LA PENTECÔTE Selon Maria Valtorta…


CÉNACLE priere-jour-08

 

rose-ste-rita

225> Marie a le visage transfiguré par un sourire extatique. Qui sait ce qu’elle voit, de si capable d’allumer ses yeux comme deux claires étoiles, et de rougir ses joues d’ivoire comme si une flamme rose se réfléchissait sur elle ? C’est vraiment la Rose mystique…         

Les apôtres se penchent en avant, en se tenant un peu de biais pour voir son visage pendant qu’elle sourit si doucement et qu’elle lit. Sa voix semble un cantique angélique. Pierre en est tellement ému que deux grosses larmes tombe de ses yeux et, par un sentier de rides gravées aux côtés de son nez, elles descendent se perdre dans le buisson de sa barbe grisonnante. Mais Jean reflète son sourire virginal et s’enflamme d’amour comme elle, pendant qu’il suit du regard ce que lit la Vierge sur le rouleau, et quand il lui présente un nouveau rouleau il la regarde et lui sourit.     

La lecture est finie. La voix de Marie s’arrête et on n’entend plus le bruissement des parchemins déroulés et enroulés. Marie se recueille en une oraison secrète, en joignant les mains sur sa poitrine et en appuyant sa tête contre le coffre. Les apôtres l’imitent…  

Un grondement très puissant et harmonieux, qui rappelle le vent et la harpe, et aussi le chant d’un homme et le son d’un orgue parfait, résonne à l’improviste dans le silence du matin. Il se rapproche, toujours plus harmonieux et plus puissant, et emplit la Terre de ses vibrations, il les propage et il les imprime à la maison, aux murs, au mobilier. La flamme du lampadaire, jusqu’alors immobile dans la paix de la pièce close, palpite comme investie par un vent, et les chaînettes de la lampe tintent en vibrant sous l’onde de son surnaturel qui les investit.       

Les apôtres lèvent la tête effrayés. Ce bruit puissant et très beau, qui possède toutes les notes les plus belles que Dieu ait données au Ciel et à la Terre, se fait de plus en plus proche, alors certains se lèvent, prêts à s’enfuir, d’autres se pelotonnent sur le sol en se couvrant la tête avec leurs mains et leurs manteaux, ou en se frappant la poitrine pour demander pardon au Seigneur.   

D’autres encore se serrent contre Marie, trop effrayés pour conserver envers la Toute Pure cette retenue qu’ils ont toujours eue. Seul Jean ne s’effraie pas car il voit la paix lumineuse de joie qui s’accentue sur le visage de Marie qui lève la tête en souriant à une chose connue d’elle seule, et qui ensuite glisse à genoux en ouvrant les bras, et les deux ailes bleues de son manteau ainsi ouvert s’étendent sur Pierre et Jean qui l’ont imitée en s’agenouillant. Mais tout ce que j’ai gardé en détail pour le décrire s’est passé en moins d’une minute.    

rose-ste-rita

226>  Et puis voilà la Lumière, le Feu, l’Esprit-Saint, qui entre avec un dernier bruit mélodieux sous la forme d’un globe très brillant et ardent dans la pièce close, sans remuer les portes et les fenêtres, et qui plane un instant au-dessus de la tête de Marie à environ trois palmes [1][1] de sa tête qui est maintenant découverte, car Marie, voyant le Feu Paraclet, a levé les bras comme pour l’invoquer et a rejeté la tête en arrière avec un cri de joie, avec un sourire d’amour sans bornes.

 

Et après cet instant où tout le Feu de l’Esprit-Saint, tout l’Amour est rassemblé au-dessus de son Épouse, le Globe très Saint se partage en treize flammes mélodieuses et très brillantes, d’une lumière qu’aucune comparaison terrestre ne peut décrire et descend pour baiser le front de chaque apôtre.

 

Mais la flamme qui descend sur Marie n’est pas une flamme dressée sur son front qu’elle baise, mais une couronne qui entoure et ceint, comme un diadème, sa tête virginale [2][2], en couronnant comme Reine la Fille, la Mère, l’Épouse de Dieu, la Vierge incorruptible, la toute Belle, l’éternelle Aimée et l’éternelle Enfant, que rien ne peut avilir, et en rien, Celle que la douleur avait vieillie, mais qui est ressuscitée dans la joie de la résurrection, partageant avec son Fils un accroissement de beauté et de fraîcheur de la chair, du regard, de la vitalité, ayant déjà une anticipation de la beauté de son Corps glorieux monté au Ciel pour être la fleur du Paradis. 

COLOMBE BOUGE PETITE

L’Esprit-Saint fait briller ses flammes autour de la tête de l’Aimée. Quelles paroles peut-Il lui dire ? Mystère ! Son visage béni est transfiguré par une joie surnaturelle, et rit du sourire des Séraphins pendant que des larmes bienheureuses semblent des diamants qui descendent le long des joues de la Bénie, frappées comme elles le sont par la Lumière de l’Esprit-Saint.

Le Feu reste ainsi quelque temps… Et puis il se dissipe… De sa descente il reste comme souvenir un parfum qu’aucune fleur terrestre ne peut dégager… Le Parfum du Paradis…     

Les apôtres reviennent à eux…  

Marie reste extasiés. Elle croise seulement les bras sur sa poitrine, ferme les yeux, baisse la tête… Elle continue son colloque avec Dieu… insensible à tout…   

Personne n’ose la troubler.         

Jean dit en la désignant : « C’est l’autel. Et c’est sur sa gloire que s’est posée la Gloire du Seigneur… »    

« Oui. Ne troublons pas sa joie. Mais allons prêcher le Seigneur et que soient connues ses œuvres et ses paroles parmi les peuples » dit Pierre avec une surnaturelle impulsivité.     

227> « Allons ! Allons ! L’Esprit de Dieu brûle en moi » dit Jacques d’Alphée.

« Et il nous pousse à agir. Tous. Allons évangéliser les gens. » 

Ils sortent comme s’ils étaient poussés ou attirés par un vent ou par une force irrésistible.

 


http://www.maria-valtorta.org/Publication/TOME%2010/10-025.htm

Les Nouveaux évangélisateurs…selon Maria Valtorta *En réalité, ils sont déjà à l’œuvre, même si le monde les ignore ou s’oppose partiellement à eux….Ils seront de plus en plus nombreux !


Résultats de recherche d'images pour « Les Nouveaux évangélisateurs »

« Et le Verbe du Père ne viendra pas pour une seconde Évangélisation.

Il ne viendra pas personnellement.

Et pourtant il évangélisera, en suscitant de nouveaux évangélisateurs qui évangéliseront en son Nom.

Ils évangéliseront sous une forme nouvelle, adaptée aux temps, mais cette forme nouvelle ne changera pas la substance de l’Évangile éternel ni de la grande Révélation ; elle les agrandira, les complétera et les rendra compréhensibles et acceptables aussi à ceux qui, de par leur athéisme ou leur incrédulité envers les Fins Dernières et beaucoup d’autres vérités révélées, allèguent comme prétexte ‘qu’ils ne peuvent pas croire ce qu’ils ne comprennent pas, ni aimer des êtres qu’ils connaissent trop peu et que ce peu est tel qu’il les effraie et les décourage au lieu de les attirer et de les encourager’.

Nouveaux évangélisateurs. En réalité, ils sont déjà à l’œuvre, même si le monde les ignore ou s’oppose partiellement à eux. Résultats de recherche d'images pour « Les Nouveaux évangélisateurs »

Mais ils seront de plus en plus nombreux et le monde, après les avoir ignorés, méprisés ou combattus, lorsque la terreur s’emparera des insensés qui actuellement se moquent d’eux, se tournera vers eux parce qu’ils seront force, espérance et lumière dans les ténèbres, dans l’horreur, dans la tempête de la persécution menée par les antéchrists en action.

C’est pourquoi s’il est vrai qu’avant la fin des temps surgiront de plus en plus de faux prophètes au service de l’Antéchrist, de même il est vrai que le Christ Seigneur leur opposera des serviteurs à lui de plus en plus nombreux, suscitant de nouveaux apôtres là où on le croit le moins.

Image associée

Et étant donné de l’infinie Miséricorde, par pitié pour les pauvres humains bouleversés par la tempête de sang, de feu, de persécution et de mort, fera resplendir sur la mer de sang et d’horreur la pure Étoile de la Mer, Marie, qui sera le nouveau précurseur du Christ pour sa dernière venue, ces nouveaux évangélisateurs annonceront Marie, vraiment trop laissée dans l’ombre par les Évangélistes, les Apôtres et tous les disciples, alors qu’une connaissance d’elle plus étendue aurait instruit un si grand nombre, permettant d’éviter tant de chutes.

Car elle est Corédemptrice et Guide. Guide de vie, pure, humble, fidèle, prudente, pieuse et miséricordieuse, à la maison et parmi les gens de son temps. Guide et Maitresse au cours des siècles, digne d’être d’autant plus connue que le monde descend de plus en plus vers la boue et les ténèbres, et d’être de plus en plus imitée pour ramener le monde vers ce qui n’est pas boue ni ténèbres. »

 

Maria Valtorta – A l’aube d’une ère nouvelleRésultats de recherche d'images pour « Les Nouveaux évangélisateurs »



L’Amour et l’Humilité….Parabole que Jésus raconte au petit Benjamin…Vision de Maria Valtorta…Si nous avions l’humilité des petits enfants…le Ciel s’ouvrirait devant nous à l’instant même !


 

jésus aime enfant

Un enfant de sept à huit ans court derrière Jésus en sautant. Il le rejoint en dépassant le groupe plus qu’animé des apôtres. C’est un bel enfant aux cheveux châtains foncés tout bouclés, courts. Dans son visage brun, il a deux yeux noirs intelligents. Il appelle avec familiarité le Maître, comme s’il le connaissait bien. « Jésus !, » dit-il « laisse-moi venir avec Toi jusqu’à ta maison, veux-tu ? »  

« Ta mère le sait-elle ? » demande Jésus en le regardant avec un doux sourire.     

« Elle le sait. »        

« En vérité ? » Jésus, tout en souriant, le regarde d’un regard pénétrant.        

« Oui, Jésus, en vérité. »  

« Alors, viens. »     

L’enfant fait un saut de joie et prend la main gauche de Jésus qui la lui présente. C’est avec une amoureuse confiance que l’enfant met sa petite main brune dans la longue main de mon Jésus. Moi, je voudrais bien en faire autant !        

« Raconte-moi une belle parabole, Jésus » dit l’enfant en sautant aux côtés du Maître et en le regardant par en dessous avec un petit visage qui resplendit de joie.           

Jésus aussi le regarde avec un sourire joyeux qui Lui fait entrouvrir la bouche qu’ombragent des moustaches et une barbe blonde-rousse que le soleil fait briller comme si c’était de l’or. Ses yeux de saphir foncé rient de joie quand il regarde l’enfant. 

« Qu’en fais-tu de la parabole ? Ce n’est pas un jeu. »          

« C’est plus beau qu’un jeu. Quand je vais dormir, j’y pense, et puis j’en rêve et le lendemain je m’en souviens et je me la redis pour être bon. Elle me rend bon. »

« Tu t’en souviens ? »       

« Oui. Veux-tu que je te dise toutes celles que tu m’as dites ? »   

« Tu es brave, Benjamin, plus que les hommes qui oublient. En récompense, je te dirai la parabole. »  

JÉSUS ET LES PETITS ENFANTS

L’enfant ne saute plus. Il marche, sérieux, attentif comme un adulte, et il ne perd pas un mot, pas une inflexion de la voix de Jésus qu’il regarde avec attention, sans même prendre garde où il met ses pieds. 

