Jeudi le 30 Mai 2019 *Solennité de l’Ascension du Seigneur – La Vénérable Maria d’Agreda nous partagent ses visions de ce Mystère…


ascension-du-seigneur

coeurs rose gifcoeurs rose gifcoeurs rose gif

Le Seigneur les bénit tous avec un air joyeux et plein de majesté,

– il joignit les mains et commença à s’élever de terre à leur vue y laissant empreinte la trace de ses pieds divins,

  • il s’éleva par un mouvement insensible à travers la région de l’air, attirant à lui et les yeux et les cœurs ravis de ses enfants premiers-nés, qui l’accompagnaient de leur amour, en versant de douces larmes et poussant de profonds soupirs (…)

 

Mais le mystère nouveau et secret que le bras du tout-puissant opéra dans cette occasion, fut celui d’amener avec lui sa très sainte Mère, pour lui donner dans le Ciel la possession de la gloire, et

  • de la place qu’il lui avait préparée comme à sa Mère véritable, et qu’elle avait acquise par ses mérites pour la posséder en son temps dans l’éternité.

La toute-puissance divine voulut que dans ce temps la divine Mère fût au ciel, et ne quittât pas néanmoins la compagnie des fidèles sur le mont des oliviers.

 La bienheureuse Reine fut donc élevée avec son très saint fils, et placée à sa droite, comme l’écrivait si longtemps auparavant David, psaume 44, et elle y resta pendant trois jours.

 – Il fut très convenable que ce mystère ne fût pas alors connu des fidèles ni des apôtres,

  • car s’ils avaient vu monter avec Jésus-Christ leur mère et maîtresse, leur affliction aurait été bien plus grande (…)

Le Père éternel avec le Saint-Esprit et tous les esprits bienheureux vinrent sur une nuée au-devant du Fils Unique incarné et de la Vierge Mère, et le Divin Père et le Saint-Esprit, à notre manière d’entendre,

  • les embrassa d’un embrassement pur et ineffable, ce qui causa une nouvelle joie à toute la cour céleste qui chanta :
  • ouvrez, princes, vos portes éternelles, afin que le grand roi de la gloire et la reine des vertus puissent entrer ;
  • déjà sa miséricorde infiniment libérale a donné aux hommes
  • le pouvoir d’acquérir avec justice,
  • le droit qu’ils avaient perdu par le péché, de mériter par l’observance de sa loi,
  • la vie éternelle bienheureuse, comme ses frères et ses cohéritiers.

 

  • Pour augmenter notre joie, il amène avec lui à ses côtés la grande mère de la piété qui lui a donné l’être avec lequel il a vaincu le démon, et
  • comme notre Reine est si pleine de grâce et de beauté, elle remplit de joie quiconque la contemple (…)

Ste-Trinite_Viergebarre rose et vert
Le Père éternel plaça à sa droite le Verbe incarné sur le trône de la divinité.

– La grande Reine restait abaissée dans la profondeur de son néant, à cause de sa grande humilité et sagesse, se trouvant plus rapprochée du trône de la divinité, elle s’humiliait dans sa propre connaissance de pure créature.

Ce fut pour les anges et les hommes un nouveau motif d’admiration et de joie de voir l’admirable humilité de leur Reine.

On entendit aussitôt la voix du Père éternel qui dit:

– Ma fille montez plus haut,

  • son Divin Fils l’appela aussi en disant ma Mère,
  • levez-vous et venez à la place que je dois vous donner.
  • Le Saint-Esprit dit aussi : mon épouse et ma bien-aimée, venez recevoir mes embrassements éternels.

Aussitôt, la cour céleste reçut connaissance du décret de la très sainte Trinité, qui donnait à la divine Mère la droite de son fils, et la sainte Vierge fut placée sur le trône de la très sainte Trinité à la droite de son fils.

Elle connut qu’on laissait à son choix de retourner dans le monde.

– Elle se leva de son trône et se prosterna devant la bienheureuse Trinité ; pour imiter son divin fils,

– Elle se montra prête à travailler pour l’Église et à renoncer à cette joie ineffable.

 Cet acte de charité fut, si agréable au Seigneur, que l’ayant purifiée et illuminée, elle fut élevée à la vision intuitive de la divinité et fut toute remplie de gloire.

Et ainsi comme une abeille industrieuse,

Elle descendit de l’Église triomphante (au Ciel) à la militante (sur terre),

Chargée des fleurs de la pure charité,

– Pour travailler le doux rayon de miel de l’amour de Dieu et du prochain,

– Pour les jeunes enfants de la primitive Église, dont elle fit ensuite des hommes robustes

Qui firent les fondements du grand édifice de l’Église.


La Cité mystique de Dieu, par Marie de Jésus d’Agréda


 

L’ANNONCIATION DE LA SAINTE VIERGE MARIE & INCARNATION DU VERBE…. SELON MARIA D’AGRÉDA (mystique)…LE 25 MARS


L'Annonciation

La plénitude des temps étant accomplie dans lequel le fils unique devait s’incarner, Dieu le fit connaître à l’archange Gabriel, non par la voie ordinaire en éclairant l’ange inférieur par le supérieur, mais immédiatement, et lui révéla l’ordre et les paroles mêmes de son ambassade.

Gabriel ayant reçu l’ordre de Dieu descendit de l’empyrée en forme visible accompagné de milliers d’anges. Son visage était d’une rare beauté, ses vêtements d’un éclat admirable, il avait sur la poitrine une belle croix qui annonçait le mystère ineffable de l’incarnation. Il se dirigea vers la pauvre maison de Marie qui avait alors quatorze ans, six mois et dix-sept jours.

Sa taille surpassait celle des autres filles de son âge, elle était bien proportionnée et très belle; sa couleur, son air et ses manières étaient admirables et il ne se trouvera jamais aucune créature qui puisse l’égaler. Son habit était pauvre et modeste, mais propre et d’une couleur approchant de la cendre, l’arrangement et la forme de ses vêtements étaient sans recherche et respiraient la modestie et la décence.

barre rose et vert

À l’arrivée de l’archange, elle était dans une sublime contemplation des mystères qu’elle avait vus les jours précédents. Elle souhaitait vivement d’être la servante de cette bienheureuse femme qui devait être la mère du Messie.

L’envoyé céleste entra dans la chambre de l’humble Vierge, accompagné d’une multitude innombrable d’esprits bienheureux; non seulement il empêcha que la Vierge le saluât à son ordinaire, mais s’inclinant lui-même il la salua avec un profond respect et lui dit; Ave Maria gratia plena.

 

À ces paroles Marie se troubla à cause de sa profonde humilité, s’estimant la dernière des créatures, et aussi parce qu’elle ne comprenait pas quelle put être fidèle à son voeu de chasteté et néanmoins être mère. L’archange ayant expliqué les difficultés, la Vierge satisfaite inclinant la tête donna son consentement à l’ineffable mystère de l’incarnation du verbe.

 

Toute absorbée dans la pensée que le Seigneur la voulait pour mère, elle se livra à des actes ardents d’amour et de conformité à la Divine Volonté, son chaste coeur naturellement comprimé par l’ardeur de ses mouvements et de ses affections distilla trois gouttes de sang qui tombèrent dans son sein virginal et le saint esprit en forma le petit corps du sauveur. Ainsi le coeur très pur de Marie par la force de l’amour divin fournit seul la matière dont ce corps fut composé.

 

 Le corps divin de Jésus-Christ fut donc réellement formé au moment où inclinant la tête, Marie les mains jointes prononçait ces paroles; ecce ancilla domini, fecit mihi secundum verbum tuum. En ce moment la très sainte âme du sauveur fut créée et infuse dans ce corps, et la divinité s’unit à l’humanité par l’union hypostatique.

marie-enceinte3

Tout ceci s’accomplit un vendredi, le vingt-cinq du mois de mars, à l’aurore, à la même heure où Adam avait été créé, trois mille neuf cent soixante ans auparavant.

