 2 juillet, le père Francesco Bamonte– le président de l’association depuis 2012- a exprimé la joie de l’association mais également celle de toute l’Église.

 

Ce dernier a rappelé que Dieu appelle certains prêtres à accomplir le«précieux ministère de l’exorcisme et de la libération», avec le devoir d’«accompagner avec humilité, foi et charité ces personnes qui ont besoin d’une attention spirituelle et pastorale particulière, afin de les soutenir et de les encourager sur le chemin de la libération, et pour réveiller en eux l’espoir».  

 
L’association internationale des exorcistes a été fondée en 1990 par le prêtre français René Chenesseau et le père Gabriele Amorth, l’actuel exorciste de Rome, qui en fut le président jusqu’en 2000.

 

Son siège est situé à Rome, et c’est également là qu’ont lieu des rencontres annuelles, nationale ou internationale, entre les exorcistes pour mieux organiser leurs activités en Italie et dans le monde

.
Aujourd’hui, l’AIE regroupe environ 250 exorcistes qui opèrent dans plus de 30 pays.

 

Source :http://www.aleteia.org/fr/international/actualites/vatican-reconnait-lassociation-internationale-des-exorcistes-5799360709263360

 

sources:Osservatore Romano

Vidéo-Canonisation de Jean Paul II et Jean XXIII* Les temps forts – 27/04 2014* Jour de la Divine Miséricorde*


canonisation-p49Fag8E

baren20

La grande liberté du pape émérite Benoît XVI..*Ma renonciation est « valide », et « libre », explique le pape émérite Benoît XVI un an après la « sede vacante » du 28 février 2014*


LE PAPE BENOIT XVI CELEBRE L'EPIPHANIE

Rome, 26 février 2014

Ma renonciation est « valide », et « libre », explique le pape émérite Benoît XVI un an après la « sede vacante » du 28 février 2014.

Le pape émérite écrit en effet, depuis le monastère « Mater Ecclesiae » du Vatican, une lettre publiée par le quotidien italien La Stampa pour couper court aux spéculations sur sa décision annoncée le 11 février 2013.

 

C’est une réponse au journaliste italien Andrea Tornielli qui lui avait adressé quelques questions sur des « pressions » ou « complots » présumés à l’origine de sa démission.

« Il n’y a pas le moindre doute sur la validité de mon renoncement au ministère pétrinien », dit-il en qualifiant de « simplement absurdes » des « spéculations » à ce propos, de même que les allégations de « diarchie », de double pouvoir au Vatican.

 

Il explique qu’il y a un “pape régnant” exerçant “pleinement ses fonctions”, et un pape émérite, qui a comme “seul et unique objectif” de prier pour son successeur.

 

Benoît XVI évoque aussi le choix de l’habit blanc : « c’était simplement une chose pratique. Au moment de la renonciation, il n’y avait pas d’autres vêtements à disposition ». Il fait observer qu’il le porte « d’une façon bien distincte du pape » François : « là aussi les spéculations sont sans le moindre fondement ».

 

Benoît XVI a donné publiquement un témoignage fort de ce qu’il affirme dans la lettre, lors du consistoire pour la création de 19 cardinaux, le 22 février dernier : prenant place sur un siège semblable à ceux des autres cardinaux, le pape émérite a retiré sa calotte blanche pour saluer le pape François venu à lui fraternellement, avant et après la célébration. Une façon de montrer son respect devant le seul pape ‘régnant’.

 

Lundi 11 février 2013 déjà, le pape Benoît XVI annonçait sa décision et l’expliquait aux cardinaux réunis pour un “consistoire ordinaire” pour des causes des saints en disant:

« Après avoir examiné ma conscience devant Dieu, à diverses reprises, je suis parvenu à la certitude que mes forces, en raison de l’avancement de mon âge, ne sont plus aptes à exercer adéquatement le ministère pétrinien. »

Il ajoutait : « C’est pourquoi, bien conscient de la gravité de cet acte, en pleine liberté, je déclare renoncer au ministère d’Evêque de Rome, Successeur de saint Pierre, qui m’a été confié par les mains des cardinaux le 19 avril 2005, de telle sorte que, à partir du 28 février 2013 à vingt heures, le Siège de Rome, le Siège de saint Pierre, sera vacant. »

Les jours suivants, le P. Lombardi a fait savoir que Benoît XVI garderait son nom, qu’il serait appelé « pape émérite » et qu’il continuerait à porter l’habit blanc, sans la ‘mozzetta’ ni les chaussures rouges des papes (cf. Zenit du 26 février 2013).