« Un berger qui était très bon apprit qu’il y avait dans un endroit de la création un grand nombre de brebis abandonnées par des bergers qui n’étaient guère bons. Elles étaient en danger sur de mauvais chemins et dans des herbages empoisonnés et elles s’en allaient de plus en plus vers de sombres ravins. Il vint dans cet endroit et, sacrifiant tout son avoir, il acheta ces brebis et ces agneaux.        

Il voulait les amener dans son royaume, parce que ce berger était roi aussi comme l’ont été de nombreux rois en Israël. Dans son royaume, ces brebis et ces agneaux auraient tant de pâturages sains, tant d’eaux fraîches et pures, des chemins sûrs et des abris solides contre les voleurs et les loups féroces.  

jesus-agneaux

Alors ce berger rassembla ses brebis et ses agneaux et il leur dit : « Je suis venu pour vous sauver, pour vous amener là où vous ne souffrirez plus, où vous ne connaîtrez plus les embûches et les douleurs, Aimez-moi, suivez-moi, car je vous aime tant et, pour vous avoir, je me suis sacrifié de toutes manières. Mais si vous m’aimez, mon sacrifice ne me pèsera pas. Suivez-moi et allons ». Et le berger en avant, les brebis à la suite, prirent le chemin vers le royaume de la joie.       

À chaque instant, le berger se retournait pour voir si elles le suivaient, pour exhorter celles qui étaient fatiguées, encourager celles qui perdaient confiance, pour secourir les malades, caresser les agneaux. Comme il les aimait ! Il leur donnait son pain et son sel. Il commençait par goûter l’eau des sources pour voir si elle était saine et la bénissait pour la rendre sainte.

Mais les brebis – le crois-tu, Benjamin ? – les brebis, après quelque temps se lassèrent. Une d’abord, puis deux, puis dix, puis cent restèrent en arrière à brouter l’herbe jusqu’à s’empiffrer au point de ne plus se mouvoir et se couchèrent, fatiguées et repues, dans la poussière et dans la boue. D’autres se penchèrent sur les précipices, malgré les paroles du berger : « Ne le faites pas ». Comme il se mettait là où il y avait un plus grand danger, pour les empêcher d’y aller, certaines le bousculèrent avec leurs têtes arrogantes et plus d’une fois essayèrent de le jeter au fond. Ainsi beaucoup finirent dans les ravins et moururent misérablement. D’autres se battirent à coups de cornes et de têtes, et se tuèrent entre elles.    

Seul un agnelet ne s’écarta jamais. Il courait en bêlant et il disait par son bêlement au berger : « Je t’aime ». Il courait derrière le bon berger et quand ils arrivèrent à la porte de son royaume, il n’y avait qu’eux deux : le berger et l’agnelet fidèle. Alors le berger ne dit pas : « Entre », mais il dit : « Viens » et il le prit sur sa poitrine, dans ses bras, et il l’amena à l’intérieur en appelant tous ses sujets et en leur disant : « Voici. Celui-ci m’aime. Je veux qu’il soit avec Moi pour toujours. Et vous aimez-le, car c’est celui que préfère mon cœur ».

jesus-christ-et-les-petits-enfants

La parabole est finie, Benjamin. Maintenant peux-tu me dire quel est ce bon berger ? »       

« C’est Toi, Jésus. »           

« Et cet agnelet, qui est-ce ? »    

« C’est moi, Jésus. »          

« Mais maintenant je vais partir. Tu m’oublieras. » 

« Non, Jésus, je ne t’oublierai pas parce que je t’aime. »     

« Ton amour disparaîtra quand tu ne me verras plus. »      

« Je me dirai à moi-même les paroles que tu m’as dites, et ce sera comme si tu étais présent. Je t’aimerai et je t’obéirai de cette façon. Et, dis-moi, Jésus : Toi, tu te souviendras de Benjamin ? »        

« Toujours. »          

« Comment feras-tu pour te souvenir ? »       

« Je me dirai que tu m’as promis de m’aimer et de m’obéir, et je me souviendrai ainsi de toi. »         

« Et tu me donneras ton Royaume ? » 

« Si tu seras bon, oui. »    

« Je serai bon. »     

« Comment feras-tu ? La vie est longue. »  

« Mais aussi tes paroles sont si bonnes. Si je me les dis et si je fais ce qu’elles me disent de faire, je me garderai bon toute ma vie. Et je le ferai parce que je t’aime. Quand on aime bien, ce n’est pas fatigant d’être bon. Je ne me fatigue pas d’obéir à maman, parce que je l’aime bien. Je ne me fatiguerai pas d’être obéissant pour Toi, parce que je t’aime bien. »       

Jésus s’est arrêté pour regarder le petit visage enflammé par l’amour plus que par le soleil. La joie de Jésus est si vive qu’il semble qu’un autre soleil se soit allumé en son âme et irradie par ses pupilles. Il se penche et dépose un baiser sur le front de l’enfant.       

Jésus s’est arrêté devant une petite maison modeste, avec un puits devant. Il va ensuite s’asseoir près du puits et c’est là que le rejoignent les disciples, qui sont encore en train de mesurer leurs prérogatives respectives. 

jésus enseigne apotre Jesus walking with disciples

Jésus les regarde, puis il les appelle : 

«Venez autour de Moi, et écoutez le dernier enseignement de la journée, vous qui célébrez sans cesse vos mérites et pensez à vous adjuger une place en rapport avec eux.

Vous voyez cet enfant ?

-Lui est dans la vérité plus que vous.

-Son innocence lui donne les clefs pour ouvrir les portes de mon Royaume.

-Lui a compris, dans sa simplicité de tout petit, que c’est dans l’amour que se trouve la force de devenir grand et dans l’obéissance par amour celle d’entrer dans mon Royaume.

-Soyez simples, humbles, aimants d’un amour que vous ne donniez pas qu’à Moi mais que vous partagiez entre vous, obéissant à mes paroles, à toutes, même à celles-ci, si vous voulez arriver là où entreront ces innocents.

-Apprenez auprès des petits.

-Le Père leur révèle la vérité comme Il ne la révèle pas aux sages. » 

Jésus parle en tenant Benjamin debout contre ses genoux et il lui tient les mains sur les épaules.

-En ce moment le visage de Jésus est plein de majesté. .

-Il est sérieux, pas courroucé, mais sérieux.

C’est vraiment le Maître. Le dernier rayon de soleil nimbe sa tête blonde. 

La vision s’arrête pour moi ici, en me laissant pleine de douceur dans mes souffrances.



http://www.maria-valtorta.org/Publication/TOME%2005/05-040.htm#CEV35206

 

9ièm COMMANDEMENT*. De Jésus à Maria Valtorta…« TU NE CONVOITERAS PAS LA FEMME D’AUTRUI »


Image associée

Jésus vient de guérir de la lèpre un jeune homme qui avait commis l’adultère …

« « Ne pas désirer la femme d’autrui » cela ne fait qu’un avec
« ne pas commettre l’adultère ».

Car le désir précède toujours l’action.
L’homme est trop faible pour pouvoir désirer sans satisfaire son désir.
Et, ce qui est suprêmement triste :
-l’homme ne sait pas faire de même dans ses justes désirs.
-dans le mal, il y a le désir et puis l’accomplissement.
-dans le bien il y a le désir, puis on s’arrête, quand on ne revient pas en arrière.

Comme
– je le lui ai dit,
– je le dis à vous tous,

car le péché de désir est répandu comme le chiendent qui se propage tout seul :
– êtes-vous des enfants pour ne pas savoir
– que cette tentation est un poison et
– qu’il faut la fuir ? « 

J’ai été tenté ». C’est l’antique parole!

Mais, puisque c’est aussi un exemple ancien, l’homme
– devrait se souvenir de ses conséquences et
savoir dire : « Non ».
Notre histoire ne manque pas d’exemples d’une chasteté
qui a su se garder malgré
-les séductions du sexe et
-les menaces des violents.

La tentation est-elle un mal ?
-Elle ne l’est pas.

-C’est l’œuvre du Malin.
Mais elle se change en gloire pour celui qui en triomphe.

Résultats de recherche d'images pour « Le mari qui va à d'autres amours est un assassin »

Le mari qui va à d’autres amours est un assassin
– de son épouse,
– de ses enfants,
– de lui-même.

-Celui qui entre dans la demeure d’autrui pour commettre l’adultère
 est un voleur et des plus vils.
Pareil au coucou il profite sans bourse du nid d’autrui.
-Celui qui surprend la confiance de l’ami est un faussaire,
car il témoigne une amitié qu’en réalité il ne possède pas.
-Celui qui agit ainsi se déshonore lui-même et déshonore ses parents.

Peut-il alors avoir Dieu avec lui ?

J’ai accompli le miracle à cause de cette pauvre mère.
Mais la luxure me dégoûte à tel point que j’en suis révolté.
Vous avez crié par peur et par dégoût de la lèpre.
Pour Moi, mon âme a crié par dégoût de la luxure.
Toutes les misères m’entourent, et pour toutes je suis le Sauveur.

Mais je préfère toucher un mort,
un juste déjà décomposé dans sa chair
qui fut honnête et
-qui est déjà en paix avec son esprit,
que d’approcher d’un luxurieux.


Je suis le Sauveur, mais je suis l’Innocent
.

Que s’en souviennent tous ceux qui viennent ici ou qui parlent de Moi,
en me prêtant les ferments de leurs passions.

Je comprends que vous voudriez autre chose de Moi.
Mais j’en suis incapable.
La ruine d’une jeunesse à peine formée et détruite par la passion, m’a troublé davantage que si j’avais touché la Mort.

Allons vers les malades.
-Ne pouvant, à cause de la nausée qui m’étrangle, être la Parole,
-je serai le Salut de ceux qui espèrent en Moi.

Résultats de recherche d'images pour « mettant son doigt dans la bouche d’un petit muet d’environ dix ans, il lui fait dire : « Jésus » et puis : « Maman. » »

La paix soit avec vous. »

En fait Jésus est très pâle, comme s’il était souffrant.
Il ne retrouve son sourire que quand il se penche sur des enfants malades et sur des infirmes allongés sur leurs brancards.
Alors, il redevient Lui-même.
En particulier quand, mettant son doigt dans la bouche d’un petit muet d’environ dix ans, il lui fait dire : « Jésus » et puis : « Maman. »

Les gens s’en vont tout doucement…


Je viendrai non plus en Maître mais en Roi, prendre possession de mon Église militante, devenue Une et Universelle telle que la fit ma Volonté.


Maria Valtorta – Les Cahiers

– Le 11 décembre 1943.

DERNIER JUGEMENT Armagedon

Je me tiendrai comme une fontaine au milieu de mon troupeau recomposé Je répandrai mon esprit sur tous les rachetés de la Terre. ….

Roi de Justice et de Sagesse

– je disperserai les idoles des fausses doctrines,

– je purgerai la Terre des faux prophètes qui vous ont conduits à tant d’erreurs.

Je me substituerai

-à tous les docteurs,

-à tous les prophètes, plus ou moins saints, plus ou moins méchants.

le dernier enseignement doit être purifié de toute imperfection.

Puisqu’il doit préparer au Jugement dernier ceux qui n’auront pas un temps de purgation, étant tout de suite appelés à la terrible revue.