Au moment où le verbe éternel s’incarnait, les cieux et toutes les créatures donnèrent des signes de respect à leur créateur. Ils témoignèrent d’une rénovation intérieure et d’un changement pour la présence vivifiante du rédempteur de l’univers. Les hommes ne connurent pas ce renouvellement merveilleux, parce que Dieu ne voulut le découvrir qu’aux anges.

Le Très-Haut répandit seulement dans le coeur de quelques justes une émotion et une joie extraordinaire dont ils ne comprirent pas la raison, quoique plusieurs conçussent le soupçon que c’était un effet de la venue si désirée du Messie.

barre rose et vert

L’archange saint Michel en apporta la nouvelle aux saints pères des limbes qui en éprouvèrent une émotion plus grande et une joie inexprimable.

L’enfer éprouva aussi l’effet de la venue du Sauveur, car les démons ressentirent une peine et une tristesse inaccoutumées et une force impétueuse du pouvoir divin qui semblable aux flots d’une mer irritée les renversa tous au fond des cavernes, mais ils n’en découvrirent pas la raison.

Dès que par l’opération du Saint-Esprit l’incarnation du verbe fut accomplie dans le sein virginal de Marie, elle fut élevée à une vision intuitive de Dieu où elle comprit avec les plus hauts mystères la signification des chiffres qui lui avait été toujours cachée.

Le divin enfant croissait par la substance de sa mère, comme les autres enfants, mais avec cette différence que la matière dont il était nourri était admirable.

Pour le comprendre il faut remarquer que les actes faits avec ferveur et les affections amoureuses meuvent le sang et les humeurs, et le sang et les humeurs mis en mouvement dans Marie par des actes héroïques et d’une ardente charité envers Dieu, servaient d’aliment au saint enfant.

Ainsi l’humanité du verbe était naturellement nourrie, et la divinité prenait en même temps ses complaisances dans les héroïques vertus que pratiquait la Vierge mère, qui donnait un aliment substantiel par la force du divin amour. Dans la pensée que sa nourriture devait servir d’aliment au divin enfant, elle la prenait avec un si grand amour et des actes si héroïques de vertu que les anges étaient ravis d’admiration de voir la sainte Vierge rendre des actions si communes aussi agréables à Dieu et d’un si grand mérite pour elle.

BÉBÉFOETUS

barre rose et vert

Le petit corps du Seigneur au premier instant de sa conception ne fut pas plus grand qu’une abeille, et l’âme auguste et très-sainte qui lui fut unie, exerça aussitôt tous les actes et d’une manière héroïque.

  1. Connaître et voir intuitivement la divinité comme elle est en elle-même et comme elle est unie à la sainte humanité.
  2. Se reconnaître dans son être humain inférieur à Dieu et s’humilier profondément.

III. Aimer Dieu d’un amour béatifique.

  1. S’offrir en sacrifice de salut, acceptant son être passible pour la rédemption du monde.
  2. Prendre possession du lit virginal de Marie et y mettre ses complaisances.
  3. Remercier le Père éternel de l’avoir créée avec de si grands dons et grâces, et de l’avoir exemptée du péché originel.

barre rose rouge

VII. Prier pour sa sainte mère et saint Joseph, demandant pour eux le salut éternel. Ces actes avaient un si grand mérite qu’ils auraient été suffisants  pour racheter une infinité de mondes, et l’acte d’obéissance de s’assujettir à la souffrance et celui d’empêcher que la gloire de son âme ne rejaillît sur son corps, avait un mérite surabondant pour notre rédemption. La sainte Vierge pratiqua les mêmes actes que notre Seigneur à mesure qu’il les exerça.

 

Elle s’humilia profondément en présence de la divine majesté, et adora le Seigneur dans son être infini et dans son union avec la nature humaine. Elle rendit gloire à Dieu au nom de tous les hommes, et particulièrement de l’avoir choisie pour mère de son fils; elle s’offrit humblement à le nourrir, le servir et l’accompagner, et à coopérer autant qu’elle le pourrait à l’œuvre de la rédemption; elle demanda la grâce d’exercer avec zèle ses devoirs dans cette oeuvre si grande.

 

À ces actes héroïques intérieurs qu’elle pratiqua aussitôt  après la conception du verbe, elle joignit les extérieurs. Elle se prosterna à terre et l’adora profondément, elle continua ses adorations et ses prosternations pendant toute sa vie; de minuit à minuit elle faisait trois cents génuflexions, et même au-delà lorsqu’elle n’était pas occupée à autre chose ou en voyage. Tous ses actes étaient en hommage du divin enfant.

ANGE DE DIEU10251985_235444066651141_6566620479809737702_n

barre rose et vert

Le jour de l’incarnation, les anges qui l’assistaient se rendirent visibles à ses yeux, remplis d’allégresse et adorant dans son sein leur Dieu fait homme. Ils s’offrirent de la servir comme leur reine, de l’aider dans son travail et dans tout ce qu’elle voudrait leur commander, et ils firent ce qu’ils disaient jusqu’à la servir à table lorsqu’elle était seule en l’absence de Joseph son époux.

 

Pendant qu’elle avait dans son sein le divin enfant elle jouissait ordinairement de sa présence de plusieurs manières : mais celle qui lui donnait la plus grande consolation était de voir dans son sein comme au travers d’un pur cristal, l’humanité sainte qui recevait la lumière de la divinité. Elle éprouvait une grande satisfaction en voyant les petits oiseaux qui venaient adorer dans son sein leur créateur et le louer par leurs chants joyeux et leurs doux mouvements.

marie colombe

Dieu l’ordonna ainsi plusieurs fois pour la consolation de sa chère mère, souvent ils lui apportaient de belles fleurs qu’il laissaient tomber dans ses mains, et ils s’arrêtaient attendant, qu’elle leur commandât de chanter. D’autres fois pour éviter les rigueurs de la saison, les pauvres oiseaux se réfugiaient auprès d’elle et la douce reine non-seulement les recevait mais leur donnait aussi la nourriture, toute joyeuse de leur innocence.

 

barre rose et vert

 CHAPITRE VIII.
http://www.abbaye-saint-benoit.ch/saints/agreda/index.htm#_Toc516150195



 

*L’ASSOMPTION DE LA TRÈS SAINTE VIERGE MARIE*…15 AOÛT..SELON MARIE D’AGREDA


marie-Assumption-Of-The-Blessed-Virgin-Mary

ENTRÉE TRIOMPHANTE DE L’ÂME AUGUSTE DE LA TRÈS-SAINTE VIERGE DANS LE CIEL, ASSOMPTION DE SON CORPS. ET SON COURONNEMENT.

 barre-ETOILE-BLEU

A peine l’âme auguste, et qui n’a pas d’égale de la sainte Vierge, fut séparée du corps, Jésus-Christ la reçut à sa droite sur son trône royal, et l’immense procession des anges et des saints se dirigea vers le ciel. Le rédempteur, entra avec sa mère entourée de gloire, sans qu’il lui fût demandé compte dans un jugement particulier, des dons et des faveurs qui lui avaient été accordés, ni de rien autre chose, selon la promesse qui lui fut faite, lorsqu’elle fut exemptée du péché originel, comme élue pour reine, comme privilégiée, et n’ayant pas part à toutes les misères des enfants d’Adam.