 

Lors de sa dernière audience générale, le 27 février 2013, Benoît XVI avait lui-même donné un éclairage sur sa future mission, soulignant que sa renonciation n’était pas « un abandon de la Croix » : « Je ne retourne pas à la vie privée, à une vie de voyages, de rencontres, de réceptions, de conférences, etc.

Je ne porte plus le pouvoir de la charge du gouvernement de l’Eglise, mais dans le service de la prière je reste, pour ainsi dire, dans l’enclos de saint Pierre. »

 

La Stampa rappelle que Benoît XVI avait évoqué, dans le livre d’entretien avec Peter Seewald « Lumière du monde » (2010), le droit et le devoir de se retirer de cette charge :

« Oui, quand un pape en vient à reconnaître en toute clarté que physiquement, psychiquement, et spirituellement il ne peut plus assumer la charge de son ministère, alors il a le droit, et, selon les circonstances, le devoir, de se retirer » (cf. Zenit du 12 février 2013).

 Avec Anita Bourdin

Source : http://www.zenit.org/fr/articles/la-grande-liberte-du-pape-emerite-benoit-xvi

Le Pape Urbain VIII, 1623-1644…*A dit : En ce qui concerne les révélations privées…Vrai ou Fausse..*


Bernini_Urbain_VIII

 Gian Lorenzo Bernini (1598-1680)
Portrait du pape Urbain VIII,
vers 1631-1632
Huile sur toile – 67 x 50 cm
Rome, Museo Nazionale d’Arte Antica,
Galleria Barberini
Photo : Wikipedia

 

2rgjs4x.jpg

 

«En ce qui concerne les révélations privées, il est mieux de croire que de ne pas croire, car si vous y croyez et qu’il est prouvé que c’est vrai, vous serez heureux d’avoir cru, car notre Sainte Mère l’a demandé.

32874264

Si vous y avez cru et qu’il est prouvé que c’est faux..

Vous allez recevoir toutes les bénédictions..
Comme si cela avait été vrai..

Car vous avez cru que c’était vrai.»

Vidéo -Le crucifix de l’Assemblée nationale : une proposition originale ! *L’abbé Pierre Desroches, Curé *


DSC02424

2rgjs4x.jpg

L’abbé Pierre Desroches, Curé
Avec plus de 30 ans de prêtrise, il est aumonier entre autres, du Service de police de la Ville de Montréal, de Saint Charles Borromée et est co-fondateur du camp familial chrétien (diocèse de Montréal).
Plusieurs écoles et familles ont recours à ses services chaque année pour préparer plus de 200 jeunes aux sacrements.
Ayant lui-même adopté deux enfants handicapés depuis 30 ans, il sait partager de manière très pertinente son expérience d’éducateur avec les parents.
VISITEZ : http://www.unfeusurlaterre.org

*Benoît XVI assure que sa démission lui a été inspirée par Dieu *..publié le 21 Août 2013.


 

1853359_3_2ec1_des-images-tournees-par-la-television-du_d9e0108ff63d1bb575fe5b273cd5ab83

Benoît XVI a confié que sa démission lui avait été inspirée par Dieu et que le « charisme » de François le confortait chaque jour davantage dans cette conviction, selon une de ses rares confidences à un hôte anonyme reprise par le site catholique Zenit.

42610b4c

« C’est Dieu qui me l’a dit », a-t-il répondu récemment à cet hôte qu’il recevait dans sa résidence de l’ancien monastère Mater Ecclesiae au Vatican, qui l’interrogeait sur les raisons de sa démission surprise annoncée le 11 février et concrétisée le 28 du même mois.