Le Christ Rédempteur

-dont le but est de vous racheter et

-qui essaie tout pour le faire, et

-qui déjà commence et accélère son deuxième enseignement pour répliquer par la voix de la vérité aux hérésies culturelles, sociales et spirituelles, surgies de tous côtés,

-parlera avec les signes de son tourment.

Des torrents de lumière et de grâce sortiront de mes Plaies,

-blessures qui ont tué le Fils de Dieu,

-mais qui guérissent les enfants des humains.

Ces charbons ardents de mes plaies seront

-une épée pour

-les impénitents,

-les obstinés,

-les vendus à Satan, et

-une caresse pour les ‘petits’ qui m’aiment comme un père aimant.

Cette caresse du Christ descendra sur leur faiblesse pour les fortifier.

Et ma main les dirigera vers l’épreuve à laquelle seuls ceux qui m’aiment d’amour véritable résistent. Le tiers. Mais il sera digne de posséder la Cité du Ciel, le Royaume de Dieu.

 

Je viendrai alors, non plus en Maître mais en Roi,

-prendre possession de mon Église militante, désormais

-devenue Une et Universelle telle que la fit ma Volonté.


 

8 ièm.COMMANDEMENT*. De Jésus à Maria Valtorta…« TU NE DIRAS PAS DE FAUX TÉMOIGNAGES »


baiser_de_judas

« La paix à vous tous.

« Tu ne diras pas de faux témoignages » est-il dit.

Qu’est-ce qu’il y a de plus dégoûtant qu’un menteur ?
Ne peut-on pas dire qu’il unit

-la cruauté à
-l’impureté ?
Oui, qu’on le peut.

Le menteur, je parle de celui qui ment en matière grave, est cruel.
Il tue la réputation avec sa langue.
Il n’est donc pas différent de l’assassin.
Je dis même :
il est pire qu’un assassin.
Ce dernier ne tue que le corps.
Le menteur tue aussi le bon renom, le souvenir d’un homme.
Il est donc deux fois assassin.
C’est l’assassin impuni
-car il ne répand pas le sang,
-mais il blesse l’honneur à la fois
—–de celui qu’il calomnie et
—–de sa famille toute entière.
Et je ne m’arrête même pas au cas de celui qui,
en Prêtant serment,
envoie un autre à la mort.

barreverte

Sur celui-là sont déjà accumulés les charbons de la Géhenne.

Mais je parle seulement de celui qui,
-par un mensonge, fait des insinuations et
-persuade d’autres personnes au détriment d’un innocent.

Pourquoi le fait-il ?
-Ou par haine sans raison,
-ou bien par le désir d’avoir ce qu’un autre possède, ou bien par peur.

 

Par haine.
Il est mené par la haine, celui-là seul qui est l’ami de Satan.
Celui qui est bon ne hait jamais, pour aucun motif.
Même
-si on le méprise,
-si on lui fait du tort,
il pardonne.
Il ne hait jamais.

La haine,
-c’est le témoignage qu’une âme perdue donne à elle-même, et
-c’est le plus beau témoignage qui puisse être donné à l’innocent.

Car la haine,
-c’est la révolte du mal contre le bien.
-on ne pardonne pas à celui qui est bon.

barreverte

 

Par avidité.
 « Celui-ci a ce que je n’ai pas. Je veux l’avoir.
-Ce n’est qu’en le faisant mépriser que je puis avoir sa place. Et je le fais.
-Je mens ? Qu’importe ?
-Je vole ? Qu’importe ?
-e puis arriver à ruiner toute une famille ? Qu’importe ? »

Parmi toutes les questions que le menteur rusé se pose,
-il oublie,
-il veut oublier, une question, celle-ci :
 « Et si on me démasquait ? »
Cette question, il ne se la pose pas parce que,
—emporté par l’orgueil et l’avidité,
—c’est comme s’il avait les yeux fermés.

-Il ne voit pas le danger.
-Il est encore comme un homme ivre.
-Il est enivré par le vin de Satan, et
-il ne réfléchit pas que
——Dieu est plus fort que Satan et
——Dieu se charge de venger ceux que l’on calomnie.
-Le menteur s’est donné au Mensonge et
-il se fie stupidement à sa protection.

barreverte

Par peur.
Bien souvent quelqu’un calomnie pour s’excuser lui-même.
C’est la forme la plus commune du mensonge.
-On a fait le mal.
-On craint que notre action soit découverte et reconnue.
Alors,
– usant et
– abusant de l’estime que l’on a encore près des autres,
voilà qu’on dénature
—–le fait et
—–que ce qu’on a fait, on le met sur le compte d’un autre
dont on craint seulement l’honnêteté.
On agit encore ainsi parce qu’un autre,
parfois a été, sans le vouloir, témoin de l’une de nos mauvaises actions,
et alors on veut se mettre à l’abri de son témoignage.
On l’accuse pour le rendre odieux, afin que s’il parle, personne ne le croie.

 

Mais agissez bien !
Agissez bien !
Et vous n’aurez jamais besoin de mentir.

Ne réfléchissez-vous pas,
-quand vous mentez,
-au joug pesant que vous vous mettez sur les épaules ?

Il est fait
-de l’assujettissement au démon,
-de la peur perpétuelle d’un démenti et
-de la nécessité de se rappeler le mensonge, avec les faits et les détails qui l’entouraient, même après des années, sans tomber dans une contradiction.
Un travail de galérien.
Et encore s’il servait au Ciel !
Mais il ne sert qu’à préparer une place dans l’enfer !

barreverte

Soyez francs.
Comme elle est belle la bouche de l’homme qui ne connaît pas le mensonge!
-Il sera pauvre ?
-Il sera fruste ?
-Il sera inconnu ?
-Il l’est même ? Oui.
Mais c’est toujours un roi parce qu’il est sincère.
Et la sincérité est quelque chose de royal plus que l’or et qu’un diadème.
Il élève au-dessus des foules plus qu’un trône.
Et il a une cour de gens honnêtes plus nombreuse que celle d’un monarque.

Le voisinage de l’homme sincère procure la sécurité et le réconfort.
L’amitié d’un homme qui n’est pas sincère

-procure des ennuis et
-même son seul voisinage donne une impression de malaise.

Celui qui ment réfléchit-il qu’il est toujours tenu en suspicion
puisque le mensonge a vite fait de se manifester pour mille raisons?
Comment pouvoir accepter désormais ce qu’il dit ?

Même s’il dit la vérité, et qu’on ne demande pas mieux que de le croire, au fond, il restera toujours un doute : « Va-t-il encore mentir maintenant ? »

Vous allez dire : « Mais où est en cela le faux témoignage ? »
Tout mensonge est un faux témoignage.
Il n’y a pas que le faux témoignage légal.

Soyez simples comme est simple Dieu et un petit enfant.
Soyez véridiques à tous les moments de votre vie.
Vous voulez qu’on vous considère comme bons ? Soyez-le, en vérité.

Même si un médisant voulait dire du mal de vous, il y aurait cent bons pour dire : « Non, ce n’est pas vrai. Il est bon. Ses oeuvres parlent pour lui ».
Dans un livre sapientiel il est dit :
« L’homme inique s’avance avec la perversité sur les lèvres… en son cœur pervers, il prépare de mauvais desseins et en tout temps il sème la discorde…

barreverte

Il y a six choses que le Seigneur hait, et la septième Il l’a en horreur :
-les yeux altiers,
-la langue menteuse,
-les mains qui versent le sang innocent,
-le coeur qui médite des desseins iniques,
-les pieds empressés à courir au mal,
-le faux témoin qui profère des mensonges et
-celui qui sème la discorde parmi les frères…

La ruine s’approche du méchant pour les péchés de la langue…
-Celui qui ment est un témoin frauduleux.
Les lèvres véridiques ne changent jamais.
-Mais celui qui use d’un langage frauduleux, son témoignage est changeant.
-Les paroles du murmurateur semblent simples, mais elles pénètrent dans les viscères.

L’ennemi se reconnaît à sa façon de parler quand il couve la trahison.
-Quand il parle à voix basse, ne t’y fie pas car il porte en son coeur les sept méchancetés.
-Sous des dehors engageants il cache sa haine, mais sa malice sera mise au jour…
Celui qui creuse une fosse y tombera et la pierre tombera sur celui qui la fait rouler.

barreverte

Vieux comme le monde est le péché de mensonge.
Et la pensée du sage s’en tient à ce qu’il a décidé,
de même que le jugement de Dieu à l’égard du menteur.

 

Je vous dis : ayez toujours un seul langage.
Que
le « oui  » soit toujours « oui » et
-le « non » toujours « non »
même en face des puissants et des tyrans.

Et vous en aurez un grand mérite pour le Ciel.
Je vous dis: ayez la spontanéité de l’enfant
-qui va d’instinct vers celui dont il ressent la bonté,
-sans chercher autre chose que la bonté, et
-qui dit ce que sa bonté elle-même lui fait penser
-sans calculer s’il en dit de trop et il peut en avoir du blâme.

 

Allez en paix, et que la Vérité devienne votre amie. »

barreverte

Le petit Asraël qui est toujours resté assis aux pieds de Jésus,
la tête levée comme un petit oiseau qui écoute la voix de son père,
a un mouvement tout de douceur:
il frotte de son petit visage les genoux de Jésus, et il dit :
« Moi et Toi nous sommes amis parce que tu es bon et que je t’aime. Maintenant, je le dis moi aussi »
Et il force sa voix pour se faire entendre dans toute la vaste pièce et
il parle, en faisant des gestes comme il a vu faire à Jésus :

«  Écoutez tous. -Je sais où vont les personnes
-qui ne disent pas de mensonges et
-qui aiment bien Jésus de Nazareth.
Ils montent par l’échelle de Jacob et vont en haut, en haut, en haut…
en même temps que les anges,
ensuite là ils s’arrêtent quand ils trouvent le Seigneur »
Et il rit, heureux, en montrant toutes ses dents.

 

Jésus le caresse et descend parmi les gens. Il rapporte le petit à sa mère : « Merci, femme de m’avoir donné ton enfant. »
« Il t’a donné des ennuis… »
« Non, il m’a donné de l’amour. C’est un petit du Seigneur et que le Seigneur soit toujours avec lui et avec toi. Adieu. »

 

barreverte



 

Le 7ièm & Le 10ièm COMMANDEMENT*. De Jésus à Maria Valtorta…« TU NE VOLERAS PAS » & « TU NE DÉSIRERAS PAS CE QUI APPARTIENT À AUTRUI. »


Image associée

Jésus dit :
Je pourrais mettre ensemble
-le commandement de ne pas voler et (7)
-celui de ne pas désirer ce qui appartient à autrui. (10)

Parce qu’en fait, le désir immodéré pousse au vol.
Il n’y a qu’un pas de l’un à l’autre.


« Dieu donne à chacun ce qu’il lui faut.

ARBRE MAIN

C’est la vérité.
Qu’est-ce qui est nécessaire à l’homme ?
-Le faste ?
-Le grand nombre de serviteurs ?
-Les terres dont on ne peut compter les champs ?
-Les banquets où l’on voit après le crépuscule se lever l’aurore ?
-Non.
-Ce qui est nécessaire à l’homme, c’est un toit, du pain, le vêtement.
-L’indispensable pour vivre.

 

Regardez autour de vous :
quels sont les plus joyeux et les plus sains ?
Qui jouit d’une saine et tranquille vieillesse ?
Les jouisseurs ? Non.
Ceux qui vivent honnêtement, travaillent et bornent leurs désirs.
Ils n’ont
– pas le poison de la luxure et ils restent forts,
– ni le poison des banquets et ils restent agiles,
– ni le poison de l’envie et ils restent joyeux.