Dès le premier instant de sa conception, elle fut une aurore claire et resplendissante, environnée des rayons du soleil divin, elle surpassa la clarté des plus ardents séraphins, ensuite elle fut élevée jusqu’à toucher la divinité dans l’union du Verbe avec la sainte humanité, il fut dès lors convenable et nécessaire, que pendant toute l’éternité elle fût sa compagne, et qu’il y eût la plus grande ressemblance possible entre le fils et la mère. Le divin rédempteur la présenta sous ce titre auguste devant le trône divin, et il dit:

Mon Père éternel, ma chère mère, votre fille bien-aimée, et l’épouse chérie de l’Esprit-Saint, vient recevoir la possession éternelle de la couronne, et de la gloire que nous lui avons préparée en récompense de ses mérites. C’est celle qui est née parmi les enfants d’Adam comme une rose entre les épines, sans tâche, pure et belle, digne d’être reçue dans nos mains; c’est notre élue, notre unique et singulière, à qui nous avons donné la grâce et la participation de nos perfections, au-dessus des règles ordinaires des autres créatures, en elle nous avons déposé le trésor de notre divinité; c’est celle qui a trouvé grâce à nos yeux et en qui nous avons pris nos complaisances.

 MARIE queen-of-heaven

Il est donc juste, que ma mère reçoive la récompense comme mère, et si pendant tout le cours de sa vie, elle a été semblable à moi au degré possible à une pure créature, elle doit encore aussi me ressembler dans la gloire et être sur le trône de notre majesté, afin que là où est la sainteté par essence, soit aussi celle qui en a reçu la plus grande participation.

 barre-ETOILE-BLEU

Le Père et le Saint-Esprit approuvèrent aussitôt ce décret du Verbe incarné, et l’âme très-sainte de Marie, fut élevée à la droite de son fils sur le trône royal de l’auguste Trinité. C’est la plus sublime excellence de notre grande reine, d’être placée sur le trône nième des personnes divines, et d’y avoir le rang et le titre de souveraine Impératrice, lorsque tous les autres habitants du ciel, sont les ministres et les serviteurs du roi Tout-Puissant.

 

Il n’est pas possible d’exprimer l’intensité de la nouvelle joie que reçurent dans ce jour solennel tous les bienheureux, ils entonnèrent de nouveaux cantiques de louanges au Très-Haut, pour la gloire incompréhensible de sa fille, mère et épouse, dans laquelle ils glorifiaient, l’œuvre de sa main toute-puissante; et quoique le Seigneur ne puisse pas recevoir une nouvelle gloire intérieure, puisqu’elle est infinie de toute éternité ; néanmoins les manifestations extérieures de ses complaisances, pour l’heureux accomplissement de ses décrets éternels furent plus grandes dans ce jour, car il sortit une voix du trône divin qui dit: Tous nos désirs et notre divine volonté se sont accomplis dans la gloire de notre bien-aimée, et tout s’est fait à l’entière satisfaction de notre complaisance.

 barre-ETOILE-BLEU

Le troisième jour dans lequel l’âme très-sainte de la Divine Mère Vierge jouissait de la gloire, le Seigneur- manifesta à toute la cour céleste, que c’était sa volonté que cette grande âme revînt au monde, et reprit son corps, afin d’être de nouveau élevée en corps et en âme au trône divin, sans attendre la résurrection générale des morts. Tous applaudirent au décret divin, le Rédempteur lui-même descendit du ciel avec l’âme glorieuse de sa mère à ses côtés, accompagné des saints et des esprits bienheureux; après être arrivés au sépulcre à la vue du temple virginal du Très-Haut.

 barre-ETOILE-BLEUmarie Solimena-assomption-Montargis

Le Seigneur parla ainsi aux saints: ma mère a été conçue sans aucune tâche de péché, afin que de sa très-pure substance virginale et immaculée, je me revêtisse de l’humanité avec laquelle je suis venu au monde, racheté déjà de l’esclavage auquel il était assujetti, ma chair est la chair de ma mère, elle a encore coopéré avec moi dans l’oeuvre de la Rédemption; ainsi je dois la ressusciter comme je me suis ressuscité, et que ce soit au même moment où je ressuscitai moi-même, car je veux la rendre en tout semblable à moi.

Tandis que tous les saints applaudissaient par des cantiques de louanges à ce nouveau bienfait, l’âme très-pure de la reine entra aussitôt, par le commandement de son divin fils, dans son corps très-pur, et le ressuscita en le prenant, elle lui communiqua les quatre qualités glorieuses, savoir; la clarté, l’impassibilité, l’agilité et la subtilité, qui correspondent toutes à la gloire de l’âme dont elles tirent leur origine. La sainte Vierge sortit avec ces qualités du sépulcre en corps et en âme, sans remuer la pierre, et ses habits et le linceul restèrent dans le tombeau.
Il est impossible ici de décrire la clarté, la splendeur et l’admirable beauté de sa gloire; il nous suffit de considérer que de même- que la divine mère donna à son très-saint fils la forme humaine dans son sein virginal, et la lui donna très-pure et sans tache pour racheter le monde; ainsi en retour de ce don, le Seigneur lui donna dans cette résurrection et nouvelle génération, une autre gloire et beauté semblable à la sienne;

 marie death-of-the-virgin-big

Et dans cette correspondance toute mystérieuse et divine chacun fit ce qui lui fut possible, car la Vierge mère engendra Jésus-Christ semblable à elle-même autant qu’il fut possible, et Jésus-Christ la ressuscita en lui communiquant sa gloire, autant qu’elle fut capable d’en recevoir dans sa sphère de pure créature. La magnifique procession partit du sépulcre avec une musique céleste, et s’avança à travers la région de l’air vers le ciel empyrée, au même moment ou le Christ ressuscita, le jour du dimanche qui suivit immédiatement la mort, après minuit; c’est pourquoi tous les apôtres ne purent connaître le miracle, excepté ceux qui étaient présents et veillaient auprès du saint sépulcre.

 barre-ETOILE-BLEU

Les saints et les anges entrèrent dans le ciel dans le même ordre qu’ils étaient venus de la terre; après eux venait le glorieux Rédempteur et à sa droite la reine mère avec une parure enrichie d’or et embellie de divers ornements: elle était si admirablement belle que tous les bienheureux en étaient dans l’admiration et l’étonnement, ils se tournaient pour l’admirer et la bénir avec une nouvelle joie et de nouveaux cantiques de louanges.

 

Alors on entendit ces éloges mystérieux que Salomon a écrits: sortez fils de Sion pour voir votre reine que louent les étoiles du matin et que bénissent les enfants du Très-Haut. Qu’elle est celle-ci qui s’élève du désert comme une colonne de fumée, formée de tous les parfums? Qu’elle est celle-ci qui parait comme l’aurore, plus belle que la lune, élue comme le soleil, et terrible comme une armée rangée en bataille? Qu’elle est celle-ci qui vient du désert, appuyée sur son bien-aimé, abondante en délices?

 

Qu’elle est celle-ci dans qui la Divinité même a trouvé plus de complaisances que dans tout le reste des créatures, et qu’il élève au-dessus de toutes, jusqu’au trône de sa lumière inaccessible et de sa Majesté.

 barre-ETOILE-BLEU

 

O merveille qu’on n’avait jamais vue dans les cieux! O prodige de la toute-puissance, qui la glorifie et l’exalte ainsi. couronnement marie cieux trinité

La très-sainte Vierge arriva dans cette gloire en corps et en âme au trône royal de la très-sainte Trinité, et les trois personnes divines la reçurent avec un embrassement éternellement indissoluble, elle fut comme absorbée entre les personnes divines et comme submergée dans cette mer infinie de l’abîme de la Divinité, et tous les saints remplis d’admiration et d’une nouvelle joie extraordinaire, entendirent ces paroles du Père éternel:

Notre fille Marie a été élue et choisie par notre éternelle volonté, comme unique et singulière parmi toutes les créatures, et elle est aussi la première pour nos délices, jamais elle n’a dégénéré de son titre de fille, qui lui a été donné dès l’éternité dans notre entendement divin; c’est pourquoi elle a droit sur notre royaume éternel, dont elle doit être reconnue et couronnée la légitime Souveraine et Reine.