Il ne s’est pas agi d’une apparition ou d’un phénomène analogue, mais bien d’une « expérience mystique », a précisé à son hôte le pape allemand, grand adepte de la raison, sans doute pour couper court à toute spéculation qui pourrait naître sur un phénomène miraculeux.

42610b4c

C’est Dieu qui a fait naître en lui le « désir absolu » de rester seul à seul avec lui, recueilli dans la prière, a-t-il expliqué.

 

Selon la même source citée par Zenit, le pape émérite a ajouté que cette « expérience mystique » s’était poursuivie durant les mois suivant sa démission, le confortant dans son choix.

 

Il a ajouté que plus il constatait le grand « charisme » de son successeur François, plus il comprenait que sa décision avait été « volonté de Dieu ».

42610b4c

Le pape émérite de 86 ans, qui s’est rendu dimanche dans la résidence d’été de Castel Gandolfo au sud-est de Rome pour une courte promenade, est assez en forme et profondément heureux de sa retraite spirituelle, selon des sources vaticanes.

S’il reçoit quelques rares amis et proches, Joseph Ratzinger vit retiré du monde, conformément à son voeu, servi par quatre laïques consacrées italiennes.

 

5277723-7876081

 

Il reste fidèle à sa promesse d’obéir inconditionnellement au nouveau pape et de ne pas s’immiscer dans le gouvernement de l’Église, alors que la résidence Sainte-Marthe, où vit François, n’est qu’à quelques centaines de mètres.

Selon des sources informées, le pape François le consulte assez régulièrement. A son retour de Rio, François avait affirmé que Benoît était comme un « grand-père à la maison ».

42610b4c

« Pour moi, c’est comme avoir un grand-père à la maison. Si j’avais une difficulté ou une chose que je n’aurais pas comprise, je lui téléphonerais: +dites-moi, je peux le faire?+ », avait-il confié aux journalistes dans l’avion le ramenant à Rome après les Journées mondiales de la Jeunesse (JMJ) au Brésil.

nw1fqb1b

Source: http://www.lepoint.fr/monde/benoit-xvi-assure-que-sa-demission-lui-a-ete-inspiree-par-dieu-21-08-2013-1715985_24.php

*Le Pape François a été averti au sujet des schismes dans l‘Église fomentés par des prêtres et par l’infiltration du Mal.* Par le diacre Nick Donnelly, le 14 août, 2013*


barre_separation

Le plus important à retenir avant de lire :  Marie. Oui, la Sainte Vierge… Quel camp La vénérera encore ? La priera ? C’est simple, c’est le bon camp celui-là. N’oublions  pas que Marie, c’est « La Femme qui écrasera la tête du Serpent ».

ImageProxy.mvc

Ça veut donc dire qu’elle sera victorieuse, que le camp qui Lui est associé gagnera après toutes les épreuves. Marie restera à la fin mais pas le Serpent, il sera mort.

C’est Marie qui a la responsabilité de clore

le chapitre de la Fin des Temps, il ne faut pas l’oublier.

Suivons Notre Maman !

barre_separation

Le Saint-Siège a pris une décision sans précédent de publier la méditation qui avait été remise aux Cardinaux-Électeurs, derrière des portes closes de la Chapelle Sixtine, immédiatement avant le début du vote qui en a conclu à l’élection du Pape François. St-Michael-the-Archangel-217x300

 

Seul le Saint Père a pu donner la permission de publier la méditation du Cardinal Grech. La méditation sans complaisance du Cardinal Grech comprend un avertissement au futur pape au sujet des schismes qui sont créés dans l’Église par des prêtres :

 

 

Schismes cachés

banniere1bleu

Il ne sera plus aisé pour le futur pontife la tâche de maintenir l’unité dans l’Église catholique même. Entre les Extrémistes ultra traditionalistes et les Extrémistes ultra progressistes, entre des prêtres qui se rebellent contre l’obéissance et d’autres qui ne reconnaissent pas les Signes des Temps, il y aura toujours un danger de schismes mineurs qui non seulement endommage l’Église mais aussi qui va à l’encontre de la Volonté de Dieu : l’unité à tout prix.

