Alice Lenczewska (10)…Extrait du livre Témoignage, 1988 Échange entre Alice & JÉSUS…†.Ton chemin est le chemin de l’offrande de soi : de l’offrande de ton corps et de ton âme en réparation pour le mal qui détruit tes frères et sœurs.


[Épousailles à Jérusalem]

Jésus & Alice

Image associée

 10. III.1988, 9h40

† Puisque Je t’ai marquée de Mon signe, il doit se trouver en toi pour que tu sois toute entière Mon signe au milieu du monde.

Demeure dans la prière de supplication pour ta transformation dans Mon Amour. Que ton cœur Me cherche partout, qu’il tende constamment vers Moi, qu’il s’accroche à Moi.

Je t’appelle sans cesse, Mon Cœur désire te posséder complètement.

Que ton désir devienne ta réponse à Mon Amour qui t’appelle. Vis, Ma bien-aimée, dans la contrition et l’amour!

14. III.1988, 8h40

† Je te donnerai la douleur de Mes Blessures, tu y participeras.

Ne pleure pas, Mon enfant : Ma plus grande souffrance était aussi Ma plus grande joie, parce que grâce à elle Je vous libérais et Je vous sauvais.

Mon amour est plus grand que la douleur que le monde M’inflige. Je suis venu au monde et Je suis ici pour recevoir cette douleur, pour la brûler dans Mon Amour.

Le feu d’amour que J’allume dans ton cœur consumera toute douleur, il la transformera en ta seule joie.

Mon sang coulera à travers tes blessures, il sauvera ceux que tu entoures de ta prière et que tu plonges dans Mon sang.

15. III.1988, 8h20

† Ce dimanche des Rameaux aura lieu ta vraie offrande : tu deviendras l’hostie que J’offrirai en sacrifice à Mon Père .

Je t’introduirai dans la Jérusalem de Mon Cœur blessé, pour que Mon sang coule à travers toi. Ce  à quoi Je te prépare depuis trois ans s’accomplira.

Tu épouseras l’Amour Crucifié, tu deviendras un avec Moi, pour que grâce à cela s’accomplisse la résurrection de beaucoup.

Tu seras Mon signe visible dans le monde.

He 8,5b « Regarde, lui dit en effet le Seigneur, et fais tout d’après le modèle qui t’a été montré sur la montagne. »

coeurcroix

18. III.1988, 9h00

Tu t’es offerte à Moi sur la croix – t’y voici.

Ne garde pas en toi la douleur qui touche ton âme – offre-la Moi, tout comme Moi J’offre constamment au Père la douleur de Mon sacrifice pour le monde.

Fais ce que Moi Je fais.

1 Jn 1,1-4 « Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains ont touché concernant la parole de la vie, nous vous l’annonçons. La vie, en effet, s’est manifestée; nous l’avons vue, nous en sommes témoins et nous vous l’annonçons, cette vie éternelle qui était auprès du Père et qui s’est manifestée à nous.

Ce que nous avons vu et entendu, nous vous l’annonçons [à vous aussi] afin que vous aussi, vous soyez en communion avec nous. Or, c’est avec le Père et avec son Fils Jésus-Christ que nous sommes en communion, et nous vous écrivons cela afin que notre joie soit complète. »

23. III.1988, 23h50

D’ici quelques jours, Je te prendrai dans Mes bras pour ne plus jamais t’en laisser partir. Tu y resteras pour toujours, tu sentiras le toucher de Mes Blessures, Mon sang coulera en toi.

Demeure en Moi, sois Ma joie et Mon soulagement dans Ma crucifixion.

Les mêmes clous qui blessaient Mon Corps te blesseront.

Tu seras avec Moi, clouée sur la Croix de l’Amour.

Aujourd’hui, tu as reçu de Ma main ta couronne d’épines – porte-la sur ta tête – puisque tu es Mon épouse. Qu’elle marque sur ta tête et sur ton cœur ce signe du martyre pour Mon Royaume.

Que s’accomplisse ta vocation à la crucifixion dans l’amour.


27. III.1988, 8h30 | Dimanche des Rameaux

Image associée

– Jésus, je te jure amour, fidélité et obéissance…

Lc 3,21-22 « Comme tout le peuple était baptisé, Jésus aussi fut baptisé. Pendant qu’il priait, le ciel s’ouvrit et le Saint-Esprit descendit sur lui… Et une voix fit entendre du ciel ces paroles: Tu es mon Fils bien-aimé, tu as toute mon approbation. »

Lc 4,14-15 « Jésus, revêtu de la puissance de l’Esprit, retourna en Galilée, et sa réputation gagna toute la région. Il enseignait dans les synagogues et tous lui rendaient gloire. »

5. IV.1988, 22h00

Tu es Mon épouse, Ma bien-aimée.