 

Le Verbe incarné dit aussi; A ma mère véritable et naturelle, appartiennent toutes les créatures que j’ai créées et rachetées, et tout ce dont je suis roi, elle doit en être aussi la souveraine reine légitime. Et l’Esprit-Saint dit: par le titre de mon épouse unique et élue, auquel elle a correspondu avec une parfaite fidélité, la couronne de reine lui est due aussi pour toute l’éternité.

barre-ETOILE-BLEU

Après ces paroles, les trois personnes divines placèrent sur la tête auguste de la très-sainte Vierge, une couronne de gloire, d’une splendeur si belle, qu’il ne s’en était jamais vu auparavant, et qu’il ne s’en verra donner à l’avenir à une pure créature.

Dans le même instant, il sortit une ‘voix du trône, qui dit: Notre amie et élue entre toutes les créatures, notre royaume vous appartient, vous êtes souveraine, reine, maîtresse de tous les Séraphins et de tous les anges nos ministres, et de l’universalité de toutes nos créatures; veillez donc, commandez et régnez heureusement sur elles; dans notre suprême Consistoire nous vous donnons l’empire, la majesté et le domaine, parce que, quoique remplie de grâce au-dessus de toutes les créatures, vous vous êtes humiliée dans votre esprit, et vous vous êtes toujours mise au dernier rang; recevez maintenant le rang sublime qui vous est dû, et participez au souverain domaine que notre divinité possède sur tout ce que notre toute-puissance a créé.

De votre trône royal vous commanderez jusqu’au centre de la terre, et par le pouvoir que nous vous donnons, vous tiendrez l’enfer assujetti; tous vous craindront et vous obéiront jusque dans les cavernes infernales; vous régnerez sur la terre, et sur tous les éléments, nous mettons dans vos mains les vertus et les effets de toutes les causes naturelles, et leur conservation, afin que vous disposiez des influences du ciel et des fruits de la terre, de tout ce qui existe et existera; distribuez-le selon votre bon plaisir, et notre volonté sera toujours prompte à accomplir la vôtre.

barre-ETOILE-BLEU

marie couronne RCM54Glorious27-770x439_c

Vous êtes impératrice et reine de l’Église militante, sa protectrice, son avocate, sa mère et sa maîtresse. Vous serez l’amie, la patronne, la protectrice de tous les justes nos amis, vous les consolerez, les Fortifierez et les remplirez de biens, selon qu’ils s’en rendront dignes par leur dévotion.

 

Vous êtes la Dépositaire de toutes nos richesses divines, la Trésorière de nos biens. Nous laissons dans vos mains les secours et les faveurs de notre grâce, afin que vous les dispensiez; car nous ne voulons rien accorder au monde, qui ne passe par vos mains, et nous ne voulons rien refuser, de ce que vous accorderez.

 

La grâce sera répandue sur vos livres, pour tout ce que vous, voudrez et ordonnerez dans le ciel et sur la terre; les anges et les hommes vous obéiront en tout lieu, parce que tout ce qui est à nous vous appartient, de même que vous nous avez toujours appartenu , et vous régnerez avec nous pour l’éternité.

marie-4 assumption

Pour l’exécution de ce décret éternel le Tout-Puissant ordonna à tous les courtisans du ciel de lui prêter tous obéissance et hommage, en la reconnaissant pour leur reine, et tous promptement obéissants se reconnurent ses serviteurs et ses vassaux, et la vénérèrent de la même manière, avec le culte, la crainte filiale, et la respectueuse vénération avec laquelle ils adorent le Seigneur; ainsi ils donnèrent relativement les mêmes devoirs à la divine mère; et ce petit nombre de saints qui étaient au ciel en corps et en âme, se prosternèrent et vénérèrent leur Reine par des hommages corporels.

barre-ETOILE-BLEU

L’Impératrice des cieux fut ainsi glorifiée et couronnée au milieu de ces magnifiques démonstrations, qui furent une grande gloire pour elle et une nouvelle joie pour les bienheureux et un sujet de complaisance pour la très-sainte Trinité ; elle donna une nouvelle gloire à toute la céleste Jérusalem, principalement à saint Joseph, son chaste époux, à ses saints parents et tous ceux qui lui étaient unis; mais pardessus tout à ses mille anges gardiens.

 

Les saints virent dans son coeur très-pur, comme un petit -globe d’une splendeur et d’une beauté singulière qui leur causa et leur causera sans cesse une admiration et une joie spéciale; c’est la récompense et le témoignage de ce qu’elle avait gardé d’une manière digne dans son sein, le Verbe incarné sous les espèces sacramentelles et l’avait reçu dignement avec pureté et sainteté, sans aucune faute, ni une ombre même d’imperfection, mais avec une grande dévotion, amour et culte.

 

Pour les autres récompenses correspondantes à ses héroïques et singulières vertus, il est impossible d’en dire quelque chose qui puisse les faire connaître d’une manière convenable.

 marie assomp

barre-ETOILE-BLEU

Nous dirons seulement que cette résurrection eut lieu le quinze août, son corps très-pur, demeura pendant trente-six heures dans le sépulcre, comme celui de son très-saint fils.
Les apôtres et les disciples sans pouvoir essuyer leurs larmes, assistaient jour et nuit au sépulcre, en particulier saint Pierre et saint Jean, et remarquant que la musique céleste avait cessée et qu’ils ne l’entendaient plus, ils comprirent que la divine mère était ressuscitée et était transportée au ciel en corps et en âme, comme son divin fils, alors ils se rassemblèrent tous avec les disciples et les autres fidèles, ils ouvrirent le sépulcre et le trouvèrent vide: saint Pierre prit la tunique et le linceul et les vénéra, ce que firent aussi tous les autres, ils furent ainsi pleinement assurés de la résurrection et de l’assomption de la sainte Vierge au ciel; ils célébrèrent cette merveille avec des larmes de joie et de douleur, en chantant des psaumes, et des hymnes de louanges et de gloire au Seigneur et sa divine mère, mais suspendus entre l’étonnement et la tendresse, ils regardaient le sépulcre s’en pouvoir s’en éloigner, lorsqu’un ange du Seigneur descendit du ciel, et leur apparut en leur disant: hommes de Galilée, de quoi êtes-vous étonnés?

marie Assumption

barre-ETOILE-BLEU

Votre reine et la nôtre vit déjà en corps et en âme dans le ciel, où elle règne pour toujours avec le Christ; elle m’envoie afin que je vous confirme cette vérité et que je vous dise de sa part, qu’elle vous recommande de nouveau l’Église, la conversion des âmes, et la propagation de l’évangile de Jésus-Christ au ministère duquel elle veut que vous reveniez aussitôt, comme il vous a été ordonné, et elle prendra soin de vous du haut du ciel.

 

Les apôtres furent ranimés par cet avis, et dans leurs courses apostoliques, ils reconnurent ensuite très-souvent sa toute-puissante protection, en particulier à l’heure de leur martyre, car elle leur apparut à tous, les assista comme une mère miséricordieuse, et ensuite elle présenta leurs âmes au Seigneur, comme elle le fera aussi fidèlement pour tous ceux, qui la serviront avec une véritable ferveur dans la vie et l’invoqueront à la mort.

barre-ETOILE-BLEU


Source : http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/Dagreda/chap48.html
La Cité mystique de Dieu- CHAPITRE XLVIII

 

 

 

*VENUE DE L’ESPRlT-SAlNT. CE QUI ARRIVE A LA SAINTE VIERGE…..Selon Marie d’Agréda..!


marie epouse esprit saint

VENUE DE L’ESPRlT-SAlNT.

CE QUI ARRIVE A LA SAINTE VIERGE.

rose-eau gif

Il est impossible de s’imaginer l’amoureuse sollicitude de la sainte Vierge et son ardente charité, pour affermir la faiblesse de cette pieuse mais encore imparfaite assemblée. Les apôtres mêmes doutaient de la venue de l’Esprit-Saint; comme mère de la piété, elle venait à leur secours et dissipait leurs doutes, lorsque faibles et chancelants, ils disaient, que l’Esprit-Saint promis ne venait pas.