Alors que celui qui désire avoir toujours plus,
– tue sa paix et
– ne jouit pas,
– mais il a une vieillesse précoce,
– il est brûlé par la rancoeur et les abus.

 

Je pourrais mettre ensemble
-le commandement de ne pas voler et
-celui de ne pas désirer ce qui appartient à autrui.

Parce qu’en fait, le désir immodéré pousse au vol.
Il n’y a qu’un pas de l’un à l’autre.

Image associée



Tout désir est-il illicite ?

Je ne dis pas cela.
Le père de famille qui en travaillant aux champs ou à un chantier désire en tirer de quoi assurer du pain à ses enfants, ne pèche pas en vérité.
Au contraire, il remplit ses devoirs de père.
Mais celui qui, au contraire,
– ne désire autre chose qu’une plus grande jouissance et
– s’empare de ce qui appartient à autrui pour jouir davantage, celui-là pèche.

 

L’envie ! Pourquoi ?
Qu’est-il le désir du bien d’autrui si non cupidité et envie ?

L’envie sépare de Dieu, mes enfants, et unit à Satan.

1. Ne pensez-vous pas que le premier qui désira le bien d’autrui fut Lucifer ?
-Il était le plus beau des archanges.
-Il jouissait de Dieu.
-Il aurait dû se contenter de cela.
-Il envia Dieu et voulut, lui, être Dieu, et il devint le démon. Le premier démon.

2.Second exemple : Adam et Eve avaient tout,
-ils jouissaient du paradis terrestre,
-ils jouissaient de l’amitié de Dieu, heureux des dons de grâce que Dieu leur avait fait.

Ils auraient dû se contenter de cela.
Ils envièrent à Dieu la connaissance du bien et du mal et
 furent chassés de l’Éden, devenus des proscrits odieux à Dieu.

cain-and-abel1

3.  Troisième exemple: Les premiers pécheurs.
Caïn envia Abel à cause de son amitié avec le Seigneur.
Et il devint le premier assassin.

Marie, soeur d’Aaron et de Moïse,
envia son frère et devint la première lépreuse de l’histoire d’Israël.
Je pourrais vous conduire pas à pas à travers toute la vie du peuple de Dieu.
Vous verriez qu’un désir immodéré
-a fait, de celui qui l’a eu, un pécheur et
-a amené à la nation le châtiment.

C’est que les péchés des individus
-s’accumulent et
-amènent le châtiment des nations.

Il en est comme des grains,  des grains de sable qui,
– accumulés au cours des siècles,
– provoquent un éboulement qui submerge les pays et ce qui s’y trouve.

 

Je vous ai souvent cité en exemple les petits enfants
parce qu’ils sont simples et confiants.

Aujourd’hui je vous dis :
imitez les oiseaux dans la liberté de leurs désirs. Regardez.
Maintenant, c’est l’hiver. Il y a peu de nourriture dans les vergers.
Mais se préoccupent-ils en été de faire des réserves ? Non.

Ils se fient au Seigneur.
Ils savent qu’un petit ver, un grain, une miette, un débris, un moucheron sur l’eau,
    ils pourront toujours le capturer pour leur jabot.
Ils savent qu’il y aura toujours une cheminée chaude ou un flocon de laine pour leur donner un refuge en hiver.

Ils savent aussi
-que, lorsqu’il viendra le temps où il leur faudra
—-du foin pour leurs nids et
—-une nourriture plus abondante pour leurs petits,
il y aura
—-dans les prairies du foin odorant,
—-de la nourriture succulente dans les vergers et sur les sillons, et
-que l’air et la terre seront remplis d’insectes.

 

Et ils chantent doucement :
« Merci, Créateur pour ce que tu nous donnes et nous donneras »,
prompts à exhaler « des hosanna » à plein gosier,
quand à la saison des amours
– ils jouiront de leurs épouses et
– verront leur descendance se multiplier.

oiseau avril

Y-a-t-il créature plus gaie que l’oiseau?

Et pourtant qu’est-ce que son intelligence en comparaison de l’intelligence humaine ?
Un caillou de silex devant une montagne.
Mais il nous donne une leçon.
En vérité je vous dis que
celui-là possède la gaieté de l’oiseau,
qui vit sans désir impur.

-Il se fie à Dieu et sent en Lui un Père.
-Il sourit au jour qui se lève et à la nuit qui descend, parce qu’il sait que le soleil est son ami et la nuit sa nourrice.
-Il regarde les hommes sans rancoeur et ne craint pas leurs vengeances car il ne leur fait aucun tort.

– Il n’éprouve pas de crainte pour sa santé ni pour son sommeil, parce qu’il sait qu’une vie honnête éloigne les maladies et procure un doux repos.
– Pour finir il ne craint pas la mort car il sait qu’ayant bien agi, il ne peut avoir que le sourire de Dieu.

Même le roi meurt et le riche aussi.
Il n’y a pas de sceptre qui éloigne la mort, et l’argent ne peut acheter l’immortalité. Comme en présence du Roi des rois et du Seigneur des seigneurs,
les couronnes et l’argent ne sont que plaisanterie.

Mais la seule qui a de la valeur

c’est une vie vécue selon la Loi !


Résultats de recherche d'images pour « adultère »

« Je sauverai ceux qui se repentent et reviennent à Dieu. Les impénitents n’obtiendront pas la rédemption. »

Le vol ne concerne pas seulement l’argent.
C’est un vol aussi
-que d’enlever l’honneur à un homme,
-la virginité à une jeune fille, d’enlever
-à un mari son épouse,
tout comme
-d’enlever un bœuf au voisin ou
-de piller ses arbres.

Ensuite le vol,
aggravé par
-la passion ou
-le faux témoignage,
 s’aggrave
-d’adultère, ou
-d’impureté, ou
-de mensonge. »


« Et une femme qui se prostitue, quel péché fait-elle ? »

 

« Si elle est mariée, elle est coupable
-d’adultère et
-de vol à l’égard de son mari.    
Si elle est nubile,
-d’impureté et
-de vol à son propre égard. »

    « Pour elle-même ? Mais elle se défait de ce qui lui appartient !!

« Non,
notre corps est créé par Dieu pour être
-le temple de l’âme et
-le temple de Dieu.

Il faut donc le conserver intact car autrement l’âme est volée
-à l’amitié de Dieu et
-à la vie éternelle. »

Image associée

« Alors une courtisane ne peut appartenir qu’à Satan ? »

« Tout péché est un adultère avec Satan.
Le pécheur,
-comme une femme qui se vend,
-se livre à Satan pour des amours illicites dont il espère des bénéfices sordides.

Grand, très grand est le péché de prostitution
qui rend semblable à des animaux immondes.

Mais croyez que tout autre péché capital ne l’est pas moins ?
Que dirai-je de l’idolâtrie ?
Que dirai-je de l’homicide ?

Et pourtant Dieu a pardonné aux Israélites après le veau d’or.
Il a pardonné à David après son péché, son double péché.
Dieu pardonne à qui se repent.

Que la réparation pénitentielle se proportionne
-au nombre et
-à la grandeur des fautes,
et je vous dis
-qu’il sera pardonné davantage
-à qui se repent davantage.

mere térésa

En effet le repentir est une forme d’amour. D’un amour qui opère en bien.

Celui qui se repent dit à Dieu par son repentir :
« Je ne puis rester sous la menace de ton courroux,
-car je t’aime et
-je veux être aimé ».

Dieu aime celui qui l’aime.
Je vous dis donc:
plus quelqu’un aime et plus il est aimé.
Celui qui aime totalement est totalement pardonné.

C’est la vérité. Allez.

mer débordante Coucher de soleil Lacanau Océan Lacanau beach Sunset


Merci Mia pour ta précieuse aide…


 

Le 6ièm COMMANDEMENT*. De Jésus à Maria Valtorta « TU NE COMMETTRAS PAS L’IMPURETÉ DE CORPS NI DE CONSENTEMENT »


Aujourd’hui je dis : “Ne commettez pas l’impureté”.

homme fenetre

Dites, vous surtout les hommes…

– Qui d’entre vous n’a jamais goûté ce pain de cendre et d’ordure qu’est la satisfaction sensuelle ?

– N’y a-t-il de luxure que celle qui vous pousse pour une heure entre les bras d’une courtisane ?

– N’est-ce pas luxure aussi la profanation du mariage avec l’épouse, profanation car c’est la légalisation du vice qui cherche la satisfaction réciproque des sens, en en évitant les conséquences ?


I. le devoir des époux à l’égard du mariage. Le Mariage cesse d’être saint quand, par malice, il devient infécond.

tristesse

Mariage veut dire procréation et l’acte signifie et doit être fécondation. Sans cela, c’est de l’immoralité. On ne doit pas faire de la couche nuptiale un lupanar.

Et elle devient telle

-si elle est souillée par la passion et

-si elle n’est pas consacrée par des maternités.

La terre ne repousse pas la semence. Elle l’accueille et en fait une plante. L’homme c’est la semence, la femme c’est la terre, l’épi c’est l’enfant. Se refuser à faire l’épi et perdre vicieusement sa force, c’est une faute.

C’est une prostitution, commise sur le lit nuptial, mais en rien différente d’une autre, aggravée même par la désobéissance au commandement qui dit : “Soyez une seule chair et multipliez-vous dans vos enfants”.


Vous voyez donc,

-ô femmes volontairement stériles,

-épouses légales et honnêtes, non pas aux yeux de Dieu mais aux yeux du monde, que malgré cela

-vous pouvez être comme des prostituées et

-commettre également l’impureté, tout en étant avec votre seul mari, parce que ce n’est pas la maternité mais le plaisir que vous cherchez et bien trop souvent.

Vous ne réfléchissez pas que le plaisir est un poison que l’on absorbe, de quelque bouche contagieuse qu’il vienne.

-Il brûle d’un feu qui croyant se rassasier

-se pousse hors du foyer,

-et dévore, toujours plus insatiable.

-Il laisse une âcre saveur de cendre sur la langue.

 -Il donne le dégoût, la nausée et le mépris de soi-même et de son compagnon de plaisir. Parce que

-quand la conscience se réveille, et

-elle se réveille entre deux fièvres, il ne peut naître que le mépris de soi-même qu’on a avili au dessous de la bête.


“Ne commettez pas l’impureté” est-il dit.

homo

La fornication vient en grande partie de l’homme. Et, je ne m’arrête pas non plus à cette inconcevable union qui est un cauchemar et que le Lévitique condamne par ces paroles :

-“Homme, tu ne t’uniras pas à l’homme comme si c’était une femme” et

-“Tu ne t’uniras à aucun animal pour te souiller avec lui, et ainsi, aussi pour la femme, car ces unions sont criminelles”.

Mais après avoir marqué le devoir des époux à l’égard du mariage qui cesse d’être saint quand, par malice, il devient infécond.


II. la fornication proprement dite entre homme et femme

mariage gif

J’en viens à parler de la fornication proprement dite

entre homme et femme

– par malice réciproque et

– par paiement en argent ou en cadeaux.

Le corps humain est un temple magnifique qui renferme un autel. Sur l’autel, c’est Dieu qui devrait se trouver. Mais Dieu n’est pas où existe la corruption. Le corps de l’impur a donc un autel déconsacré et sans Dieu.

Semblable à un homme ivre qui se roule dans la fange et dans ses vomissements, l’homme s’avilit lui-même dans la bestialité de l’impureté et devient pire qu’un ver et que la bête la plus immonde.