Ta faiblesse ne compte pas, uniquement Mon amour.

Ct 2,8-3,5 « C’est la voix de mon bien-aimé! Le voici qui arrive, sautant sur les montagnes, bondissant sur les collines. Mon bien-aimé est pareil à la gazelle ou au jeune cerf. Le voici: il se tient derrière notre mur, observant par la fenêtre, regardant par le treillis. Mon bien-aimé parle et me dit:

«Lève-toi, mon amie, ma belle, et viens! En effet, l’hiver est passé, la pluie a cessé, elle s’en est allée. Les fleurs apparaissent dans le pays, le temps de chanter est arrivé et l’on entend le roucoulement de la tourterelle dans notre pays. Le figuier embaume par ses fruits et les vignes en fleur répandent leur parfum. Lève-toi, mon amie, ma belle, et viens! Ma colombe, toi qui te tiens dans les fentes du rocher, qui te caches dans les parois escarpées, fais-moi voir ta figure, fais-moi entendre ta voix, car ta voix est douce et ta figure est charmante!»

Image associée

Attrapez pour nous les renards, les petits renards qui dévastent les vignes, car nos vignes sont en fleur! Mon bien-aimé est à moi, et moi je suis à lui. Il conduit son troupeau parmi les lis. Avant que la brise du jour ne souffle et que les ombres ne fuient, tourne-toi! Montre-toi pareil, mon bien-aimé, à la gazelle ou au jeune cerf, sur les montagnes rocailleuses! Sur mon lit, pendant les nuits, j’ai cherché celui que mon cœur aime. Je l’ai cherché, mais je ne l’ai pas trouvé.

«Je veux me lever pour faire le tour de la ville, dans les rues et sur les places: je veux chercher celui que mon cœur aime.» Je l’ai cherché, mais je ne l’ai pas trouvé. Ce sont les gardes qui font la ronde dans la ville qui m’ont trouvée: «Avez-vous vu celui que mon cœur aime?» A peine les avais-je dépassés que j’ai trouvé celui que mon cœur aime. Je l’ai attrapé et je ne l’ai pas lâché jusqu’à ce que je l’aie amené dans la maison de ma mère, dans la chambre de celle qui m’a donné naissance.
Je vous en supplie, filles de Jérusalem, par les gazelles et les biches des champs, ne réveillez pas, ne réveillez pas l’amour avant qu’elle ne le veuille! »


29. IV.1988, 10h00

† Ton chemin est le chemin de l’offrande de soi : de l’offrande de ton corps et de ton âme en réparation pour le mal qui détruit tes frères et sœurs.

Depuis l’instant où tu as accompli cet acte d’offrande dans ton cœur, tu ne t’appartiens plus.

Tu es la réparation qui marche parmi les gens, comme Je l’ai été et comme Je continue de l’être.

À partir de maintenant, chaque instant de ta vie a une valeur infinie, à condition qu’un acte vivant d’offrande perdure dans ton cœur.

Sache que, comme J’ai été envoyé par le Père (c’est pour cela que Je suis venu au monde en tant qu’Homme), toi aussi tu as existé et tu existes pour être une offrande pour le salut du monde.

Je t’ai introduite dans Ma vie, tu en fais partie, pour qu’en toi et à travers toi s’accomplisse Ma mission envers Mes enfants.

Tu les sauveras par ton amour – par ton amour extrême, jusqu’à la dernière goutte, jusqu’à ébranler les profondeurs de ton âme et de ton être.

Plus tu verras de mal et de danger – plus tu dois brûler d’amour et du désir de subir le sacrifice pour Mes enfants blessés.

coeur jésus

Offre-toi alors à Moi pour leurs péchés, pour leur esclavage et leur égarement. Alors J’interviendrai avec force : une seule de tes pensées, un seul acte de ton offrande M’ouvrira le chemin vers l’âme de Mon enfant qui ne Me connaît même pas – et il sera sauvé.

M’offrir les autres, c’est trop peu, il faut s’offrir en étant prêt à recevoir leurs punitions. Il faut s’exposer au mal qui les détruit, exposer son corps et son âme à la flagellation.

Mes Blessures deviendront alors tes blessures, Ma force d’amour purificateur et Sauveur coulera à travers elles.

Ga 4,27 « De fait, il est écrit: Réjouis-toi, stérile, toi qui n’as pas eu d’enfant! Éclate de joie et pousse des cris de triomphe, toi qui n’as pas connu les douleurs de l’accouchement! En effet, les enfants de la femme délaissée seront plus nombreux que ceux de la femme mariée. »


alice lenczewska

 

Le dimanche des Rameaux 1988, Alice a prononcé ses vœux temporels dans la Famille du Cœur de l’Amour Crucifié.





Publicités
%d blogueurs aiment cette page :