Elle les rassurait avec une grande charité, en leur disant: tout ce que mon divin fils a dit s’est entièrement accompli, il a dit en particulier qu’il devait souffrir et ressusciter, et tout cela s’est vérifié.

 CÉNACLE-Pentecost-GdaCremono-400x685

Si donc il a dit qu’il enverra l’esprit consolateur, sans aucun doute il viendra pour nous consoler et nous sanctifier. En entendant ces paroles ils furent tous si unanimes à l’avenir et si unis, qu’on ne vît plus la plus légère discorde dans cette dévote assemblée, de sorte qu’ils n’étaient plus qu’un coeur et qu’une âme, et n’avaient qu’un même sentiment et une même volonté; et s’il n’y eut aucune division, ni aucune dispute dans l’élection de saint Mathias, ce fut l’effet des ferventes exhortations de la divine mère. Aussi cette union de charité dans le cénacle causait à l’enfer un nouveau tourment.

 

La reine des anges et mère de la grâce connaissait déjà le temps et l’heure déterminée à laquelle l’Esprit-Saint devait venir, les jours de la pentecôte, qui étaient de cinquante jours après la résurrection du rédempteur, étant accomplis. La grande Reine vit l’humanité de la personne du Verbe, qui représentait au Père éternel la promesse qu’il avait faite d’envoyer au monde, par une communication particulière, l’esprit consolateur, il lui présentait ses mérites et ses plaies comme avocat et médiateur, et aussi parce que sa mère bien-aimée vivait dans le monde qui le désirait ardemment.

 barrose

 La grande reine accompagnait cette demande de son divin fils, tantôt les bras étendus en croix, tantôt la face contre terre, et elle connut que les divines personnes voulaient consoler avec bonté l’Église naissante. Elle avertit alors les apôtres et les autres disciples, les exhortant à prier avec ferveur et à demander que l’Esprit-Saint descendît, parce qu’il devait bientôt venir. Tandis qu’ils priaient tous avec la grande Reine avec une grande ferveur, à l’heure de tierce, on entendit dans les airs un grand bruit de tonnerre épouvantable, et un vent impétueux ou un souffle violent accompagné d’une grande splendeur semblable à un éclair, et un feu qui parut investir tout le cénacle et le remplit de lumière, ce feu divin se répandit sur cette sainte assemblée et sur la tête de chacun, en forme de langue de ce même feu dans lequel l’Esprit-Saint venait, ils furent tous remplis de divines influences et de dons sublimes, en même temps il produisit dans le cénacle et dans Jérusalem divers effets.

 

Ces effets dans la très-sainte Vierge furent divers et admirables, elle fut élevée et transformée en ce même Dieu consolateur et pendant quelques temps, elle jouit de la vision béatifique de la divinité, de sorte qu’elle seule reçut plus de dons et d’effets ineffables que tout le reste de l’Église, et sa gloire en ce moment surpassa celle de tous les anges et de tous les saints ensembles. Elle seule rendit plus d’actions de grâces, de louanges, d’honneur et de gloire au Très-Haut, pour avoir envoyé son divin Esprit que toute l’Église ensemble. Aussi le Seigneur se complaît dans les vives et ferventes actions de grâces de la pure colombe la divine Vierge, résolut de l’envoyer d’autres pour le gouvernement de son Église. En même temps tous dons, les faveurs et les grâces de l’Esprit-Saint furent renouvelées à sa bienheureuse épouse avec de nouveaux effets et opérations divines.

barrose

Les apôtres furent aussi remplis de l’Esprit-Saint avec accroissements admirables de la grâce justifiante, et ils furent seuls confirmés en grâce pour ne plus la perdre. Ils reçurent les habitudes infuses des sept dons, savoir : de sagesse, d’intelligence, de science, de piété, de conseil, de force et de crainte-de-Dieu. Par ce bienfait ils furent renouvelés et fortifiés pour être de dignes ministres de la loi nouvelle et fondateurs de l’Église, car cette nouvelle grâce et cette multiplicité de dons leur communiquèrent une vertu divine, les poussait avec une force douce et efficace à tout ce qui est le plus héroïque dans toutes les saintes vertus et au plus sublime de la sainteté.

 barrosemarie gloire3

Il opéra aussi dans tous les disciples et fidèles, suivant la disposition de chacun. Saint Pierre et saint Jean furent enrichis en particulier de dons sublimes, l’un comme chef de l’Église, l’autre comme fils de la grande souveraine de l’univers. Cette divine et belle lumière qui remplit le cénacle se répandit au-dehors, de sorte que tous ceux qui avaient eu quelques bons sentiments pour le rédempteur au moins par des actes de compassion, furent éclairés intérieurement par une nouvelle lumière qui les disposa à recevoir la doctrine des apôtres.

 

Les effets contraires du Saint-Esprit pour les habitants de Jérusalem ne furent pas moins merveilleux quoique plus cachés. Des tonnerres épouvantables et des éclairs effrayants portèrent le trouble chez les ennemis du Seigneur, qui furent saisis de crainte en châtiment de leur incrédulité. Bien plus, ceux qui prirent part et participèrent de quelque manière à la mort du rédempteur avec une cruauté ou une rage plus particulière tombèrent le visage contre terre, et restèrent presque morts pendant trois heures.

 barrose

Les autres qui le flagellèrent, moururent tout-à-coup suffoqués par leur propre sang qui s’extravasa dans la chute. Le barbare et ingrat Malchus qui donna le cruel soufflet au Seigneur, non-seulement mourut tout-à-coup, mais il fut emporté par les démons en corps et en âme; le reste des Juifs, fut châtié par de vives douleurs et d’abominables maladies.

 

Le châtiment s’étendit jusqu’à l’enfer, car les démons et les damnés ressentirent une plus grande oppression de peines et de tourments particuliers, qui dura trois jours entiers, Lucifer et ses démons, poussaient des hurlements et jetaient des cris épouvantables de douleur et d’épouvante.

 

Oh ! Esprit-Saint, adorable et tout-puissant; la sainte Église vous appelle le doigt de Dieu, parce que vous procédez du Père et du Fils, comme le doigt du corps et du bras. Vous êtes Dieu comme le Père et le Fils, infini, éternel, immense, ah! Triomphez de la méchanceté des hommes, et par les mérites de Jésus-Christ et de sa divine mère communiquez-nous vos dons. Ainsi-soit-il.

 barrose

esprit saint

CHAPITRE XXXII

LES APÔTRES SORTENT DU CÉNACLE POUR PRÊCHER.

MIRACLES OPÉRÉS PAR LA DIVINE MÈRE.

 

Les Hébreux célébraient à Jérusalem, le dimanche de la venue de l’Esprit-Saint, une fête solennelle, c’est pourquoi il y avait dans la ville une grande affluence d’étrangers, qui furent surpris avec les habitants de ces nouvelles merveilles qu’ils avaient vues de leurs propres yeux sur le cénacle et ils accoururent promptement pour en connaître la cause. Les saints apôtres, entendant le bruit que faisait ce grand concours de personnes, demandèrent la permission à la divine maîtresse d’ouvrir les portes et de sortir pour instruire ce peuple par la sainte prédication, ils sortirent donc et commencèrent à prêcher à cette multitude.

 

Après avoir été retirés pendant cinquante jours, ils se montrèrent avec résolution et les paroles qui sortaient de leur bouche comme des rayons d’une nouvelle lumière pénétraient profondément les coeurs de ceux qui les écoutaient, et se regardant les uns les autres avec étonnement ils disaient.