 

Mais l’unité ne signifie uniformité. C’est évident que ça ne ferme pas la porte à une discussion inter-ecclésiale qui a toujours été présente dans toute l’histoire de l’Église. Tous sont libres d’exprimer leurs pensées sur le rôle  de la Foi » lequel ‘Dépôt de la Foi ‘ doit être sauvegardé par le Pontife en union avec tous les Évêques […].

images

[Commentaire du site « Protect the Pope » :

C’est important de souligner que le Cardinal Grech reproche les schismes à l’intérieur de l’Église comme étant causés par deux groupes de prêtres : les Extrémistes Ultra Traditionalistes et les Extrémistes Ultra Progressistes.

 

Bien que le Cardinal Grech divise les prêtres en deux camps, ceux qui « se rebellent contre l’obéissance » et ceux qui « ne reconnaissent pas  les Signes des Temps », les deux camps Extrémistes, Ultra Traditionalistes et les Ultra Progressistes, les deux camps partagent ces deux fautes : ils sont tous les deux désobéissants et les deux faillissent à être en harmonie avec la Révélation protégée par le Magistère. ]

banniere1bleu

Le Cardinal Prosper Grech a aussi averti le Pape Francis à propos de l’infiltration du Mal à l’intérieur de l’Église : LA FUMÉE DE SATAN À L’INTÉRIEUR DE L’ÉGLISE.

 

« L’Esprit du Mal dans le monde, le « Mystère de l’iniquité » (2 Thess 2:7), s’efforce constamment de s’infiltrer à l’intérieur de l’Église. De plus, n’oublions pas les avertissements des prophètes de l’Ancien Israël de ne pas rechercher des alliances avec Babylone ou avec l’Égypte, mais plutôt de suivre une politique pure de foi authentique et forte plaçant notre confiance uniquement en Dieu et dans Son Alliance. (cf. Isaïe 30:1; 31:1-3; Osée 12:2)  Courage !

Le Christ a fortifié vos esprits lorsqu’il a proclamé : « Ayez confiance, J’ai vaincu le monde » (Jean 16:33). […]‘

banniere1bleu

[Commentaire du site « Protect the Pope »

 

: C’est encourageant de constater que le Pape François a tenu compte de l’avertissement du Cardinal Grech au sujet de la « fumée de Satan à l’intérieur de l’Église », qu’on l’a vu référer souvent à Satan dans homélies à compter du premier jour de son pontificat et de sa dévotion envers une statue de Saint Michel Archange dans les jardins du Vatican. C’est intéressant de constater que le Cardinal Grech a fait référence à Paul VI qui a parlé de « La fumée de Satan est  (qui est )entrée dans le peuple de Dieu » (Paul VI)  ]

banniere1bleu

Aucun doute que le Pape François s’est rappelé son contenu prophétique. En voici un extrait :Premiere-encyclique-du-pape-Francois-enfin-un-dirigeant-qui-sait-ou-il-va_slider
« Devant la situation de l’Église d’aujourd’hui, nous avons le sentiment que par quelque fissure la fumée de Satan est entrée dans le peuple de Dieu. Nous voyons le doute, l’incertitude, la problématique, l’inquiétude, l’insatisfaction, l’affrontement.

 

On n’a plus confiance dans l’Église. On met sa confiance dans le premier prophète profane venu qui vient à nous parler de la tribune d’un journal ou d’un mouvement social, et on court après lui pour lui demander s’il possède la formule de la vraie vie, sans penser que nous en sommes déjà en possession, que nous en sommes les maîtres.

barre

Le doute est entré dans nos consciences, et il est entré par des fenêtres qui devraient êtres ouvertes à la lumière. La critique et le doute sont venus de la science, laquelle pourtant est faite pour nous donner des vérités qui non seulement ne nous éloignent pas de Dieu, mais nous le font chercher encore davantage et le célébrer plus intensément.