Et dites-moi, si parmi vous il y a quelqu’un qui s’est dépravé, au point de vendre son corps comme on vend du blé ou un animal, quel bien vous en est-il venu ?

Prenez-vous le coeur en mains,

– examinez-le,

– interrogez-le,

– écoutez-le, voyez

– ses blessures,

– la douleur qui le fait frissonner et puis parlez et répondez-moi :

était-il si doux ce fruit pour mériter cette souffrance d’un coeur

-qui était né pur et

-que vous avez contraint à vivre dans un corps impur, à battre pour

-donner vie et chaleur à la luxure, et

-l’user dans le vice ?

Mais ne sentez-vous pas le regret vous étreindre les entrailles en voyant

-le bonheur d’une épouse ou

-l’innocence d’une jeune fille, et de devoir vous dire :

“Moi, j’ai renoncé à tout cela et je ne l’aurai jamais plus !” ?

Mais ne sentez-vous pas la honte qui vous défigure lorsque vous rencontrez le regard d’un homme plein de convoitise ou de mépris ?


Mais ne ressentez-vous pas votre misère quand vous avez soif du baiser d’un bébé et que vous n’osez plus dire : “Donne-le moi” parce que vous avez tué des vies qui devaient naître,

bébénon né

-rejetées par vous comme un fardeau ennuyeux et une gêne inutile,

-détachées de l’arbre qui les avait conçues, et

– jetées au fumier,

et maintenant ces petites vies vous crient: “assassines ! ” ?

Mais ne tremblez-vous pas surtout à la pensée du Juge -qui vous a créés et

-qui vous attend pour vous demander :

— “Qu’as-tu fait de toi-même ?

—Est-ce pour cela que je t’ai donné la vie ?

Nid de vermine et pourriture,

—comment oses-tu te tenir en ma présence ?


Tu as eu tout de ce qui était pour toi un dieu: la jouissance. Va au lieu de l’éternelle malédiction”.

cactus

Qui pleure ? Personne ? Vous dites: personne ? Et pourtant mon âme va à la rencontre d’une autre âme en pleurs. Pourquoi y va-t-elle ? Pour jeter l’anathème à une prostituée ? Non. Parce que son âme me fait pitié. Tout en Moi est répulsion pour son corps souillé, qui transpire une sueur immonde. Mais, son âme !

Oh ! Père ! Père ! C’est pour cette âme aussi -que j’ai pris chair et -que j‘ai quitté le Ciel pour être son Rédempteur et celui de tant d’âmes, ses soeurs!

 


Les 10 Commandements- Tome 2 – L’Évangile tel qu’il m’a été révélé – Maria Valtorta

2.90.
Jésus à La Belle Eau :
« Tu ne commettras pas l’impureté de corps ni de consentement »

http://www.maria-valtorta.org/Publication/TOME%2002/02-090.htm#Impuret%C3%A9


 

Le 5ièm COMMANDEMENT*. De Jésus à Maria Valtorta «TU NE TUERAS PAS»


Qu’est-ce que l’homme ?

https://i1.wp.com/ekladata.com/EPFUVVWq137eYsRwiNWimuvaxDY/dreamstime-xs-31609148-genre2.jpg

*L’homme est la créature souveraine que Dieu a créée
pour être le roi de la création.
Il l’a créé à son image et à sa ressemblance,

en lui donnant la ressemblance pour l’esprit et
-en tirant son image de l’image parfaite de sa pensée parfaite.

L’homme sait courir et sauter, et dans le saut il est si agile qu’il rivalise avec l’oiseau.
Il sait nager, et il est si rapide à la nage qu’on dirait un poisson.
Il sait ramper, et paraît un reptile.
Il sait grimper, et semble un singe.
Il sait chanter, et paraît un oiseau.
Il sait engendrer et se reproduire.
Mais, en plus, il sait parler.

barre oiseau

L’homme, parce qu’il n’a
-pas seulement une luette et une langue,
-mais un ensemble complexe de nerfs dont le centre est au cerveau,
siège de l’intelligence
, sait

– saisir des sensations nouvelles,
– en faire l’objet de ses réflexions et
– leur donner un nom.

Au cours des siècles, voilà que les descendants d’Adam
créèrent toujours de nouveaux noms
-au fur et à mesure qu’ils “connurent” les oeuvres de Dieu dans les créatures ou
-à mesure qu’avec l’étincelle divine qui est en l’homme,
—ils n’engendrèrent pas seulement des enfants,
—mais créèrent aussi des objets utiles ou nuisibles à leurs enfants eux-mêmes,
selon qu’ils étaient avec Dieu ou contre Dieu.

—Ils sont avec Dieu ceux qui créent et produisent de bonnes choses.
—Ils sont contre Dieu ceux qui créent des choses mauvaises qui nuisent au prochain. Dieu venge ses enfants torturés par le mauvais génie humain.

bébéjésu

*L’homme est donc la créature bien-aimée de Dieu.
Même si maintenant il est coupable, c’est toujours la créature qui Lui est la plus chère.

Ce qui en témoigne, c’est qu’Il a envoyé son Verbe Lui-même,
-non pas un ange,
-non pas un archange,
-non pas un chérubin,
-ni un séraphin,
-mais son Verbe, en le revêtant de la chair humaine pour sauver l’homme.

Il n’a pas estimé indigne ce vêtement
pour rendre possible la souffrance expiatrice
Celui qui, étant comme Lui un Très Pur Esprit,
n’aurait pu, souffrir et expier la faute de l’homme.

Le Père m’a dit :

 “Tu seras homme: l’Homme.
J’en avais fait un, parfait comme tout ce que Je fais.
Je lui avais destiné
-une douce vie,
-une très douce dormition et
-un bienheureux réveil,
-un très heureux et éternel séjour dans mon céleste Paradis.

Mais, Tu le sais, en ce Paradis ne peut entrer ce qui est souillé.
Car en ce lieu, Moi-Nous, Dieu Un et Trine, nous avons notre trône.

Et en sa présence ne peut se trouver que sainteté.

Je suis Celui qui suis.
Ma divine nature, notre mystérieuse essence

ne peut être connue que par ceux qui sont sans tache.

Maintenant l’homme, en Adam et par Adam, est souillé.

adameve2

Va. Purifie-le. Je le veux.
Tu seras désormais: l’Homme. Le Premier-Né.
Car Tu entreras le premier ici,

-avec ta chair mortelle exempte du péché,
-avec l’âme exempte du péché d’origine.
Ceux qui t’ont précédé sur la terre et ceux qui te suivront,
auront la vie par ta mort de Rédempteur. » 

Il ne pouvait mourir que quelqu’un qui était né.
Moi je suis né et je mourrai.

L’homme est l’unique créature dans la création qui possède en commun avec le Créateur l’âme spirituelle,
marque indéniable de la paternité divine.

…..

En tuant, on viole le premier et le second groupe des commandements
parce que vous vous arrogez le droit de Dieu et
que vous foulez aux pieds le prochain.

En tuant un homme, n’offense-t-on que l’homme ? Non, Dieu aussi.
L’homme dans sa chair, Dieu dans son droit.
Car la vie et la mort,
c’est par Lui seulement qu’elles doivent être données et enlevées
.

-Tuer, c’est faire violence à Dieu et à l’homme.
-Tuer, c’est faire irruption dans le domaine de Dieu.
-Tuer, c’est manquer au précepte de l’amour.
Il n’aime pas Dieu, celui qui tue, car il fait périr son travail: un homme.
Le meurtrier n’aime pas le prochain, car il lui enlève ce qu’il veut pour lui-même : la vie

Le ventre qui engendre un nouvel homme selon le commandement de Dieu est sacré, et sacrée la petite vie qui mûrit en lui, et à laquelle Dieu a donné une âme.

…..

bébé

.. écoutez vous, femmes,
 C’est tuer aussi que d’arracher un fruit qui croît en votre sein
-parce qu’il est d’une provenance coupable ou
-qu’il n’était pas désiré n’étant qu’un poids inutile en vos flancs et indésirable pour votre richesse.

Il n’y a qu’une façon d’éviter ce poids: c’est de rester chastes.
N’unissez pas l’homicide à la luxure, à la violence et à la désobéissance,
Et ne croyez pas que Dieu ne voit pas ce que l’homme n’a pas vu.
Dieu voit tout et se souvient de tout. Souvenez-vous-en, vous aussi.

….

Agissez toujours avec droiture, et vous ne craindrez pas le regard ou la parole de quiconque.
Contentez-vous de ce que vous avez et vous ne convoiterez pas ce que possède autrui au point de devenir assassin pour posséder ce qui appartient au prochain.

On ne commet pas l’homicide uniquement avec l’arme et le poison,
mais aussi par la calomnie. Méditez.



 

Le 4ièm COMMANDEMENT*. De Jésus à Maria Valtorta « Honore ton père et ta mère » dit le Décalogue.


*Comment les honore-t-on?

Pourquoi doit-on les honorer?

Résultats de recherche d'images pour « Honore ton père et ta mère »

L’honneur suppose

-une obéissance véritable,

-un amour sans failles, un confiant respect,

-une crainte respectueuse qui n’exclut pas la confiance, mais en même temps ne nous fait pas traiter les personnes âgées comme si nous étions des esclaves et des inférieurs.

On doit les honorer car, après Dieu, nos pères et mères -nous ont donné la vie et -ont subvenu à tous nos besoins matériels, -ils ont été les premiers maîtres et les premiers amis du jeune être arrivé sur la terre.

Image associée

On dit: « Dieu te bénisse », on dit: « merci » à quelqu’un qui ramasse un objet tombé ou qui nous donne un morceau de pain.

Et à ceux qui se tuent au travail -pour nous rassasier,

-pour tisser nos vêtements et les tenir propres, à ceux qui se lèvent

-pour surveiller notre sommeil,

-se refusent le repos pour nous soigner,

-nous font un lit de leur sein dans nos plus douloureuses fatigues, nous ne dirions pas, avec amour: « Dieu te bénisse » et « merci »?

Ce sont nos maîtres. Le maître, on le craint et on le respecte.

Mais le maître nous prend en charge quand déjà nous savons ce qui est indispensable pour nous conduire, nous nourrir et dire les choses essentielles.

Et il nous laisse quand le plus dur enseignement de la vie, c’est à dire « le savoir vivre », doit nous être encore enseigné. Et c’est le père et la mère qui nous préparent à l’école d’abord, puis à la vie.

parent

Ce sont nos amis. – Mais quel ami peut-être plus ami qu’un père? -Quelle amie plus amie qu’une mère? Pouvez-vous avoir peur d’eux? Pouvez-vous dire: « Il me trahit, elle me trahit »?

Et pourtant, voici le sot jeune homme et la jeune fille encore plus sotte

-qui prennent pour amis des étrangers et

-ferment leur cœur à leur père et à leur mère et

-se gâtent l’esprit et le cœur par des relations imprudentes, pour ne pas dire coupables,

-et causes de larmes du père et de la mère, larmes qui coulent comme des gouttes de plomb fondu sur le cœur de leurs parents. Ces larmes, pourtant, Je vous le dis, ne tombent pas dans la poussière et l’oubli.

Dieu les recueille et les compte. Le martyre d’un père que l’on foule aux pieds sera récompensé par le Seigneur. Mais le supplice qu’un fils inflige à son père ne sera pas oublié. Même si le père et la mère, dans leur douloureux amour, implorent la pitié de Dieu pour leur fils coupable.