 

 Qu’est-ce que tout ceci que nous voyons de nos jours? Est-ce que ces hommes qui nous parlent ne sont pas Galiléens? Comment les entendons nous tous dans notre propre langue, Juifs et Prosélytes, Romains et Latins, Grecs, Crétois, Arabes, Parthes, Mèdes, nous les entendons tous dans la langue de notre pays.

barrose

Cette nouvelle produisit plusieurs effets divers dans l’esprit des auditeurs, qui se divisèrent en sentiments contraires suivant les dispositions de chacun; ceux qui écoutaient les apôtres avec dévotion, recevaient de grandes connaissances de la divinité et de la rédemption des hommes, qui étaient le sujet dont les apôtres prêchaient avec une grande ferveur; c’est pourquoi par la force des ferventes paroles ils étaient excités à connaître la vérité, et éclairés par la divine lumière, ils avaient une vive douleur de leurs péchés et les déploraient; ils accouraient alors, en versant des larmes aux pieds des apôtres, afin qu’ils leurs enseignassent ce qu’ils devaient faire pour avoir la vie éternelle.

 marie epouse

Il y en avait d’autres, qui étant endurcis, s’indignaient de leurs raisonnements et au lieu de profiter de la divine parole, ils appelaient les apôtres des inventeurs de nouveautés. Plusieurs juifs, encore plus méchants les regardaient comme des hommes ivres. Saint Pierre comme chef de l’Église se leva pour repousser ce blasphème et parlant avec une grande force il les convainquit par les textes des prophètes, comme le rapporte saint Luc dans les actes des apôtres, ils s’écrièrent donc en versant des larmes, que pouvons-nous pour obtenir le salut?

 

Saint Pierre, leur dit à haute voix;, faites une véritable pénitence, recevez le baptême et vos péchés vous seront pardonnés, vous recevrez aussi le Saint-Esprit. Trois mille personnes se convertirent et furent instruits aussitôt et baptisés : les incrédules couverts de confusion, s’éloignèrent d’eux.

barrose

Dieu voulut que les trois mille personnes converties fussent de diverses nations, afin que de retour dans leurs pays la doctrine évangélique et la grâce du Saint-Esprit se répandissent et que les fidèles ainsi dispersés formassent une Église. Les apôtres rentrèrent de nouveau au cénacle avec une grande partie des nouveaux fidèles convertis, pour raconter à la divine mère ce qui était arrivé et afin que les nouveaux convertis à la foi la vissent et la vénérassent.

 

De sa retraite elle avait tout vu et entendu, elle avait même pénétré toutes les pensées des auditeurs, car lorsque les apôtres sortirent sur la porte du cénacle, elle s’était prosterné la face contre terre, et elle avait demandé avec beaucoup de larmes la conversion de tous ceux qui étaient venus à la prédication de saint Pierre, et elle avait prié Dieu afin qu’il donnât aux apôtres la force et l’inspiration pour persuader et enflammer les auditeurs.

 

Elle leur envoya aussi plusieurs anges de sa garde pour les assister aux uns comme aux autres. Lorsque les apôtres vinrent en sa présence avec ces prémices de leurs peines, et ces fruits de la passion de son fils et de la venue de l’Esprit-Saint, elle les reçut comme mère de la piété, avec une charité, un amour et une douceur très-grandes.

barrose

Ensuite saint Pierre leur dit : frères bien-aimés, celle-ci est la mère de notre divin maître et commun rédempteur Jésus, dont vous avez reçu la foi, cette reine est sa véritable mère qui l’a conçu par l’opération du Saint-Esprit dans ses chastes entrailles et l’a mis au monde par miracle, en restant toujours Vierge très-pure, Vierge avant l’enfantement, dans l’enfantement et après l’enfantement

Pentecote-Duccio_di_Buoninsegna

Recevez-la donc comme votre mère, votre protectrice, votre médiatrice, auprès de la divine majesté et par elle vous aurez avec nous la lumière, la consolation, le remède des péchés et de toutes les misères de cette vie fragile. Avec ,cette, exhortation et par les lumières intérieures que la divine mère leur obtint, ils furent remplis de consolations célestes, et, prosternés à terre et la tête inclinée, ils lui demandèrent tous sa bénédiction, la mère de l’humilité refusa de la donner en présence des prêtres, mais saint Pierre la pria de donner cette consolation à ces pieux fidèles, aussitôt elle obéit au chef de l’Église, et avec une humble sérénité de reine, elle donna la bénédiction à ces nouveaux convertis, qui se Sentirent remplis en ce moment de consolations célestes; ayant vu que la divine mère obéissait à saint Pierre, ils s’adressèrent au saint apôtre et le supplièrent de ne pas les laisser congédier de sa présence sans qu’elle leur dit quelques paroles pour les exciter encore plus grandement.

 rose gif

Saint Pierre, crut qu’il était convenable de donner cette consolation à ces âmes, se tournant alors vers la divine reine il lui dit écoutez les prières de ces fidèles, vos enfants. La grande reine obéit aussitôt, et parla aux nouveaux fidèles comme mère de la sagesse avec zèle et humilité, ils en furent tous remplis de ferveur, édifiés et remplis de lumière et d’admiration.

 marie amour

Après avoir reçu sa bénédiction ils retournèrent chacun dans leur maison.

 rose gif


Source : http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/Dagreda/chap32.html

L’Ascension de Notre Seigneur Jésus-Christ..*Extrait des révélations de la Vénérable Maria d’Agreda* 5 Mai 2016/


ascension

Tandis que le Seigneur était dans le cénacle avec sa mère bien-aimée et les disciples, il s’y réunissait par la disposition de la divine providence, d’autres fidèles et d’autres pieuses femmes en outre de Madeleine et des Maries, jusqu’au nombre de cent-vingt. Le divin Maître les remplissait de ferveur, il instruisait ses disciples, et enrichissait son Église de saints mystères et de saints sacrements.

L’heure heureuse et fortunée à laquelle il devait aller à son Père éternel, comme véritable héritier de la félicité éternelle arriva enfin, engendré dès l’éternité de la même substance que le Père, il devait amener avec lui la très-sainte humanité, pour accomplir toutes les prophéties sur sa venue dans ce monde, sa vie et sa rédemption, et parce qu’il voulait sceller tous les mystères par celui de son ascension, dans laquelle il laissait la promesse de l’Esprit-Saint, car l’Esprit consolateur ne devait pas venir, s’il ne montait d’abord au ciel, parce qu’il devait l’envoyer ensemble avec le Père à son Église bien-aimée.

 barrerouge

Pour célébrer ce jour joyeux et fortuné, le Seigneur choisit donc pour témoins les cent-vingt personnes; savoir, la très-Sainte Vierge, les onze apôtres, les soixante-douze disciples, Madeleine, Marthe avec Lazare leur frère, les autres Maries, avec quelques autres fidèles hommes et femmes. Avec ce petit troupeau qui représentait toute l’Église, Jésus le divin pasteur visible à leurs yeux, sortit du cénacle, marchant au-devant, à travers les rues de Jérusalem avec sa très-pure et tendre mère toujours à ses côtés. Rangés tous avec ordre, ils s’avancèrent vers Béthanie éloignée de moins de deux milles de Jérusalem, vers le Mont des Oliviers.

 

La compagnie des anges et des saints qu’il avait tiré des limbes et du purgatoire, suivaient le Seigneur glorieux et triomphant avec des cantiques de louanges, mais la grande Reine jouissait seule de leur vue. La résurrection du Seigneur était déjà répandue dans toute la ville et dans la Palestine, quoique les princes des prêtres essayassent d’en arrêter par haine la nouvelle. La divine providence ne permît pas que personne remarquât cette sainte assemblée marchant ainsi en ordre, et personne ne vit le Seigneur excepté les cent-vingt personnes.

 barrerouge

Ils arrivèrent avec cette assurance que le Seigneur leur donnait intérieurement, au sommet du mont des oliviers: là, ils se rangèrent en trois chœurs, l’un des anges, l’autre des saints, le troisième des apôtres et des fidèles, ceux-ci se partagèrent en deux et Jésus se plaça au milieu. La divine Mère se prosterna aux pieds de son divin fils et l’adora comme vrai Dieu et rédempteur du monde avec une profonde vénération et humilité, elle lui demanda sa dernière bénédiction et tous les fidèles l’imitèrent.