 

Les savants sont ceux qui courbent la tête, qui s’interrogent le plus douloureusement. Ils finissent par dire : « Je ne sais pas, nous ne savons pas, nous ne pouvons pas savoir ». L’enseignement devient source de confusion et de contradictions parfois absurdes.

barre

On célèbre le progrès pour pouvoir ensuite le démolir par les révolutions les plus étranges et les plus radicales, pour renier toutes les conquêtes, pour redevenir primitifs après avoir tant exalté les progrès du monde moderne. Dans l’Église également règne cet état d’incertitude. On croyait qu’après le Concile le soleil aurait brillé sur l’histoire de l’Église.

 

Mais au lieu de soleil, nous avons eu les nuages, la tempête, les ténèbres, la recherche, l’incertitude. Nous prêchons l’oecuménisme, et nous nous séparons toujours davantage les uns des autres. Nous cherchons à creuser des abîmes au lieu de les colmater.

barre

Comment cela a-t-il pu se produire ? Une puissance adverse est intervenue dont le nom est le diable, cet être mystérieux auquel Saint Pierre fait allusion dans sa lettre.

 

Combien de fois, dans l’Évangile, le Christ ne nous parle-t-il pas de cet ennemi des hommes ! Nous croyons à l’action de Satan qui s’exerce aujourd’hui dans le monde précisément pour troubler, pour étouffer les fruits du Concile oecuménique, et pour empêcher l’Église de chanter sa joie d’avoir repris pleinement conscience d’elle-même.

 

Et c’est pourquoi nous voudrions, aujourd’hui plus que jamais, être capables d’exercer la fonction, confiée par Dieu à Pierre, de confirmer nos frères dans la foi. Nous voudrions vous communiquer ce charisme de la certitude que le Seigneur donne à celui qui le représente sur cette terre, quelle que soit son indignité.

barre

La foi nous donne la certitude, l’assurance, lorsqu’elle se fonde sur la Parole de Dieu, acceptée et reconnue comme conforme à notre raison et à notre âme humaine. Celui qui croit avec simplicité, avec humilité, sent qu’il est sur la bonne voie, qu’il a un témoignage intérieur qui le réconforte dans la difficile conquête de la Vérité.

barre

[Commentaire du site « Protect the Pope » :

 

Il n’y a pas de doute ici que l’avertissement du Cardinal Grech au sujet des schismes causés dans l’Église  par deux groupes de prêtres inclut des prêtres de la Société Saint Pie X et des prêtres dirigés par le Père Helmut Schüller ainsi que l’initiative des Prêtres Autrichiens avec leur « Appel à la Désobéissance ».

 

Les deux groupes sont en séparation avec la communion de l’Église par leur désobéissance et leur compréhension erronée des Signes des Temps. Les prêtres dirigeant « Un Appel à l’Action » dans notre pays devrait eux aussi tenir compte de l’avertissement du Cardinal Grech parce que, même s’il met l’emphase sur l’unité et non l’uniformité, il est clair que les propositions concernant le futur de l’Église doit être « en conformité avec le ‘ Dépôt de la Foi ‘ dont la sauvegarde appartient au Pontife et à l’ensemble des Évêques.

banniere1bleu

 

La formation « Un Appel à l’Action »  demande des prêtres mariés, des femmes prêtres et des changements radicaux dans la Doctrine de l’Église concernant la moralité sexuelle; ce n’est pas définitivement pas en conformité avec le ‘ Dépôt de la Foi ‘.

banniere1bleu

Site: http://chiesa.espresso.repubblica.it/articolo/1350575?eng=y

Autre site : http://protectthepope.com/?p=7935

Traduction : Équipe du site Myriamir

“La fumée de Satan dans L’Église” *Entrevue du Père Gabriele Amorth..Exorciste*


 

— Père Amorth, la traduction italienne du nouveau Rituel pour les exorcistes est finalement prête.1amorth1

GABRIELE AMORTH : Oui, elle est prête. L’année dernière la CEI n’avait pas voulu l’approuver parce qu’il y avait des erreurs dans la traduction du latin à l’italien.