« Honore ton père et ta mère, si tu veux vivre longuement sur la terre » est-il dit. Et j’ajoute: « Et éternellement dans le Ciel ».

Trop léger serait le châtiment de vivre peu sur la terre pour avoir manqué à ses parents! L’au-delà n’est pas une baliverne et, dans l’au-delà, on sera récompensé ou puni d’après la vie que l’on aura menée sur la terre. Celui qui manque à son père, manque à Dieu.

Car Dieu a donné en faveur du père un commandement d’amour. Et celui-là pèche, qui ne l’aime pas. Aussi perd-il de cette façon -plus que la vie matérielle, -la vraie vie dont je vous ai parlé. Il va à la rencontre de la mort. Il est déjà mort puisque son âme est en disgrâce auprès de son Seigneur.

coeur-est-fermé-pour-verrouiller-21548946

Il a déjà en lui-même le crime parce qu’il blesse l’amour le plus saint après celui de Dieu.

-Il porte en lui les germes des futurs adultères car un fils mauvais devient un époux infidèle.

-Il a en lui les tendances à la perversion sociale, parce que d’un mauvais fils sort un futur voleur, un assassin sinistre et violent, un froid usurier, un libertin séducteur, un jouisseur cynique, l’être répugnant qui trahit sa patrie, ses amis, ses enfants, son épouse, tout le monde.

 

Et pouvez-vous avoir de l’estime et de la confiance

pour celui qui n’a pas hésité

-à trahir l’amour d’une mère, et

-s’est moqué des cheveux blancs d’un père?

Cependant, écoutez encore, car au devoir des enfants correspond un semblable devoir des parents.

Malédiction aux fils coupables! Mais malédiction aussi aux parents coupables

. -Agissez de façon que vos enfants ne puissent vous critiquer ni vous imiter dans le mal. -Faites-vous aimer par un amour donné avec justice et miséricorde. Dieu est Miséricorde. -Que les parents, qui viennent tout de suite après Dieu, soient miséricorde.

coeur-est-fermé-pour-verrouiller-21548946

-Soyez l’exemple et le réconfort de vos enfants.

-Soyez pour eux la paix et leur guide. Soyez leur premier amour.

Une mère est toujours la première image de l’épouse que nous voudrions avoir.

Un père a, pour ses jeunes filles, le visage qu’elles rêvent pour leur époux.

Faites surtout que vos fils et vos filles choisissent sagement leurs futurs conjoints,

-en pensant à leur mère, à leur père, et -en voulant chez eux ce qui se trouve en leur père, en leur mère: une vertu vraie.

 

Si je devais parler jusqu’à épuiser ce sujet, le jour et la nuit ne suffiraient pas. J’abrège donc par amour pour vous. Pour le reste, que l’Esprit Éternel vous le dise. Moi, je jette la semence et puis je m’en vais. Mais la semence chez les bons fera pousser des racines et produira un épi. Allez. La paix soit avec vous.”


Recherche Mia


 

*Le Nom de Jésus est Salut et Guérison*Ces Enseignements de Jésus à Maria Valtorta sont donnés « à la belle eau ». *


EUCHARISTE

Le nom de Jésus est Salut et Guérison..

brebis

Maria : –Mais c’est par ta volonté qu’il est guéri, ou par la puissance de ton Nom?” demandent en plusieurs.

Jésus répond : “Par la Volonté du Père, toujours bienveillant pour le Fils. Mais mon Nom aussi est salut. Vous le savez: Jésus veut dire Sauveur. Il y a la santé de l’âme et celle du corps. Celui qui prononce le Nom de Jésus avec une vraie foi se relève des maladies et du péché car, dans toute maladie spirituelle ou physique, il y a la griffe de Satan. Il crée les maladies physiques pour amener

-à la révolte et

-au désespoir

par la souffrance de la chair,

Et il Crée les maladies morales ou spirituelles pour conduire

-à la damnation.”

Maria :“Alors, selon Toi, dans toutes les afflictions du genre humain, Belzébuth n’est pas étranger.”

Jésus répond : “Il n’est pas étranger. C’est par lui que la maladie et la mort sont entrées dans le monde. C’est par lui également que sont entrés dans le monde le crime et la corruption. Quand vous voyez quelqu’un tourmenté par quelque malheur, pensez aussi que c’est par Satan qu’il souffre. Quand vous voyez que quelqu’un est cause de malheur, pensez aussi qu’il est un instrument de Satan.”

Maria :“Mais les maladies viennent de Dieu.”

Jésus dit :

“Les maladies sont un désordre dans l’ordre. Dieu, en effet a créé l’homme sain et parfait. Le désordre amené par Satan dans l’ordre donné par Dieu, a amené avec lui – les infirmités de la chair et – les conséquences qui en dérivent, à savoir ——–la mort ou bien

——- les hérédités funestes. L’homme a hérité d’Adam et d’Eve la tache d’origine, mais non pas celle-là seulement. Et la tache s’étend toujours plus, embrassant les trois branches de l’homme:

-la chair toujours plus vicieuse et par là faible et malade, -le moral toujours plus orgueilleux et par là plus corrompu,

-l’esprit toujours plus incrédule, c’est à dire toujours plus idolâtre. À cause de cela, il faut, comme je l’ai fait avec ce déficient, -enseigner le Nom qui met Satan en fuite, -le graver dans l’esprit et dans le cœur, -le mettre sur le moi intérieur comme un sceau de propriété.”

Maria:—-Mais, est-ce que tu nous possèdes? Qui es-tu, pour tant te croire?”

Jésus dit : “S’il en était ainsi! Mais non ce n’est pas ainsi. Si je vous possédais, vous seriez déjà sauvés. Et ce serait mon droit. Car Moi, je suis le Sauveur et je devrais posséder ceux que j’ai sauvés. Mais je sauverai ceux qui auront foi en Moi.” 



Maria Valtorta-L’Évangile tel qu’il m’a été révélée…


CROIX BLEUE



 

3.ièm Commandement “NE NOMME PAS MON NOM EN VAIN”De Jésus à Maria Valtorta*C’est – par les pécheurs que ce Nom doit être invoqué et – par tous ceux qui se sentent étranglés par Satan et qui veulent se libérer du péché et du Séducteur. Ils veulent. Voilà ce qui change le sacrilège en rite. Vouloir guérir.


Image associée

“La paix soit avec vous tous et avec la paix la lumière et la sainteté.

Il est dit: « Ne prononce pas en vain mon Nom ».

 

– Quand le nomme-t-on en vain et
– qui le fait?
 C’est seulement quand on le blasphème? Non.
Même quand on le nomme sans se rendre digne de Dieu.
Un fils peut-il dire: « J’aime mon père et je l’honore »
si ensuite, à tout ce que désire son père, il oppose des œuvres contraires?

Ce n’est pas en disant: « père, père » qu’on l’aime réellement.
Ce n’est pas en disant: « Dieu, Dieu » que l’on aime le Seigneur.

*En Israël, je l’ai expliqué avant hier, il y a tant d’idoles dans le secret des cœurs.
Il y a là aussi une louange hypocrite à Dieu, louange à laquelle ne correspondent pas les œuvres de ceux qui Le louent.
*En Israël, il y a aussi une tendance:
-celle de trouver tant de péchés dans les choses extérieures, et
– à ne pas vouloir les trouver là où ils sont réellement, à l’intérieur.
*En Israël, il y a aussi un sot orgueil, une habitude antihumaine et antispirituelle:
-celle de considérer comme blasphème le Nom de notre Dieu sur des lèvres païennes, et -on y ajoute la défense aux Gentils de s’approcher du Vrai Dieu parce qu’on juge que c’est là un sacrilège.

Ceci jusqu’à présent.
Maintenant il n’en est plus ainsi.

Le Dieu d’Israël est le même Dieu qui a créé tous les hommes.

Résultats de recherche d'images pour « Le Dieu d'Israël est le même Dieu qui a créé tous les hommes. »

Pourquoi empêcher ceux qui ont été créés de sentir l’attraction de leur Créateur? *Croyez-vous que les païens n’éprouvent
-rien dans le fond de leur cœur,
-quelque chose d’insatisfait qui crie, qui s’agite, qui cherche?
Qui? Quoi? Le Dieu inconnu.
*Et croyez-vous que si un païen tend de tout lui-même
-vers l’autel du Dieu inconnu,
-vers cet autel immatériel qu’est l’âme,

— où il y a toujours un souvenir de son Créateur,
— l’âme qui attend d’être possédée par la gloire de Dieu, comme le fut le Tabernacle érigé par Moïse, selon l’ordre qu’il avait reçu,
—le païen qui pleure jusqu’à ce qu’il la possède,

 

*croyez-vous que Dieu repousse son offrande comme une profanation?
*Et croyez-vous que ce soit un péché cet acte suscité par un honnête désir de l’âme
-qui, éveillée par des appels célestes, dit: « Je viens »
à Dieu qui lui dit:
 « Viens ».
*Croyez-vous qu’il soit saint le culte corrompu d’un Israël
-qui offre au Temple les restes de ses plaisirs et
-entre en présence de Dieu, et Le nomme, le Très Pur,

avec une âme et un corps où les fautes fourmillent comme des vers? Non.

En vérité je vous dis que la perfection du sacrilège se trouve en cet Israélite qui,
-avec son âme impure,
-prononce en vain le Nom de Dieu.

barre fleur gif

C’est le prononcer en vain
-lorsque, et vous n’êtes pas sots,
-lorsque, à cause de l’état de votre âme,
c’est inutilement que vous le prononcez.

Oh! Je vois le visage indigné de Dieu qui se détourne avec dégoût d’un autre côté
-quand un hypocrite L’appelle,
-quand quelqu’un Le nomme sans se repentir!

Et j’en éprouve de la terreur, Moi qui pourtant ne mérite pas ce courroux divin.
Je lis dans plus d’un cœur cette pensée:
« Mais alors, en dehors des tout petits, personne ne pourra appeler Dieu, puisque il n’y a dans l’homme qu’impureté et péché ». Non. Ne dites pas cela.  C’est
– par les pécheurs que ce Nom doit être invoqué et
– par tous ceux qui se sentent étranglés par Satan et qui veulent se libérer du péché et du Séducteur.
Ils veulent.
Voilà ce qui change le sacrilège en rite.
Vouloir guérir.

Appeler le Puissant pour être pardonné et pour être guéris.
L’invoquer pour mettre en fuite le Séducteur.

Image associée

Il est dit dans la Genèse que le Serpent tenta Eve à l’heure où le Seigneur ne passait pas dans l’Éden.
Si Dieu avait été dans l’Éden, Satan n’aurait pu y être.
Si Eve avait appelé Dieu, Satan aurait été mis en fuite.
Ayez toujours dans le cœur cette pensée.
Et, avec sincérité, appelez le Seigneur.
Ce Nom est salut.

Beaucoup d’entre vous veulent descendre au fleuve pour se purifier.
Mais purifiez-vous le cœur sans cesse, en y écrivant par l’amour la parole: Dieu.

-Pas de prières menteuses.
-Pas de pratiques routinières.
Mais,
-avec votre cœur,
-avec votre pensée,
-avec vos actes,
-avec tout vous-mêmes,
dites ce Nom: Dieu.
Dites-le pour ne pas être seuls.

Dites-le pour être soutenus.
Dites-le pour être pardonnés.

Comprenez le sens de la parole du Dieu du Sinaï:

« En vain » on prononce le Nom « Dieu » sans le changement en bien.
C’est péché.