 

Le Seigneur les bénit tous avec un air joyeux et plein de majesté, il joignit les mains et commença à s’élever de terre à leur vue y laissant empreinte la trace de ses pieds divins, il s’éleva par un mouvement insensible à travers la région de l’air, attirant à lui et les yeux et les cœurs ravis de ses enfants premiers-nés, qui l’accompagnaient de leur amour, en versant de douces larmes et poussant de profonds soupirs.

barrerouge

Et comme le mouvement du premier mobile fait aussi mouvoir les cieux inférieurs, ainsi Jésus triomphant attira après lui les chœurs des anges et les saints qui l’accompagnaient glorifiés. Mais le mystère nouveau et secret que le bras du tout-puissant opéra dans cette occasion, fut celui d’amener avec lui sa très sainte Mère, pour lui donner dans le ciel la possession de la gloire, et de la place qu’il lui avait préparée comme à sa mère véritable, et qu’elle avait acquise par ses mérites pour la posséder en son temps dans l’éternité.

 

La toute-puissance divine voulut que dans ce temps la divine Mère fût au ciel, et ne quittât pas néanmoins la compagnie des fidèles sur le mont des oliviers. La bienheureuse Reine fut donc élevée avec son très-saint fils, et placée à sa droite, comme l’écrivait si longtemps auparavant David, psaume 44, et elle y resta pendant trois jours. Il fut très-convenable que ce mystère ne fût pas alors connu des fidèles ni des apôtres, car s’ils avaient vu monter avec Jésus-Christ leur mère et maîtresse, leur affliction aurait été bien plus grande.

 ascension1

barrerouge

Leurs soupirs et leurs larmes éclatèrent lorsqu’ils virent leur divin maître bien-aimé s’éloigner toujours davantage, et lorsqu’une nuée lumineuse se mit entre eux et le Seigneur, les gémissements devinrent encore plus grands.

Le Père éternel avec le Saint-Esprit et tous les esprits bienheureux vinrent sur une nuée au-devant du fils unique incarné et de la Vierge mère, et le divin Père et le Saint-Esprit, à notre manière d’entendre, les embrassa d’un embrassement pur et ineffable, ce qui causa une nouvelle joie à toute la cour céleste qui chanta: ouvrez, princes, vos portes éternelles, afin que le grand roi de la gloire et la reine des vertus puissent entrer; déjà sa miséricorde infiniment libérale a donné aux hommes le pouvoir d’acquérir avec justice, le droit qu’ils avaient perdu par le péché, de mériter par l’observance de sa loi, la vie éternelle bienheureuse, comme ses frères et ses cohéritiers.

Pour augmenter notre joie, il amène avec lui à ses côtés la grande mère de la piété qui lui a donné l’être avec lequel il a vaincu le démon, et comme notre Reine est si pleine de grâce et de beauté, elle remplit de joie quiconque la contemple.

 

Cette nouvelle procession si bien rangée arriva au Paradis avec une joie incompréhensible. Les anges se placèrent d’un côté et les bienheureux de l’autre, et Jésus-Christ notre rédempteur et sa divine Mère passèrent au milieu, et tous rendirent au Christ l’adoration suprême, et pareillement la vénération qu’ils devaient à la co-rédemptrice, chantant de nouveaux cantiques de louanges à l’auteur de la grâce et de la vie. Le Père éternel plaça à sa droite le Verbe incarné sur le trône de la divinité. La grande Reine restait abaissée dans la profondeur de son néant, à cause de sa grande humilité et sagesse, se trouvant plus rapprochée du trône de la divinité, elle s’humiliait dans sa propre connaissance de pure créature.

barrerouge

Les-Anges-Gardiens

Ce fut pour les anges et les hommes un nouveau motif d’admiration et de joie de voir l’admirable humilité de leur Reine. On entendit aussitôt la voix du Père éternel qui dit: ma fille montez plus haut, son divin fils l’appela aussi en disant ma Mère, levez-vous et venez à la place que je dois vous donner.

 

barrerouge

Le Saint-Esprit dit aussi : mon épouse et ma bien-aimée, venez recevoir mes embrassements éternels.

 

Aussitôt la cour céleste reçut connaissance du décret de la très-sainte Trinité, qui donnait à la divine Mère la droite de son fils, et la sainte Vierge fut placée sur le trône de la très-sainte Trinité à la droite de son fils, et elle connut qu’on laissait à son choix de retourner dans le monde. Elle se leva de son trône et se prosterna devant la bienheureuse Trinité; pour imiter son divin fils, elle se montra prête à travailler pour l’Église et à renoncer à cette joie ineffable. Cet acte de charité fut, si agréable au Seigneur, que l’ayant purifiée et illuminée, elle fut élevée à la vision intuitive de la divinité et fut toute remplie de gloire.

 Ascension_of_Christ-Perugino-MBA_Lyon_A134-IMG_0051-IMG_0056

Et ainsi comme une abeille industrieuse, elle descendit de l’Église triomphante à la militante, chargée des fleurs de la pure charité, pour travailler le doux rayon de miel de l’amour de Dieu et du prochain, pour les jeunes enfants de la primitive Église, dont elle fit ensuite des hommes robustes, qui firent les fondements du grand édifice de l’Église.

barrerouge

Mais revenons au mont des oliviers. Les fidèles étaient là les yeux levés au ciel, soupirant et pleurant, parce qu’ils ne voyaient plus leur aimable rédempteur; la miséricordieuse mère jeta un regard de bonté vers eux, et pleine de compassion pour leur douleur, elle pria son fils de les consoler, il envoya donc deux anges, vêtus de blanc et tout resplendissants, pour leur donner quelque consolation. Ainsi consolés ils revinrent du mont des oliviers au cénacle de Jérusalem avec la sainte Vierge, où ils persévérèrent tous dans la prière, attendant avec un désir ardent la venue de l’Esprit- Saint, que le bien-aimé rédempteur leur avait promis.

 

Après que la sainte Vierge eut joui pendant trois jours, en corps et en âme de la gloire du ciel, la divine Majesté ordonna à une multitude innombrable d’anges de tous les chœurs de l’accompagner sur la terre, et elle se dirigea sur une nuée éclatante de lumière vers le cénacle. L’esprit humain ne peut concevoir la beauté et l’éclat extérieur avec laquelle la divine reine vint du paradis, il fallut que le Très-Haut les cachât à ceux qui la contemplaient. Saint Jean seul eut le privilège de la voir dans cette splendeur.

barrerouge

Descendue de cette nuée de lumière, elle se prosterna à terre et s’abaissa dans son cœur au-dessous de la poussière, elle s’humilia si profondément devant Dieu que la langue humaine ne peut pas l’exprimer.