 

Et nous, exorcistes, qui devrions l’utiliser, nous en avions profité pour signaler que, sur de nombreux points, nous n’étions pas d’accord avec le nouveau Rituel.

 

Mais le texte de base en latin est resté le même dans cette traduction revue. Ce Rituel tant attendu s’est transformé en farce. Une incroyable entrave qui risque de nous empêcher d’agir contre le démon.cendres

— C’est une lourde accusation. À quoi pensez-vous ?amorth1

AMORTH : Je ne vous donnerai que deux exemples. Des exemples spectaculaires. Au point 15 on parle des maléfices et de la façon de se comporter quand on a affaire à eux. Le maléfice est le mal que l’on cause à une personne en recourant au diable.

 

Il peut être accompli sous plusieurs formes comme les mauvais sorts, les malédictions, le mauvais œil, le vaudou, le macumba. Le Rituel romain expliquait comment il fallait l’affronter. Le nouveau Rituel déclare, au contraire, catégoriquement qu’il est absolument interdit de faire des exorcismes dans ces cas-là. Absurde.

 

Les maléfices sont de loin les causes les plus fréquentes des possessions et des maux procurés par le démon : au moins 90% des cas. C’est comme dire aux exorcistes de ne plus pratiquer l’exorcisme. Le point 16, ensuite, déclare solennellement qu’il ne faut pas faire d’exorcisme si l’on n’a pas la certitude de la présence du diable.

 

C’est un chef-d’œuvre d’incompétence : la certitude que le démon est présent chez quelqu’un, on ne peut l’avoir qu’en faisant l’exorcisme. D’ailleurs, les rédacteurs du Rituel ne se sont pas aperçus qu’ils contredisaient, sur ces deux points, le Catéchisme de l’Église catholique.

cendres

Celui-ci indique en effet qu’il faut pratiquer l’exorcisme dans les cas de possession diabolique et dans ceux de maux causés par le démon. Et il recommande aussi de le faire sur les personnes comme sur les choses. Et dans les choses il n’y a jamais la présence du démon, il y a seulement son influence.

Les déclarations contenues dans le nouveau Rituel sont très graves et très néfastes. Elles sont le fruit de l’ignorance et de l’inexpérience.

— Mais ce Rituel n’a-t-il pas été fait par des spécialistes ?cendres

AMORTH : Pas du tout. Durant ces dix dernières années, deux commissions ont travaillé sur le Rituel : celle qui est composée de cardinaux et qui s’est occupée des Prenotanda, c’est-à-dire des dispositions initiales, et celle qui s’est occupée des prières.

 

Je peux affirmer avec certitude qu’aucun des membres de ces commissions n’a jamais fait d’exorcisme, n’a jamais assisté à des exorcismes ni n’a jamais eu la moindre idée de ce qu’est un exorcisme. C’est là l’erreur, le péché originel de ce Rituel. Aucun de ceux qui y ont collaboré n’était spécialiste d’exorcismes.cendrescendres

Lire la suite :
http://nouvl.evangelisation.free.fr/amorth_la_fumee_de_satan.htm

  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez les 7 138 autres abonnés
  • ❤️

  • Traduire un Message du Ciel dans votre langue*

  • Ceci est un Menu Déroulant Clikez sur Sélectionner une *catégorie*

  • Articles récents

  • Radio Maria France

    Une radio de prière, d’enseignements et de témoignages. Un rendez-vous  d’amour ! ♥ ♥ ♥     

  • Pour me joindre

  • Calendrier pour une recherche d’Articles

    février 2023
    L M M J V S D
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728  
  • Archive de précédents Articles

  • Follow *Messages-Prophéties-Par les Saints et les Prophètes ……Myriamir(1) on WordPress.com
  • Suivez-nous

%d blogueurs aiment cette page :