Ce n’est pas « en vain »
-lorsque les battements de votre cœur, à chaque minute de la journée dans toutes vos actions honnêtes,
-lorsque le besoin, la tentation et la souffrance vous ramènent sur les lèvres la filiale parole d’amour, vous dites:
« Viens, mon Dieu! »
Alors, en vérité, vous ne péchez pas en nommant le Nom saint de Dieu.

Allez, la paix soit avec vous.”

BARRE VERT



Les enseignements complets de Jésus dans  « Évangile tel qu’il m’a été révélé » Maria Valtorta !

 

2. ièm Commandement “TU NE TE FERAS PAS DES DIEUX EN MA PRÉSENCE.”De Jésus à Maria Valtorta* « Tu n’adoreras rien de ce qui n’est pas ton Dieu Vrai, Unique, Éternel ». Il est dit: « Je suis le Dieu fort et jaloux ». Savoir que Dieu voit. -Est un frein pour la mauvaise conduite, – un réconfort pour les bonnes actions.


jésus enfant

“Il est dit: « Tu ne te feras pas des dieux en ma présence.  Tu ne te feras  -aucune sculpture, – ni représentation de ce qui est  — là-haut dans le ciel, ou  — ici-bas sur la terre,  — ou dans les eaux, — ou sous terre. 

 

Tu n’adoreras pas de tels objets ni ne leur rendras pas un culte.  Je suis le Seigneur ton Dieu, fort et jaloux,  -qui punis l’iniquité des pères sur leurs fils jusqu’à la troisième et quatrième génération pour ceux qui me haïssent, et -qui fais miséricorde jusqu’à la millième génération pour ceux qui m’aiment et observent mes commandements ».

” La voix de Jésus retentit dans la pièce que la foule remplit, parce qu’il pleut et où tout le monde s’y est réfugié. 

 » Tu ne te feras pas des dieux en ma présence. »

Vous avez entendu comment Dieu est omniprésent par son regard et sa parole.  En vérité nous sommes toujours en sa présence. 

Enfermés dans une chambre ou au milieu du Publie du Temple,  nous sommes également en sa présence. 

-Bienfaiteurs cachés qui dérobons notre visage à celui que nous assistons,  -assassins qui attaquons le voyageur dans un défilé solitaire et le tuons,  Nous sommes également en sa présence. 

Il est en sa présence  le roi au milieu de sa cour,  le soldat sur le champ de bataille,  le lévite à l’intérieur du Temple,  le sage penché sur ses livres,  le paysan sur son sillon,  le marchand à son comptoir, la mère penchée sur le berceau,  l’épouse dans la chambre nuptiale,  la jeune fille dans le secret de la maison paternelle,  l’enfant qui étudie à l’école,  le vieillard qui s’étend pour mourir. 

jésus maltraité

 

Tous sont en sa présence et pareillement les actions de l’homme sont en sa présence.

Toutes les actions de l’homme!  Parole terrible!  Et consolante parole! 

 

Elles seront terribles si les actions ont pour but le péché,  -elles seront consolantes si elles poursuivent la sainteté.  Savoir que Dieu voit.  -Est un frein pour la mauvaise conduite, – un réconfort pour les bonnes actions.  Dieu voit celui qui agit bien.  Je sais qu’Il n’oublie pas ce qu’Il voit.  Je crois qu’Il récompense les bonnes actions.  Je suis donc certain d’avoir cette récompense et je me repose sur cette certitude.  Elle me donnera une vie sereine et une mort tranquille,  parce que dans la vie et dans la mort  mon âme sera consolée par l’étoile rayonnante de l’amitié de Dieu. 

 

C’est ainsi que raisonne celui qui agit bien.  Mais celui qui agit mal,  pourquoi ne pense-t-il pas que parmi les actions défendues, il y a les cultes idolâtriques? Pourquoi ce dernier ne dit-il pas:  « Dieu voit que pendant que je simule un culte saint,  j’adore un dieu ou des dieux menteurs auxquels j’ai érigé un autel  qui est secret aux yeux des hommes, mais connu de Dieu »?

Quels dieux, direz-vous, si, même au Temple, il n’y a pas de représentation de Dieu? Quel visage ont ces dieux, s’il a été impossible de donner un visage au Dieu Vrai? 

 

Oui. Impossible de Lui donner un visage, car le Parfait et le Très Pur ne peut-être dignement représenté par l’homme.  Seul l’esprit  -entrevoit sa spirituelle et sublime beauté,  -entend sa voix, goûte sa tendresse,  quand Il se répand près d’un saint qui mérite ce contact divin.  Mais l’œil, l’ouïe, la main de l’homme ne peuvent voir ou entendre et par conséquent exprimer par le son d’une cithare ou par le marteau et le ciseau sur le marbre ce qu’est le Seigneur.

 

Oh! bonheur sans fin lorsque, ô esprits des justes, vous verrez Dieu!  Le premier regard sera l’aurore d’une béatitude qui vous accompagnera dans les siècles des siècles. 

 

Cependant, ce que l’homme ne peut faire pour le Vrai Dieu,  voilà qu’il le fait pour des dieux menteurs. 

-L’un érige un autel à la femme, 

-un second à l’or, 

-un autre à la puissance, 

-un autre à la science, 

-un autre aux triomphes militaires.

– L’un adore l’homme puissant, son semblable dans l’ordre naturel, qui ne le dépasse que par la force ou la chance. 

-Un autre s’adore lui-même et dit: « Il n’y a personne qui m’égale ».  Voilà les dieux de ceux qui appartiennent au peuple de Dieu.

Ne vous étonnez pas de voir les païens adorer 

– les animaux,

– les reptiles ou 

– les astres. 

Combien de reptiles! 

Combien d’animaux!

Combien d’astres éteints vous adorez dans vos cœurs! 

Les lèvres prononcent des paroles mensongères

  -pour flatter, 

-pour posséder, 

-pour corrompre. 

Et n’y a-t-il pas là les prières d’une idolâtrie secrète?

Les cœurs couvent des pensées de vengeance, de trafic, de prostitution.  Est-ce que ce n’est pas là le culte aux dieux immondes du plaisir, de l’avidité, du mal?

prostituée lapocalypse

Il est dit:  « Tu n’adoreras rien de ce qui n’est pas ton Dieu Vrai, Unique, Éternel ».  Il est dit: « Je suis le Dieu fort et jaloux ».

 

Fort: aucune autre force n’est plus force que la sienne.  L’homme est libre d’agir, Satan est libre de tenter.  Mais, quand Dieu dit: « Ça suffit »,  l’homme ne peut plus mal agir et  Satan ne peut plus tenter.  Ce dernier refoulé en son enfer abattu l’autre dans l’excès de ses mauvaises actions,  car il y a une limite que Dieu ne lui permet pas de dépasser.

 

Jaloux. De qui? De quelle jalousie? La mesquine jalousie des petits hommes? Non, mais -de la sainte jalousie de Dieu pour ses fils. 

-La juste jalousie

. -L’amoureuse jalousie.  Il vous a créés. Il vous aime. Il vous veut. Il sait ce qui vous nuit. Il connaît ce qui tend à vous séparer de Lui.  Et Il est jaloux de ce qui

– se met entre le Père et ses fils et  – les dévie de l’unique amour qui est salut et paix: Dieu. 

 

Comprenez cette divine jalousie  -qui n’est pas mesquine, 

-qui n’est pas cruelle, 

-qui n’emprisonne pas.  Mais qui est 

-amour infini,  -bonté infinie et  -liberté sans limite,  qui se donne à la créature finie  -pour l’aspirer à Lui et en Lui et 

-la rendre coparticipante de son infinie bonté.  Un bon père ne veut pas être seul à jouir de ses richesses.  Mais il veut que ses enfants y participent.  Au fond, c’est plus pour ses enfants que pour lui-même qu’il les a accumulées. 

marie fatima BUSTO-MADONNA-CANADA

ROSE ROUGE

C’est la même chose pour Dieu.  Mais Il apporte dans cet amour et ce désir la perfection de toute son action.  Ne trompez pas le Seigneur.  Il promet le châtiment pour les coupables et pour les fils des fils coupables.  Et Dieu ne ment jamais dans ses promesses. Mais que votre esprit ne s’abatte pas, ô fils de l’homme et de Dieu.  Écoutez l’autre promesse et exultez:  « Et Je fais miséricorde jusqu’à la millième génération à ceux qui m’aiment et observent mes commandements ».

 

Jusqu’à la millième génération des bons et jusqu’à la millième faiblesse des pauvres fils de l’homme, qui tombent  -non par malice  -mais par étourderie et par les pièges du démon.  Plus encore. Je vous dis que Lui ouvre ses bras si, le cœur contrit et le visage baigné de larmes, vous dites: 

« Père, j’ai péché. Je le sais.  Je m’humilie et le reconnais devant Toi.  Pardonne-moi. Ton pardon sera ma force pour revenir à ‘vivre’ la vraie vie « .

Ne craignez pas.  Avant que vous ne péchiez par faiblesse, Lui savait que vous auriez péché.  Mais son Cœur ne se ferme que lorsque vous persistez dans le péché, 

-en le voulant réellement,  -en faisant d’un péché ou de plusieurs péchés vos horribles dieux. 

Abattez toutes les idoles, faites place au Dieu Vrai. Il descendra par sa gloire pour consacrer votre cœur, quand Il ne verra que Lui seul en vous.

Rendez à Dieu sa demeure. 

Ce n’est pas dans des temples de pierre,  mais dans le cœur des hommes qu’elle se trouve. 

 

Lavez-en le seuil, débarrassez l’intérieur de tout luxe inutile ou coupable.  Dieu seul.  Lui seul.  Lui est Tout!  Et en rien n’est inférieur au Paradis le cœur d’un homme où réside Dieu,  le cœur d’un homme qui chante son amour à l’Hôte Divin.

 

Faites de tous vos cœurs un Ciel.  Commencez la cohabitation avec le Très-Haut.  Dans votre éternel demain, elle se perfectionnera en puissance et en joie parfaites. Mais ici-bas, elle pourra déjà surpasser l’étonnement tremblant d’Abraham, de Jacob et Moïse. 

Icône-de-la-Trinité-Sr-Lorette

Parce qu’elle ne sera plus en effet la rencontre fulgurante et effrayante avec le Puissant,  mais le séjour avec le Père et l’Ami qui descend pour dire:  « Ma joie est de me trouver parmi les hommes. Tu me rends heureux. Merci, fils ».”



Les enseignements complets de Jésus dans  « Évangile tel qu’il m’a été révélé » Maria Valtorta !

Le 1er COMMANDEMENT…De Jésus à Maria Valtorta* Je suis Dieu…Voici Ma Volonté…..Voilà les foudres toutes prêtes pour ceux qui seront rebelles au vouloir de Dieu ».


jesus_3

Il est dit dans le Livre que le Seigneur se manifesta sur le Sinaï dans toute sa terrible puissance pour dire aussi par elle:

« Je suis Dieu. Voici Ma Volonté. Voilà les foudres toutes prêtes pour ceux qui seront rebelles au vouloir de Dieu ».

Et avant de parler, Il prescrivit -que personne du peuple ne montât pour contempler Celui qui est, et -que même les prêtres se purifiassent avant de s’approcher de la limite fixée par Dieu, pour n’être pas frappés.

Cela parce que c’était le temps de la justice et de l’épreuve.