 

Elle resta toute absorbée dans son bien-aimé et si dégagée de toutes les choses créées, que c’était un sujet d’admiration pour les anges mêmes de voir, dans une pure créature si exaltée et si comblée de dons, un si grand fond de la belle vertu d’humilité. L’évangéliste saint Jean fut rendu digne de la voir descendre du paradis, aussi il en fut ravi d’étonnement, et saisi d’humilité, il resta un jour entier sans oser se présenter devant la reine des anges. Enfin poussé par l’amour et la dévotion, il se présenta devant la divine mère, et en la voyant incomparablement plus brillante que Moïse lorsqu’il descendit du Sinaï, il tomba à terre presque mort, mais la miséricordieuse mère accourut, et se mettant à genoux lui dit: « mon maître et mon fils, vous savez l’obéissance que je vous dois, et qu’elle doit me diriger dans toutes mes actions, et puisque vous êtes resté à la place de mon fils, pour m’ordonner tout ce que je dois faire, je vous prie de me commander, à cause de la consolation que je sens à obéir.

 barre fleur rose

 En entendant ces humbles paroles, le saint apôtre fut étonné et confus, d’autant plus qu’il avait compris la grandeur de la divine mère et vu sa splendeur; néanmoins il promit de le faire à l’avenir, pour laisser à l’Église un exemple singulier d’humilité. Et si nous voulons être les fils et les vrais dévots de cette divine mère, nous devrons principalement l’imiter dans sa sainte humilité.

 

Texte extrait de la Vie Divine de la Très Sainte Vierge Marie

barrerouge


Oraison

Dieu qui élevez le Christ au-dessus de tout, ouvrez-nous à la joie et à l’action de grâce, car l’Ascension de Votre Fils est déjà notre victoire: nous sommes les membres de Son Corps, Il nous a  précédés dans la Gloire auprès de Vous, et c’est là que nous vivons en espérance. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

 

Le Seigneur monte au Ciel au milieu des chants de joie…

Il nous prépare une place auprès de Lui…

Alléluia!

 ALLÉLUIA


Source : http://imagessaintes.canalblog.com/archives/2010/05/13/17882009.html

 

 

Extrait….La PASSION de MARIE…. selon Maria de AGREDA … Le Dimanche des Rameaux…*Quelques jours avant la Cène *


85724-niedzielapalmowa

rameau_3

 

La veille du triomphe de Jésus, qui deviendra la fête des Rameaux, Jésus s’offrit de nouveau au Père Éternel, acceptant les affronts et les ignominies de sa Passion.

 

Le Père accepta le sacrifice de Jésus-Christ et consentit, pour pardonner au monde, à ce que la rigueur de sa justice fût exercée sur lui. Le Père demanda aussi à Marie de livrer de nouveau son Fils pour la Rédemption du monde.

rameau_3

 

Et Marie accepta: “Je L’offre, et moi avec Lui, à votre divine volonté. Je Vous supplie, Seigneur, de me recevoir, afin que je souffre conjointement avec votre Fils et le mien.”

 

Avant la Cène. Les adieux à Marie

rameau_3

Marie resta à Béthanie avec son Fils durant les trois jours qui s’écoulèrent du dimanche des Rameaux jusqu’au jeudi et Notre Sauveur communiqua à sa Mère de nombreux mystères concernant la Rédemption, la glorification des élus, et l’exaltation de son saint Nom.

 

“Notre divin Maître prescrivit à sa Mère tout ce qu’elle devait faire durant le temps de la Passion et de la mort qu’Il allait souffrir.

rameau_3

”Le jeudi, avant le lever du soleil, Jésus alla trouver Marie et lui dit: “Ma Mère, voici le temps fixé par la sagesse éternelle de mon Père, où Je dois opérer la rédemption du genre humain… permettez-Moi d’aller souffrir et mourir pour les hommes, et consentez, en qualité de mère véritable à ce que Je Me livre à mes ennemis pour obéir à mon Père éternel.

Path_of_the_King_by_Aranthulas1

Concourez avec Moi, par cette

obéissance à l’oeuvre du salut éternel…”

rameau_3

 

Ces paroles brisèrent le cœur de Marie, mais, comme elle l’avait toujours fait, elle se déclara encore la servante du Seigneur, disant que son plus grand sacrifice serait de ne point mourir avec Lui.

pleurde maria

rameau_3

 

“O mon Fils et le bien infini de mon âme, fortifiez votre Mère affligée, et recevez-la pour votre disciple et votre compagne, afin que je participe à votre Passion et à votre Croix, et que le Père éternel, recevant votre sacrifice, reçoive aussi le mien, comme celui de votre Mère…

 

Marie s’offrit à différentes reprises à participer à sa Passion et à L’imiter en toutes ses souffrances, comme coopératrice et coadjutrice de notre Rédemption.”

 

Jésus donna quelques instructions à Marie. Il lui ordonna notamment de Le suivre dès qu’Il partirait pour Jérusalem , à quelque distance, avec les saintes femmes qui étaient venues avec elles de Galilée, et lui recommanda de les instruire et de les encourager pendant les heures difficiles de la Passion. Ensuite Jésus la bénit, et prit congé d’elle. 

rameau_3

A partir de ce moment Marie s’associa à la prière et à l’offrande de son Fils et Sauveur.

pleurde maria

source : http://voiemystique.free.fr/passion_de_jesus_36.htm

Extrait du livre de Maria d’Agréda *L’HEUREUSE NAISSANCE DE MARIE…Que Nous fêtons le 8 Septembre*


murill10

8vg3zvj6

Les neuf mois étant accomplis, sainte Anne fut éclairée d’une lumière intérieure, par laquelle le Seigneur lui fit connaître que le temps de ses heureuses couches était venu.

 

Prosternée en présence de la majesté divine, elle demanda humblement au Seigneur de l’assister de ses grâces, et tout-à-coup elle sentit dans son sein un doux mouvement, qui lui fit comprendre que sa très-chère enfant voulait venir à la lumière.

0_847b7_9ff7e7d6_XL

Dans cet état de la sainte mère, la très-sainte enfant vint au monde le huit septembre, à minuit; et afin qu’elle ne vit ni ne sentit sa naissance, elle fut ravie en une extase très-sublime en paradis.

La sainte mère voulut elle-même l’envelopper de ses langes, la recevoir dans ses bras, sans permettre que d’autres mains la touchassent et elle put remplir elle même cet office parce qu’elle ne ressentit pas les douleurs de l’enfantement.

0_847b7_9ff7e7d6_XL

Sainte Anne ayant reçu cette chère enfant dans ses bras adresse à Dieu cette prière: « Seigneur, dont la sagesse est infinie, créateur de tout ce qui a l’être, je vous offre humblement le fruit de mes entrailles que j’ai reçu de votre infinie bonté et je vous remercie du fond du coeur.

Faites de la fille et de la mère selon votre très-sainte volonté, et regardez de votre trône notre petitesse. Je félicite les saints pères des limbes et tout le genre humain, à cause du gage assuré que vous leur donnez de leur prochaine rédemption.

0_847b7_9ff7e7d6_XL

Mais comment me comporterai-je envers celle que vous me donnez pour fille, ne méritant pas d’être sa servante? Comment oserai-je toucher la véritable arche du testament?

Donnez-moi Seigneur la lumière qui m’est nécessaire pour connaître votre sainte volonté, pour l’exécuter suivant votre bon plaisir et dans les services que je dois rendre à ma fille.»

0_847b7_9ff7e7d6_XL

 

Le Seigneur lui fit entendre de traiter cette sainte enfant en ce qui concernait l’extérieur, comme une mère traite sa fille; mais de lui conserver dans son intérieur le respect qu’elle lui devait.


source :http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/Dagreda/chap3.html

 

  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 6 225 autres abonnés

  • ❤️Ne touchez à rien, Barbara Deschamps

  • Traduire un Message du Ciel dans votre langue*

  • Ceci est un Menu Déroulant Clikez sur Sélectionner une *catégorie*

  • Articles récents

  • Radio Maria France

    Une radio de prière, d’enseignements et de témoignages. Un rendez-vous  d’amour ! ♥ ♥ ♥     

  • Articles que J’aime

  • Pour me joindre

  • Calendrier pour une recherche d’Articles

    novembre 2019
    L M M J V S D
    « Oct    
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930  
  • Archive de précédents Articles

  • Follow *Messages-Prophéties-Par les Saints et les Prophètes ……Myriamir(1) on WordPress.com
  • Suivez-nous

%d blogueurs aiment cette page :