-Les Cieux étaient fermés comme par la pierre –sur le mystère du Ciel et –sur le courroux de Dieu, et seules les flèches de la justice tombaient du Ciel sur les fils coupables. Mais maintenant, non. Maintenant le Juste est venu accomplir toute justice. Il est arrivé le temps où, -sans foudre et sans limites, -la Parole Divine parle à l’homme, pour donner à l’homme la Grâce et la Vie.

La première parole du Père et Seigneur est celle-ci: « Je suis le Seigneur ton Dieu ».

Il n’est pas un instant du jour où cette parole – ne résonne et -ne soit manifestée par la voix et le doigt de Dieu. Où? Partout…

Tout ne cesse de le dire. -Depuis l’herbe jusqu’à l’étoile, -de l’eau au feu, -de la laine à la nourriture, -de la lumière aux ténèbres,

-de la santé à la maladie, de la richesse à la pauvreté.

Tout dit: »

-Je suis le Seigneur. -C’est par Moi que tu as ceci. Une de mes pensées te le donne, une autre te l’enlève. Il n’est pas d’armée puissante ni de défense qui puisse te faire échapper à ma volonté » :

– Elle crie dans la voix du vent, – elle chante dans le murmure de l’eau, – elle se répand dans le parfum des fleurs. – Elle frappe le sommet des monts. – Elle murmure, elle parle, elle appelle, elle crie dans les consciences:

Je suis le Seigneur ton Dieu « .

-Ne l’oubliez jamais! -Ne fermez pas vos yeux, vos oreilles, -n’étranglez pas votre conscience pour ne pas l’entendre, cette parole.

mort accompagner

Elle n’en existe pas moins. *Le moment vient où -sur le mur de la salle du festin, ou -sur les flots déchaînés de la mer, -sur les lèvres rieuses de l’enfant ou -sur la pâleur du vieillard qui va mourir, -sur la rose parfumée où -dans la puanteur du tombeau, elle arrive, écrite par le doigt de feu de Dieu.

*Il vient un moment où, -dans l’ivresse du vin et des plaisirs, -dans le tourbillon des affaires, -dans le repos de la nuit, -dans une promenade solitaire,

elle élève la voix et dit: « Je suis le Seigneur ton Dieu »

ET

-cette chair que tu baises avidement, -cette nourriture que tu avales goulûment, et -cet or que ton avarice accumule, et -ce lit où tu restes paresseusement, et – le silence, et – la solitude et – le sommeil,

rien ne peut la faire taire.

 » Je suis : le Seigneur ton Dieu « , le Compagnon qui ne t’abandonne pas, l’Hôte que tu ne peux chasser. -Es-tu bon? Voici que l’hôte et compagnon est le bon Ami. -Es-tu pervers et coupable? Voilà que l’hôte et compagnon devient le Roi irrité et ne donne pas la paix. Mais Il ne quitte pas, ne quitte pas, ne quitte pas. Il n’est permis qu’aux damnés de se séparer de Dieu.

 


Mais la séparation est le tourment inapaisable et éternel.

 jesus-ote-chaines

« Je suis le Seigneur ton Dieu » et Il ajoute « qui t’a tiré de- la terre d’Égypte, de la maison de l’esclavage ».

Oh! combien en vérité maintenant. Il le dit avec justesse! De quelle Égypte, de quelle Égypte te tire-t-Il, pour t’amener à

– la terre promise qui n’est pas ce lieu-ci, mais le Ciel! – l’éternel Royaume du Seigneur où —il n’y aura plus de faim ni de soif, de froid ni de mort, — mais où tout ruissellera de joie et de paix, et — où tout esprit sera rassasié de paix et de joie.

C’est à la vraie servitude que maintenant Il vous arrache. Voici le Libérateur. C’est Moi. Je viens briser vos chaînes.

Tout dominateur humain peut connaître la mort Et par sa mort les peuples esclaves recouvrer leur liberté.

Mais Satan ne meurt pas.

Il est éternel.

C’est le dominateur qui vous a mis dans les fers pour vous traîner où il le veut. Le péché est en vous et le péché est la chaîne par laquelle Satan vous tient. Je viens briser la chaîne.

C’est au nom du Père que je viens et c’est aussi mon désir. C’est pour que s’accomplisse la promesse qui n’a pas été comprise: « Je t’ai tiré de l’Égypte et de l’esclavage ».

C’est maintenant qu’elle a son accomplissement spirituel.

Le Seigneur votre Dieu

-vous enlève à la terre de l’idole qui séduisit les Premiers Parents. -vous arrache à l’esclavage de la faute, Il vous revêt de la Grâce, Il vous admet à son Royaume.

En vérité, je vous dis que ceux qui viendront à Moi – pourront, dans la douceur de la voix paternelle, – entendre le Très-Haut, dire en leur cœur bienheureux:

« Je suis le Seigneur ton Dieu qui t’attire à Moi, libre et heureux ».

Venez.

Tournez vers le Seigneur

-votre cœur et -votre visage,

-Votre prière et

-votre volonté.

L’heure de la Grâce est venue.”

commandementdieu


 Recherche : Mia


 

LES PÉCHÉS DE LA CHAIR *Enseignement de Jésus à Maria Valtorta*


Image associée

fleur2 orange transparentes

Jésus dit : « Ce qui a fait baisser la tête au pharisien et à ses amis, et ce que l’Évangile ne rapporte pas, ce sont les paroles que mon esprit, par mon regard, ont dardées et enfoncées dans cette âme sèche et avide. J’ai répondu avec beaucoup plus de force que je ne l’aurais fait par des mots, car rien ne m’était caché des pensées des hommes.

Et il m’a compris dans mon langage muet qui était encore plus lourd de reproche que ne l’auraient été mes paroles.

Je lui ai dit : “ Non, ne fais pas d’insinuations malveillantes pour te justifier à tes propres yeux. Moi, je n’ai pas ta passion vicieuse. Cette femme ne vient pas à moi poussée par la sensualité. Je ne suis pas comme toi et tes semblables. Elle vient à moi parce que mon regard et ma parole, entendue par pur hasard, ont éclairé son âme, là où la luxure avait installé les ténèbres.

Et elle vient parce qu’elle veut vaincre la sensualité et elle comprend, la pauvre créature, qu’à elle seule, elle n’y arriverait jamais. C’est l’esprit qu’elle aime en moi, rien que l’esprit qu’elle sent surnaturellement bon. Après tout le mal qu’elle a reçu de vous tous, qui avez exploité sa faiblesse pour vos vices, en la payant ensuite par les coups de fouet du mépris, elle vient à moi parce qu’elle se rend compte qu’elle a trouvé le bien, la joie, la paix, qu’elle avait inutilement cherchés dans les magnificences du monde.

Pharisien hypocrite, guéris-toi de cette lèpre de l’âme, sache avoir une juste vision des choses. Quitte l’orgueil de ton esprit et la luxure de ta chair. Ce sont des lèpres plus fétides que les lèpres corporelles. De cette dernière, mon toucher peut vous guérir parce que vous faites appel à moi pour elle, mais de la lèpre de l’esprit non : car vous ne voulez pas en guérir parce qu’elle vous plaît. Elle, elle le veut.

Image associée

C’est pourquoi je la purifie, je l’affranchis des chaînes de son esclavage. La pécheresse est morte. Elle est là, dans ces ornements qu’elle a honte de m’offrir pour que je les sanctifie en les consacrant à mes besoins et à ceux de mes disciples, pour les pauvres que je secours grâce au superflu d’autrui : Car moi, le Maître de l’univers, je ne possède rien maintenant que je suis le Sauveur de l’homme.

Elle est là, dans ce parfum répandu sur mes pieds, humilié comme ses cheveux, sur cette partie du corps que tu as négligé de rafraîchir de l’eau de ton puits après tout le chemin que j’ai fait pour t’apporter la lumière, à toi aussi.

fleur2 orange transparentes

La pécheresse est morte. Et Marie est revenue à la vie, redevenue belle comme une fillette pure par sa vive douleur, par la sincérité de son amour. Elle s’est lavée dans ses larmes. En vérité je te dis, pharisien, qu’entre celui qui m’aime dans sa jeunesse pure et celle-ci qui m’aime avec le sincère regret d’un cœur qui renaît à la grâce, moi je ne fais pas de différence : je confie à la repentie comme à l’homme pur la charge de comprendre ma pensée comme nul autre, et celle de rendre à mon Corps les derniers honneurs et le premier salut (je ne compte pas le salut particulier de ma Mère) quand je serai ressuscité.

Voilà ce que je voulais dire par mon regard au pharisien.

Mais à toi, je te fais remarquer une autre chose, pour ta joie et celle d’un grand nombre.

A Béthanie aussi, Marie réitéra le geste qui marqua l’aube de sa rédemption. Il y a des gestes personnels qui se répètent et qui trahissent une personne comme son style, des gestes uniques.

Mais, comme de juste, à Béthanie le geste est moins humilié et plus confiant dans sa respectueuse adoration.

fleur2 orange transparentes

Marie a fait beaucoup de chemin depuis l’aube de sa rédemption. Beaucoup. L’amour l’a entraînée comme un vent rapide vers les hauteurs et en avant. L’amour l’a brûlée comme un bûcher, détruisant en elle la chair impure, et rendant maître souverain en elle une âme purifiée.

Et Marie, différente dans sa dignité de femme retrouvée, comme différente dans son vêtement – désormais aussi simple que celui de ma Mère –, dans sa coiffure, dans son regard, dans sa contenance, dans sa parole, Marie toute renouvelée a une nouvelle manière de m’honorer par le même geste.

Résultats de recherche d'images pour « marie madeleine la pécheresse »

Elle prend le dernier de ses vases de parfum, mis en réserve pour moi, et me le répand sur les pieds et sur la tête, sans pleurer, avec un regard que rendent joyeux l’amour et la certitude d’être pardonnée et sauvée. Marie peut bien me faire cette onction et me toucher la tête, maintenant, le repentir et l’amour l’ont purifiée du feu des séraphins, et elle est un séraphin.

Dis-le-toi à toi aussi, Maria, ma petite “ voix ”, dis-le aux âmes. Va, dis-le aux âmes qui n’osent venir à moi parce qu’elles se sentent coupables. Il est beaucoup, beaucoup, beaucoup pardonné à ceux qui aiment beaucoup.

fleur2 orange transparentes

A ceux qui m’aiment beaucoup. Vous ne savez pas, pauvres âmes, combien le Sauveur vous aime ! Ne craignez rien de moi. Venez avec confiance, avec courage. Je vous ouvre mon cœur et mes bras.

Souvenez-vous-en toujours : “ Je ne fais aucune différence entre celui qui m’aime avec une pureté intacte et celui qui m’aime avec le sincère regret d’un cœur qui renaît à la grâce.

” Je suis le Sauveur. Souvenez-vous-en toujours.

Va en paix. Je te bénis. »



 

  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 6 225 autres abonnés

  • ❤️Ne touchez à rien, Barbara Deschamps

  • Traduire un Message du Ciel dans votre langue*

  • Ceci est un Menu Déroulant Clikez sur Sélectionner une *catégorie*

  • Articles récents

  • Radio Maria France

    Une radio de prière, d’enseignements et de témoignages. Un rendez-vous  d’amour ! ♥ ♥ ♥     

  • Articles que J’aime

  • Pour me joindre

  • Calendrier pour une recherche d’Articles

    novembre 2019
    L M M J V S D
    « Oct    
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930  
  • Archive de précédents Articles

  • Follow *Messages-Prophéties-Par les Saints et les Prophètes ……Myriamir(1) on WordPress.com
  • Suivez-nous

%d blogueurs aiment cette page :